Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 104 - Avril 2017

Go

Travaux publics

Le partenaire de qualité

Laboratoire d’études maritimes

Par Smail ROUHA



Fondé en 1979 en tant qu’entreprise économique, constitué exclusivement par des apports de l’Etat, sous forme de titres participatifs détenus par la Société de gestion des participations de l’Etat – Travaux publics « Sintra », le Laboratoire d’études maritimes (LEM), Bureau d’études d’ingénierie maritime et portuaire, relève aujourd’hui du groupe Geica en application de la résolution adoptée en mars 2015 par le Conseil des participations de l’Etat (CPE), qui prévoit la reconfiguration du secteur public marchand dans le domaine des travaux publics. Intervenant dans les activités liées aux infrastructures portuaires et maritimes (ingénierie, simulation en laboratoire, expertise, environnement et assistance à maitrise d’ouvrage) et à l’hydraulique des barrages (reconnaissances et simulation en laboratoire), son terrain de prédilection est celui des travaux publics. Domicilié à Hydra, le laboratoire, dont le slogan est « Un Partenaire de qualité à votre écoute », est représenté par deux antennes régionales à l’Ouest (Oran) et à l’Est du pays (Annaba).
Ses activités consistent en l’étude et l’établissement de tous projets de travaux publics ou privés, et les études d’aménagements d’ouvrages portuaires, maritimes et hydrauliques. Le Laboratoire intervient également dans les études de gestion, d’organisation des ouvrages précités, et l’expertise, le suivi, le contrôle des travaux des ouvrages maritimes et hydrauliques. En somme, son domaine d’activité, ce sont notamment les études portuaires (ports de commerce, ports de plaisance et ports de pêche), les études de protection de côtes, les études d’impact sur l’environnement, l’envasement et l’ensablement des ports. A cela, s’ajoutent les études de certains types de projets hydrauliques. « Le Laboratoire assure également des prestations d’assistance technique aux maîtres d’ouvrages. En somme, le Laboratoire mène des études sur modèles réduit physique », souligne M’Hamed Boudouma, directeur général du Bureau d’études, qui précise qu’« aujourd’hui, nous sommes une équipe 100% algérienne, mais cela ne nous empêche pas de faire appel à l’expertise étrangère, y compris danoise, pour le traitement de problèmes complexes».

Un capital humain performant
Pour honorer ses engagements et répondre aux exigences de ses clients, le Laboratoire dispose d’un potentiel humain pluridisciplinaire, diplômé des grandes écoles de génie civil, hydraulique, travaux publics. Ce potentiel est de l’ordre de 295 salariés. Il comprend plusieurs équipes pluridisciplinaires formées de 102 Ingénieurs et 60 Techniciens et autres formés dans les spécialités et domaines : génie civil, travaux publics, hydraulique, géologie marine, aménagement du littoral, géophysique, etc… Par ailleurs, le Laboratoire a adopté une politique de formation pour la mise à niveau continue des compétences. Le LEM dispose d’un centre de documentation riche en données, orienté essentiellement pour répondre aux besoins de son encadrement dans les domaines scientifique, technique et administratif, et participe à l’information de ses ingénieurs, à leurs activités et à la veille technologique. Tous ces agrégats ont permis au Laboratoire d’accroitre son chiffre d’affaires au fil des ans et des projets.
 

Evolution du chiffre d’affaires
Année    Chiffre d’affaires
2014     707 475 000 DA
2015     825 492 000 DA
2016     1 074 456 186 DA

Au diapason des normes de management
Pour mieux répondre aux exigences induites par la concurrence, le Laboratoire d’études maritimes a mis en place une nouvelle organisation. C’est ainsi qu’un nouveau système de gestion de carrière a été adopté. Celui-ci repose sur la mise en place de procédures de l’évolution professionnelle au sein du LEM et relativement à chaque poste de travail. L’objectif est de développer les compétences à même de disposer d’un atout attractif pour le recrutement des compétences nouvelles tout en conservant ses compétences et limiter le turn-over pour les postes- clés. Et pour se maintenir au niveau de compétitivité, il a été décidé de se mettre au diapason des grands bureaux d’études en adaptant son organisation aux standards internationaux. L’objectif est de doter l’entreprise d’une organisation efficace, adaptée au métier et capable de réaliser les synergies nécessaires tout en préparant la relève d’ici 2020 en identifiant dans le gisement de compétence actuel, les managers de demain.
Le nouveau système organisationnel exige de ce fait de procéder à des formations/sensibilisation envers l’encadrement pour la préparation au changement. Il suppose également un coaching des responsables de structure et un training des ingénieurs. Il implique également l’esquisse d’un Business Plan.

Des moyens en adéquation
« Notre force réside dans nos équipements notamment nos modèles réduits physique », révèle M’Hamed Boudouma. Etant l’un des rares bureaux d’études y compris à l’international à proposer des études intégrées, prenant en compte toutes les étapes d’un projet, le Laboratoire propose des essais sur modèle réduit en trois dimensions (bassin à houle 3D), et en deux dimensions (canal à houle 2D). Pour l’aspect moyens, un budget conséquent obtenu grâce à un crédit bancaire a permis au LEM de procéder à une modernisation de ses moyens d’études. Il s’agit de l’acquisition de :
Logiciels professionnels liés à son domaine d’activité
Mise à niveau de sa plate-forme informatique avec connexion Internet en H24 sur l’ensemble des postes de l’entreprise et en VPN pour les postes distants
Matériel bathymétrique (sondeur multifaisceaux)
Matériel de reconnaissances sur navire (ROV performant)
Matériel de modélisation physique (batteur à houle directionnel)
Moyens de modélisation numérique (mise à jour des versions acquises)
Tous ces moyens nouvellement acquis prévoient des formations contractuelles avec chaque fournisseur. En outre, le Laboratoire dispose de tous les moyens adéquats pour la reconnaissance en mer. Il s’agit pour la topographie de stations totales DGPS, d’un système DGPS GNSS, de récepteurs GPS, de modems Radio, de logiciel de traitement de données GPS, et de scanner laser 3D. Pour les essais en hydraulique maritime, le Laboratoire dispose, entre autres, de :
Canaux à houle mesurant chacun 40m de longueur, 1m de hauteur et 60cm de largeur et équipés de deux batteurs à houle de 0,60m de largeur et de 1m de hauteur,
Bassins à houle dont quatre ont les dimensions de 26mx19mx1m et un bassin de 34mx19mx1m
Batteurs à houle à pistons hydraulique pouvant générer un front de vague de 5.50m et une hauteur de 1m.
Chaines automatiques de génération et d’acquisition de la houle équipés de deux logiciels spécialisés tel que wavegen (pour la génération de la houle régulière et irrégulière) et wave (pour l’acquisition des mesures de la houle
Chaine d’acquisition des données pour la mesure de tenue de navire à quai
Scanner laser 3D pour la mesure en modèles à fond mobile des différentes variations des fonds.
Tandis que pour les essais en hydraulique fluviale, le laboratoire est équipé de chaine de génération de débit comprenant un bac à charge constante, un bac tranquilisateur, un seuil triangulaire de type Thomson pour la mesure du débit, et de pompes hydrauliques permettant de générer les débits de 50l/s et 100l/s.

Des réalisations de qualité
Seul laboratoire et bureau d’études d’ingénierie possédant une longue expérience au niveau national et international, le Laboratoire d’études maritimes a participé à la réalisation de nombreux projets en ingénierie maritime et en génie côtier, assistance technique, hydraulique, sédimentologie, aménagement portuaire, protection de côte, étude d’impact sur l’environnement…Et parmi ses réalisations, on peut citer le suivi et le contrôle des travaux de confortement des jetées nord et est de la base navale de Mers El-Kébir (Oran), le suivi des travaux d’aménagement du port de pêche et de plaisance de Marsa Ben M’hidi (Tlemcen), l’aménagement du port de pêche et de plaisance d’El-Aouana (Jijel), l’aménagement du port de pêche et/ou de plaisance d’El-Kala, Chetaibi, Oued Z’hor, Tala Guilef, Beni K’sila, Cap Djinet, Raïs Hamidou, Cherchell, Gouraya, Salamandre. La société a, en outre, mis au point une série d’études : étude de réalisation d’un port de plaisance à Tamanart (Collo), étude d’extension et de protection de l’abri de pêche d’El-Marsa (Skikda), étude d’extension de l’ancien port de Skikda, étude de faisabilité d’un port sec à Chelghoum Laïd, étude d’impact sur l’environnement des dragages des ports de Beni Saf et Bouzedjar (Aïn Témouchent).
Actuellement, la Laboratoire travaille sur la validation des dossiers d’exécution et suivi et contrôle des travaux de la première Marina privée en Algérie. Les mêmes prestations sont offertes aux entreprises étrangères intervenant sur le littoral national. « Notre principe repose sur la diversification de notre clientèle étant donné que le secteur historique (secteur des Travaux Publics), même si nous participons à hauteur de plus de 80 à 90% de ses projets, il ne représente qu’environ 60 à 70% de notre chiffre d’affaire. Nous sommes contraints de rechercher et d’obtenir les 30% à 40% restant de notre plan de charge auprès d’autres clients publics ou privés aussi bien nationaux qu’étrangers », indique M’Hamed Boudouma.

25 ans de présence à l’international
Pour augmenter son portefeuille clients, le Laboratoire, au vu de ses moyens et compétences, s’est lancé, via son Centre d’essais en modèles réduits, sur le marché international, en dépit de la concurrence des grands bureaux d’études étrangers. Concernant les pays pour lesquels le Laboratoire a offert ses services, on citera La Libye, le Bénin...en Afrique, le Liban au Proche-Orient qui est l’un de ses clients assez fidèles. En Europe, le Laboratoire a déjà travaillé en France notamment à Marseille et Cannes. En effet, le Laboratoire s’est chargée des études hydrauliques sur modèle réduit physique du port de pêche de Syrte (Libye), des essais en modèle réduit physique pour la définition d’un récif artificiel de surf en projet d’implantation dans la baie de Bourail en Nouvelle-Calédonie, d’une étude de l’amarrage (tenue de navire à quai) d’un pétrolier au port autonome de Marseille (France), d’une étude de stabilité en canal à houle et bassin à houle de la protection d’un terre-plein exondé sur la mer à Bastia (France). Le LEM s’est vu aussi confier une étude hydraulique sur modèle réduit physique d’une protection de côte à Cotonou (Bénin), d’une étude hydraulique sur modèle réduit physique du confortement de la digue du vieux port de Cannes (France) et enfin d’une étude d’agitation et de stabilité des ouvrages du port de commerce de Saïda (Liban).

Réalisations à l’international
Etude en modèle réduit physique de l’extension du terre-plein Nord du port de Bastia (France)
Etude en modèle réduit de confortement de la jetée du large du port de Marseille (France)
Etude en modèle réduit de la marina de Summerland (Liban)
Etude de stabilité en modèle réduit des ouvrages de protection de la marina de Tripoli (Libye)
Etude en modèle réduit des ouvrages de protection du port de Cannes (France)
Etude d’aménagement du port de Saida (Liban) – Etude en modèle réduit
Etude en modèle réduit d’un récif artificiel de surf dans la baie de Bourail (Nouvelle Calédonie)
Etude en modèle réduit de l’épi Siafato à Cotonou (Benin)
Etude en modèle réduit physique en bassin à houle de la stabilité de la protection de Bordj Hamoud et Jdaideh (Liban)

Le management de qualité
Pour aller plus loin que la simple gestion d’actions d’amélioration et s’assurer de progresser dans la durée, rien de tel que de s’appuyer sur les meilleures pratiques professionnelles inscrites dans la norme leader dans le monde l’ISO 9001. Dans ce sens, le laboratoire d’études maritimes a le souci permanent d’améliorer et d’assurer une meilleure maîtrise du processus d’élaboration des études de projet qui lui sont confiés. Son système de management de qualité est certifié selon la norme ISO 9001 version 2001 depuis 2004. Depuis, son système de management de la qualité a évolué. Aujourd’hui, il s’est fait certifier à la norme ISO 9001 version 2008 par l’organisme Moody Algérie. En perspective, il se prépare pour le passage prochainement de la norme ISO 9001 version 2008 à la version 2015.

S. R.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Smail ROUHA

Les plus lus

L’Algérie avant tout
Par AMMAR KHELIFA.

Protection civile
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF