Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 115 - Août 2018

Go

Culture

Le parfum Ottoman à l’honneur

Spectacle de musique Algéro-Turque à l’opéra d’Alger

Par Yahia Maouchi



La prestigieuse salle Boualem Bessaïeh de l’Opéra d’Alger s’est avérée trop exiguë pour accueillir le public, composé majoritairement de ressortissants Turcs vivant en Algérie, qui chantaient en chœur avec la chorale, prenant du plaisir à entendre des airs de chez eux. Organisé par l’Ambassade de Turquie à Alger, en collaboration avec le ministère de la Culture et l’Opéra d’Alger et sponsorisé par Anatolia Boya et Emin-Auto, et ce à l’occasion du mois sacré du Ramadhan, l’Association de la musique et de l’art, a organisé une tournée pour des concerts de musique traditionnelle turque dans trois grandes villes algériennes. Ainsi, plusieurs pièces du répertoire Turc ont été rendues avec maîtrise et professionnalisme dans des enchaînements réunissant les deux cultures et travaillés avec intelligence. Dans une ambiance purement spirituelle, l’association FAMİ a entamé son spectacle par des chants soufis avec les derviches tourneurs particulièrement connus pour l’usage de la danse et de la musique dans les rituels liturgiques. Dès les premières notes, les présents à l’Opéra d’Alger étaient aussitôt plongés dans une ambiance inouïe, oubliant le bruit assourdissant de la journée. Le son apaisant d’une flûte les a transportés des siècles en arrière. Dans un décor aux multiples couleurs nuancées bleu, les dix-neuf membres de la chorale dont six hommes habillés en tenues classiques et treize belles femmes en robe de couleur mauve, dirigée par le maestro M. Yıldırım Bekçi, étaient accompagnés de huit musiciens dont deux percussions, un kanoun, deux violons, un cuivre et une flute. Lentement, deux hommes font leur entrée, vêtus de leurs longues tuniques blanches traditionnelles et de toques de couleur beige coniques. Un par un, au rythme lent de la musique, les danseurs commencent à décrire un cercle... et puis, peu à peu, ils se mettent à tourner, les bras croisés sur la poitrine. Lentement, leurs bras s’élèvent au-dessus de leurs têtes, toujours en parfaite harmonie avec la musique... Et alors qu’ils tournent de plus en plus vite, les danseurs semblent entrer dans une sorte de transe mystique... Avec la vitesse, leur longue tunique blanche prend la forme d’une grande campanule. Dans la continuité de cette soirée dédiée au mois sacré, chaque membre choral a interprété, en solo ou en duo, des titres du patrimoine turc. Des morceaux de musique turque ont été joués par les musiciens turcs qui ont, en outre, montré leur savoir-faire en interprétant des morceaux de musique andalouse bien connus de chez-nous. Des chansons, les plus célèbres dans le répertoire élaboré pour cette soirée, ont emporté dans une atmosphère de liesse et de silence quasi religieux le public qui a savouré chaque moment dans l’allégresse. Rappelons que l’association de la musique et de l’art FAMI a été fondée le 19 juin 2015 à İstanbul. Au sein de FAMI, il existe une chorale de la musique Turque classique, des cours de répertoire, note, solfège, maqâm et peinture sous son toit et donne chaque année plusieurs concerts de musique classique turque dans les différentes villes de Turquie. En outre, ses concerts organisés dans trois villes en Algérie, ont été sponsorisés par Turkish Airlines, Özgün İnşaat, Yapı Merkezi, Hayat Kimya, Tosyalı, Dekinsan, Nurol İnşaat, VFS Global, Makyol, Kayı İnşaat, Mapa İnşaat, MNG, Arkas, Best et Zyriab Voyage sous le patronage de l’Ambassade de la Turquie en Algérie et du Ministère de la culture Algérien. 

3,5 milliards de dollars d’investissement turc 

A l’issue du spectacle, l’Ambassadeur de la Turquie en Algérie, Mehmet Poroy, a déclaré à El Djazair.com que cette soirée culturelle symbolise l’amitié historique et les bonnes relations liant les deux pays. « L’objectif attendu derrière l’organisation de ce concert musical est avant tout de passer une belle soirée artistique et culturelle, avec la communauté turque installée en Algérie, ainsi qu’avec nos amis frères Algériens», a tenu à préciser l’Ambassadeur turc. Dans le même ordre d’idées, notre interlocuteur rappelle que l’organisation de ce genre d’évènement culturel permettra de booster davantage les relations culturelles entre les deux pays. « Nous avons beaucoup d’activités culturelles ici en Algérie et chez nous en Turquie. Et grâce au soutien précieux du ministère de la Culture, à leur tête, Azzedine Mihoubi, nous organisons souvent des spectacles et des expositions de peinture, des soirées de danse moderne, des défilés de costumes. Des activités qui attirent l’intérêt des Algériens avec lesquels nous partageons presque les mêmes traditions culturelles. Ainsi, je pense que ces activités contribueront largement dans le rapprochement des deux peuples », a-t-il ajouté. Enfin, Mehmet Poroy a rassuré sur l’excellence des relations bilatérales entre les deux pays, dans tous les domaines. « Les relations bilatérales sont excellentes entre les deux pays, et la Turquie est devenue aujourd’hui le premier pays à investir en Algérie, avec plus de 3,5 milliards de dollars. Nous avons beaucoup de sociétés de construction qui contribuent dans la modernisation de l’Algérie en matière de construction des logements. Nous avons également un commerce important. D’autre part, les relations politiques entre les deux pays sont également excellentes, notamment après la visite effectuée cette année par notre ministre des Affaires étrang