Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 125 - Dec 2019

Go

Transports

Le mastodonte de l’ingénierie des infrastructures

Yapi Merkezi

Par Yahia MAOUCHI



Yapi Merkezi est l’une des Société d’un groupe turque actif dans le secteur d’industrie de la construction. Fondé  par Ersin Arioglu et basé  à Istanbul, le Groupe  s’occupait de la construction d’une grande chaine de bâtiments ainsi que de plusieurs lignes ferroviaires aussi bien  en Turquie que  dans d’autres pays africains et du Moyen-Orient à l’exemple de l’Arabie Saoudite, l’Algérie, le Maroc et les Émirats arabes unis. Grâce à  sa longue expertise dans son domaine d’activité, elle a  contracté plusieurs grands projets à travers le monde. En Algérie, Yapi Merkezi-Infrarail SPA Consortium s’est vue attribuer, en 2006, le contrat de réalisation des gros-œuvres des installations de remisage et de nettoyage de rames automotrices pour l’entreprise Zone d’atelier et de parc relais CDM, par la Société nationale des transports ferroviaires (SNTF). Le but du projet était de remplacer l’ancien atelier de trains de marchandises en construisant un nouveau site de maintenance et de la zone de dépôt pour les nouveaux 64 trains de banlieue qui ont été acquis de Suisse par la SNTF. Dans le contrat, Yapi Merkezi avec 87% des parts est leader du consortium formé en partenariat avec l’Entreprise nationale de réalisation d’infrastructures ferroviaires (Infrafer) avec 13% des parts, relevant du ministère des Transports, spécialisée dans les travaux ferroviaires. Le projet a été finalisé en avril 2011, dans un délai de 27 mois sur la base clé en main. Le projet consistait à démanteler la voie existante (13 km) et à poser une nouvelle voie (10 km au total), les travaux d’infrastructure, la construction d’un nouvel atelier et bâtiments administratifs (28.500 m2 zone fermée), y compris les installations électromécaniques, la fourniture et l’installation de matériel d’atelier et les machines, l’électrification et le caténaire, la construction de routes d’accès et de stationnement, ainsi que l’ensemble de l’aménagement paysager du complexe. Le deuxième projet décroché en 2011 en Algérie a trait à  la réalisation de la nouvelle ligne à double voie électrifiée Birtouta / Sidi Abdallah (Ville Nouvelle) / Zeralda. Sur une distance de 21 km au sud-ouest d’Alger, le projet consistait en la réalisation d’une nouvelle ligne électrifiée à double voie pour des trains pouvant atteindre une vitesse de 140 km/h. Longue de 21 kms et dotée d’une double voie électrifiée et de plusieurs ouvrages d’art, cette nouvelle ligne, d’une capacité de transport de 50.000 voyageurs/jour, relie la localité de Birtouta à Zéralda via la ville nouvelle de Sidi Abdallah. Les travaux de réalisation de cette ligne avaient débuté en septembre 2011 et ont pris fin en 2016. Réalisée dans le cadre du projet d’aménagement ferroviaire de la région algéroise, cette ligne s’inscrit dans le prolongement de la voie Alger-Blida permettant ainsi aux habitants des communes côtières du Sahel (Staouéli, Zéralda, Douaouda, Fouka et Bou Ismail) d’atteindre facilement Alger-centre avec un temps réduit. Elle permet également de relier les communes de Birtouta, Ouled chebel, Tessala el Merdja, Douera et Rahmania à travers cinq gares : Birtouta, Tessala El Merdja, Sidi Abdallah, pôle universitaire de Sidi Abdallah et Zéralda ville. Par ailleurs, ce projet est doté de plusieurs ouvrages d’art, tels que la réalisation de quatre viaducs ferroviaires, de cinq ponts de chemin de fer, de six ponts routiers, d’un tunnel en tranchée ouvert et couvert de 343 m, d’une structure de couverture et de coupe de 261 m, des murs de soutènement de 540 m, et de 5 stations. En raison de la topologie de la zone, le projet a nécessité environ 10 millions de m3 de terrassement et des structures de construction lourdes de 27.500 m2, notamment des ponts et viaducs. L’électrification, la signalisation (ERTMS/Level 1), les télécommunications et la mise en service sont également comprises dans les termes du contrat clé en main. D’autre part, dans le domaine des infrastructures ferroviaires, Yapi Merkezi a réalisé deux tramways, celui de Sidi Bel Abbès et de Sétif. Ainsi, le projet de tramway de Sidi Bel Abbès consiste en une ligne de tramway ayant une partie en tronc commun dans le quartier nord de la ville (Inter-station Sidi Djilali / Benhamouda). Outre la ligne de tramway, quatre parcs relais et quatre pôles d’échanges ont été réalisés, en plus de la réalisation d’un Centre de maintenance (CdM) et un Poste de commande centralisée (PCC) implanté dans le dépôt –Atelier. Le système de tramway proposé est le tramway classique sur rails, avec des rames d’une longueur comprise entre 40 et 45 m avec une alimentation électrique par lignes aériennes de contact (LAC). Rappelons que ce joyau de la Mekerra a été mis en service le 25 juillet 2017. Enfin, le plus récent projet réalisé par Yapi Merkezi en Algérie,  est le tramway de Sétif. . Le projet a été attribué au Consortium de Yapi Merkezi et Alstom. Le projet se compose de deux sections : la première section relie depuis El Hassi, à l’Est de la ville, au pôle universitaire El Bez. La deuxième section connecte le carrefour de la wilaya à Ain Trick.  Le projet compte 15 stations sur la ligne, alimentées par un poste à haute tension 60/30 KV. Il y a deux dépôts, l’un sur un terrain de 8 hectares et le second sur un terrain de 2 hectares. I Le tramway de Sétif a été mis en exploitation commerciale depuis le 8 mai 2018. En réalité, c’est dans les années 80 que Yapi Merkezi commence à s’intéresser à l’Afrique. En effet, c’est en 1984 que l’entreprise turque décroche son premier marché en Algérie. Il s’agit d’un petit chantier visant la restauration d’un ancien palais Ottoman.

Une expertise construite brique par brique
Certes, si le nom de Yapi Merkezi ne dit pas grand-chose au grand public, ce nom commence à se faire en revanche une sérieuse place dans le milieu des affaires algériennes. En effet, ce mastodonte turc ne cesse de faire parler de lui depuis 2011, date à laquelle il a remporté l’appel d’offres pour la réalisation de la première ligne de tramway de Sidi Bel Abbés. Surtout que face à lui, il y avait des majors de l’infrastructure qui sont bien implantés depuis longtemps en Algérie. Et depuis, l’entreprise turque est sur toutes les langues en Algérie. En outre, la réalisation de tramway de Sétif a été une vraie réussite et un véritable tour de force pour cette entreprise surtout si l’on tient compte du fait qu’elle était en concurrence avec des entreprises de stature internationale et bien implantées en Algérie avant elle. Cette réussite réside, selon son représentant en Afrique du Nord, Mehmet Semizer, dans la rapidité, d’exécution, l’agilité-souplesse, la maîtrise du volet étude et ingénierie ou encore la recherche et développement. Ce qui lui permet la  maîtrise des coûts. Yapi Merkezi, c’est la marque de fabrique de la holding turque qui opère depuis 2005 en Algérie. Plateforme de tramway, voie ferrée, ouvrages d’art… les références sont multiples. Mais la notoriété de ce groupe très visible en Algérie, il la doit, selon son représentant, à ses rapports qualité/prix jugés imbattables. En outre, sa compétitivité s’explique par plusieurs paramètres. Une société qui opère avec un rendement important et qui est disposée à travailler en H24 en cas d’urgence. Le management fait aussi valoir la maîtrise des études et de l’ingénierie. Ainsi, les études font sa valeur ajoutée. « Nous ne sommes pas une simple société de construction. Nous sommes avant tout des ingénieurs et à l’origine un cabinet d’études. Nous sommes forts dans la réalisation d’études, de conception jusqu’à la construction et surtout l’ingénierie, la recherche et développement. Notre département recherche et développement réalise des bétons à très haute résistance. Il est assez avancé dans le génie sismique » se félicite M. Semizer. Rappelons que Yapi Merkezi a su développer une expertise métier auprès de ses salariés (ingénieurs, cadres, ouvriers). Les chantiers du groupe turc sont des écoles de formation pratique où s’opère un transfert de savoir-faire avec des montées en compétences locales. D’autre part, notre interlocuteur estime que l’Algérie est un pays fiable et le climat des affaires demeure très favorable pour les investisseurs. « Le climat d’investissement est très favorable en Algérie. A cet effet, nous espérons qu’en 2019, nous allons pouvoir décrocher et réaliser de nouveaux projets » souhait-il. Pour les perspectives de Yapi Merkezi qui est actuellement à la recherche de nouveaux projets en Algérie, son représentant nous dira : « C’est de continuer à travailler en Algérie, notamment dans le domaine du rail, en vue d’avoir une part des nouveaux projets lancés dans le chemin de fer, et du côté de la ligne minière. Nous voudrons être présent dans le pays tant du point de vu étude-réalisation, qu’investissement dans certains domaines. Et nous sommes là pour servir l’Algérie. Du moment que nos deux pays frères s’entendent très bien, il n’y a pas de raison pour ne pas réussir. L’essentiel qu’on soit patient, persévérant et présent » souligne-t-il. Rappelons qu’en dépit de la crise économique qui a secoué l’Algérie, Yapi Merkezi n’a jamais pensé à quitter le pays. « Nous avons partagé le même souci avec le pays, et nous n’avons jamais pensé à abandonner. Et malgré les difficultés financières, notre société a dû souvent recourir aux crédits bancaires pour survivre et honorer ainsi ses engagements vis-à-vis de ses clients » rappelle-t-il. Enfin, le holding turc compte environ 2 000 salariés, principalement en Turquie. Il a aussi plusieurs filiales Merkezi Préfabrication, Yapikonut spécialisée en promotion immobilière, Subor (eau potable), Insaat (construction) puis Irmak (enseignement maternel, primaire et lycée). Son chiffre d’affaires a atteint en Algérie 1 milliard d’euro en deux ans, suite à la réalisation de quatre projets.

Une réputation en béton
Depuis plus d’une décennie déjà, les entreprises de BTP turques installées en Algérie ne cessent d’accroitre leurs parts de marché et surtout de se faire une réputation en béton. Une chose est sûre, la caractéristique principale des turcs est de décrocher de grands projets et surtout de les livrer dans les délais et budgets impartis. Ainsi, le secret du succès de ces entreprises réside dans trois facteurs principaux : compétitivité au niveau des coûts, rapidité et qualité d’exécution. Des qualités qui ont fait leur grande réputation à l’international dans la réalisation de projets de grande envergure. Dans certains cas, on peut ajouter la forte assise financière de certaines entreprises, telle que Yapi Merkezi, une chose qui lui permet de bien se positionner dans certains appels d’offres. Forte de cet atout cette entreprise assure son  client de la bonne exécution d’un projet jusqu’à sa finalisation avant d’avoir perçu la rémunération globale. Par ailleurs, un autre point fort s’ajoute à la bonne réputation de cette entreprise et qui n’est pas du moindre dans le secteur du BTP, est la sécurité des ouvriers et du personnel affecté sur les chantiers. Ainsi, la sécurité des chantiers est un élément qui revêt une grande importance dans l’exécution de leurs projets.  Dans le même ordre d’idée, le directeur général adjoint du groupe Yapi Merkezi en Afrique du Nord, Davut Atila Arik, a estimé que le meilleur projet achevé, est celui  achevé dans les meilleurs délais. « Nous sommes une entreprise qui ne badine pas sur la qualité et les délais de réalisation.. A cet effet, Yapi Merkezi ne lésine pas sur les moyens nécessaires pour être à la hauteur des attentes de ses clients. Ainsi, notre grande force consiste en la mobilisation et le respect des délais de réalisation. Une chose qui nous permet d’être aussi compétitifs, et enfin, l’utilisation des différentes technologies développées qui nous rendent plus compétitifs, et avec la valeur ajoutée dans l’ingénierie, sont nos trois points de frappes » affirme notre interlocuteur. Rappelons que Yapi Merkezi, qui a été créée en 1965 comme étant un bureau d’étude, a entamé ses activités en tant qu’entreprise en 1969, et depuis cette date à ce jour, le groupe a créé 8 entreprises, qui ont été regroupées depuis les années 2000 sous une structure d’un holding. Jusqu’aujourd’hui, les grands chiffres réalisés par Yapi Merkezi, étaient dans le domaine ferroviaire. « Nous avons réalisé 411 stations de voyageurs, 21 ateliers de maintenance et de remisage ferroviaire ou urbain. 7700 kms de tuyaux en PRP. Nous avons bâti jusqu’aujourd’hui 42 millions M/2 de construction achevée. Sur les projets réalisés par Yapi Merkezi sur les trois différents continents, je citerais entre autres, les 3600 kms en système ferroviaire en cours d’exportation sur 51 divers différents projets. Sur le plan recherche et développement, Yapi Merkezi a aussi investi dans plusieurs domaines dans le secteur ferroviaire, soit en construction de différents modes de construction, ou bien sur les différents produits de construction. Nous pouvons produire du béton ayant une résistance de 3000 kg / cm2. Il est dix fois plus fort que le biton utilisé dans le bâtiment. Pour les activités sociales, Yapi Merkezi soutient et accompagne plus de 5000 étudiants dans le monde entier, spécialement dans les villes où sont implantés nos projets. Notre personnel en Afrique avoisine les 20 000 ouvriers. Et notre chiffre d’affaires a dépassé les 1,2 milliard de dollars annuellement » a tenu à préciser M. Arik.

Une référence mondiale dans le système ferroviaire
 Sur le plan international, Yapi Merkezi est classé dans le top 10 des meilleures entreprises spécialisées dans le rail. « Nous sommes classés à la 9éme place parmi les meilleures entreprises mondiales spécialisées dans le domaine des transports. On est devenu une référence mondiale en matière du système ferroviaire. Nous avons décroché plusieurs prix mondiaux inhérents à la qualité des travaux réalisés, les technologies utilisées, ainsi que le respect des délais. Nous avons plusieurs projets qui font tomber les records du monde, tels que le métro du Dubaï, un projet que nous avons achevé avant même les délais prévus. Il y a également le tunnel sous Bosphore, un projet réalisé dans une pression atmosphérique de 11 barres, et à 100 mètres sous le niveau de la mer. Le plus grand projet sur lequel nous travaillons aujourd’hui, c’est le pont de Canakkale 1915 en Turquie. C’est le plus grand pont suspendu au monde. Tous ceux-là sont des marques significatives du succès pour la famille Yapi Merkezi » s’est-il targué. Par ailleurs, ce groupe turc qui construit son expertise brique par brique depuis des décennies avait bien l’intention d’enclencher son expansion africaine en ajoutant d’autres grands projets à son portefeuille bien garni. Car il faut dire que Yapi Merkezi avait déjà à l’époque une sérieuse réputation au Moyen-Orient, notamment en Arabie Saoudite mais également aux Emirats. C’est à lui, entre autres, que l’on doit l’extraordinaire métro de Dubaï, le plus grand appel d’offres de système ferroviaire dans l’histoire. Le projet s’étale sur environ 70 km et se compose de 2 lignes. Suite à de profondes modifications, le montant total du contrat a passé de 3,5 à 10 milliards de dollars. C’est consortium appelé Dubai Rapid Link (DURL) et formé des sociétés japonaises Mitsubishi Heavy Industrie, Mitsubichi corporation, Obayashi et Kajima ainsi que de Yapi Merkezi qui s’est vu attribuer le contrat de construction du métro en juillet 2005 par la Direction des Routes et du Transport de la Municipalité de Dubaï. La première section, avec 10 stations mises en service, a été inaugurée le 9 septembre 2009, la seconde en 2011, permettant ainsi au métro de Dubaï de devenir le métro entièrement automatique le plus long au monde, dépassant le SkyTrain Vancouver de 3 km.

Des chantiers et des réalisations dans l’international
En plus de la réalisation du métro de Dubaï, le groupe Yapi Merkezi a plusieurs références parmi lesquelles la construction clés en main des gares de Médine, la Mecque et Djeddah le long du projet de train à grande vitesse Haramain en Arabie Saoudite ou encore la construction d’autoroutes avec la réalisation du tunnel sous le Bosphore (un projet C.E.T de 1,2 milliard de dollars en Turquie), ou encore la construction clés en main de centres commerciaux et d’ensembles à usage de bureaux, des ponts et viaducs. Autre valeur ajoutée, le groupe a ouvert un département spécialisé dédié à l’assistance des Etats dans le montage financier de projets de développement d’infrastructures. En outre, le holding turc s’est imposé. Evidemment, le groupe de BTP turc est présent dans plusieurs autres pays, notamment en Ethiopie ou encore au Soudan où il construit deux ponts, ( pont El Mek Nimir, et Al Halfaia ) de 800 m et 1 km, sur le Nil bleu (avec inauguration prévue pour juillet 2020), mais l’on sent que l’Afrique n’a réellement commencé à donner ses fruits que ses quatre dernières années avec des contrats de plus en plus importants. Dernier coup d’éclat en date de Yapi Merkezi : un contrat pour la réalisation des chemins de fer en Tanzanie de 1,1 milliard de dollars conclu en février 2017, avec pour partenaire le groupe portugais Mota Engil. Le chemin de fer long de 400 km devra relier la Tanzanie au Burundi et au Rwanda et fait partie d’un gigantesque projet de ligne ferroviaire « centrale » d’une longueur de 2.561 km censé contribuer à l’intégration de l’Afrique de l’Est. 2016 a été aussi une belle année pour Yapi Merkezi, mais cette fois-ci en Afrique de l’est. Le groupe turc fait partie du consortium international composé du français Eiffage (45%), du sénégalais CSE (Compagnie Sahélienne d’Entreprise), adjudicataire d’un premier lot (infrastructure) d’une valeur de 373,5 millions d’euros pour la réalisation du TER de Dakar qui permettra de relier de centre de Dakar au futur aéroport international Blaise-Diagne (AIBD) en 45 minutes. Les travaux ont été officiellement lancés le 14 décembre 2016. Au Maroc, un tapis rouge a été déroulé pour Yapi Mekezi. Pour autant, les autorités locales sont sans équivoques quant au choix de l’opérateur turc : un marché livré clés en main, un interlocuteur unique, un bureau d’étude interne composé de 20 ingénieurs et techniciens, plus un département recherche et développement en génie parasismique et béton haute performance, en plus d’une offre des plus concurrentielles. C’est ainsi que Yapi Merkezi avait été sélectionné en 2010 par le Conseil de la ville de Casablanca pour réaliser la plate-forme et la pose de la voie ferrée du tramway : une tranche de 30 km de réseau pour un montant 467 millions de DH. Concernant la réalisation de la plate-forme ferrée de la ligne 2 du tramway de Casablanca dont le budget est de 83 millions dirhams, le groupe turc avait notamment damé le pion aux quatre favoris. Ainsi, la haute performance démontrée par Yapi Merkezi dans la première ligne de tramway de Casablanca a joué un rôle considérable dans l’attribution de ce second projet d’extension. En tant que maitre d’œuvre, Yapi Merkezi a effectué les travaux de mobilisation en deux mois et a achevé le projet en moins de deux ans, soit avant les délais impartis. Le projet a été achevé en décembre 2012, après 26 mois de travaux. Yapi Merkezi, a contribué également dans la réalisation de plusieurs grands projets en Turquie, tel que la réalisation en 1989 du métro d’Istanbul qui est constitué d’une ligne de métro léger et de cinq lignes de métro lourd. La réalisation du premier train à grande vitesse entre Ankara Konya, sur une longueur de 212 km en double voie. Il est en exploitation depuis le 24 août 2011. Réalisation en partenariat avec le groupement d’entreprises sud-coréennes SKEC-Samwhan-Hanshin-Namkwang-Kukdong, le tunnel de 90 mètres sous le Bosphore reliant l’Avenue Kennedy en Europe à l’autoroute Istanbul-Ankara en Asie. Avec 5,4 km de construction de tunnel et 9,2 km de rénovation des voiries existantes de chaque côté du passage souterrain. Lancement des travaux en 2017, d’un gigantesque pont suspendu au-dessus du détroit des Dardanelles, qui lie la mer Egée à la mer de Marmara, dans le nord-ouest de la Turquie. Ce pont comptera six voies de circulation et sera ouvert au public en 2023, date du centenaire de la République turque. Avec sa travée centrale qui mesurera 2.023 mètres, ce qui en fera de lui le plus grand pont suspendu au monde. Le coût du projet est estimé à plus de 2,5 milliards d’euros. Réalisation du métro d’Izmir qui est un réseau de métropolitain desservant la ville d’İzmir, en Turquie. Inauguré en août 2000, le réseau actuel se compose d’une ligne unique, comprenant quinze stations, et mesurant 17 kilomètres. En outre Yapi Merkezi a contribué dans la réalisation de plusieurs tramways tel que celui de Zeytinburnu – Bagcılar, Kayseri, et celui d’Eskisehir. En plus de la réalisation de deux bâtiments de 43 étages à Istamboul, et la restauration d’un palais sous le Bosphore. Enfin, Yapi Merkezi a réalisé de nombreux projets de construction avec succès, surtout dans la catégorie de la construction industrielle ; de nombreuses zones industrielles, des usines, des ateliers, des centres commerciaux, des projets de logement, des complexes d’éducation et centres commerciaux. Dans le domaine du transport Yapi Merkezi a mis au service de l’humanité son expérience et son savoir-faire dans la réalisation de métros, tramways, systèmes légers sur rail, stations et des systèmes électromécaniques, tunnels, viaducs et ponts. En plus de la réalisation de plusieurs projets, Yapi Merkezi fait également preuve de solidarité et citoyenneté au quotidien. Elle mène ainsi des actions directement sur le terrain au plus près des citoyens et soutient également les personnes porteuses de projet dans plusieurs domaines.
Y. M.



Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Un homme, une destinée
Par Tahar MANSOUR.

Tarik Bouslama, P-DG du groupe Imetal
Entretien réalisé par Smail ROUHA.

Télécharger version PDF

Version PDF