Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 127 - Mars 2020

Go

Industrie

Rien ne se perd, tout se récupère

Entreprise Nationale de Récupération

Par Farid HOUALI



L’entreprise, crée en 1966, est spécialisée dans le domaine de la récupération, du traitement, du recyclage et de la commercialisation des  déchets (ferreux et non ferreux, spéciaux et dangereux), la fabrication et l’installation des instruments de pesage et de contrôle industriel, ainsi que la  démolition des installations industrielles et d’ouvrages d’art désaffectés comme activité secondaire. Anciennement relevant de la Société de gestion des participations SGP Translob, l’ENR est issue de la restructuration par fusion/ absorption des ex entreprises de récupération du Centre (ERC), EST (ERE) et Ouest (ERO). Répartie en unités, l’entreprise exerce ses activités sur tout le territoire national. Pour ce faire, elle peut fièrement « compter » sur le dévouement et le professionnalisme de ses personnels qu’ils soient administrateurs et/ou des « ateliers » « chantiers ». Ses ingénieurs font montre d’une grande maîtrise des nouvelles technologies. Au fil des années, l’ENR s’est imposée en tant qu’entreprise leader dans son domaine. En témoignent les résultats « encourageants » enregistrés durant l’année écoulée. « Pour l’année 2019, on peut dire que les objectifs socio-économiques qui ont été programmés ont été atteints, comme l’atteste le chiffre d’affaire réalisé ayant connu une nette progression par rapport à l’année 2018, avec la concrétisation de nouveaux contrats, ce qui a contribué à la création de nouveaux emplois » se félicite son directeur général Amar Zineddine Gaba qui assure dans un entretien à El Djazaïr.com que « l’ENR a une longue expérience dans le domaine de la récupération, ce qui a influencé positivement dans la prise en charge des missions qui lui sont assignées, ainsi que les efforts déployés par l’ensemble des effectifs ». « Les orientations stratégiques, l’accompagnement et l’appui permanent du Groupe IMETAL (l’ENR étant une filiale) ainsi que la confiance établie avec nos clients sont nos atouts majeurs à la réussite de l’ENR », a-t-il ajouté. Le même responsable s’est d’ailleurs dit « optimiste » quant à la persévérance de son entreprise pour l’année en cours. « Pour la prochaine année, l’ENR s’engage à œuvrer avec la même stratégie à l’effet de préserver ses parts de marché sachant que ce dernier connait un dynamisme, caractérisé par l’ouverture de plusieurs aciéristes qui astreint l’ENR à assurer l’alimentation des unités de transformation par la matière première nécessaire et devenir un support pour l’industrie métallurgique et sidérurgique », relève à ce propos Amar Zineddine Gaba qui, a, à l’occasion évoqué le volet « concurrence » puisque l’ENR n’est pas l’unique entreprise à activer dans le domaine de la récupération mais qui a su « surpasser » ses concurrents grâce notamment à l’aspect commercial «caractérisé par la mobilisation générale et l’implication des responsables en charge de ce volet ». « Cette mobilisation vient s’ajouter à l’action stratégique matérialisée par les procédures mises en place et l’affectation d’important moyens humains et matériels ayant permis à l’entreprise d’augmenter ses parts de marché de la ferraille, respect des délais d’exécution des contrats, la qualité de la prestation des travaux aussi que la célérité affectée dans le paiement des factures, renforcement les structures de la prospection permettant une rapidité d’adaptation et une réactivité appréciable (sans délais) par rapport à l’environnement extérieur très agressif », nous explique le premier responsable de l’ENR.

 

Diversification de l’activité

Auparavant, l’ENR s’est consacrée exclusivement à la récupération, sa mission initiale mais depuis 2018, l’entreprise s’inscrit dans une nouvelle activité. En effet, en septembre 2018, l’ENR avait signé un contrat avec la Sonatrach pour le démantèlement du complexe pétrochimique à Skikda et la remise en l’état du site et la récupération des déchets ferreux et non ferreux. C’est également à l’ENR qu’est confiée la tâche du démantèlement de la première usine de gaz naturel liquéfié (GNL) dans le monde, mise en service à Arzew en 1964. Á l’heure actuelle, les « choses avancent bien » si l’on se fie aux déclarations faites à El Djazïr.com par Mme Hamdaoui coordinatrice ENR /Sonatrach qui assure dans le même contexte que le taux d’avancement du projet est de 55% « tous travaux confondu », c’est à dire démantèlement, démolition, traitement des déchets spéciaux et spéciaux dangereux et la dépollution du sol. Pour le démantèlement le taux est réalisé à 80%.

Pour le traitement des déchets spéciaux et spéciaux dangereux, il se fera dès la publication de l’appel d’offre.

Quant à la dépollution du sol, elle devrait « attendre » d’abord la caractérisation du sol et faire des sondages, près les analyses du sous-traitant ainsi qu’une étude détaillée sur ce volet puis entamer les démarches nécessaires des travaux. « Le démantèlement de genre de sites entre dans le cadre de diversification de l’activité de l’ENR », explique encore notre interlocutrice qui s’est félicité du « grands pas » fait par l’entreprise dans ce sens. « Il faut une première à tout. Nous nous sommes engagés avec notre partenaire (Sonatrach) et nous comptons honorer nos contrats. C’est une expérience en plus pour nos équipes», a-t-elle encore ajouté.

 

Rien n’est laissé au hasard

La réussite de l’ENR et les résultats enregistrés jusque-là, ne peuvent être le fruit du hasard. En aucun cas. « La stratégie de développement de l’ENR fonctionne dans le cadre de la politique générale du groupe IMETAL dans une vision générale visant à maintenir la compétitivité, sauvegarder les emplois et création de la richesse. Pour ce faire, un programme à court terme est lancé et peut se résumer comme suit : « se consacrer exclusivement à l’amélioration continue et durable de la qualité des prestations fournies, en quantité, qualité et délai » note encore Amar Zineddine Gaba. Et on ne peut évoquer une stratégie de développement d’une quelque entreprisesans évoquer l’indispensable plan « formation et recrutement ».

Á l’ENR on parle en effet du rajeunissement et la valorisation des compétences, la modernisation des outils et méthodes de travail. Il s’agit dans le détail selon les explications nous ayant été fournies, d’un recrutement « ciblé » afin de préparer une relève qui s’adapte au changement technologique de nos jours, la mise en œuvre d’un plan de formation riche en ciblant les formations de perfectionnement dans le cœur du métier pour le personnel afin d’attendre l’objectif de l’adéquation entre les postes et les compétences requises, la promotion et la mobilité interne de cadres compétents ainsi que motivation du personnel par la mise en place d’un nouveau système salarial. Pour le court terme d’ailleurs, et vu son «conséquent » plan de charge, l’ENR compte « renforcer » ses effectifs. La formation n’est pas le seul et unique « point fort » de l’ENR. La récupération étant le métier de tous les dangers, l’ENR a adopté des « mesures strictes » portant sur la sécurité de ses personnels particulièrement sur les sites d’entreposage, de tri et de broyage. « La mise en place de dispositifs de sécurité adéquats au niveau des unités et sur les chantiers extérieurs, notamment ceux assurant le démantèlement, onstitue une priorité absolue au sein de l’ENR », nous dit-on. Et comme dans le monde professionnel moderne, le concept de sécurité et de sûreté revêt une extrême importance, au vu des multiples risques susceptibles de troubler la sécurité des travailleurs et les infrastructures de l’entreprise, une mise à niveau des infrastructures a été opérée (au sein de l’ENR) par la mise en œuvre d’une organisation structurelle en application des textes réglementaires et directives du ministère de l’Industrie et des mines visant à faire face aux impératifs de sécurité et ainsi œuvrer à, assurer aux travailleurs les conditions idoines permettant l’exercice de leurs fonctions respectives. Et en conclusion, Amar Zineddine Gaba, qui vient pour rappel d’être confirmé dans son poste de directeur général de l’ENR affirme « ne ménager aucun effort pour mener à bien la mission » lui ayant été confiée « remerciant » au passage le Président Directeur Général du groupe IMETAL et ainsi que les membres du Conseil d’Administration pour leurs confiances. « Cette confiance m’honore, mais je reste conscient de la responsabilité inhérente à celle-ci », a-t-il souligné à ce propos saluant au passage l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise pour les efforts qu’ils fournissent au quotidien, et pour certains, depuis de nombreuses années ainsi que le partenaire social de l’entreprise, afin de préserver sa pérennité, d’assurer son essor, et fourni beaucoup d’efforts pour veiller à son développement.

F. H.

 



Articles de la même rubrique

Vinçotte International Algérie

Accréditation, certification, normalisation