Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 108 - Oct 2017

Go

Sétif en GRAND

La « débureaucratisation » du service public

Daïra d’Aïn Oulmène

Par Salim HOURA



Depuis le lancement de l’opération de modernisation des services publics, quelque 35 435 pièces ont été établies, souligne Abdelmadjid Ghaib, chef de daïra d’Aïn Oulmène. Ces documents se déclinent, entre autres, en 3566 passeports biométriques, 9500 cartes grises et 7675 cartes d’identité nationale. Si le passeport biométrique est remis dans la quinzaine de jours qui suit son dépôt, les cartes d’identité nationale et les cartes grises sont délivrées le jour même du dépôt des demandes. Un fait saillant de la réforme du service public dans cette daïra où la modernisation du service public n’est pas un vain mot. En effet, la plateforme biométrique de la daïra d’Aïn Oulmène est connectée au Centre des titres sécurisés (CTS) d’El Hamiz, à Alger. La réussite de l’opération, lancée dans un premier temps au niveau de la daïra de Sétif, sélectionnée comme l’une des principales daïras-pilotes du pays, est pour beaucoup dans l’élargissement de l’opération des autres daïras notamment d’Aïn Oulmène où les fonctionnaires chargés d’un tel dossier ont bénéficié d’une formation idoine. D’ailleurs, les citoyens sont unanimes à estimer que cette décision est un grand pas sur le chemin de la réforme du service public. Il faut savoir que la daïra d’Aïn Oulmène est une circonscription administrative située dans la wilaya de Sétif. Son chef-lieu est situé sur la commune éponyme d’Aïn Oulmène. La daïra regroupe les quatre communes d’Aïn Oulmène, Guelal, Ksar El Abtal et Ouled Si Ahmed.

Des moyens matériels adaptés pour la modernisation du service public
Afin de donner forme aux mesures décidées au titre de la reforme des prestations de l’administration, il était nécessaire de renforcer certains sièges de daïras et communes en moyens matériels et humains nécessaires, comme ce fut le cas pour la daïra d’Aïn Oulmène qui s’est dotée d’un tableau électronique à affichage dynamique aussi bien pour une meilleure communication interne qu’externe. Ce qui a grandement contribué à faciliter la tâche aux citoyens, tout en réduisant la pression sur les préposés aux guichets. Toutes ces mesures ont fait que depuis mai 2013, les services da la daïra d’Aïn Oulmène ont totalement numérisé la délivrance des documents administratifs.

Un développement planifié
La daïra d’Aïn Oulmène a connu de grands chantiers en matière de réaménagement, l’objectif étant d’améliorer le cadre de vie du citoyen et le désenclavement tant sur le plan urbain que sur le plan rural. A cet effet, le réaménagement des centres urbains se poursuit selon une stratégie favorisant la longévité des ouvrages. Ce qui explique la priorité donnée à la réhabilitation des réseaux d’AEP, d’assainissement, des avaloirs, avant même le revêtement des différentes artères de la ville. L’aspect esthétique non plus n’est pas épargné avec notamment la création d’espaces verts. En effet, dans le cadre du programme PCD, une enveloppe de 364 680 000 de dinars a été mobilisée pour financer 31 opérations dont 5 sont achevées et 20 en cours alors que les 6 restantes sont en cours de validation au niveau des services de contrôle financiers.

Una daïra bien nantie
Ces opérations se sont soldées par la réalisation de plusieurs infrastructures socioéconomiques de base. En matière d’éducation, la daïra d’Aïn Oulmène dispose de 72 écoles primaires, de 16 CEM et de 6 lycées en attendant la réception de 3 groupes scolaires au niveau des communes d’Aïn Oulmène, Ksar El Abtal et Ouled Si Ahmed, ainsi que la réalisation de 2 CEM à Ouled Si Ahmed et Guelal, à même de répondre à une demande sans cesse croissante d’une population scolarisée estimée à 29 206 élèves tous cycles confondus. En matière de logements, il a été procédé à la distribution de 1365 logements socio-locatifs alors que 760 autres unités sont en attente de distribution. Concernant l’habitat rural, 455 aides ont été attribuées depuis 2008 contre 270 logements promotionnels aidés. Un quota, certes, en deçà de la demande estimée à 18 746 dont 9394 pour le social, 7793 pour l’habitat rural et 1559 promotionnel. Pour rappel, la daïra d’ Aïn-Oulmène a bénéficié en 2012 d’un quota de 2.110 logements, dont 640 publics locatifs, 400 LPA, en plus de 370 logements ruraux, selon M.Ghaib. Cette daïra a bénéficié durant la période 2002-2008, au titre des différents plans de développement, de 1.570 logements de type rural répartis à raison de 390 unités pour Aïn Oulmène, 480 pour la localité d’Ouled Sidi Ahmed et plus de 690 unités pour les communes de Kasr El Abtal et de Guellal. Cependant, si l’électrification de la daïra connaît un taux appréciable, il n’en est pas de même pour le taux de pénétration en gaz qui connait certain retards.

S. H.



Du même auteur

Par Salim HOURA

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Cybercriminalité
Par Dr. Djalila RAHALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF