Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 108 - Oct 2017

Go

Travaux publics

Le meilleur partenaire routier

Entreprise nationale de panneaux de signalisation (ENPS)

Par Yahia MAOUCHI



L’Entreprise nationale de panneaux de signalisation (ENPS) est une entreprise publique économique (EPE) sous forme de société par actions (SPA) à capitaux totalement publics faisant partie du groupe d’infrastructures de travaux maritimes « Gitrama ». Son capital est de 60 millions de dinars. Son siège social est sis à 16, route de Ouled Fayet-Chéraga-wilaya d’Alger. L’entreprise fabrique et commercialise pour le compte des services déconcentrés de l’Etat (DTP, DAL, APC…) les panneaux de signalisation routiers et autoroutiers, fourniture et pose de glissières métalliques et procède à la mise en œuvre des marquages sur chaussées. «Créée en 1987, l’ENPS, faisant travailler aujourd’hui plus de 260 employés, a pour objet la fabrication, la commercialisation, la fourniture et la pose des panneaux de signalisation routière et autoroutière, conformément à l’arrêté interministériel du 15 juillet 1974 relatif à la signalisation routière, la commercialisation de tous produits connexes à la signalisation tels que les portiques, potences, signalisation du chantier, signalisation lumineuse, la fourniture et la pose de marquage au sol, de glissière de sécurité, le développement et la maîtrise des nouvelles techniques et processus de fabrication des produits et accessoires de signalisation routière via des partenaires spécialisés dans le domaine de signalisation européenne classique, divers équipements de sécurité routière et électronique/lumineuse moderne », nous explique Kamel Sardi, directeur général de l’Entreprise nationale des panneaux de signalisation.
Le secteur des travaux publics constitue aujourd’hui une composante primordiale dans l’activité économique et sociale, et c’est à ce titre qu’il remplit des fonctions stratégiques dans la relance de l’économie et la promotion de l’investissement créateur de richesse et d’emplois. L’inscription des grands projets structurants à l’instar du mégaprojet de l’autoroute Est-ouest, témoigne de l’importance capitale de la place qu’occupe ce secteur dans le cadre de la mise en œuvre des grandes options d’aménagement du territoire. Ainsi, afin de préserver ses parts de marché, l’ENPS a mis en œuvre un système performant pour assurer une meilleure gestion commerciale en coordination avec les autres fonctions de l’entreprise. « Nous devons également mettre en place un comité chargé du développement de la gamme de production de l’entreprise à travers des partenariats, création des entreprises mixtes et groupements d’entreprises », prône M. Sardi. En outre, le marché de la signalisation horizontale s’est développé par rapport aux autres types de signalisation. Il s’agit donc d’une opportunité qui se présente et que l’entreprise doit saisir notamment après l’acquisition de nouvelles machines de marquage (à froid et à chaud) pour bénéficier des marges conséquentes qui se dégageront.

Un plan de développement et des partenariats
Comme chaque entreprise d’envergure importante, l’ENPS dispose d’un plan de développement et d’investissement. « Dans le cadre des aides octroyées à notre entreprise par l’Etat, nous allons vers la création de cinq pôles. Actuellement, nous disposons de deux pôles, un centre au niveau d’El-Hamiz, et l’autre à l’Est dans la wilaya de Sétif. Nous allons créer trois autres respectivement à l’Ouest, au Sud-ouest et au Sud-est du pays. Dans ce même projet, nous avons un programme d’investissement et d’acquisition de nouveaux matériels pour concrétiser cette opération.Nous disposons également d’un plan de charge qui relève des pouvoirs publics, mais comme vous le savez la signalisation routière est un domaine qui ne connait pas de limites. Donc il y a toujours l’entretien routier et le développement des nouvelles routes. Nous sommes toujours sur ces projets-là. Nous avons toujours un plan de charge, et un programme de travail qui s’accroît d’année en année, et les chiffres sont là pour l’attester», annonce notre interlocuteur.

Un chiffre d’affaires de 700 millions de dinars
Chiffres à l’appui, M. Sardi affirme que son entreprise se trouve sur la bonne voie, et que sa production ne cesse d’augmenter. « La production réalisée au 31 décembre 2016 est estimée à 694 millions de dinars, la valeur de la production valorisée avoisinant les 70 milliards de centimes. C’est la production réalisée au 31 décembre 2016 qui nous a permis de dégager une valeur ajoutée d’exploitation de 264 millions de dinars et nous avons atteint un résultat net de 25 727 961 DA. Des chiffres qui sont arrêtés au 31 décembre 2016 et qui sont validés », précise notre interlocuteur. Pour l’année actuelle, l’un des objectifs principaux de l’ENPS est l’augmentation de son chiffre d’affaires. « Nous avons des chiffres prévisionnels pour l’année 2017. Nous comptons avoir une production dépassant les 790 millions de dinars. Donc, ce sont 79 milliards de centimes de chiffre d’affaires qui sont arrêtés sur des commandes fermes pour cette année et certainement  il y aura de nouvelles commandes. En outre, dans le compte des résultats prévisionnels pour 2017 et avec ce plan de charge confirmé, le résultat net sera de 46 720 000 de dinars pour cette année », se réjouit-il.

Un partenariat avec des producteurs locaux et étrangers
Pour étendre son réseau et améliorer la qualité de ses produits et services, les responsables de l’ENPS ne lésinent pas sur les moyens, mais également sur le partenariat qui demeure une clef de réussite pour les grandes sociétés.
A cet effet, les responsables de l’ENPS ont noué des contacts pour un partenariat avec les Portugais, mais également des négociations avec les Allemands pour produire localement certains éléments entrant dans la signalisation routière. « Ces programmes de partenariat avec les Portugais nous permettront d’avoir de nouveaux produits qui se font dans les pays développés, tels que les panneaux à messages variables (PMV). Nous avons également lancé un projet de partenariat public-public avec l’ENIE de Sidi Bel Abbes qui se chargera de la partie électronique. C’est un projet qui est en bonne voie. Cela rentre dans le cadre du développement de cette entreprise qui va nous permettre le transfert de technologie et de savoir-faire, mais également l’amélioration de nos prestations pour une signalisation moderne», affirme-t-il. Pour la matière première, notamment l’aluminium, l’ENPS s’approvisionnera auprès de certains producteurs locaux. « Actuellement, on intervient pratiquement seule, puisque ce sont des produits classiques qu’on sait bien faire, mais nous avons des partenaires pour la fabrication des panneaux en aluminium. Un produit solide et plus léger et de meilleure qualité. Nous avons également un plan de développement pour les nouveaux panneaux lumineux et à messages variables dont la concrétisation en partenariat avec les étrangers demeure indispensable. On prévoit même des messages qui seront incrustés dans ces panneaux dont des messages d’indication, de préventions, et d’orientation», dira-t-il.

Une bonne formation pour assurer un bon travail
Outre les différents partenariats noués, les responsables de l’ENPS ne se hasardent pas quant à la qualité de la formation qui demeure la clef de réussite de toute entreprise. « Nousavons un plan de formation de qualité pour améliorer le niveau de qualification de nos éléments à travers des formations de qualité afin d’être au diapason des nouvelles technologies qui requièrent beaucoup de savoir-faire en collaboration avec notre groupe Gitrama», souligne M. Sardi. Tout plan de développement est adossé aux programmes de formations et des qualifications plus élevées. « Nous avons les éléments nécessaires pour cela, il suffit juste d’une bonne adaptation. On exige un profil d’un certain niveau, pour que nous puissions maitriser ces machines modernes », dit-il. Par ailleurs, l’ENPS dispose d’un programme d’investissement qui requiert l’acquisition de nouvelles machines d’automatisation pour répondre aux besoins de ses clients, mais également pour accompagner sa politique de leader dans le marché de signalisation routière et autoroutière en Algérie. Pour lui donner plus d’envergure, les responsables de l’ENPS disposent d’un programme de construction du nouveau siège. « Pour accompagner notre croissance et élargir nos activités, nous avons pu avoir un terrain pour construire un nouveau siège à Alger, et nous comptons le réaliser dans de courts délais », nous confie M. Sardi.

Un leader dans son domaine
Etant donné qu’elle est la seule entreprise publique au niveau national dans le domaine de la signalisation routière, l’ENPS intervient au niveau des 48 wilayas du pays. « L’ENPS est présente pour la mise en place de la signalisation routière et autoroutière. Nous sommes la seule société publique active dans ce domaine. Actuellement nous avons des marchés sur l’autoroute Est-ouest, pour les wilayas qui sont situées sur cette autoroute, telles que Sétif, Bordj Bou Arreridj, Alger, nous sommes chargés en fait de réaliser les signalisations sur portiques et potences et d’installer les différents panneaux. Nous avons également des marchés avec l’Agence nationale des autoroutes (ANA). Il s’agit de la réalisation de panneaux à l’Est et à l’Ouest du pays. Ce sont des panneaux surpotences d’interdiction de circuler sur la voie immédiatement à gauche pour les poids lourds. Nous avons également des programmes pour l’entretien routier au profit des DTP», précise notre interlocuteur.
En outre, l’ENPS a décroché plusieurs projets de marchés publics en procédure de gré à gré pour la réalisation des carrefours types, avec des produits de qualité supérieure et ce avec portique et potence.
« En fait, nous sommes chargés de fournir tous les éléments inhérents à l’aménagement des carrefours. Autrement dit, des panneaux directionnels. Actuellement, nous sommes au stade de réalisation. Ce sont des marchés importants, et à chaque fois qu’il y a des tronçons dans le cadre des réseaux routiers et autoroutiers, l’ENPS est toujours partie prenante pour la partie signalisation», ajoute-t-il.

Des produits fabriqués selon des normes algériennes
En plus de la bonne qualité de tous ses produits, l’ENPS respecte les normes algériennes reconnues dans ce domaine. « Tous nos produits sont fabriqués selon les normes nationales. Nos panneaux sont normalisés, en dimension, en caractère, en hauteur, et même codifiés. Donc, on travaille selon les normes algériennes en vigueur. On est tenu également de respecter les normes admises, telles que le dosage de la peinture homologuée par le ministère des Travaux publics et des Transports.
L’ENPS est la seule société en Algérie disposant du marquage à chaud. Nous disposons également des machinesmodernes qui répondentaux normes, et qui fabriquent des produits homologués », rappelle M. Sardi. Dans le même ordre d’idées, notre interlocuteur indique que son entreprise a introduit de nouveaux produits, mais également de nouveaux matériaux. « Dans le cadre de notre plan de développement, nous avons introduit de nouveaux produits avec de nouveaux matériaux. On fait de la tôle, de l’aluminium, et on fait même d’autres produits à base d’alliage qui sont plus légers. Les choses ont évolué de manière à nous engager à chercher au moindre coût les nouveaux matériaux qui répondent toujours aux normes. Ce sont des matériaux plus légers, durables et inoxydables. Actuellement, la tendance est à l’électronique. Notre politique exige de se positionner par rapport à ces produits électroniques, et avec des partenaires sûrs », précise-t-il. Il convient de rappeler que les pouvoir publics ont consacré tout un programme en cours de concrétisation pour la confection des plaques minéralogiques des voitures modernes, un projet auquel l’ENPS est appelée à être associée. «Certes c’est un projet qui est encore au stade de discussion, mais on est partie prenante. C’est un programme très important à l’échelle nationale vu le volume de notre parc automobile qui est d’une même importance. Et si nous arrivons à décrocher le marché des plaques, ce sera une très bonne affaire pour nous», souhaite notre interlocuteur.

Les perspectives de l’ENPS
Pour répondre aux demandes de ses clients, les responsables de l’ENPS, qui ne disposent aujourd’hui que de deux pôles, s’attellent à matérialiser la réalisation de nouveaux pôles. « Aujourd’hui, nous disposons uniquement de deux sites. Celui de Cheraga et d’El Hamiz. Notre objectif est d’aller vers les clients, et cela à travers la création d’autres pôles, qui sont déjà inscrits dans notre programme, à savoir celui de l’Ouest, de l’Est, du Sud-est et du Centre. Pour atteindre cet objectif, nous effectuons des sorties avec les responsables locaux pour voir les sites disponibles. C’est le cas d’ailleurs de Sétif, où l’ancien wali nous a accordé un terrain, et à chaque fois qu’on trouve un site, nous procédons directement à la concrétisation de cette opération », indique le premier responsable de l’ENPS. Chaque pôle créé aura sa spécialisation.« Le partenariat avec l’ENIE se fera pour les PMV. Pour d’autres partenaires nous allons nous contenter de la fabrication de produits classiques qui existent actuellement, et qui répondent aux normes. Ce seront en quelque sorte des filiales de l’ENPS », poursuit-il. Rappelons qu’en plus de la signalisation, l’ENPS assure le marquage du réseau routier et autoroutier. « L’ENPS intervient dans les 48 wilayas aussi. Actuellement, nous avons un programme avec la DTP de Tindouf pour assurer le marquage de son réseau routier et autoroutier. Nous intervenons également sur les aérodromes, en assurant le marquage des pistes d’atterrissage. Nous sommes également présents au niveau du secteur ferroviaire et des transports en général. Nous avons également réalisé les plans de circulation de la ville de Constantine. Il en va de même pour les zones d’activité, telles que celles de Rouïba et de Reghaïa où on intervient pour faire un plan d’aménagement de ces zones par les plaques de signalisation », précise M. Sardi. Dans le même ordre d’idées, notre interlocuteur rappelle également que son entreprise était présente sur le tunnel de Djebel El-Ouahch à Constantine. « Nous avons procédé à l’installation des ralentisseurs, des glissières métalliqueset autres éléments autoroutiers et de signalisations nécessaires ».

L’ENPS à la conquête de nouveaux marchés africains
En plus du partenariat étranger avec des leaders dans le domaine de la signalisation routière et autoroutière, l’ENPS s’apprête à conquérir les marchés africains, notamment ceux des pays voisins, tels que la Libye et la Tunisie. « En dehors de l’Algérie, nous avons des projets de partenariat avec les Allemands, qui sont des fabricants de glissières métalliques, et d’autres produits. Nous voulons également nouer des partenariats permettant d’intervenir dans les pays africains limitrophes, et leur fournir nos prestations. C’est un projet à l’état « embryonnaire », mais qui rentre dans le cadre de notre stratégie à moyen terme. Nous savons très bien faire notre métier, mais le partenaire a déjà un réseau sur place. Donc, on va utiliser son réseau dans le cadre de la loi algérienne. Ce sera le cas pour la Libye qui demeure un grand chantier pour nous. Mais pas pour le moment.» « L’ENPS aura sa part de marché. Ce sont des projets à moyen terme, pour lesquels on se prépare déjà. Il y a des procédures à respecter, mais on a cette vision d’aller travailler dans les pays limitrophes. On a l’expérience dans le sud, comme nous disposons également de tous les moyens nécessaires pour intervenir dans ces pays », rassure-t-il.

L’ENPS fait face à une concurrence déloyale
Malheureusement, certaines de nos routes sont équipées de matériaux de signalisation et de sécurité contrefaits, ce qui peut contribuer à la hausse de la mortalité routière. Mais là où le bât blesse, c’est que ces produits sont non homologués !« C’est désolant de voir que sur certaines routes on trouve des panneaux ou des glissières de sécurité métallique qui ne répondent pas aux normes. Hélas, ce sont des produits non homologués et contrefaits, l’épaisseur des matériaux ne répond pas aux normes, et ce ne sont pas des produits ENPS, alors qu’il existe des produits homologués par le ministère de tutelle. Donc, c’est une concurrence déloyale, puisqu’ils sont moins chers. En plus des risques qu’ils font courir aux usagers de la route, ce sont des marchés perdus pour l’ENPS », dénonce M. Sardi. « Nous devons mettre fin à cette pratique. J’insiste sur ce point important, car nous ne devons pas jouer avec la vie des citoyens. Il est inacceptable de voir ce genre de produits contrefaits qui ne répondent pas aux normes sur nos autoroutes. Il en va de même pour les produits de marquage non homologués qui sont utilisés, alors qu’il y a toute une liste de produits homologuée, validée par les pouvoirs publics, et nous sommes tenus de la respecter », insiste-t-il. Mais qui en est responsable ? Selon notre interlocuteur, le premier responsable serait le maître d’ouvrage. « La responsabilité incombe aux gens qui contrôlent et qui réceptionnent ces projets-là. Il faut signaler dans le cahier des charges que le produit doit être homologué. C’est important pour que les gens n’achètent pas n’importe quel produit moins cher qui est disponible. Il faut arrêter cette pratique », insiste-t-il.

L’ENPS, une société qui a de l’avenir
L’ENPS est une société qui a de l’avenir parce qu’elle est dans un domaine très sensible. « Souvent, les pouvoirs publics ne cessent de rappeler l’importance de la sécurité des citoyens sur nos routes, et celle des usagers de la route s’il y a une bonne signalisation adaptée, visible et de qualité, je pense que cela aura un impact certain sur la diminution des accidents de la route », estime-t-il, avant de préciser que son entreprise intervient suivant la demande de ses clients. « Nous travaillons toujours avec abnégation pour répondre aux besoins de nos clients et honorer ainsi nos engagements quel que soit l’endroit sur le territoire national», affirme-t-il. Il convient de savoir que l’ENPS fait partie de l’association « Tariqes-salama », mais également de l’Institut algérien de normalisation (Ianor).« Nous sommes présents dans tout ce qui est à trait à la route en général, homologation, sensibilisation, participation dans tout organisme ou association dans le domaine de notre compétence, que ce soit le réseau routier ou autoroutier. Nous avons un représentant permanent au niveau de cet organisme étatique. On participe aux événements organisés par cet organisme, et on donne notre avis en tant que spécialiste du domaine », conclut-il.
Il est à rappeler que l’activité de fabrication et de commercialisation des panneaux de signalisation était assurée jusqu’en 1974 par un opérateur français Van Rossem. A la suite du départ de ce dernier, l’Etat algérien a pris en charge cette entité économique en l’intégrant dans le domaine public conformément aux dispositions législatives et réglementaires en vigueur à l’effet d’assurer la continuité de l’activité et de répondre aux besoins de ses services. L’ENPS est issue de la restructuration de la Société nationale des travaux publics (SNTP) et des ex-établissements Van Rossem (1959). Elle a été créée par décret 87-130 du 19 mai 1987.

Y. M.



Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Cybercriminalité
Par Dr. Djalila RAHALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF