Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 110 - Dec 2017

Go

Recherche scientifique

Un cadre d’émancipation et d’épanouissement

Direction des œuvres universitaires Bir El-Djir d’Oran

Par Salim HOURA



En faisant bon usage des structures d’hébergement et de restauration, la direction des œuvres universitaires de Bir El-Djir, à l’instar des autres directions des œuvres universitaires de la wilaya d’Oran, œuvre de manière à offrir à la communauté estudiantine résidente les meilleurs conditions de vie pour leur épanouissement ; des conditions inspirées des meilleures universités du monde imprégnée de l’esprit des valeurs du savoir, de la quête de la connaissance, qui visent de manière permanente à concrétiser la bonne connaissance scientifique et ancrer la citoyenneté chez les étudiants (es) résidents ( es) dans le but d’investir dans la ressource humaine à même de contribuer au développement socioéconomique du pays. Dans le même sillage, la direction des œuvres universitaires de Bir El-Djir tente toujours d’être à l’avant garde pour exécuter les orientations et les instructions de la direction général de l’Office des œuvres universitaires dans la perspective de réaliser les objectifs de la communauté estudiantine qui consistent à mettre l’étudiant résident au centre de l’opération d’apprentissage pour pouvoir à la fin de son parcours scolaire être un bon citoyen au service de son pays et ouvert sur le monde étant en mesure de résoudre ses propres problèmes. Un objectif que se sont fixé les cadres de la direction des œuvres universitaires Bir El-Djir d’Oran ainsi que tous les employés et travailleurs dépendants de la direction ainsi que tous les partenaires sociaux tels que les syndicats des étudiants. « En multipliant tout les efforts nous pourrons réaliser l’objectif assigné consistant à offrir aux étudiants un cadre d’émancipation et d’épanouissement aux étudiants résidents » souligne Imamali Lahbib, directeur des œuvres universitaires Bir El-Djir d’Oran. La direction des œuvres universitaires Bir El-Djir a pour missions la prise en charge totale en matière d’application de la politique nationale des œuvres universitaires, le contrôle et la coordination entre les résidences universitaires. Comme elle est chargée de veiller à l’amélioration des conditions de vie de l’étudiant à l’intérieur de la résidence universitaire ainsi que l’élaboration du plan de transport des résidences universitaires et le suivi de son exécution. Parmi ses autres prérogatives, on relèvera la promotion des activités scientifiques, culturelles, sportives et loisirs dans un cadre d’hygiène et de sécurité.

Sept résidences universitaires en gestion
La direction des œuvres universitaires Bir El-Djir supervise sept résidences universitaires dont trois pour garçons et deux restaurants centraux.

Les résidences universitaires garçon sont ;
Résidence Zedour Brahim Belkacem 1
Résidence Emir Abdelkader
Résidence Rezoug Belkhir

Les résidences universitaires filles sont :
Résidence Zedour Brahim Belkacem 2
Résidence El-Badr
    Résidence 19-Mai-56   
    Résidence Zoubida ElHabib, réservée pour les étudiantes de l’Ecole préparatoire
« La capacité théorique de l’ensemble de nos résidences universitaires est de 5285 places dont 2500 pour les garçons », précise Imamali Lahbib qui a fait part de 1877 places à réceptionnées (disponibles) dont 538 pour les filles et 1068 pour la prochaine rentrée universitaire. Pour la prochaine rentrée universitaire les responsables de la direction des œuvres universitaires d’Oran comptent  rapprocher les étudiants par spécialités de leurs instituts pédagogiques pour éviter les pertes de temps en transports. « Ainsi, on va redéployer ces étudiants vers d’autres résidences, une première nationale » affirme Imamali Lahbib, en tant que coordinateur des œuvres unkiversitaires d’Oran. « A notre niveau, comme les chiffres le prouvent, aucune difficulté en matière d’hébergement n’est posée. D’ailleurs, les résidents ( es) sont hébergés à 2 par chambres ou 1 par chambres pour les fin de cursus » souligne notre interlocuteur qui ajoute qu’en prévision de la prochaine rentrée universitaire, le même responsable a assuré que tout « est pris en compte pour que les nouveaux bacheliers soient tous hébergés et dans de meilleures conditions ». Idem en termes de restauration universitaire. En effet, chaque résidence est équipée d’un restaurant. Les repas sont préparés selon un menu bien étudié. Les conditions d’hygiène  sont respectées. « La qualité des repas servis est supervisée par des contrôleurs d’hygiène », a assuré Imamali Lahbib. Et afin de faire éviter aux étudiants les files interminables, il a été opté depuis un certain temps pour des cartes magnétiques appelées à « puces ».  Un lecteur de cartes magnétiques est installé pour effectuer un deuxième contrôle afin de s’assurer définitivement de l’identité de la personne qui bénéficiera du repas. Cette carte est considérée comme étant une « révolution » pour le secteur de l’enseignement supérieur dans notre pays qui a connu de ce fait un pas géant vers la généralisation des nouvelles technologies. Quant au nombre de boursiers, il est de 16062 étudiants toute filière confondue. En outre la direction des œuvres universitaires Bir El-Djir a à sa disposition 13 médecins, 2 dentistes, et 4 infirmiers, ainsi que 4 médecins détachés, 2 dentistes, et un infirmier.

Fini les résidences… dortoirs
Ces dernières années, les responsables du secteur de l’Enseignement supérieur ont adoptée une nouvelle stratégie afin de « redonner » une nouvelle perception aux résidences universitaires et les faire sortir de leur « hibernation » et surtout en finir avec les résidences… dortoirs.  Pour ce faire, ces mêmes responsables affirment avoir mis à la disposition des étudiants (es) résidents (es) tous les moyens nécessaires leur permettant un « meilleur épanouissement », chacun dans son lieu de résidence. « On a bâni les cités dortoirs en installant les structures d’accompagnement, notamment les foyers, cyber, salle de prière, bibliothèque, salle des sports. Pour preuve la cité 19-Mai est un modèle prisé par les autorités locales. On y organise toutes les activités sportives et culturelles. On a deux équipes de volley et de basket » affirme Imamali Lahbib qui ajoute «  j’ai même aménagé une salle de spectacle à l’intérieur du restaurant du 19-Mai ou on a organisé le festival du théâtre en 2013 ». En effet, et de visu, on a constaté que toutes les résidences sont dotées de bibliothèques ou salles de lectures, et l’aménagement des terrains polyvalents. Dans la plupart des résidences universitaires, l’internet est à la portée de tous (tes) avec la généralisation du wifi. Dans certaines résidences, particulièrement celles des filles, des salles de gym ont été ouvertes. Ce qui permet aux résidences universitaires de connaître une animation particulière de par les différentes activités culturelles qui y sont organisées selon un programme conçu et arrêté par l’administration, en concertation avec les représentants d’étudiants.

Apprendre en toute quiétude
Pour le directeur des œuvres universitaires Bir El-Djir, la sécurité est primordiale. Pour étayer ses propos, Imamali lahbib a fait part de la présence de caméras de surveillance reliées à poste de contrôle. En plus des agents de sécurité sont chargés de veiller à la quiétude des résidents (es) dans l’enceinte des résidences. «  D’ailleurs j’ai compte mettre des filles bien formées et accueillantes  au niveau des résidences filles équipées d’une tenue spécifique » nous révèle notre interlocuteur.

La maitrise des chiffres
Installé le 16 Avril 2015 à la tête de la direction des œuvres universitaires Bir El-Djir, Imamali Lahbib est le coordinateur des œuvres universitaires d’Oran pour la prochaine rentrée universitaire. Question responsabilité, il en connaît un bout pour avoir occupé géré auparavant plusieurs  résidences universitaires d’Oran à l’instar de la résidence Belgaid.
« Je dois être au courant de tous ce qui se passe  au niveau des résidences pour prendre les mesures adéquates. C’est une profession très noble qu’on doit assumer » assure Imamali Lahbib qui, selon ses collaborateurs, maitrise les chiffres.   


S. H.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Salim HOURA

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Après l’automobile
Par Yahia MAOUCHI.

La transformation numérique
Par Dr Ali Kahlane,.

Sécurité alimentaire
Par Yahia MAOUCHI.

Saison estivale 2017
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF