Accueil Collectivités locales « Notre commune doit avoir un statut particulier »

Mustapha Bouhoun, président de l’APC de Hydra

« Notre commune doit avoir un statut particulier »


Eldjazair129-014

20 Mai 2020 | 10:38
shadow

- « Notre commune doit avoir un statut particulier »

Auteur : Yahia MAOUCHI


Certes, Hydra est une commune huppée située sur les hauteurs de la capitale, cependant, elle connaît les mêmes défis et les mêmes aspirations que le reste des communes du pays. Toutefois, les communes ayant de bonnes assises financières doivent avoir un statut particulier. C’est ce qu’affirme Mustapha Bouhoun, président de l’Assemblée populaire communale, qui répond aux questions d’El-Djazair.com et partage son point de vue concernant sa vision de jeune édile.

El Djazair.com : De prime abord, est-ce facile d’être maire à la tête d’une APC comme celle de Hydra ? 

 

Mustapha Bouhoun  : Je dirais que c’est une question piège (avec un sourire en coin). En tant que président d’APC, tout dépend des intentions. Si vous disposez d’une bonne équipe soudée, qui a pour objectif de veiller sur l’intérêt public du pays et du citoyen, tout se déroulera bien, et c’est valable pour tous les domaines, dans ce cas vous n’allez trouver aucune anomalie. A mon arrivée à la tête de la commune de Hydra, j’ai hérité des mauvaises habitudes et d’un certain assistanat. Pour pallier ces mauvaises pratiques, nous nous sommes rapprochés des associations et des représentants de la société civile. Ce sont des interlocuteurs officieux de nos concitoyens, ce qui m’a facilité beaucoup la tâche dans la résolution de beaucoup de problèmes. Je dirais que sans l’implication des associations et de la société civile, notre tâche serait davantage compliquée. Certes, notre responsabilité n’est pas facile, notamment durant cette période difficile, mais quand vous êtes animé de bonnes intentions et de bonne volonté, rien ne vous empêchera de réaliser vos objectifs et satisfaire les doléances de vos concitoyens. Et je dirais que c’est une bonne expérience pour moi, en ce sens que ce poste me permet de toucher à tous les secteurs.

 

El Djazair.com : Comment arrivez-vous à gérer les doléances des citoyens de votre commune ?

 

Mustapha Bouhoun  : Pour répondre aux doléances de nos concitoyens, nous avons équipé, au niveau de notre siège, une salle de réception selon les normes, qui peut recevoir une cinquantaine de personne. Mieux encore, nos portes sont ouvertes tous les jours pour recevoir nos citoyens. Nous n’avons pas une journée de réception spéciale. Même en mon absence les citoyens pourront être reçus soit par mon adjoint ou par le Secrétaire général. Ainsi, je préfère recevoir les citoyens tout au long de la semaine, dans la mesure de possible, pour minimiser les charges sur les responsables de notre commune et donner une réponse fiable à nos concitoyens. Telle est notre devise.

 

El Djazair.com : Pourriez-vous nous parler des grands projets de votre commune ? 

 

Mustapha Bouhoun  : Nous avons des projets de proximité qui sont déjà réalisé tels que les revêtements dans les ruelles et les rues de Hydra. Il y a également des projets d’assainissements qui ont été réalisés, et d’autres qui sont en cours de réalisation. Pour les grands projets, nous avons l’école de Lalla Faḍma n’Soumer, dotée de 14 classes et un parking au-dessous de l’école, des aires de jeux et un espace que nous voulons aménager pour réaliser une salle de théâtre. Un projet qui a été gelé à cause des indus occupants (5 familles) mais grâce aux efforts consentis par les autorités locales et le wali délégué, nous avons pu résoudre ce problème. Ces familles ont bénéficié des nouveaux logements. Nous avons également, le stade Ahmed Falek qui est le plus grand stade de Hydra avec 6 000 places, nous l’avons surfacé, et nous allons réaliser un autre stade avec un délai de réalisation de 5 à 6 mois. Nous avons le marché de proximité de la cité Sellier, que je considère comme étant un chef-d’œuvre, dont le taux d’avancement des travaux avoisine les 80%, et il sera opérationnel avant la fin de l’année en cours, bien évidemment suivant l’évolution de la pandémie de coronavirus. Nous avons d’autres perspectives, telles que le haut site. Situé du côté des 200-Logements, ce site est destiné à la réalisation d’un complexe sportif, qui abritera un terrain de football, un terrain de tennis, un restaurant. Les travaux sont malheureusement à l’arrêt, pandémie oblige. Il faut également citer la réalisation de notre nouvelle maison de jeunes aux Oasis, nous sommes en train de l’équiper. Cette nouvelle infrastructure sera gérée par Mme Boudina. En gros, ce sont les grands projets de Hydra, en attendant des jours meilleurs.

 

El Djazair.com : Rencontrez-vous des problèmes dans la réalisation de vos actions et projets ?

 

Mustapha Bouhoun  : C’est une question importante, et pour être honnête je dirais oui. A titre illustratif, au-dessous du stade communal rue des Tourelles, il y a un ovoïde, qui est un grand réseau d’assainissement. Nous avons demandé au service d’hydraulique de la wilaya d’Alger de nous préciser exactement son circuit afin de le situer. Nous sommes en attente d’une réponse depuis plus de quatre mois ! Certes, je ne cible personne, mais l’avancement de mes projets dépend de la réponse des services concernés. Mais quand je ne reçois aucune réponse, techniquement parlant, je suis dans l’obligation de faire un ODS (ordre de service) d’arrêt ce qui induit l’arrêt de nos projets. En dépit de toutes ces contraintes, nous avons commandé une étude, validée par la DTP, pour réaliser une déviation. Dès que vous arrivez au stade, au lieu d’effectuer un demi-tour sur la rue des Pins, vous empruntez une route. Nous avons demandé à la DTP un apport et une approbation technique, depuis plus de cinq mois maintenant, aucune réponse. Ces entraves n’arrangent ni l’intérêt de nos concitoyens, ni celui de la commune. Pourtant, ce projet pourrait contribuer au désengorgement de la circulation au niveau d’Alger. Cette initiative est une merveille, mais malheureusement nous n’avons pas eu de réponse. Je profite de cette occasion pour lancer un appel pour accélérer la cadence de traitement de nos demandes notamment au niveau de la DTP. Par ailleurs, je me demande vraiment comment gérer une commune telle que Hydra avec uniquement 550 éléments ? Je ne dispose ni d’un architecte, ni d’un informaticien, ni du chauffeur personnel. Pis encore, je ne peux même pas recruter un médecin en remplacement de l’ancien qui est parti il y a cinq mois. Devant cette situation, nous avons sollicité l’ancien wali, et nous avons eu un accord de principe pour pouvoir recruter du personnel, malheureusement cette dérogation a été refusée par la Fonction publique. A cet effet, je pense que certaines communes qui ont des bonnes assises financières doivent avoir un statut particulier. Elles ne doivent pas être traitées telles que les communes démunies. Elles contribuent au développement local au niveau d’Alger. Nous avons débloqué des enveloppes conséquentes pour la réhabilitation des immeubles. Il faut restituer également aux élus locaux leurs prérogatives, et si nous voulons avancer, il faut changer le statut de la commune. Par ailleurs, notre siège ne bénéficie d’aucun dispositif policier, ce que n’est pas normal. Je souhaite que toutes ces lacunes soient prises en charge à l’avenir pour améliorer les conditions de travail des élus. 

 

El Djazair.com : Quelles sont les principales ressources financières et les moyens généraux de votre commune ? 

 

Mustapha Bouhoun  : Nous avons des rentes assez importantes. Nous avons 14 hôtels, des sociétés, et j’ai une Taxe sur l’activité professionnelle (TAP) assez importante. Nous avons également des locaux et des appartements que nous louons. Mais le montant le plus important, est celui de la TAP. Elle oscille entre 2 et 2,8 milliards de dinars par an. 

 

El Djazair.com : Quel bilan faites-vous depuis votre investiture?

 

Mustapha Bouhoun  : Vu le manque d’effectif actuel, je vous dirais que notre cadence de travail est à 30 km/heure. Si j’avais des moyens plus importants, je pourrais atteindre 70 à 80%. La commune de Bir Mourad Raïs dispose pratiquement du double de mon effectif. Nous ne pouvons pas avancer et tracer des objectifs avec un effectif réduit, ce qui ne nous permet pas d’aller en avant. Pour ne pas épuiser mon équipe, je suis malheureusement dans l’obligation de minimiser le lancement de mes projets.

 

El Djazair.com : Quelles sont les priorités de la commune de Hydra ?

 

Mustapha Bouhoun  : C’est surtout la stabilité, l’hygiène, et le suivi, c’est important. Notre commune est très propre grâce au travail de nos services, mais également au civisme de nos concitoyens. Néanmoins, je lance un appel à nos habitants afin de respecter les horaires en matière de dépôt des ordures ménagères et des déchets urbains tels que les gravats et autres matériaux non recyclables. Ma principale priorité est la réalisation de mes projets, bloqués depuis plus de 20 ans.

 

El Djazair.com : Concrètement qu’avez-vous apporté de plus à la commune de Hydra ? 

 

Mustapha Bouhoun  : J’ai essayé de changer le mode de fonctionnement de la commune de Hydra, en se rapprochant davantage des citoyens. Pourquoi ? Et bien pour combler le retard qui existait entre le citoyen et son élu. Je travaille pour normaliser la situation, et ce n’est pas facile. C’est un travail d’équipe. C’est un défi pour passer d’une méthode de travail à une autre. Le rapprochement entre le citoyen et son premier responsable a été réalisé grâce aux associations et aux représentants des quartiers. D’ailleurs, même le président de la République nous a incités à travailler directement avec les associations, tout en les impliquant dans nos différentes activités. A titre d’exemple, cette année nous avons pu distribuer, en une demi-journée, grâce aux différentes associations de notre commune pas moins de 850 couffins de ramadhan. Nous avons également ramené des pulvérisateurs pour nettoyer nos quartiers. Nous avons impliqué la société civile, et ça a donné de bons résultats. Nous avons réussi a dépasser cette mentalité de l’assistanat.

 

El Djazair.com : Peut-on dire que le secteur du logement est l’un de vos priorités ?

 

Mustapha Bouhoun  : Lors de mon installation, j’ai hérité d’un problème relatif au logement. Au début, il y avait 80 logements sociaux, qui devaient être distribués lors du mandat de l’ancien P/APC, cela n’a pas été fait. Après mon installation, le 5 décembre 2017, je suis intervenu auprès de nos responsables pour résoudre ce problème qui a failli dégénérer, et cela grâce également aux efforts de notre wali délégué et aux responsables de la wilaya d’Alger. La distribution de ces 80 logements fut ma première victoire. Le deuxième défi a trait au programme LSP de Dar El Beïda, avec 244 logements. Le projet a été bloqué et l’OPGI de Dar El Beïda a voulu rembourser aux souscripteurs leur première tranche de 1 million de dinars, payée en 2016. Ce qui a provoqué une grande anarchie au niveau de notre commune. Face à cette situation, j’ai menacé de démissionner si le projet venait à être annulé. Mais grâce à l’intervention de notre wali délégué, nous avons pu récupérer ces logements au grand bonheur des souscripteurs. Troisièmement, il fallait régler la problématique des gens qui occupent les sous-sols et les terrasses. Un grand problème que nous commençons à résoudre. Aujourd’hui, notre commune est recensée, et nous souhaitons que ces gens, dont la situation a été prise en considération, puissent bénéficier incessamment de leurs logements.

 

El Djazair.com : Quid de vos activités culturelles et sportives ?

 

Mustapha Bouhoun  : Nous allons commencer par le doyen de nos clubs qui est le Hydra Amel Chabab (HAC), créé en 1936. Il y a plusieurs personnalités emblématiques qui ont contribué à sa création, tel le défunt El Hadj Teyeb. Nous avons également le Paradou Athletic Club, l’un des meilleurs clubs algériens. En plus d’avoir créé une méthode de travail bénéfique pour le sport, le Paradou Club alimente en jeunes talents aussi bien l’Equipe nationale que les clubs européens. Nous avons un autre petit club, le RCH, présidé par Samir Ferhat, je les salue d’ailleurs pour la stabilité des personnels dirigeants. Nous avons un club de tennis présidé par Tahar Azzi, classé premier cette année au niveau national. Nous comptabilisons plus de 600 athlètes, qui participent chaque année à des tournois internationaux. Nous avons également l’OCH, présidé par Hocine Kermad, qui a défié tous les grands clubs, et qui a pu former des vice-champions du monde, et des champions d’Algérie, dans les arts martiaux et plusieurs athlètes dans l’EN.

 

El Djazair.com : Un dernier mot pour vos lecteurs ?        

 

Mustapha Bouhoun  : je félicite le peuple algérien à l’occasion du mois sacré de ramadhan, et je profite de cette occasion pour rappeler aux citoyens le respect du confinement sanitaire, et des mesures préventives pour l’intérêt de tous.

 



Articles de la même rubrique