Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 105 - Mai 2017

Go

Travaux publics

Rigueur, autonomie et efficience

Algérienne des autoroutes

Par Smail ROUHA



Le transport représente un des piliers fondamentaux du développement durable et de la prospérité de tout pays. Des systèmes de transport efficaces et des réseaux modernes sont donc une nécessité pour le développement économique, le bien-être social, la production à grande échelle et la préservation de l’environnement. Aujourd’hui, nul ne peut contester le rôle essentiel de la route dans le développent économique d’un pays. D’autant que l’interdépendance entre la croissance économique et les transports routiers est bien établie et admise par tous. En effet, une croissance économique soutenue crée inéluctablement de nouveaux besoins en transport. Et inversement, comme dans les mathématiques, l’amélioration des transports provoque un effet d’entraînement sur l’économie.
En Algérie, le secteur du transport connaît une véritable mutation. Un grand nombre de projets ont été réalisés ou sont en phase de réalisation, afin de rendre ce secteur plus performant et plus efficace dans sa contribution dans le développement économique du pays. « Dans ce cadre, l’Algérienne des autoroutes , en tant que maitre d’ouvrage délégué du ministère des Travaux publics et des Transports, et à travers les missions qui lui sont confiées comme établissement public, assure la prise en charge des projets routiers et autoroutiers en cours de réalisation et/ou en perspective faisant partie du Schéma Directeur Routier Et Autoroutier du ministère des Travaux publics et des Transports, maitre de l’ouvrage, et est chargée de réaliser et d’assurer le suivi de faisabilité, de conception d’avant-projet d’exécution des travaux », indique Ali Khelifaoui, Directeur général de l’Algérienne des autoroutes . Effet, en plus de l’études et du développement de l’engineering des ouvrages, l’Algérienne des autoroutes est également chargée de la réalisation et de l’équipement des autoroutes, ainsi que leurs dépendances. Comme elle a pour missions d’assurer la gestion, l’exploitation, la surveillance, l’entretien et la maintenance de la totalité des tronçons d’autoroutes et de leurs dépendances qui lui sont confiés. Elle assure, le cas échéant, la maîtrise d’ouvrage déléguée, pour les opérations concourant à la réalisation des infrastructures et équipements, destinés à l’exploitation des autoroutes à péage.

Flash-back sur une fusion rationnelle 
Fruit de la fusion de l’Agence nationale des autoroutes (ANA) et de l’Algérienne de gestion des autoroutes (AGA), l’Algérienne des autoroutes a été fondée en février 2016 dans le but d’avoir une meilleure efficience et une centralisation de la prise en charge des missions de réalisation et de gestion des infrastructures autoroutières. Une fusion rendue nécessaire au fait que le secteur des travaux publics a enregistré un volume d’investissements publics considérable depuis 2001. Pour mener à bien ces projets, le secteur s’était appuyé sur l’ANA qui a été rejointe, plus tard, par l’AGA afin de garantir le développement optimal de l’infrastructure autoroutière du pays. La politique de l’époque visait à la séparation entre deux missions principales, la réalisation des infrastructures autoroutières, qui a été confiée à l’ANA, d’une part, et la gestion des réalisations attribuée à l’AGA. Mais à l’approche de l’achèvement des travaux de l’autoroute Est-ouest, qui coïncide avec le lancement de plusieurs pénétrantes sur le territoire national, le ministère des Travaux Publics et des Transports a opté pour une fusion entre les deux agences. D’autant plus que l’expérience a montré la nécessité d’un regroupement des deux missions de réalisation et de gestion en une seule entité. La recherche d’une meilleure efficience et cohérence dans la prise en charge des missions de réalisation et de gestion a également motivé ce choix qui permettra aussi une meilleure rationalisation des moyens existants. A ce titre, l’établissement est chargé, notamment de :
réaliser ou faire réaliser les études de conception, de faisabilité, d’avant-projets et d’exécution de tous travaux rattachés à ses missions et d’assurer leur suivi ;
veiller au respect des règles techniques et normes de conception, de construction, d’entretien et d’aménagement des infrastructures autoroutières relevant de sa compétence ainsi qu’à celles applicables aux techniques et matériaux des ouvrages autoroutiers ;
de développer l’ingénierie des ouvrages ainsi que ses moyens de conception et d’études afin de maîtriser les techniques rattachées à son objectif ;
assurer le contrôle de la qualité de la signalisation et du fonctionnement des équipements des tronçons d’autoroutes et de leurs dépendances ;
étudier ou faire étudier et développer les systèmes d’entretien des autoroutes en exploitation, et leurs dépendances et concevoir des plans d’intervention d’urgence, en relation avec les organismes concernés de réaliser et de gérer, dans le cadre de la réglementation en vigueur, toute installation de services annexes de l’autoroute ;
contribuer à la formation et au perfectionnement du personnel œuvrant dans le domaine des infrastructures, relevant de ses attributions et mettre en œuvre toute mesure susceptible de moderniser et d’améliorer ses performances et ses capacités, en matière d’étude et de réalisation.

Une gestion rationnelle des potentialités
Afin d’atteindre les objectifs assignés par les pouvoirs publics, l’Algérienne des autoroutes compte sur un potentiel humain qualifié ayant acquis un savoir-faire et une longue expérience dans le domaine. En en effet, la politique des ressources humaines, qui fait sien son atout de la croissance et du développement durable, a pour objectif d’atteindre une meilleure synergie et adéquation entre le vivier existant et l’atteinte des objectifs. S’inspirant des meilleures pratiques adoptées de par le monde, cette stratégie s’articule autour de la préservation d’un climat social sain et d’une action en faveur d’un dialogue serein et permanent entre salariés et managers, l’acquisition, la préservation et le développement d’une ressource humaine performante et hautement compétente, tout en améliorant le vivier de compétences pour faire face à la rude concurrence. Un vivier composé de plus de 480 ingénieurs, 150 techniciens, 400 cadres administratifs, une centaine de patrouilleurs et plus de 200 agents d’entretien. Tous issus de la fusion de l’AGA et de l’ANA. Par ailleurs, il y a lieu de souligner que l’Algérienne des autoroutes gère actuellement plus de 1200 km d’autoroutes en 2x3 voies, plus de 100 viaducs autoroutiers et plus de 12 km de tunnel, sans compter les projets en cours de réalisation et en perspectives. 

Des projets d’envergure 
Parallèlement aux actions de maintenance et de mise à niveau des infrastructures routières, dont l’importance n’est plus à démontrer, et auxquelles une grande priorité est donnée, la construction d’un réseau autoroutier moderne et performant, son exploitation, selon les standards internationaux, constitue pour les responsables de l’Algérienne des autoroutes un des axes majeurs de leur programme. En tant que maître d’ouvrage délégué, par le ministère des Travaux Publics et des Transports, pour l’étude et la réalisation des autoroutes, l’ADA poursuit ses efforts visant à structurer et à désenclaver l’espace foncier du pays, par ses grands projets réalisés, en cours de réalisation et futurs. En effet, les études du Schéma Directeur Routier National (SDRN 2005-2025), inscrit dans le schéma national d’aménagement du territoire, ont montré la nécessité de disposer à moyen et long terme d’un réseau autoroutier adapté, dont les principaux axes structurants, en plus de l’axe stratégique africain, la Transsaharienne, considérée comme vitale, sont constitués par cinq catégories d’autoroutes : 
L’Autoroute Est-ouest
la rocade des Hauts-Plateaux
les pénétrantes Nord-sud
les 2e, 3e et 4e rocades autoroutières
Les liaisons express ports-Autoroute Est-ouest
Actuellement, le patrimoine routier se compose de :
123 000 km de routes dont 96 000 km revêtues
1216 km autoroute Est-ouest dont 1100 km livrés à la circulation
10 102 ouvrages d’art dont 3 478 OA sur autoroute Est-ouest.
14 tunnels totalisant un linéaire de 25 km
Certains ouvrages d’art méritent d’être signalés, car ils constituent de véritables chefs d’œuvre à l’image du viaduc Salah-Bey de Constantine, l’ouvrage sur Oued Dib à Mila et Oued Rkham à Bouira.

 

Pénétrantes reliant les ports à l’autoroute Est-ouest en cours de réalisations

Projet

Linéaire

Wilaya

Pénétrante autoroutière reliant le port de Skikda à l’AEO

31 km

Skikda

Pénétrante autoroutière reliant le port de DjenDjen à l’AEO

110 km

Jijel-Sétif- Mila

Pénétrante autoroutière reliant le Port de Béjaia à l’AEO

100 km

Bejaia-Bouira

Pénétrante autoroutière reliant Tizi Ouzou à l’AEO

48 km

Tizi Ouzou-Bouira

Pénétrante autoroutière reliant le port de Tenes à l’AEO

54 km

Chlef

Pénétrante autoroutière reliant le port de Mostaganem à l’AEO

60 km

Mostaganem-Relizane

Pénétrante autoroutière reliant le port d’Oran à l’AEO

26 km

Oran

Pénétrante autoroutière reliant le Port de Ghazaouet à l’AEO

41 km

Tlemcen

 

Pénétrantes reliant les villes à l’autoroute Est-ouest travaux lancés

 

Projet

Linéaire

Wilaya

Pénétrante reliant le port d’Annaba à l’AEO

18 km

Annaba

Pénétrante reliant le Port de Tipaza à l’AEO

17 km

Tipaza-Blida

Projet

Linéaire

Wilaya

Pénétrante autoroutière reliant Guelma à l’AEO

36 km

Guelma-Annaba

Pénétrante reliant Batna-Oum El-Bouaghi (Chelghoum El-Aid)

62 km

Batna-Mila

Autoroute Nord-sud-AEO Chiffa-Berrouaghia

53 km

Blida-Médéa

4e Rocade Berrouaghia-AEO Khemis Miliana

67 km

Médéa-Ain Defla

Pénétrante autoroutière reliant Mascara-AEO (Sig)

43 km

Mascara

 

Pénétrantes reliant les ports à l’autoroute Est-ouest achevées

Projet

Linéaire

Wilaya

Pénétrante reliant le port d’Annaba à l’AEO

18 km

Annaba

Pénétrante reliant le port de Tipasa à l’AEO

17 km

Tipasa-Blida

 

Pénétrantes reliant les ports à l’autoroute Est-ouest études en cours

Projet

Linéaire

Wilaya

Pénétrante reliant le Port d’Arzew à l’AEO

40 km

Oran

Pénétrante reliant le Port de Beni Saf à l’AEO

80 km

Ain Témouchent-Sidi Bel-Abbes

 

Pénétrantes reliant les Villes à l’Autoroute Est-ouest études en cours

Projet

Linéaire

Wilaya

Pénétrante autoroutière reliant l’AEO (Annaba)-Tébessa (AHP)

282

Annaba-Souk Ahras-Tébessa

Pénétrante autoroutière reliant l’AEO (Annaba)-Tébessa (AHP)

125 km

Constantine-Oum El Bouaghi-Batna

Pénétrante reliant l’AEO (Sétif)-Batna (Barika) (AHP)

100 km

Batna-Sétif

Pénétrante autoroutière reliant la 4e rocade à M’Sila

100 km

M’Sila-BBA

Pénétrante autoroutière reliant l’AEO(Chlef)-Tiaret(AHP)

166 km

Chlef-Tiaret-Tissemsilt

Pénétrante autoroutière reliant l’AEO(Relizane)-Tiaret(AHP)

110 km

Relizane-Tiaret

Pénétrante autoroutière reliant l’AEO(SBA)-Saida (AHP)

120 km

SBA-Saida

Pénétrante autoroutière reliant l’AEO(Tlemcen)-El -Aricha(AHP)

70 km

Tlemcen

Pénétrante autoroutière reliant l’AEO (Tlemcen )- Saida (AHP)

120 km

Tlemcen-Saida-SBA

 

Pénétrantes reliant les villes à l’autoroute Est-ouest études à lancer

Projet

Linéaire

Wilaya

Pénétrante autoroutière reliant Blida à M’Sila

260 km

Blida-Médéa-M’Sila-Bouira

Pénétrante autoroutière reliant Bouira à la RN 8

35 km

Bouira


Soit un total général de 2574 km dont le suivi de la réalisation est pris en charge par l’Algérienne des autoroutes (ADA). Ainsi la réalisation de l’AEO sur 1216 km, axe principal, et 1700 lm, en axes développés de la wilaya de Tarf à la wilaya de Tlemcen a permis de desservir les principaux pôles touchant directement 20 wilayas. Quant aux autres pôles de développement situés sur la côte et dans les zones des haut-Plateaux, ils seront desservis par le raccordement de l’autoroute Est-ouest via la 4e Rocade entre Bordj Bou-Arreridj et Khemis Miliana, et notamment par les 23 pénétrantes Nord-sud, dont nous citerons les principales :

Dédoublement de la RN 1 entre Chiffa et Berrouaghia sur 53 km
Considérée comme l’un des axes routiers le plus importants en Algérie, la Route nationale n°1 traverse le pays du Nord au Sud sur 2500 km. Elément essentiel du développement socioéconomique de l’Algérie, le tronçon autoroutier RN1 entre dans le cadre du projet de l’autoroute Nord-Sud et relie l’AEO à la 4e Rocade ainsi qu’à l’autoroute des Hauts-Plateaux. Le dédoublement de la RN1 a pour finalité l’optimisation de cet axe routier et sa sécurité. En effet, il est envisagé la réalisation de deux chaussées, 2X3 voies, l’amélioration des paramètres de tracé pour une vitesse de 80 km/h, le contournement des agglomérations urbaines, les échangeurs correspondants et les voies supplémentaires pour les poids lourds dans les sections à forte déclivité. Ce projet, confiée actuellement à l’ADA, intègre l’étude, la conception, la construction, l’exploitation et le suivi, soit une implication rigoureuse pour la réussite du projet. Ce tronçon autoroutier de 53 km, dont les travaux sont en cours, débute à partir de l’échangeur de l’AEO situé à la Chiffa en passant par la ville d’El-Hamdania et se termine à la ville de Berrouaghia  

La pénétrante autoroutière de Bejaia
Longue de 100 km et reliant la ville de Bejaia à partir du port de Bejaia à l’autoroute Est-ouest au niveau de l’échangeur d’Ahnif, dans la wilaya de Bouira et desservant les villes d’El Kseur, Amizour, Sidi Aich, Sedouk, Ighzer Amokran, Akbou et Mechdellah, cette pénétrante, faisant partie du Schéma Directeur Routier et Autoroutier 2005-2025, est perçue comme une initiative structurante du fait qu’elle permettra à l’ensemble de la région de la Soummam d’améliorer ses performances  socioéconomiques et donnera un nouveau souffle au port de  Béjaia en permettant l’acheminement rapide des marchandises vers l’AEO. Et d’autre part à désengorger les importants axes routiers de la région, notamment la RN 26, au bord de l’étouffement. D’autant plus que son couloir s’inscrit dans la vallée de la Soummam sur les 80 premiers kilomètres et dans la vallée de l’Oued Sahel pour le reste du tracé. Cette pénétrante cohabitera avec plusieurs infrastructures existantes telles que la voie ferrée, le gazoduc et la RN26.  

Pénétrante autoroutière vers le port d’Oran
Cette liaison autoroutière relie le port d’Oran à l’autoroute Est-ouest sur 26 kilomètres dont la première tranche sur 8 kilomètres est en cours de réalisation en 2x3 voies. Un des points forts de ce projet, selon le planning des travaux, est la digue sur mer, réalisée en 2x3 voies sur plus d’un kilomètre. Le projet de la pénétrante du port d’Oran consiste en trois sections, à savoir : la réalisation d’une liaison autoroutière reliant le port d’Oran et la première rocade Sud, au niveau du carrefour Canastel (sur 8 km), la mise à niveau de la première rocade Sud, entre le carrefour Canastel et l’échangeur de la RN 4 (sur 10 km) et la mise à niveau de la RN 4, de l’échangeur de la première rocade Sud jusqu’à la bretelle autoroutière d’Oran (sur 8 km). Ce projet comporte 2 tranchées couvertes, un viaduc, 4 murs de soutènement et 2 échangeurs. Les trois objectifs principaux de ce projet sont la réalisation d’une nouvelle route portuaire sur la corniche Est d’Oran vers les première et deuxième rocades, la fluidification de la circulation de poids lourds dans la zone urbaine de la ville d’Oran en pleine expansion ainsi que la création d’échanges rapides entre le port d’Oran et les limites de la wilaya en passant par les deux rocades et la bretelle autoroutière d’Oran. Cette autoroute de 26 km sera réalisée également en complément de l’autoroute Est-ouest pour desservir les pôles économiques, port d’Oran, les ZI de Béthioua et d’Oued Tlélat, et impulser une dynamique économique à la région. L’autoroute projetée démarre du vieux port d’Oran, longe la côte sur 1,2 km, moyennant la réalisation d’enrochement sur mer.  

Les routes du développement socioéconomique
Un réseau routier bien construit et bien entretenu est essentiel à la croissance économique. Conscients que les infrastructures routières et aéroportuaires constituent une base pour le développement économique du pays, les pouvoirs publics ont élaboré le Schéma Directeur Routier National qui prend en considération les orientations de la loi sur l’aménagement et le développement durable du territoire, le programme du gouvernement et la politique du secteur à l’horizon 2025. Une évaluation physique des divers programmes confirme l’importance des réalisations enregistrées durant la dernière décennie. Présentement, un total de 23.000 km de routes, dont 1.200 relatifs aux autoroutes, a été réalisé depuis 1999. Le fait de savoir qu’en 1999 il n’y avait seulement que 140 km d’autoroute est assurément révélateur des progrès accomplis. À ce réseau existant, il y a lieu de rajouter l’autoroute Est-ouest sur 1216 km. Tandis que les autres pôles de développement, situés sur la côte et dans la zone des Hauts-Plateaux, seront desservis par les raccordements de l’autoroute Est-ouest au réseau principal, notamment les pénétrantes Nord-Sud. Un réseau s’intégrant dans le grand projet régional de l’autoroute maghrébine, avec un linéaire de 7.000 km et dont la réalisation a été retenue par les pays de l’UMA. D’ailleurs, le réseau routier national reste l’un des plus denses du continent africain. Sa taille est estimée à 112 696 km de long, dont 29 280 km de routes et plus de 4 910 km de grandes structures comme des ponts, des tunnels etc. Au sujet des pénétrantes Nord-sud, il s’agit d’aménager les principaux axes routiers Nord-sud pour assurer la liaison entre l’autoroute Est-ouest et la rocade autoroutière des Haut-Plateaux de 1020 km et de canaliser vers celles-ci les flux routiers le plus rapidement possible. Ainsi, le réseau routier algérien demeure l’un des plus important du continent africain, sa longueur est de 112039 km dont 29573 km de routes nationales et plus de 4910 ouvrages d’art.  

L’autoroute Est-ouest : une dimension maghrébine et africaine
Si le premier « coup de pioche » a été donné au milieu des années 1980, c’est en 2005, suite à une décision du président de la République Abdelaziz Bouteflika, que l’autoroute Est-ouest a été effectivement relancée et déclarée projet structurant à la dimension nationale. S’intégrant dans le grand projet régional de l’autoroute Transmaghrébine (7.000 km) et de la Transsaharienne Alger-Lagos (9 000 km), et dont la réalisation a été retenue par les pays de l’UMA, le projet autoroutier Est-ouest est l’axe principal du Schéma Directeur Routier et Autoroutier. D’un linéaire de 1216 km, l’autoroute Est-ouest assurera la liaison entre Annaba et Tlemcen avec la desserte des principaux pôles, en touchant directement 20 wilayas. Ce projet hautement stratégique et aux retombées multiples représente une colonne vertébrale pour l’économie nationale. Il permettra de répondre à la demande de trafic et aux besoins en matière de transport, de créer et de valoriser les richesses locales. Par ailleurs, il permet d’augmenter la sécurité dans les transports et de réduire le coût social induit par l’insécurité routière, sans omettre le gain de temps pour les usagers, tout en contribuant à un aménagement équilibré et rationnel du territoire. En effet, les autoroutes traversent, fragmentent et modifient les paysages, mais sont aussi un moyen de montrer la diversité et la richesse des régions traversées. Elles offrent des vues sur les paysages qui sont notamment valorisées.

Cap sur l’entretien
A la faveur des différents plans de développement réalisés, notamment ceux mis en œuvre durant la dernière décennie, l’Algérie dispose aujourd’hui d’un réseau routier et autoroutier moderne et enviable de par son importance, avec une configuration volontairement adaptée aux enjeux en termes d’aménagement du territoire et aux besoins socio-économiques, sans cesse croissants. Les statistiques font état d’un réseau routier de plus de 124.000 km renfermant plus de 10.500 ouvrages d’art (ponts et tunnels). Un tel patrimoine requiert pour sa sauvegarde et sa longévité des moyens importants et une stratégie efficace permettant une optimisation de sa gestion. Pour ce faire, l’Algérienne des autoroutes a prévu 22 centres d’entretien et d’exploitation assurant l’entretien, la maintenance, la sécurité et les services à l’usager. Chaque centre gère un tronçon autoroutier «district» de 50 à 60 km environ. Il est généralement implanté sur un échangeur et associé à une gare de péage. Ils regroupent sur le même site : 
les services d’entretien et d’exploitation
la Gendarmerie nationale
la Protection civile 
Des patrouilles de surveillance de l’autoroute sont mobilisées avec pour principales missions de surveiller le réseau, de détecter les anomalies, de faire remonter l’information et d’agir. En cas d’urgence, les services d’exploitation doivent être en mesure d’intervenir dans un délai ne dépassant pas les 20 mn.

La technologie au service des usagers
Dans le cadre de la gestion de l’infrastructure autoroutière, l’Algérienne Des Autoroutes (ADA) est chargée du suivi du projet de réalisation et d’installations des équipements d’exploitation de l’Autoroute Est-ouest, ainsi que de la maintenance des systèmes et équipements installés. La finalité de ce projet est de garantir l’ensemble des paramètres et d’assurer aux usagers de cette infrastructure toutes les conditions de sécurité et de confort. . 

Des aires de détente
Emprunter l’Autoroute Est-ouest va devenir un réel plaisir pour les usagers. En effet, 40 aires de repos pour le confort et la détente, opérationnelle 24h/24,7j/7, seront implantées tous les 30 km et dotés d’espaces verts et d’équipements nécessaires conformes aux standards internationaux. En outre, des aménagements et des commodités sont prévus afin de répondre aux exigences de sécurité et de confort des familles.  

Des aires pour offrir des services de qualité
Implantées tous les 50 km en moyenne, 43 aires de service ouvertes 24/24h, 7j/7, répondent aux besoins des usagers de l’Autoroute Est-ouest, en offrant des prestations de services de qualité. Ces aires comprennent des stations-services aménagées selon les standards internationaux, des parkings pour véhicules légers, lourds, et des zones de stationnement. Par ailleurs, des restaurants, des blocs avec espace de salles thématique, des espaces repos pour les routiers, des boutiques de produit d’artisanat régional, des boutiques de produit d’entretien et d’accessoires pour véhicules, et des sanitaires sont également aménagés.

Le système optique
Support à tous les systèmes de télécommunications déployés le long de l’Autoroute Est-ouest, le réseau fibres optiques sert au transfert des besoins de l’exploitation de l’autoroute, des données du réseau fédérateur de transmission Gigabit (Ethernet), de la voix (téléphonie sur IP), des images (réseau de vidéosurveillance, et détection automatique d’incidents). Il est également utilisé dans la transmission de l’appel d’urgence émis à partir du réseau d’appel d’urgence ( RAU), des différentes données du système de gestion de trafic (météo, système de recueil de données trafic, des panneaux à messages variables, etc.), et du programme radio FM.

Le réseau d’appel d’urgence (RAU)  
Ce réseau a pour objectif de venir en aide aux automobilistes par la mise à leur disposition d’une liaison téléphonique gratuite avec un opérateur du P.C. en cas de panne, d’incident ou d’accident. Il sert à signaler un accident, un danger particulier (un objet sur la chaussée, par exemple), ou à demander de l’aide (dépannage ou gendarmerie par exemple).

Réseau de téléphonie et radio d’exploitation
Le réseau téléphonique et radio Tetra fournira les communications internes de poste à poste depuis tout poste vers tous les autres postes du réseau. Le réseau mis en place reposera principalement sur le protocole VOIP. Les postes seront situés dans les différentes directions de l’ADA (Drex) et centres d’exploitation, dans les gares de péage, et dans les locaux techniques sur le linéaire. Le réseau téléphonique et radio Tetra s’appuiera sur un système de transmission de données sécurisé. 
Le système de radio FM
Les informations sur le trafic seront fournies par l’exploitant de l’autoroute, ce qui lui permettra d’utiliser le vecteur radio dans ses stratégies d’exploitation en cas d’incident.
Des flashs d’information sur le trafic seront insérés dans le programme principal à intervalles réguliers, habituellement toutes les quinze minutes. Ces flashs d’information seront différenciés selon leur zone de diffusion (Est, Centre et Ouest).

Le système de radio FM
Les informations sur le trafic seront fournies par l’exploitant de l’autoroute, ce qui lui permettra d’utiliser le vecteur radio dans ses stratégies d’exploitation en cas d’incident. Des flashs d’information sur le trafic seront insérés dans le programme principal à intervalles réguliers, habituellement toutes les quinze minutes. Ces flashs d’information seront différenciés selon leur zone de diffusion (Est, Centre et Ouest).

Le système de vidéosurveillance
Contribuant de manière significative à la sécurité des usagers, des personnels, ainsi que des véhicules et de leur cargaison, les systèmes de vidéosurveillance permettront de restituer en temps réel les images du trafic. Les caméras de vidéosurveillance installées le long du linéaire serviront à surveiller le trafic en des points singuliers. Alors que e les caméras mobiles seront utilisées pour la surveillance des aires de services et de repos. En outre des caméras fixes seront installées le long du linéaire lorsqu’une zone à risque sensible nécessite une surveillance permanente.

Le système météorologique
Implantées aux abords immédiats de l’autoroute, ces stations seront dédiées à la prévention des risques météorologiques, à la détection des phénomènes météorologiques localisés ayant une influence sur le trafic (pluie, neige, verglas, brouillard, vent, tempêtes, …) en temps réel, puis à l’alerte des opérateurs de l’ADA de l’existence d’un ou de plusieurs phénomènes combinés.
Les panneaux à messages variables (PMV) 
L’objectif du système à mettre en place sera d’informer les usagers sur des éléments pouvant avoir un impact sur leur comportement. Parmi ces éléments d’information, nous citerons l’affichage des événements de trafics (accidents, bouchons…), l’affichage des événements météo (tempêtes, verglas, …), et l’affichage de toutes informations utiles (conseils, fermeture d’une aire, d’une sortie…). Il existe deux types de PMV : Le premier, appelé panneaux à messages variables d’accès, est situé soit en aval soit en amont des gares de péage sur échangeur. Le second, panneaux à messages variables d’information, est localisé sur la section courante avant les échangeurs à quelques kilomètres en amont.  
 
Le système de Recueil de Données Trafic (RDT)
Ce système permet de caractériser les volumes et les états de trafic par l’implantation pertinente de stations de comptage permettant de récupérer avec précision et en temps réel les informations sur le trafic routier, notamment, le débit, le taux d’occupation, la vitesse, le nombre de véhicules, la répartition entre les catégories véhicules légers et poids lourds par voie.

Le système de Détecteur Automatique d’Incidents (DAI)
Les incidents et les accidents ont des conséquences sévères sur l’écoulement du trafic, en particulier sur les voies rapides. En outre, les sur-accidents sont fréquents. Les temps de détection des incidents, de leur traitement et du retour à la situation normale se doivent d’être réduits au maximum. L’objectif d’un D.A.I. est de maitriser le temps d’intervention, et de fait, les effets secondaires d’un incident sur le trafic. Le système utilisé fonctionnera sur l’analyse d’images vidéo qui est le plus pertinent pour donner aux services de secours une meilleure compréhension des incidents détectés. Le DAI sera mis en œuvre pour la surveillance des viaducs et des tunnels de l’autoroute par le biais de caméras.

Système d’Aide à l’Exploitation (SAE)
Un système informatique d’aide à l’exploitation permettant de communiquer à distance avec les différents équipements sera mis en place. L’objectif est, d’une part, de fluidifier et de sécuriser le trafic de façon cohérente, et, d’autre part, d’anticiper les événements. En outre, il permet d’informer les usagers et les partenaires tout en assurant une cohérence de l’information proposée aux usagers, et cela sur l’ensemble de l’ouvrage.

Equipements de perception d’accès
Les équipements de perception de péage pour autoroute sont implantés au niveau des voies d’entrée et de sortie des gares d’accès, comprenant notamment des barrières en amont et en aval, des compteurs d’essieux et cellules de hauteur, et des boucles de présence et de passage de véhicules. Par ailleurs, ils sont équipés de cabine d’accès avec tous les accessoires nécessaires pour le cas du mode de paiement monétaire ou carte bancaire, de feux de passage et feu de nez d’ilots ainsi que de balises de télépéage et caméras de surveillance.

Les cellules d’information trafic
Développer l’information routière et communiquer avec l’usager, notamment, sur les perturbations de trafic, survenues après un accident ou incident majeur sur l’autoroute Est-ouest, devient un enjeu important dans l’exploitation du réseau autoroutier à la charge de l’ADA. Pour ce faire, l’Algérienne des autoroutes a procédé à la mise en place d’une cellule d’informations trafic (CIT) qui vise, entre autres, à automatiser la collecte de l’information, traitement et diffusion par les structures opérationnelles, à favoriser les échanges d’information avec les différents médias, à limiter les pertes de temps liés au déplacement des usagers sur le réseau autoroutier. L’information aux usagers concernera les grandes perturbations de trafic causées, notamment, par les travaux de chantiers, événements routiers (accidents et incidents) et événements météorologiques extrêmes qui provoquent une restriction ou interruption de la circulation sur des sections autoroutières (accidents importants, éboulements, inondations incendies, etc.). Les patrouilleurs transmettent par radio mobile l’information à la cellule d’informations trafic. Les opérateurs de la CIT qui travaillent dans une salle opérationnelle équipée des moyens de communication et de l’internet, diffusent l’information sur les radios et chaînes TV, page facebook et site web de l’entreprise. Pour diffuser les informations dont elle dispose, la CIT utilise tous les modes de diffusion, notamment des communiqués spéciaux pour les médias radios et télévisions, les communiqués de presse pour les journaux, des messages d’alertes sur le site web de l’ADA et autres sites web qui traitent de l’information trafic, et des SMS pour les téléphones portables.
Afin d’optimiser le délai de diffusion, la cellule dispose d’une base de données de contacts des radios locales, nationales et chaines de TV. Les informations, riches d’enseignements, recueillies sur les événements autoroutiers sont périodiquement analysées pour permettre d’introduire de nouvelles dispositions susceptibles d’améliorer la gestion du trafic, la sécurité des usagers et d’optimiser les délais de parcours. En perspectives, l’ADA s’inscrit dans une démarche de modernisation de son service d’informations trafic, à travers le développement d’applications web et mobiles offrant des services personnalisés comme le calcul d’itinéraires ou l’information trafic en temps réel.

S. R.



Du même auteur

Par Smail ROUHA

Les plus lus

HB Technologies
Par Farid HOUALI.

Abdelkader Zoukh, wali d’Alger
Nouredine Yazid Zerhouni.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF