Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 116 - Oct 2018

Go

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

L’Algérie aura son académie des sciences

Le ministre de l’Enseignement supérieur annonce

Par Rafik BITOUT



« Le secteur de l’enseignement supérieur œuvre pour la création d’une académie des sciences et des technologies, en tant qu’autorité scientifique suprême du pays », a révélé Mohamed Mebarki, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. S’exprimant à l’ouverture de la conférence nationale des universités consacrée à l’évaluation de la rentrée universitaire 2014-2015, le ministre a précisé que son rôle serait de contribuer au développement des sciences et de leurs applications et de conseiller les autorités publiques dans ce domaine. Aussi, le premier responsable du secteur a estimé que l’élite scientifique algérienne, qu’elle soit à l’intérieur du pays ou à l’étranger, « a besoin d’un tel espace scientifique qui lui permettra d’exprimer ses capacités scientifiques et technologiques et de renforcer sa visibilité dans le monde ». «L’Algérie qui jouit d’un potentiel scientifique, notamment de chercheurs, des plus enviables à l’échelle du continent africain et des pays arabes, est l’un des rares pays, au même titre que la Libye, à ne pas disposer de pareille structure». « L’absence de cet espace ne peut qu’influer négativement sur notre positionnement scientifique international », a souligné le ministre.
Insistant sur la vocation « autonome » de la future académie, le ministre a informé les responsables des établissements universitaires de leur saisine par ses services et ce, en vue de se prononcer sur cet important projet nécessitant « l’adhésion de l’ensemble de la communauté scientifique.» Réitérant la rigueur des conditions d’admissibilité à cette structure dédiée à la recherche et à la production scientifique et qui seront déterminées par un jury international issu des cinq  plus prestigieuses académies au monde, le ministre a révélé que «  seuls les critères de compétences comptent pour élire ses membres. Ces derniers seront d’ailleurs admis par leurs pairs», a fait savoir le même responsable qui a ajouté qu’il s’agit, désormais, de créer le noyau de cette académie qui abritera une commission pluridisciplinaire. Le projet sera, d’ailleurs,  inscrit à l’ordre du jour du prochain Conseil du gouvernement. D’ailleurs, Mohamed Mebarki a souligné que « la démarche du secteur s’appuie sur un programme visant à l’amélioration de la qualité de la formation supérieure et à l’élévation du niveau de compétences scientifiques et des qualifications des diplômes universitaires à travers la refonte des programmes et des méthodes d’enseignement ». Pour le premier responsable du secteur de l’enseignement supérieur, il s’agit « d’améliorer et de renforcer la relation entre l’université et le secteur socio-économique, en privilégiant une coopération capable de dynamiser l’ouverture de l’université à l’international». Dans son intervention, le ministre n’a pas manqué de relever le retard enregistré dans la réalisation du centre de recherche et de laboratoires, ainsi que des équipements de ceux achevés, relevant les enveloppes conséquentes «pourtant» dégagées à cet effet.  Aussi, a-t-il fait savoir, la nouvelle loi sur la recherche permettra de pallier bien des défaillances. Après avoir indiqué que les filières aux débouchés purement professionnels ne représentent que dix pour cent du cru de l’université, le ministre a alerté que la demande devienne accrue sur certaines spécialités comme l’architecture, la technologie ou l’informatique. Les écoles ont le plus grand mal à absorber cette demande, essentiellement dans l’Algérois, a-t-il signalé, en précisant que son département œuvre à ouvrir de nouvelles branches conformément à la carte nationale. Abordant l’amélioration des conditions professionnelles et sociales des enseignants, chercheurs et fonctionnaires, le ministre a assuré qu’elle «  figurait au centre des préoccupations du ministère, du fait que cette question conditionne les projets de développement du secteur ».   « Nous œuvrons en collaboration avec nos partenaires sociaux à étudier  toutes les propositions qui favorisent l’amélioration des conditions de travail et de la vie de la communauté universitaire dans toute sa composante », a précisé le ministre. Il a, d’ailleurs, exhorté les recteurs des établissements universitaires et des centres de recherche scientifique « à prendre part à la réflexion en cours » sur la révision de l’organisation de la carrière professionnelle de l’enseignant-chercheur en vue d’intégrer la production pédagogique au sein des critères d’avancement et de promotion, de dégager des solutions pour faciliter les soutenances de  thèses de doctorat, en particulier en améliorant l’utilisation de la formation  à l’étranger.
Auparavant, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a fait part de son évaluation de la rentrée universitaire 2014-2015 qu’il a qualifiée de rentrée confortable grâce aux concours de tous. Pour ce qui est du nombre global des inscrits dans les différents cycles et filières de formation, le ministre a fait savoir que « pour cette rentrée ce nombre a atteint 1.324.000 étudiants, après l’accès au master de près de 75% du nombre total des étudiants sortants du premier cycle».  Abordant par ailleurs le système LMD (licence, master, doctorat), le ministre a indiqué que « la rentrée actuelle a été marquée par l’extinction de la formation classique au niveau de la licence, et le passage au système LMD, qui a retardé l’approfondissement de la réforme ». Le ministre a souligné également que « la démarche du secteur s’appuie sur un programme visant à l’amélioration de la qualité de la formation supérieure et l’élévation du niveau de compétences scientifiques et des qualifications des diplômes universitaires à travers la refonte des programmes et des méthodes d’enseignement».

R. B.



Du même auteur

Par Rafik BITOUT

Les plus lus

Tourisme, culture et histoire
Par maître Serge Pautot, .

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF