Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 127 - Mars 2020

Go

Industrie

L’accréditation, un passeport pour l’international

ALGERAC

par smail ROUHA



Si l'accréditation est un gage de confiance pour le consommateur qu'il soit industriel ou particulier, une garantie de confiance dans les rapports, les constats émis et les certificats attribués, il n’en demeure pas moins qu’elle permet à un opérateur de se positionner sur le marché par son sérieux, ses compétences et moyens reconnus. Mais qu’en est-il des enjeux de l’accréditation en Algérie ?

Pour Noureddine Boudissa, directeur général d’Algerac, organisme algérien d’accréditation, « les opérateurs économiques n’arrivent pas à saisir les enjeux économiques d’une accréditation » qui sont « d’ordre économique et commercial. Ils peuvent être même des enjeux sociaux vu que les domaines sont liés notamment pour ceux aspirant à conquérir le marché extérieur » avant de préciser que « même au niveau national, les donneurs d’ordre exigent dans leurs appels d’offres l’accréditation d’Algerac ». Et Noureddine Boudissa d’affirmer que « l’accréditation est un moyen de favoriser le commerce international pour des raisons stratégiques, politique et économique » soulignant que « l’accréditation, qui doit être obligatoire, est un facteur déterminant dans la garantie du label qualité exigé par les clients et ce, à travers des organismes en charge de l’évaluation de la conformité ». Pour étayer ses propos, Noureddine Boudissa citera l’exemple du secteur pétrolier qui exige la certification délivrée par Algerac. « Vous ne pourrez postuler à un marché du Groupe Sonatrach si vous n’avez pas la preuve que vous êtes certifié Algerac. Dans ce sens, une convention a été signée avec Sonatrach et Sonelgaz », indique le directeur général d’Algerac. Ainsi, clé à l’export, l’accréditation est une étape importante pour faciliter l’accès de l’offre algérienne sur le marché international. D’autant plus que le commerce international est régi par des normes, dont celles de la certification et de la normalisation de tout produit qu’un exportateur envisage de proposer sur des marchés à l’étranger. Surtout lorsqu’on sait que le gouvernement algérien est engagé dans un accord d’association avec l’Union européenne, la Zone de libre-échange et son admission éventuelle à l’OMC. Cela permettra d’élargir les opérations d’exportation et d’ouvrir de nouvelles perspectives aux entreprises algériennes intéressées par les exportations, notamment vers l’Europe, tout en protégeant l’économie nationale contre l’intrusion de produits contrefaits non conformes aux normes algéro-européenne. En effet, l'accréditation est une condition nécessaire pour accéder au commerce international et permet aux pays en développement de conclure des accords bilatéraux, d’améliorer la qualité des services et des produits et de renforcer la confiance des consommateurs et des exportateurs notamment.

Algerac étant reconnu au niveau européen, les normes appliquées en Algérie seront désormais reconnues en Europe. De fait, le marché européen autorisera l’accès aux produits algériens sans les soumettre aux analyses d’expertise, ainsi que le note le directeur général d’Algeracdont l’objectif est d’adopter la norme ISO-15195, relatives à la compétence des laboratoires d'étalonnages utilisant des procédures de mesure de référence dans le domaine de la biologie médicale, du fait qu’en Algériel’activité n’est pas suffisamment règlementée. L’autre objectif d’Algerac a trait au lancement de la norme 17065 touchant à la certification des produits. Du fait que tout produit destiné à l’export doit être certifié, Algerac ambitionne d’accompagner les opérateurs algériens à aller à l’export et à conquérir des marchés extérieurs. Une ambitions’inscrivant en droite ligne avec la politique des pouvoirs publics de diversification des exportations hors hydrocarbures.Elément clé dans la Zlecaf(zone de libre-échange continentale africaine), la conquête de l’Afrique figure également dans la feuille de route d’Algeracpour réaliser les accréditations à l’étranger. Pour ce faire, Algerac a fait adopter par le Conseil d’administration une procédure d’évaluation à l’étranger et une procédure de tarification destinée aux pays souhaitant faire appel à Algerac. D’ores et déjà,Algerac a fait acte de candidature à l’AfricanAccreditation Corporation. Pour ce faire Algerac solliciterait le partenariat de l’Egypte.

Il convient de rappeler qu’Algerac, organisme algérien d’accréditation, a été créé par décret exécutif n° 05-466 du 6 décembre 2005 (J.O. n° 80). Il est régi par les lois et règlements en vigueur à l’administration dans ses relations avec l’Etat et est réputé commerçant dans ses relations avec les tiers.Algerac est un établissement public à caractère industriel et commercial au sens du code de commerce algérien. Placé sous tutelle du ministère de l’Industrie et des Mines, chargé de la normalisation,Algeraca pour mission principale l’accréditation de tout organisme d’évaluation de la conformité.

 

 

 

 

 

 

 



Articles de la même rubrique

Entreprise Nationale de Récupération

Vinçotte International Algérie

Accréditation, certification, normalisation