Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 127 - Mars 2020

Go

Industrie

Battre le fer tant qu’il est chaud

Unité de récupération de la ferraille

Par Farid HOUALI



L’Unité de récupération de la ferraille (URF), fierté de l’Entreprise nationale de récupération (ENR) est située dans la même enceinte de l’unité de fabrication des ponts-bascules de l’UCPI, et occupe une superficie d’environ 12 hectares.

« Notre unité est spécialisée dans la récupération de tout ce qui est ferraille », révèle son directeur, NourredineRehab. Issue de la restructuration de l’ERO (Entreprise de récupération de l’Ouest), l’URF ne s’est pas trop éloignée de son activité initiale que sont le ramassage et la récupération de la ferraille qui s’effectuent à hauteur de 99% auprès d’entreprises étatiques. « L’essentiel de notre produit récupéré est vendu notamment à Tosyali», relève notre interlocuteur. Mais la vente est précédée d’un long processus depuis le ramassage, le transport et l’entreposage.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, l’endroit est bien « organisé ». « Chacun sait ce qu’il a à faire et il le fait dans les règles de l’art », se féliciteNourredineRehab. Ainsi, le pipeline, «métal le plus recherché » par les récupérateurs pour sa qualité, occupe une bonne partie de l’enceinte de l’entreprise. « Il est découpé et entreposé en attendant un appel d’offres pour sa vente », nous explique-t-on. Mais pas question de « le brader », il vaut mieux le stocker. Au cours de notre visite, nous sommes attirés par une énorme machine, toujours en état de marche : la presse à paquets. Le principe de son fonctionnement est simple. Les métaux récupérés, après avoir été « triés », y sont injectés selon la nature. Le tout est automatiquement mis en paquets et revendus en l’état et au poids. Quant à la cisaille, elle découpe les métaux longs. Dans cet environnement à « risques », le mal peut venir de toute part et de n’importe où. Exercer au beau milieu de cet amas de ferraille n’est vraiment pas choseaisée. « L’erreur n’est pas permise », avertit NourredineRehab. Mais tout peut arriver. L’URF y a pensé. En effet, une ambulance est tout le temps prête à intervenir en cas de besoin. Médicalisée, elle assure le transfert d’un blessé n’importe où dans les structures sanitaires d’Oran si cela est nécessaire.  « Là, on n’a eu que rarement des blessés », se réjouit le directeur de l’UNR qui rappelle que l’EPSP Ben Okba n’est distant que de deux kilomètres. Dans le cas d’une extrême gravité, le blessé est aussitôt transféré à l’hôpital HassiMefsoukh qui n’est qu’à quelques encablures. Pour ce qui est de « la sécurité » d’une manière générale, le port d’une tenue adéquate, de chaussures de sécurité et de casques est obligatoire une fois le portail de l’unité franchi. « Il vaut mieux prévenir que guérir», affirme NourredineRehab.

 

Maintenir le cap

NourredineRehab, actuel directeur de l’URF, fait partie des plus anciens employés de l’ex-ERO qu’il a rejointe en1994. Durant toutes ces années, il a été« témoin » de toutes les étapes vécues par l’entreprise. « Il y a eu des hauts et des bas. L’entreprise avait même connu des moments difficiles mais là, grâce à la prise de conscience de ses personnels et aux orientations de notre direction générale ainsi que de la direction du Groupe Imetal, les choses ont bel et bien changé, pour le mieux bien sûr », se félicite-t-il. L’URF, qui a récupéré 6000 tonnes de ferraille en 2019, est en effet la première unité de l’ENR en termes de chiffre d’affaires et aussi de plan de charge. « Une place que nous défendrons et que nous comptons préserver », assure NourredineRehab. Ce ne serait pas le seul objectif des responsables de l’URF qui emploie quelque 103 ouvriers et autres cadres. Selon son premier responsable, et afin d’assurer la pérennité de l’activité ainsi que son développement, il sera procédé prochainement au « renforcement » des effectifs, mais aussi du parc roulant de l’entreprise qui dispose de 8 camions et de 7 grues. Enfin, l’objectif principal de NourredineRehab, qui n’est pas loin de sa retraite avec 26 longues années de loyaux services, est de transmettre tout son savoir-faire aux recrues de l’URF.

 



Articles de la même rubrique

Entreprise Nationale de Récupération

Vinçotte International Algérie

Accréditation, certification, normalisation

Mourad Baraka, Directeur général de Vinçotte International Algérie

 

Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Police des frontières
Par Yahia MAOUCHI.

La normalisation
par smail ROUHA.