Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 115 - Août 2018

Go

Collectivits Locales

La capitale se dote d’un plan directeur de résilience urbaine

Pour parer aux catastrophes naturelles

Par Yahia MAOUCHI



Alger, à l’instar de nombreuses villes du pays, est sérieusement exposée à de nombreuses catastrophes (séismes, inondations, glissements de terrain …). L’importance de sa population, la vétusté de grandes parties de son tissu urbain, sa topographie tourmentée, l’étroitesse de la plupart des voies de circulation, la présence d’industries dangereuses mais également son rôle de capitale aggravent sa vulnérabilité. Des scénarios avancent des pertes de plusieurs dizaines de milliers de morts en cas de séisme similaire à celui du 21 mai 2003 et serait à l’origine de la dévastation d’un important parc immobilier, des services vitaux (hôpitaux, eaux, électricité, etc.) et, par voie de conséquence des coûts très élevés qui dépasseraient plusieurs dizaines de milliards de dollars. La gravité des dommages sera amplifiée par le fait qu’Alger, en tant que capitale et centre de décision, sera précisément affectée dans sa capacité à assurer (même si ce n’est que de façon temporaire) les fonctions permettant la continuité des activités de l’Etat. Conscients de cette situation, les pouvoirs publics ont pris les mesures nécessaires en mettant en œuvre un plan de réduction des risques de catastrophes visant à développer la résilience d’Alger, c’est-à-dire sa capacité à réduire l’impact d’une catastrophe, à la fois sur les vies humaines et sur les biens, mais aussi sa capacité à se rétablir rapidement tout en continuant à assurer les fonctions vitales de commandement et de coordination. Ainsi, pour atteindre cet objectif, la wilaya d’Alger a procédé à l’élaboration et à la mise en œuvre d’un plan directeur de résilience urbaine (PDRU), outil performant mis en œuvre dans plusieurs grandes mégapoles mondiales. La réalisation de ce plan permettra, tout en ayant les premiers résultats à court et moyen terme, d’assurer la résilience d’Alger à long terme. Ledit plan est encore au stade d’étude, sous la loupe d’experts locaux et étrangers. Il s’agit, en fait, d’un programme interdisciplinaire et ministériel conçu pour aider les autorités de zones urbaines complexes, telles que la wilaya d’Alger à réduire les risques de catastrophe (RRC). Pour le mettre au point, la ville d’Alger va se faire assister par Earthquakes and Megacities Initiative (EMI), un organisme scientifique qui a mis au point cette procédure et qui a réalisé des travaux similaires dans plusieurs mégapoles internationales (Istanbul en Turquie, Dakka au Bangladesh, Mumbai en Inde, Quezon City et Pasig City aux Philippines et Amman en Jordanie). En vue d’assurer la pérennité du projet, qui durera deux années, les spécialistes algériens d’EMI travailleront en étroite collaboration avec les experts algériens des différentes institutions nationales. Basé sur une approche participative qui mobilise, aux côtés des autorités de la wilaya, les responsables, les services de sécurité, les élus, les représentants des institutions techniques et scientifiques, la société civile, le secteur privé, les universitaires, les médias, et autres acteurs concernés, le PDRU sera le résultat d’une collaboration entre les compétences nationales et les experts internationaux mondialement reconnues dans leurs domaines respectifs.

Un mécanisme de gestion rapide

Il convient de rappeler que, c’était au cours d’une cérémonie organisée à la salle de conférences de la wilaya d’Alger, à laquelle ont assisté les autorités locales de la wilaya et les représentants de plusieurs départements ministériels, que ce plan, en sept phases, a été officiellement lancé dans sa première partie. Selon les experts présents à cette rencontre, la gestion des calamités naturelles, telles que les séismes, les inondations et glissement de terrain et l’effondrement de cavités, est devenue une préoccupation majeure pour les autorités publiques qui, par l’élaboration d’un tel plan d’action, veulent « enregistrer des progrès pour une meilleure résilience » de la ville d’Alger. Selon eux, «il importe de se doter d’un mécanisme de gestion rapide et efficace des catastrophes naturelles dans les milieux urbains ». Dans ce contexte, pour le Dr Azzeddine Boudiaf, le Plan directeur de la résilience urbaine (PDRU), vise à « optimiser les ressources en définissant et en répartissant les rôles et les responsabilités entre les différents acteurs à tous les niveaux de l’administration ». Pour sa part, l’expert Fouad Bendimerad, directeur de l’EMI (Earthquakes and Megacities Initiatives), a expliqué que le plan dont il est question est un projet ambitieux avec une organisation structurelle complexe. Sa réussite, dit-il, dépend de l’implication et de l’engagement des cadres techniques de la wilaya d’Alger. Et d’ajouter : « Le réaliser, c’est développer la résilience de la capitale, sa capacité à réduire l’impact d’une catastrophe sur les vies humaines et les biens, et sa capacité à se rétablir rapidement tout en continuant à assurer les fonctions vitales de commandement et de coordination ». De ce fait, le PDRU fournira à la wilaya d’Alger une vision commune d’une ville résiliente, une feuille de route réaliste pour la prise des décisions et la conduite des actions à moyen et long termes visant à réduire les risques ainsi que des mécanismes de programmation budgétaires des projets de réduction de risques. Il offrira également la possibilité aux citoyens, aux communautés et aux institutions, de participer à l’amélioration de la sécurité de la capitale lors de la survenue de toute catastrophe ou aléa naturel. Enfin, il est à rappeler que le PDRU a été approuvé par le gouvernement le 19 février 2018, à la suite d’une période de discussions qui a débuté en 2016. Sa mise en œuvre a été assignée à la wilaya d’Alger sous l’autorité du wali d’Alger, Abdelkader Zoukh. La wilaya d’Alger est parvenue à un accord de partenariat avec EMI pour la réalisation du PDRU. Outre la wilaya d’Alger, le PDRU implique plusieurs parties prenantes incluant des institutions, des entités gouvernementales locales, le secteur privé, l’université et les organisations civiles. La mise en œuvre du PDRU par la wilaya d’Alger en partenariat avec EMI sera entreprise par des experts nationaux et des experts algériens issus de la diaspora. Toutefois, la mise en œuvre et le succès du PDRU dépendent aussi de l’engagement politique, dans certains cas, de la mise en œuvre de réformes structurelles et institutionnelles pour fournir un environnement favorable à la mise en œuvre dudit plan.Y. M.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Libertés démocratiques
Par Farid HOUALI.

Alger ville intelligente
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF