Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 107 - Août 2017

Go

ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

Une pionnière

Direction des Âśuvres universitaires (DOU1) de Tlemcen

Par Ahmed BOUDRAA



L’origine de la direction des œuvres universitaires de Tlemcen (actuellement DOU 1) remonte à une quarantaine d’années. C’est-à-dire depuis la création de l’ancêtre de l’actuelle université qui n’était, en ce temps-là qu’un centre universitaire permettant l’accès aux études supérieures à quelque 180 étudiants, toutes filières confondues. C’était en 1975. Elle n’avait en charge que deux résidences universitaires, celle de Bakhti-Abdelmadjid (500 lits) et celle du 19- Mai 1956 (824 lits). Leurs gestions respectives s’accomplissaient à partir de l’hôtel Agadir, anciennement Albert-1er. L’organisme de tutelle avait alors pour nom le COUS (centre des œuvres universitaires et scolaires). En 1981, le COSU a pris le relais avec pour seul rôle d’assurer la gestion des œuvres universitaires sans les œuvres scolaires, reléguées à l’Education nationale tout en gardant l’essentiel des attributions qui ont, à l’origine, été dévolues au COUS, à savoir, l’hébergement, les bourses, le transport universitaire, la restauration ainsi que les activités culturelles sportives et scientifiques. En 1989, fut créée l’université de Tlemcen en vertu du décret 89/138, baptisée par la suite au nom de Abou-Bekr-Belkaid. Au cours de la même année, une autre résidence (Bachir El Ibrahimi) de 2000 lits est venue consolider le volet hébergement, assuré jusqu’alors par les deux premières. Et c’est à partir de là que l’essor du parc immobilier universitaire de Tlemcen s’est nettement développé pour atteindre 14 résidences gérées de manière autonome par la DOU 1 et la DOU 2.

Un hébergement amplement suffisant
 D’une manière générale, l’hébergement est garanti pour tout étudiant habitant à plus de 50 kilomètres du campus et à 30 kilomètres pour les étudiantes, ne dépassant pas l’âge de 28 ans. Concernant ce volet, la DOU 1 de Tlemcen est loin de subir un stress particulier l’incitant à pratiquer des mesures palliatives telle l’option à trois qui consiste à héberger trois, voire quatre résidents(es) par chambre. En effet, sept résidences universitaires répondent amplement à ce besoin: résidence Bachir-El-Ibrahimi (2000 lits), résidence Belmiloud-Mohamed (504 lits), résidence du 19-Mai-1956 (800 lits), résidence Soufi-Menouar (2400 lits), résidence Hassiba-Benbouali (1000 lits), résidence (700 lits) et celle de la ville de Maghnia qui dépend de l’université de Tlemcen avec  500 lits. Ce qui, au total, nous donne une capacité d’accueil théorique de 7904 lits dont 4580 seulement sont actuellement occupés par des résidents(es) des trois cycles: licence, master et doctorat. Les résidentes dont 91 sont étrangères, occupent 3903 lits tandis que les résidents dont 201 étrangers occupent 1677 lits. A signaler que la résidence Abdelmadjid-Bakhti dont le restaurant a été le théâtre d’une explosion de gaz en 2012-2013 et dont la conséquence tragique fut le décès de sept résidents, est encore fermée. Le nouveau wali de Tlemcen a pris en charge les travaux de réhabilitation qui sont demeurés longtemps comme objet de contentieux entre la DOU et la DLEP, « ce qui devrait enrichir le parc résidentiel universitaire de la DOU Tlemcen de 450 lits supplémentaires à la prochaine rentrée universitaire», selon le directeur des œuvres universitaire, Farouk Bouklikha.

L’’hygiène comme crédo
La DOU Tlemcen gère 7 restaurants locaux et 3 restaurants centraux, situés, le premier au pôle universitaire Imama, le second à la faculté de médecine et le troisième au nouveau pôle. Le nombre de repas servis quotidiennement est de l’ordre de 11 700 dans les restaurants des résidences et 3 500 repas dans les restaurants centraux. « Le maître mot que le service de restauration et les cuisiniers devraient impérativement observer c’est le respect des mesures hygiéniques en amont comme en aval », dira M. Bouklikha. C’est un travail qu’il nous faut accomplir d’abord avec les fournisseurs afin de nous assurer de la traçabilité des produits et des denrées alimentaires à acquérir, une fois réceptionnées les denrées sont sous conditionnement adéquat pour se prémunir contre d’éventuelles avaries et décompositions ». A cet effet, tous les restaurants, aussi bien ceux des résidences que ceux situés dans les campus sont dotés de chambres froides et des magasins de stockage propres à maintenir au frais les viandes, poissons, légumes et produits secs. Une commission présidée par le directeur de résidence et composée d’un vétérinaire, du cuisinier, entre autres, veillent constamment au grain. Quant aux repas, les résidents(es) bénéficient, d’une entrée (salade ou soupe), d’un plat de résistance accompagné de viande, de poulet ou de poisson et d’un dessert (fruit de saison ou annuel)  ainsi que des produits laitiers (fromage et yaourt). L’accès aux restaurants est libre mais l’idée d’utiliser les cartes magnétiques via le système de tourniquet fait son chemin, à la fois pour rationaliser l’utilisation du nombre de tickets et empêcher les intrusions extra-universitaires dans les restaurants universitaires dont l’accès libre constitue un appel d’air incontestable.

Une flotte de 80 bus
Le transport universitaire est un élément vital dans l’ensemble des prestations que fournissent les services de la direction des œuvres universitaires. La DOU Tlemcen dispose, pour ce faire, de 80 bus dédiés au circuit urbain assurant quotidiennement 6 rotations entre les différentes résidences et les différents pôles universitaire s: pôle Chetouane, pôle Imama, pôle centre-ville, pôle Kiffane et le pôle annexe de Maghnia où une partie de la flotte assure la navette du centre-ville au campus. Chaque jour, les 80 bus transportent les 14 400 adhérents vers les 8 facultés que compte l’université Abou-Bekr-Belkaid, à savoir la faculté des sciences, la faculté de technologie, la faculté de droit et des sciences politiques, la faculté des lettres et des langues, la faculté de la nature et de la vie, la faculté de médecine des sciences économiques et commerciales et la faculté des sciences humaines et sociales.

Plus de 15 000 boursiers
Le service « bourse » de la DOU Tlemcen carbure à plein régime chaque début d’année universitaire et ce afin d’assure le suivi, le contrôle et la gestion des bourses universitaires, lesquelles permettent aux étudiants, a fortiori, les plus démunis de s’acquitter de leurs redevances d’hébergement, de transport et de restauration, quoique celles-ci soient largement subventionnées par l’Etat algérien. Cependant, la bourse universitaire n’est pas l’apanage des seuls étudiants algériens, les étrangers venant notamment des pays africains et arabes en bénéficient également, à l’instar d’ailleurs des autres prestations tels le transport, l’hébergement et la restauration, et à un tarif dérisoire. En ce qui concerne les étudiants nationaux, 12 718 étudiants(es) bénéficient d’une bourse dans le cycle de la graduation: 7410 étudiantes et 5308 étudiants. D’autre part, dans le même cycle, 141 étudiants étrangers perçoivent leurs bourses: 34 étudiantes et 107 étudiants. Au master, 1965 étudiants(es), 1202 étudiants et 703 étudiantes en bénéficient tandis qu’au cycle du magistère, seuls 14 étudiants étrangers sont inscrits dans les tablettes du service bourse. Les doctorants nationaux percevant une bourse sont au nombre de 15 274: 8490 étudiantes et 6784 étudiants, le total des doctorants étrangers boursiers est 178: 134 étudiants et 44 étudiantes.

Un service de santé préventif de qualité
Les soins sanitaires en milieu universitaire et plus précisément dans les résidences est un aspect qui tient beaucoup à cœur à la direction des œuvres universitaires de Tlemcen 1. En effet, des résidents(es) peuvent éventuellement être sujets à des maladies, à des intoxications alimentaires, voire à des épidémies de quelque ordre que ce soit. Afin de parer à de telles éventualités, des centres de soins équipés sont mis à la disposition des médecins et du personnel paramédical officiant dans chaque résidence. Et pour éviter de mauvaises surprises, rien ne vaut une médecine préventive pratiquée en amont. A cet effet, le médecin est tenu d’organiser la visite médicale d’admission des nouveaux bacheliers, de même que les auscultations systématiques des étudiants anciennement inscrits, assurant par la même la couverture sanitaire des travailleurs au sein des résidences. Des cabinets dentaires dotés d’appareils adéquats sont également mis à la disposition des dentistes afin de prodiguer les soins appropriés.

Portrait du DOU
Farouk Bouklikha est un jeune cadre, transfuge de la wilaya de Tlemcen et détaché aux œuvres universitaires depuis 2007. Mais avant de s’initier à la tâche administrative, il  a fait un début de carrière comme officier de la marine marchande et chef de service à l’entreprise portuaire d’Oran. Ayant obtenu une licence puis un master en marketing et analyse économique, c’est donc naturellement qu’il occupe le poste de responsable des marchés au DOU de Tlemcen avant d’être promu directeur des œuvres universitaires à la DOU 1 en mai 2012. Il est marié et père d’un enfant.

A. B.



Du mĂŞme auteur

Par Ahmed BOUDRAA

Les plus lus

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF