Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 115 - Août 2018

Go

Transports

Cap sur l’excellence des transports à Constantine

Tramway, autoroute, routes, navigation aérienne...

Par Hamid BELLAGHA



Depuis 1999, année de la consécration d’Abdelaziz Bouteflika comme président de la République, Constantine a complètement changé de visage. Avec une quinzaine de visites présidentielles à la ville des Ponts, il est indéniable que Constantine peut se prévaloir d’un intérêt spécial de la part du président de la République. Car passant d’une ville dortoir endolorie par une léthargie remarquable, à une cité haute en couleurs ouverte sur les autres cultures et détentrice d’un nombre incalculable de projets structurants qui ont permis à l’antique Cirta de se parer de ses plus beaux atours, cette dernière a été consacrée, il y a quelques jours par des médias américains, parmi le top ten mondial des villes à découvrir et à visiter.
C’est sans doute empreint de la magie de la capitale de l’Est et de son importance auprès du président de la République que Abdelghani Zaalane, ministre des Travaux publics et des Transports, a débarqué à Constantine avec le leitmotiv d’aucun « avenant ni retard ». Le ministre des Travaux publics qui n’en est pas à sa première sortie constantinoise, a entamé sa visite par la future tour de contrôle de l’aéroport international de Constantine Mohamed-Boudiaf. Le projet se compose de deux parties principales distinctes. Une tour cylindrique de 45 mètres de haut consacrée au trafic aérien, et un bloc technique de deux étages et un sous-sol dans lequel la tour sera intégrée. Initialement prévu à la livraison après 49 mois de travaux, le projet de la tour de contrôle a pris du retard, après le lancement de ces mêmes travaux en novembre 2012.
S’adressant au maitre de l’ouvrage, un cadre du ministère des Transports, et au maître d’œuvre, une entreprise espagnole, Abdelghani Zaalane fera part de son inquiétude face au retard pris par le projet et par le nombre record des avenants qui le caractérisent, six ans depuis l’entame des travaux.
« L’aéroport de Constantine est une pièce maitresse dans le transport aérien en Algérie, et à ce titre, je n’accepterai plus de retard, encore moins d’avenants », soulignera le ministre des Transports tout en affirmant que l’État est toujours présent pour encourager les projets structurants.
Le projet de la tour de contrôle de l’aéroport constantinois dont le taux d’avancement des travaux est à 68 %, devra quand même voir le jour avant la fin de l’année actuelle.
Plus loin, à la sortie de la commune de Khroub, Abdelghani Zaalane inaugurera le tronçon de double voie entre Khroub et Ain Abid. D’une longueur de 20 km initialement, il sera porté à 25, come le fera remarquer le ministre, accompagné par le wali de Constantine, Abdessamie Saadoune et des autorités de la wilaya.

Le pont Salah Bey, toujours géant
Réalisée entièrement par des entreprises algériennes, dotée de deux trémies et de quatre ouvrages d’art, la double voie entre les deux communes citées plus haut, s’offre la particularité d’être éclairée, tout le long du parcours, d’une façon intelligente.
En effet, des luminaires Led All in One permettront la nuit aux usagers de la double voie d’être éclairés constamment, grâce à une énergie solaire, qui, après un chargement diurne de seulement 10 heures de ses batteries, peut offrir un éclairage de trois nuits successives.
« Il est très important de garantir une facilité routière des cinq wilayas voisines de et vers Constantine car l’importance de rallier la capitale de l’Est sans grandes difficultés rentre dans les projets structurants dans le cadre des transports », argumentera le ministre. Le tramway, une autre fierté de Constantine, enregistrera aussi la visite de la délégation ministérielle qui s’enquerra de l’extension de l’ouvrage vers la nouvelle ville Ali Mendjeli. D’une longueur de 10,5 km, le projet, qui comprend douze stations, a été partagé en deux. Une première, sur laquelle insistera le ministre, qui partira du terminus actuel pour rallier l’entrée d’Ali-Mendjeli. Le taux d’avancement de cette première tranche, 56 %, provoquera l’ire de Abdelghani Zaalane qui n’acceptera aucun faux-fuyant et ordonnera la réception de ladite tranche au mois de juillet. « Vous devez multiplier vos efforts pour réaliser ce projet majeur, l’un des projets du président de la République à Constantine », martèlera-t-il à l’adresse du premier responsable de Cosider, en charge de la réalisation.
La seconde phase du projet, les 4,5 km restants, à l’intérieur de l’agglomération d’Ali-Mendjeli devront être livrés en avril 2019, au plus tard, insistera le ministre.
Le pont Salah Bey, le dernier et non des moindres joyaux de Constantine, a aussi bénéficié d’une inspection du ministre puisqu’il est allé s’informer de l’avancement des travaux de la galerie de drainage des eaux, un certificat de garantie quant à la stabilité des sols et des pieux du pont géant, qui a bénéficié, rappelons-le, d’une enveloppe de 38 milliards de dinars, pour enregistrer par la suite plusieurs avenants, synonyme d’une transformation d’un simple pont entre deux rives, en un instrument de fluidification de la circulation entre différents points de la ville, mais, et surtout un corollaire avec l’autoroute Est-ouest.

La fin de l’isolement de Ali-Mendjeli
Un autre projet majeur sur l’autoroute Est-ouest a aussi retenu l’attention du ministre des Travaux publics, celui du tube de droite des tunnels d’El Kantour. Ce déplacement du ministre a consacré l’inauguration du plus long tunnel de l’autoroute Est-ouest, 2.5 km, en attendant la livraison de celui de Djebel Ouahch pour que tous les ouvrages d’art majeurs de l’autoroute soient opérationnels. Tout comme l’est depuis ce 15 janvier la bretelle inaugurée par Abdelghani Zaalane qui reliera la commune de Ain Smara à l’autoroute Est-ouest, direction la frontière tunisienne, en attendant celle vers les frontières Ouest.
Abdelghani Zaalane découvrira aussi la plaque commémorative de l’inauguration de la gare multiservice de la zone d’activité Palma, véritable rampe de lancement de bus et de taxis, toutes destinations confondues.
Dans la conférence de presse improvisée à l’entrée du tube de droite des tunnels d’El Kantour, le ministre des Transports fera l’annonce d’une autre route de la ville de Constantine vers celle de Ali-Mendjeli, qui viendra à point nommé porter secours à l’unique existante, saturée depuis des années. « Il est de notre devoir de créer ce second axe routier.  Car nous n’avons pas oublié que les 300 000 âmes de la ville Ali-Mendjeli viennent tous de Constantine, et de ce fait ne veulent pas couper le cordon ombilical qui les relie à leur ville originelle. Nous allons, avec la création prochaine de la route qui ira de la cité Boussouf en passant par la zone industrielle Palma, la cité Belhadj, puis fera la jonction avec la nouvelle ville Ali Mendjeli permettre à des milliers de Constantinois de se déplacer avec facilité », dira-t-il.
Cette annonce, une surprise qui ne figurait pas sur la feuille de route de la délégation, du moins jusqu’à sa communication, renforce un peu plus l’idée du Constantinois qui, projet après projet, découvre que quelque chose est en train de se passer dans le royaume de Massinissa, et que le président de la République a toujours un œil sur « la ville de Ibn Badis, la ville du savoir ».
Le ministre regagnera Alger, non sans avoir promis de revenir dans quelques semaines pour d’autres inspections des projets de Constantine, d’autres projets, d’autres espoirs, et beaucoup de sourires.
H. B.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Hamid BELLAGHA

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Libertés démocratiques
Par Farid HOUALI.

Alger ville intelligente
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF