Accueil Contribution La stratégie bancaire en période de crise

La stratégie bancaire en période de crise

La stratégie bancaire en période de crise


Eldjazair129-039

20 Mai 2020 | 12:03
shadow

Auteur : Dr Mohamed Dahmani


La stratégie désigne l’orientation de toutes les actions déployées par une banque pour atteindre un objectif donné, lui permettant d’acquérir un avantage concurrentiel.

La stratégie désigne l’orientation de toutes les actions déployées par une banque pour atteindre un objectif donné, lui permettant d’acquérir un avantage concurrentiel. Porter, éminent spécialiste de la stratégie, insiste sur le caractère pertinent de la stratégie. Elle doit être décisive, durable et défendable. Mais est-ce le cas dans la pratique ? La récente crise de 2007-2008 montre clairement que non. Pour preuve, la faillite des banques, dont Lehman Brothers, et les interventions massives des États pour les sauver. Dans ce cas, les banques ont-elles changé de stratégie ? Ou plutôt de stratégies (au pluriel) ? Peut-on parler d’une stratégie particulière qu’on pourrait associer à une période de crise ?
Pour répondre à ces questions, nous avons fait appel à une analyse comparative du positionnement stratégique des banques du TOP 200 (les 200 premières banques mondiales). L’idée est de déceler les changements en matière de stratégie des banques avant et après la crise 2007- 2008. En particulier, nous avons pris comme référence les années 2006 et 2012, en utilisant les bases de données de « The Banker » et « Bankscope». L’année 2006 a été choisie pour caractériser le comportement des banques avant la crise de 2007 - 2008, alors que 2012 l’a été pour décrire le comportement après la crise, en se référant à des arguments théoriques sur la sortie d’un épisode de crise sévère comme celle de 2007-2008. Évidemment, pour réaliser cette analyse, il fallait répondre à deux questions fondamentales.
La première, comment caractériser la stratégie d’une banque ? La seconde, avec quels outils ? Ces questions ont été traitées en détails.
La typologie de la Banque des règlements internationaux (BRI) a été retenue en raison de sa pertinence. La BRI abrite le Comité de Bâle, le normalisateur des normes bancaires internationales. La méthodologie de la BRI permet d’identifier trois groupes de banques:
1. Les banques de détail
2. Les banques mixtes
3. Les banques de marché.
Les banques de détail se caractérisent par de forts ratios de crédits et dépôts dans le bilan. Les banques mixtes se démarquent des banques de détail par l’importance accordée au financement par le marché dans le bilan. Pour les banques de marché, c’est le poids du trading et de l’interbancaire qui prévaut.
Nous avons aussi montré que les bilans et comptes de résultats sont des outils fortement robustes pour mesurer le comportement des banques. Cela nous a confortés davantage dans le choix de la méthodologie de la BRI qui, justement, s’appuie sur les données bilancielles des banques.

Quels sont les résultats obtenus ?
Les résultats nous ont clairement montré qu’il y a changement de positionnement stratégique des banques entre 2006 et 2012. Concrètement, si en 2006 le positionnement des banques était hétéroclite, en 2012, il devient beaucoup plus homogène puisque la majorité des banques opte pour le modèle de banques de « détail pur ». L’analyse nous a permis de dresser une cartographie régionale des positionnements stratégiques. Nous avons découvert qu’en termes de positionnement stratégique, le modèle de banque de «détail pur» est partout en vogue en 2012 et s’est démocratisé en Europe. Les banques de l’Amérique du Nord et de l’Asie-Pacifique s’étaient déjà spécialisées dans le «détail pur» en 2006. Par contre, les banques européennes étaient très hétérogènes en 2006. Ces banques (à quelques banques près) se répartissaient quasi équitablement sur les positions «détail pur», «mixtes» et de «marché». En 2012, la grande majorité des banques européennes change de positionnement pour se focaliser sur le modèle « détail pur».

Que pouvons-nous en conclure ?
D’abord que ces résultats permettent de répondre clairement à notre problématique, à savoir qu’elle est la stratégie bancaire en période de crise ? La réponse est de se positionner sur le modèle de« détail pur» qui se caractérise par de forts ratios de crédits et dépôts dans le bilan. Ce qui est encore plus intéressant dans ces résultats, c’est le positionnement stratégique des banques européennes. En effet, la crise bancaire et financière est partie des États-Unis. Nous nous attendions, donc, logiquement à voir les banques américaines changer en premier de positionnement stratégique, puisqu’en difficulté et acculées par les nouvelles règles prudentielles (Accords de Bâle). Or, que constatons-nous ? Tout simplement que les banques étatsuniennes se positionnaient déjà sur le bon segment – celui des banques du «détail pur». Par contre, les banques européennes étaient positionnées sur des segments de marchés risqués puisqu’au lieu de se positionner sur le «détail pur», elles sont éparpillées entre les modèles «détail pur», «mixte» et de «marché». Ce n’est qu’après la crise qu’elles rectifient le« tir».
Nous concluons donc qu’il est vrai que ce sont les banques américaines qui sont à l’origine de la crise, mais la propagation rapide et mondiale de celle-ci ne leur incombe pas totalement. Nos analyses suggèrent qu’apparemment, pour une part significative, cela incombe aux banques européennes, au moins sur le continent européen, terre de leur plus important marché. Ces banques, très puissantes et très nombreuses dans le TOP 200, prenaient des positionnements trop risqués, ce qui les rendaient trop fragiles devant une crise d’une telle ampleur. Sur cette base une de nos principales recommandations pour les régulateurs financiers a été de souligner l’impératif de s’assurer que la tendance en matière de positionnement stratégique des banques soit orientée vers le modèle «détail pur», pour qu’elles puissent à long terme être porteuses de résilience aux chocs et de protection de la création de la valeur pour les actionnaires ainsi que pour les déposants. Cette recommandation est évidemment très valable pour les banques algériennes.
Mohamed Dahmani



Articles de la même rubrique