Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 106 - Juil 2017

Go

Travaux publics

Une jonction socioéconomique

Mise en service d’une section de la pénétrante de Béjaïa

Par Yahia MAOUCHI



Lancé officiellement le 27 avril 2013 lors de la visite du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, une section s’étalant sur 42 km  de la pénétrante allant du port de Bejaia à Ahnif dans la wilaya de Bouira sur un parcours de plus de 100 km, a été enfin mise en service,au grand bonheur de toute la population de « Bgayet ». Cette section est conçue de sorte à assurer la liaison avec l’autoroute Est-Ouest. Elle donnera ainsi un nouveau souffle économique et social à la wilaya de Bejaia. M. Talai, accompagné du wali, a été accueilli par les autorités locales, la population et les travailleurs chinois et algériens de l’entreprise de réalisation en présence de l’ambassadeur de Chine. Sur place, le ministre a procédé à la pose de la première pierre du dédoublement du chemin de wilaya 141 reliant Amalou à Boudjellil. Après avoir visionné sur écran les différentes étapes des travaux réalisés par l’Agence nationale des autoroutes, le ministre a procédé à l’inauguration du tronçon et à la mise en service de cet axe routier, reliant la commune d’Akbou à Ahnif qui permettra de décongestionner la circulation en direction de la capitale. En félicitant les Bougiotes pour cet acquis, M. Talai a saisi cette occasion pour adresser ses remerciements à l’ensemble des élus locaux qui ont veillé à la réalisation de cet infrastructure de base bénéfique à leur localité. « D’ici l’achèvement de cette pénétrante, Béjaïa sera reliée à la capitale en deux heures trente. La seconde section reliant les échangeurs Akbou-Amalou et Ighzer Amokrane-Sidi Aich, sur 10 km, sera achevée en juillet prochain et les travaux se poursuivront jusqu’au port de Béjaïa pour parachever les 100 km de cet axe routier », a souligné le ministre, qui s’est montré optimiste quant à l’achèvement total de ladite pénétrante avant la fin de l’année en cours. Présents en force lors de cette inauguration, les habitants des communes d’Ighil Ali, Boudjellil et Aït R’zine, qui ont déjà eu à soulever le problème d’un échangeur au niveau de cette localité, ont vu leur revendication satisfaite car prévue initialement dans le projet. La réalisation de l’échangeur leur permettra de rallier directement la pénétrante, au lieu d’aller jusqu’à Akbou à 20 km ou Ath Mansour à 15 km, a été promise par le ministre des Travaux publics et des Transports. Ainsi, la pénétrante autoroutière, Béjaïa-Ahnif, d’une longueur de 100 km, est réalisée avec un profil de deux fois trois voies, avec 60 ouvrages d’art totalisant un linéaire de 13 km, un tunnel de 1,700 km, 7 échangeurs répartis entre les communes de Tala Hamza, Amizour-El Kseur, Ighzer Amokrane-Sidi Aich, Akbou-Amalou, Boudjellil-Aftis, Ait Bouali-Beni Mansour et Ahnif-Autoroute Est-Ouest et une bretelle de raccordement de 324 mètres avec l’autoroute par un ouvrage sur oued Soummam. L’enveloppe financière allouée est de 101 milliards de dinars, dont 60 milliards de dinars ont été consommés pour ce tronçon inauguré.
De son côté, le responsable de l’ANA a souligné qu’en plus de la réalisation de cette pénétrante, la wilaya de Béjaïa a bénéficié à travers l’expérience des entreprises de réalisation de la formation de 19 ingénieurs qui prendront le relais des travaux de maintenance et le suivi des ouvrages de cette pénétrante. Des ingénieurs qui ont été, d’ailleurs, honorés à cette occasion par le ministre et le wali de Béjaïa.  Interrogé par El Djazair.com sur l’impact socio-économique de cette infrastructure de base, le wali de Béjaïa, Mohamed Hattab, a affirmé que sur le plan social, cette pénétrante induira indéniablementdes des avantages certains pour l’ensemble de la région, dont les plus importants sont : l’amélioration des conditions de déplacement et e gain de temps, le désengorgement des axes actuels, notamment les RN 26 et 12, la diminution du nombre d’accidents, la fixation des populations rurales par le désenclavement des zones traversées et le développement des activités industrielles, agricoles, artisanales et touristiques de la région. Sur le plan économique notre interlocuteur rappelle que ce projet, une fois achevé, va permettre de relier le Nord au port de Béjaïa. « Un port qui s’est imposé en matière d’activités commerciales. Il est le premier  port d’Algérie en termes de cette activité. Ce projet structurant va donner une plus-value certainement à ce volet économique. De plus, une fois achevé, Béjaïa sera reliée à la capitale en deux heures et demie ou trois heures. Ce que n’est pas le cas, hier, dans un passé récent, c’était insoutenable surtout en période estivale. « Maintenant avec ce projet structurant nous allons passer aussi, en attendant l’achèvement du projet, au dédoublement du chemin de wilaya 141 reliant Amalou à Boudjellil, pour avoir un meilleur confort pour les usagers de la route », se félicite M.Hattab.

La nouvelle gare maritime opérationnelle cet été
Le ministre a, par ailleurs, passé en revue au port de Bejaia l’avancement des travaux de la nouvelle gare maritime, dont l’achèvement est prévu avant le début de la prochaine saison estivale. Le projet d’un coût de plus de quatre milliards de dinars est une œuvre magistrale sur les plans architecturale et fonctionnelle. Il est conçu pour traiter 500.000 voyageurs et 100.000 véhicules par an. M. Talai a insisté sur le respect des délais de réalisation de cette importante infrastructure qui enregistre un taux d’avancement global de 80% et qui ouvrira de grandes perspectives pour le développement du tourisme dans la région. Le ministre a instruit le directeur de l’entreprise Batimetal d’accélérer la cadence des travaux et de renforcer les équipes pour achever le projet dans le délai fixé au mois de juin prochain et en cas de défaillance, l’achèvement des travaux sera assuré par l’entreprise portuaire de Bejaia.  Il est à préciser que la gare a été réalisée avec une architecture moderne et des moyens et services de haute facture. Sur place, le chef de l’exécutif de la wilaya a instruit le responsable de l’entreprise d’achever les travaux au mois de mai prochain. Le seul reproche fait par le chef de l’exécutif au bureau d’études est de n’avoir pas veillé au mariage de l’architecture de la façade extérieure de la gare maritime avec l’environnement existant tout au long de la baie. Pour rappel, les travaux de construction de cette nouvelle gare maritime, lancés en 2013, ont été confiés à l’entreprise publique Batimetal. Le coût du projet est de l’ordre de 4 milliards de dinars, puisés sur fonds propres de l’Entreprise portuaire de Béjaïa (EPB). Avec la mise en service de cette nouvelle gare maritime, les conditions seront réunies pour assurer un meilleur transit aux voyageurs. En plus de la qualité d’accueil et de l’organisation des formalités de contrôle, qui seront meilleures, les délais d’embarquement et de débarquement seront réduits. L’objectif est de traiter un car-ferry en moins d’une heure.

Inauguration du pont d’Oued Rekham à Bouira
Poursuivant son périple, le ministre s’est dirigé, à travers cette nouvelle route, vers la wilaya de Bouira où il a été accueilli à l’échangeur Ahnif-autoroute Est-Ouest par le wali et les responsables du secteur de cette wilaya. Boudjemâa Talai a procédé, par la suite,à la mise en circulation du tronçon PK 190 au niveau du village Oued Rokham qui a subi des travaux de renforcement. En ce lieu, le ministre a eu droit à la présentation détaillée de la situation relative à la mise à niveau du tronçon autoroutier Bouira-Lakhdaria d’une distance de 33 km, qui, à vrai dire, accuse des retards pour des raisons techniques et de difficultés des sols considérés mouvants. Au niveau du PK186, le ministre avait toutes les raisons d’être fier de cette réalisation, considérée à juste titre comme une prouesse, avec la réalisation d’un viaduc en lieu et place de l’ancienne route ordinaire.Un viaduc qui est réalisé par une entreprise algérienne, et des ingénieurs algériens et formés en Algérie. Ainsi, sur les 33 km à réhabiliter, 27 ont été accomplis et il reste 7 km à parfaire. Et selon la déclaration du ministre, d’ici le mois de mai prochain, tous les travaux de ce chantier seront achevés de manière complète. Le ministre, a appelé à cette occasion les responsables du chantier à accélérer la cadence des travaux pour livrer ces sections le plus rapidement possible. Enfin, en répondant à une question sur le péage pour cette autoroute qui nécessitera beaucoup d’argent pour son entretien et dont le péage constituera un moyen pour l’assurer, le ministre, précise que « ce n’est qu’après l’achèvement de la totalité de l’autoroute Est-Ouest avec les mises à niveau et la pose de tous les équipements nécessaires ainsi que les structures d’accompagnement, qu’on pourra parler de péage », tranche M. Talai.
Y. M.



Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

Le général-major Mohamed-Salah Benbicha
Entretien réalisé par Leila BOUKLI.

Afripol
Par Yahia MAOUCHI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF