Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 115 - Août 2018

Go

Histoire d'une ville

Sidi Boumediene et Lalla Setti : Les saints protecteurs de Tlemcen

Tlemcen

Par Hassina AMROUNI



Surnommé Aboumédiène El Ghouts ou dans le langage populaire Sidi Boumediene, Choaïb Ibn Hocine El Andaloussi a vu le jour en 1126 à Séville, mais c’est à Fès qu’il étudie auprès de grands maîtres, tels que cheikh Abou Yeza, qui l’initie aux secrets du soufisme. Voulant aller plus loin dans sa quête spirituelle, il prend le chemin de l’Orient et pose ses bagages à Tlemcen. Lui qui recherche la solitude pour méditer s’y sent bien, aussi, se retire-t-il à El Eubad, auprès du tombeau du wali Sidi Abdellah Ben Ali. Après un séjour dont la durée ne sera pas formellement précisée, il quitte Tlemcen, dans l’espoir de la retrouver un jour. Malheureusement, les retrouvailles n’auront lieu que bien plus tard. Il y reviendra pour y mourir.
Sidi Boumediene qui, dans son périple vers l’Orient s’était arrêté dans toutes les grandes villes, arrive enfin à la Mecque. Là, il fait connaissance avec cheikh Sidi Abdelkader El Djilali qui complète son instruction sur la doctrine soufie et fait de lui son disciple préféré. Son instruction parfaite, il s’en va dispenser son savoir à Baghdad, Séville, Cordoue et Bougie. A la disparition de son maître, il devient le plus célèbre cheikh jamais formé à l’école d’El Djillani.
Sidi Boumediene était un soufi parfait qui appliquait à la lettre les fondements de cette doctrine tels le renoncement au monde, la contemplation des mystères divins ou la recherche des secrets du spiritualisme.
Sidi Boumediene est l’auteur de plusieurs traités de doctrines spiritualistes. Il avait, par ailleurs, une âme de poète, aussi, composait-il à ses heures perdues des poésies allégoriques. Sollicité par le sultan Abou Youcef Yacoub El Mansour, sultan Almohade, il quitte Bougie pour rallier Marrakech. Arrivé à Aïn Tekbalet, aux environs de Tlemcen, il montre à ses compagnons le ribbat d’El Eubad puis il s’écrie comme inspiré : «Combien ce lieu est propice pour y dormir en paix de l’éternel sommeil.»  A sa mort, il prononce d’une voix éteinte : «Dieu est la vérité suprême.» (Allah oua El Hak). Il meurt en 1197, à l’âge de 71 ans. Lalla Setti, fille de Abdelkader El Djillani, épouse de Sidi Yousef El Miliani, est le second symbole de sainteté après Sidi Boumediene El Ghout. Son ascendance remonte au prophète Mohammed (QSSSL). Lalla Setti avait plusieurs dons et elle était sollicitée pour ses karamate, ce qui alimentait beaucoup les contes populaires autour de sa personne. Les femmes la sollicitaient notamment lorsqu’elles avaient des problèmes de fécondité. Après sa mort, Lalla Setti fut enterrée au lieu où elle méditait, le plateau qui porte aujourd’hui son nom. Le mausolée dédié à Lalla Setti est depuis un lieu de ziara et de pèlerinage pour les Tlemcéniens mais aussi pour les nombreux touristes de passage à Tlemcen.
H. A.

La cité a enfanté de nombreuses figures illustres
Tlemcen, carrefour intellectuel

Ibn Khaldoun qui séjourna longtemps à Tlemcen rapporta qu’«on y cultiva avec succès les sciences et les arts ; on y vit naître des savants et des hommes illustres dont la réputation s’étendit aux autres pays». Tlemcen a toujours été un grand centre religieux, culturel et intellectuel. Elle fut propice à la création et à l’épanouissement intellectuel et son influence sera notable sur tout le Maghreb, y compris sur l’Occident musulman.
De Abderrahmane et Yahya Ibn Khaldoun à Mohammed Dib, en passant par Waciny Laredj, Sidi Boumediene, Al Okbani, Al Abili, Ibn El Meçaîb, Ibn El Khamis, Es Senousi, Abou Abdallah Al-Khazradjy et beaucoup d’autres encore, y compris l’actuel président de la république algérienne Abdelaziz Bouteflika, Tlemcen n’a cessé de donner à l’Algérie et au monde des hommes de grande valeur.
En 2011, à la faveur de l’événement «Tlemcen capitale de la culture islamique», un colloque international autour du thème «Penseurs et figures illustres à Tlemcen» a été organisé par le Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques. Il a été l’occasion de rappeler l’apport considérable des oulémas de Tlemcen, d’abord à leur cité mais aussi au monde, d’une manière générale.
En effet, les savants n’ont pas imposé leur réputation seulement en sciences de la religion et en littérature mais ils se sont également intéressés à d’autres disciplines comme la médecine, l’astronomie, les mathématiques et la géométrie. Certains se sont même illustrés par leurs travaux, à l’image d’El Okbani, un érudit qui a introduit  «l’équation mathématique dans la probabilité et l'algorithme en algèbre» et qui avait expliqué le manuel des mathématiques «El Talkhis» d'Ibn El Abbes El Benae, ainsi que la poésie d'Ibn Yasmine dans l'algèbre et l'algorithme. Ibn El Faham a été également évoqué, lui qui fut le concepteur de l’horloge à eau mais encore El Habbak qui a marqué de son empreinte l’astronomie et l’astrolabe. Quant à Thighri Et-Tilimçani, il s’est fait connaître à travers son encyclopédie de médecine et de pharmacie, tout comme  le savant El Abli qui a publié une encyclopédie scientifique. Les frères Yahya et Abderrahmane Ibn Khaldoun étaient, pour leur part, les deux références de l’architecture et de la sociologie de l’époque.
L’histoire moderne retiendra aussi l’engagement d’autres enfants de Tlemcen, notamment celui de Messali Hadj, grande figure du nationalisme algérien ou encore Abou Bakr Belkaïd, célèbre homme politique, natif de Tlemcen.
En littérature, ils sont nombreux à y avoir vu le jour, parmi lesquels le célèbre Mohammed Dib ou même Waciny Laredj.
Aujourd’hui encore, Tlemcen, à l’instar d’autres villes du pays continue à voir émerger des fils prodiges qui, par leur savoir et leurs connaissances contribuent chacun dans son domaine à l’essor de l’Algérie.



Du même auteur

Par Hassina AMROUNI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Libertés démocratiques
Par Farid HOUALI.

Alger ville intelligente
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF