Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 127 - Mars 2020

Go

Industrie

«Nos solutions répondent aux besoins du marché algérien »

Salim Smaili gérant de la Sarl Algematic automatisme

Par Yahia MAOUCHI



El-Djazair.com : De prime abord, comment est venue l’idée de la création de la SarlAlgematic ?

Salim Smaili :Initialement, nous avons commencé en tant qu’importateur-intégrateur, c’est-à-dire que nous avons importé toutes les solutions y compris celles du contrôle d’accès, mais à un moment donné, on s’est dit pourquoi continuer à importer des solutions ? Certes pour certains produits électroniques c’est primordial, mais par contre pour les solutions, notamment à la demande, on s’est dit qu’il fallait développer quelque chose pour le marché algérien. D’ailleurs, même si nous suivons le cheminement d’Algematic, initialement le nom était fourniture bureautique et informatique FBI, mais avec l’évolution de notre vision du marchédu contrôle d’accès, puis par ricochet de la billetterie du péage, nous avons changé de nom pour Algematic (Algérie automatique). Et à travers notre expérience acquise, nous nous sommes développés pour se concentrer sur un créneau bien particulier, qui est le domaine du contrôle d’accès,à travers la billetterie et par la suite le péage automatique. Pour la billetterie, notre premier projet a été l’informatisation de l’accès d’un plus grand nombre despectateurs aux stades, pour éliminer les checking manuels et avoir plus de traçabilité sur la gestion des fonds. A cet effet, nous proposons à nos clients une solution typiquement algérienne.

 

El-Djazair.com : Quelle est la vocation principale de votre SARL ?

Salim Smaili :Nous travaillons pournous spécialiser dans le domaine du péage automatique au niveau des parkings, horaire ou forfaitaire, et les autoroutes. Puis la partie billetterie avec des applications destinées aux parcs et jardins, tels que le Jardin d’essai d’Alger, puis les stades qui ne sont pas équipés d’un tel système. A cet effet, le gouvernement vient d’accorder un financement pour équiper 5 à 6 stades en Algérie de ce système de billetterie. En plus des nouveaux stades qui seront également équipés par ce système. L’autre avantage de la billetterie électronique, c’est que nous offrons une solutiond’accès ou de paiement par internet, à travers notre site« Tathekirati.com », seul site de vente de billetterie par internethomologué par la Satim. Notre solution va dans l’orientation du gouvernement à étendre l’utilisation du paiement électronique en ligne. 

 

El-Djazair.com : Avez-vous bénéficié du soutien et d’accompagnement des autorités concernées pour développer vos services et solutions ?

Salim Smaili :Je crois que la décision prise pour équiper 5 stades par la solution de billetterie dénote la bonne volonté de la haute sphère du gouvernement de s’occuper de ce genre de besoin. Ainsi, la mise en place d’un système de billetterie électroniquenous permettra de régler d’autres problèmes de violenceet de filtrage au niveau de nos stades. Le système de la billetterie permettra également d’avoir plus de traçabilité dans la gestion des revenus et des recettes de nos stades. Le meilleur exemple demeure le Stade de l’Unité Maghrébine de Béjaia.Depuis l’installationdu système de billetterie, la violence a nettement régressé et les recettes ne cessent d’augmenter. Je crois que les hautes autorités du pays ont bien réagi en commençant par 5 stades, comme une expérience pilote. Si l’opération réussie, je pense qu’elle sera généralisée, et suivra l’exemple des superettes. Aujourd’hui nous ne pouvons pas imaginer une supérette sans unsystèmeinformatique de code-barres, car les bienfaits sont indiscutables.

 

El-Djazair.com : Quelleest la gamme des produits et services offerts à vos clients ?

Salim Smaili :En plus desproduits que je viens de vous citer, nous avons une partie d’ordre général, tels que les systèmes du contrôle d’accès au niveau, notamment des nouveaux hôtels. Nous travaillons également avec les administrations, à l’instar des opérateurs de la téléphonie mobile. Les deux autres gammes de produits où nous avons beaucoup misé et investi, sont le péage et la billetterie électronique. Le plus important dans ce genre de gamme, c’est le système, qui est un logiciel informatique qui répond à des besoins spécifiques d’une société spécifique. En Algérie, il faut que le système soit algérien, et pour cause, les besoins de l’usager évoluent Ce serait aberrant de faire affaire avec un étranger pour des besoins particuliers, parce que cela va revenir excessivement cher. Si je fais l’analyse des systèmes de billetterieset du péage, je dirais que la partie logicielle représente plus de 60 à 70% du coût de la solution. Alors, si j’arrive à maitriser cette solution localement, cela veut dire que financièrement, je serais libre, et je pourrais ainsi économiser entre 60 et 70% du coût de la solution. Mieux encore, le coût dedéveloppement en Algérie coûte minimalement 10 fois moins cher qu’en Europe. Un autre avantage qui joue en notre faveur, c’est que nous sommes compétitifs en termes de coût, en plus nous sommes à l’écoute de notre clientèle. Dans notrephilosophie, l’innovation doitêtre liée au coût. Ainsi, le coût doitêtre très compatible avec le pouvoir d’achat du marché algérien, et il faut que la solution réponde aux besoins du client. Je tiens à vous préciserque c’est notre Sarl qui assure la conception et la productionde la billetterie et du péage. Mieux encore, pour les logiciels c’est nous qui les éditons.

 

El-Djazair.com : Quels sont vos principaux clients et partenaires ?

Salim Smaili :Nous avons une panoplie de clients,mais parmi les meilleurs projets que la Sarl a réalisésje citerai le marché de gros des fruits et légumes des Eucalyptus (Alger).La direction voulait, à travers la tutelle qui est la wilaya d’Alger, mettre en place un systèmedepéage automatique, ce que n’était pas facile. A cet effet, il fallait impliquerune balance électronique et la faire communiquer avec les types de véhicules à travers un système informatique.C’était un challenge pour nous. Nous avons apporté la solution qui répond au besoin de notre client. Mieux encore, notre client a effectué des commendes pour des extensions, ce qui démontre sa satisfaction. Même chose pour le Jardin d’essai.Nous avons commencé avec la billetterie mobile et nous avons effectué une extension à l’hôtel Sofitel. Ainsi, depuis 2 à 3 ans,Sofitel a pu réaliser le « rêve » de son DG qui a toujours voulu avoir un accès au Jardin d’essai, qu’il considère comme étant sa cour arrière.C’est un grand plus pour lui sur le plan commercial. Ainsi, grâce à la technologie et à notre solution, nous avons pu offrir une solution aux clients de Sofitel via un bracelet électronique, qui leur permet d’accéder au Jardin d’essai, et puis à la fin du mois le système va présenter la liste et le nombre de clientsqui ont accédé au Jardin d’essai, ainsi que le montant et la factureà payer par l’hôtel Sofitel.A côté, nous avons le parc EGTC, qui a emboité le pas au Sofitel. Ses responsables ont ouvert l’accès pour simplifier la vie à leurs clients, à travers la solution de la billetterie mobile. Et là on rend indirectement service au citoyen, en lui offrantl’accès au parking avec une tarification réduite, et à travers notre solution de billetterie mobile, il peut accéder directement au Jardin d’essai. Certes nous sommes une entreprise commerciale, mais quand on voit que les gens tirent profit de ce que nous réalisons, cela nous fait vraiment plaisir. Mieux encore, avec notre solution le Jardin d’essai, qui était auparavantdéficitaire, affiche aujourd’huiun chiffre d’affaires annuelde 2 millions de dinars. Et par ricochet, je contribue dansl’augmentation des salaires des employés, et dans le règlement du problème de l’argent qui circule dans l’informel. J’essaie ainsi d’orienter ma vision, mes efforts vers des solutions qui vont être bénéfiques au marché algérien.

 

El-Djazair.com : Et quid exactement des défis à relever par votre Sarl ?

Salim Smaili :Avoir une main-d’œuvre qualifiée, notamment des ingénieurstalentueux. Cesderniers préfèrent malheureusement, pour nous,s’exiler. Sinon ceux qui restent en Algérie sont généralement convoités par les entreprises étrangères. Pour remédier à la situation, nous faisons appel à des professeurs universitaires qui chapeautent l’opération. Devant cette situation inquiétante,nos responsables doivent réfléchir aux meilleurs moyens pour inciter ces ingénieurs, tels que ceux de polytechnique et de l'École nationale supérieure d'informatique (ESI)à Oued Smar, à rester en Algérie. D’ailleurs, moi-même j’ai eu cette expérience, j’ai quitté mon pays quand j’étais jeune. Je suis allé au Canada, je me suis établi là-bas une dizaine d’années, avant de revenir en Algérie. Je peux parler à leur place parce que j’ai déjà vécu ce qu’ils vivent aujourd’hui. Ce que l’ingénieur cherche, ce n’est pas seulement le côté rémunération, il y a aussi le challenge.

 

El-Djazair.com : Et quelles sont les entraves auxquelles vousfaites face ?

Salim Smaili :En faitles entraves sont typiques.Vous imaginez que le siège de notre Sarl n’est pas encoreraccordéni au réseau du gaz de ville ni au réseau d'assainissement, et nous sommes dépourvus également de l’eau courante, alors que nous sommes à 15 km d’Alger-centre !Pourtant, en tant que commerçants, nous payons la TAP et l’IRG. Quant au training center, j’attends toujours l’agrément, et on fait face à un grand problème de régularisation. C’est ce genre d’entraves qui nous empêchent d’avancer. Avec un agrément, nous ferons profiter les jeunes, puisque nous allonsdispenser des formations de qualité, dans l’électronique, l’automatisme. Une formation bénéfique aussi bien pour les entreprises implantées dans les zones industrielles que pour les étudiants universitaires, et les techniciens supérieurs des centres de formation. L’autre problème, qui, certes, ne concerne pas uniquement Algematic mais toutes les entreprises nationales, a trait auxdélais de recouvrement de nos créancesqui peuvent durer des années et qui risquent d’hypothéquer l’avenir de notre société. Alors que selon les contrats du marché, le délai de paiement ne doit pas dépasser les 30 jours. En outre, le gré à gré, certes, légal, cause parfois de sérieux préjudicesaux entreprises privées. Et pour cause,les entreprises publiques ne disposent pas, souvent, des moyens nécessaires pour la réalisation des projets,alors elles recourent à la sous-traitance étrangère. Aussi partant du fait que la dépendance vis-à-vis de l’étranger n’est pas une fatalité, il est impératif de favoriser le recours, en priorité, à l’outil de production nationale, lorsque celui-ci est en mesure de répondre aux besoins exprimés, ou bien d’éliminer carrément le gré à gré et de lancer des appels d’offres. C’est l’unique manière pour nous de participer à ce genre du marché.

 

El-Djazair.com : Quels sont les objectifs et les perspectives d’Algematic ?

Salim Smaili :Notre objectif pour cette année est d’équiper le plus grand nombre de stades et de parkings. En deuxième lieu,avoir l’agrément pour notre training center, et rendre, d’ici le deuxième trimestre 2020, notreproduit autonome. Ainsi, les installateurs n’auront plus besoin d’importer un distributeur de l’étranger. Ils pourront l’acheter cheznous directement. Pour ce qui est de leur formation, le démarrage dutrainingcenter est primordial pour nous. Parce que si je vends un produit de cette nature, la formation devient necessaire. On veut que le technicien installateur maitrisebien la procédure d’installation. Pour ce faire, il faut ouvrir notre centre de formation, et c’est notre objectif pour cette année.

 

El-Djazair.com : Un dernier mot ?

Salim Smaili :J’aimerais réitérermon souhait de résoudre tous ces faux problèmes qui entravent l’avancement, non seulement de notre entreprise, mais l’ensemble des entreprises, telles que l’indisponibilité de l’internet, le raccordement au réseau de gaz naturel et à l’eau courante…, en plus de la bureaucratie. De grâce qu’on règle ce genre de faux problèmes !

 

Entretien réalisé par Yahia Maouchi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Articles de la même rubrique

Entreprise Nationale de Récupération

Vinçotte International Algérie

Accréditation, certification, normalisation