Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 104 - Avril 2017

Go

Transports

Le maître à bord

Belkacem Harchaoui, DG de Tassili Ailines

Par Leila BOUKLI



C’est à Tizi-Ouzou , en plein cœur du massif du Djurdjura d’où la famille Harchaoui est originaire, que naît un 8 novembre 1960, celui que l’on prénommera Belkacem. Très attaché à sa ville, il y grandit entouré de l’affection des siens, y fera ses études primaires, secondaires et même universitaires. Sa licence d’économie-option finances obtenue, Belkacem Harchaoui prend son sac à dos via Nancy où il s’inscrit au Centre universitaire. Aidé par ses parents et grâce à des petits boulots, il paiera ses études qu’il terminera par un 3e cycle en intégration économique, thème : « Endettement de l’Algérie et du Brésil ».
De retour au pays en 1988, il effectuera son service national entre Batna et l’Académie militaire de Cherchell. Une fois ce devoir accompli, il est recruté à Naftal, son premier travail. Il y fait ses classes, commence en tant que cadre jusqu’à directeur central au service organisation, planification, informatique.  Il y restera 25 ans, soit de 1990 à décembre 2015, date de sa nomination à la tête de la compagnie Tassili Airlines. Alors qu’il est en réunion, il reçoit un appel téléphonique du directeur qui s’occupe des filiales de Sonatrach. Il lui annonce la bonne nouvelle. « J’ai été très honoré par cette confiance qu’a mise en moi le président-directeur général et son directeur central filiales et participation. C’était mes clients. C’est moi qui les approvisionnais en kérosène ».
Belkacem Harchaoui se met aussitôt au travail, lance un plan de développement axé sur trois points. Renforcement de la flotte ; négocier des contrats de leasing; s’approprier les 100% du marché pétrolier en matière de transport aérien. TAL dispose d’une ressource humaine jeune, qui se lance le défi managé par son P-DG d’en faire une grande compagnie. Nul doute, que la nouvelle équipe s’attellera à changer les mentalités ; d’ailleurs, M. Harchaoui pour qui le client a besoin d’être informé et considéré, n’a pas hésité à se déplacer à l’aéroport pour s’excuser auprès de concitoyens venant de Nantes, pour le retard de leur vol dû à un épais brouillard.
Ce natif de Tizi Ouzou, n’oublie pas pour autant la ville des Genets où il se rend régulièrement pour se ressourcer. Il y retrouve toujours avec plaisir le goût de son plat préféré, le couscous sauce rouge au bœuf, bien relevé avec beaucoup de légumes. C’est un grand sportif devant l’éternel qui a fait partie de l’équipe universitaire d’Alger de volley ball, dans les années 1980. Il avoue, un sourire aux lèvres, que pour lui le sport passion reste toutefois le football. Jeune, il compte le rester et s’entretient. « Le vendredi ou quand j’ai un moment durant la semaine je vais courir et marcher. » Il faut dire que du temps pour les loisirs il n’en a pas beaucoup. Il est le premier à arriver à son bureau dont les lumières s’éteignent le soir en dernier.
Des managers de ce genre, aussi durs avec eux-mêmes qu’avec les autres, on en redemande !
L. B.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Leila BOUKLI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
Par AMMAR KHELIFA.

Protection civile
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF