Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 117 - Nov 2018

Go

Industrie

La vision d’un acteur du numérique

Ericsson Algérie

El-Djazair.com



Créée en 1876 par Lars Magnus Ericsson en Suède, l’entreprise éponyme détient plus de 140 ans d’innovation dans le monde des communications. Aujourd’hui, 95% de la population mondiale est couverte par le haut-débit mobile (3GPP). En dépit du fait que 18 milliards de terminaux ont été connectés en 2017, le trafic de données mondiales est appelé à croître 8 fois plus entre 2017 à 2023, c’est dire l’énorme potentiel de ce marché au niveau mondial. « La stratégie du groupe n’est pas seulement axée sur le business. Elle s’appuie également sur des valeurs responsables envers la société dans laquelle elle évolue, de manière à identifier les attentes des partenaires et utilisateurs pour en faire des objectifs à atteindre, dans le souci permanent d’être un partenaire de confiance », souligne Yacine Zerrouki, directeur général d’Ericsson Algérie tout en précisant que «  ce sont ces multiples secteurs comme l’Energie, l’environnement, le climat ou encore les solutions et services durables délivrés grâce à une approche d’économie circulaire, qui motivent la démarche d’Ericsson. »

 L’anticipation des besoins

Centrée sur l’anticipation des besoins des utilisateurs de la toile, la stratégie du développement d’Ericsson a été basée sur l’offre d’un réseau et d’infrastructures adéquates. « Partant du principe d’un internet pour tous, Ericsson permet aux fournisseurs de services de communication de capturer tout le potentiel offert par la connectivité grâce à un portefeuille couvrant les réseaux, les services digitaux, les services managés et les activités émergentes » indique à ce sujet Yacine Zerrouki. Présent dans près de 180 pays, le groupe Ericsson réalise un chiffre d’affaires de quelque 201,3 Mds Couronnes suédoises (22,8 Mds Dollars) et compte 100.000 employés. En outre, le groupe détient 45.000 brevets. Ce qui permet à l’industrie des télécommunications et à d’autres secteurs de se développer, d’accroître leur efficacité, d’améliorer l’expérience utilisateur et de saisir de nouvelles opportunités. « Il s’agit pour Ericsson de permettre à ses clients d’être plus performants, de passer à l’ère digitale et de trouver de nouvelles sources de revenus. Les investissements d’Ericsson dans l’innovation ont permis à des milliards de personnes à travers le monde de bénéficier des avantages de la téléphonie et du haut débit mobile », indique Yacine Zerrouki, premier responsable d’Ericsson Algérie.

 

Une présence en Algérie                   

 En Algérie, l’histoire d’Ericsson n’est pas récente. Elle a débuté en 1973 par le déploiement du réseau de téléphonie fixe puis sa numérisation sur tout le territoire en partenariat avec l’entreprise de télécommunication publique SITEL. Par la suite, Ericsson a été acteur majeur dans le lancement de la téléphonie mobile (GSM) en 1998 en étant l’unique fournisseur à avoir poursuivi ses activités à cette période. Ericsson est fier aussi d’avoir contribué à l’accompagnement et à la libéralisation du réseau mobile de Mobilis, puis celui d’Ooredoo et de Djezzy. Le groupe a également accompagné le lancement de la 3G en Algérie puis celui de la 4G. Et c’est dans cet esprit de partenariat historique qu’Ericsson sera aux côtés de l’Algérie dans ses défis à venir. Autre axe important dans la stratégie du groupe en Algérie : la transformation de SITEL qui, grâce aux apports d’Ericsson (know-how, solutions technologiques, clients), amorce sa transformation d’une entreprise de production d’équipements télécoms fixes vers une entreprise de services technologiques à forte valeur ajoutée avec pour ambition de se hisser au premier rang des prestataires de services et d’intégrateurs de solutions télécom en Algérie à horizon 2020.

 Les Tops Talents                                

Déclinaison de la stratégie globale du groupe, la stratégie ressources humaines d’Ericsson Algérie est de compter sur des Top Talents locaux de l’industrie télécom en les formant pour  les conduire aux positions clés. Pour ce faire, des conventions ont été signées avec plusieurs instituts technologies afin de miser sur la compétence des jeunes innovateurs algériens qui n’ont rien à envier à leurs congénères ailleurs dans ce domaine. « Nos initiatives d’encadrement pédagogiques sont multiples, comme le coaching en entreprise, la mise à disposition des équipements d’Ericsson pour aider les étudiants en fin de cycle à faire murir leurs PFE , mais aussi pour les jeunes innovateurs porteurs de projets, parfois inédits, avec en perspective un impact business important et une valeur ajoutée non négligeable à l’économie algérienne », affirme Yacine Zerrouki, Directeur Général d’Ericsson Algérie. Toujours dans cet esprit, la ressource humaine étant son principal capital, Ericsson assure 1000 emplois directs et indirects dont 98 % sont locaux et accorde une attention particulière à l’évolution professionnelle de ses employés locaux auxquels sont dispensées des formations en ligne sur la plateforme interne mais aussi en externe portant notamment sur la technologie, le management et les finances. Outre la formation, les employés ont la possibilité de bénéficier de la mobilité des postes vers les filiales d’Ericsson partout dans le monde (USA, Suède, Espagne, France, Italie…) Ce qui constitue un facteur essentiel d’encouragement et contribue à terme, au retour des ressources formées vers le pays.  Ericsson en Algérie se positionne ainsi comme une école de haut niveau à tout primo-employé lui permettant d’évoluer dans sa carrière dont la gestion se fait dans les meilleures conditions. « Ainsi, disposer de la meilleure technologie ne servira à rien sans la compétence humaine, c’est pourquoi quels que soient les défis que nous aurons à relever demain en Algérie : Internet des Objets, Smart cities ou encore la 5G, ils n’aboutiront que grâce au potentiel novateur que nous estimons être le levier d’une croissance qui avance au rythme du progrès technologique, celui-ci générateur d’emplois à forte valeur ajoutée à l’économie », admet Yacine Zerrouki

Les réseaux, les services digitaux et managés

Ericsson fournit l’ensemble des solutions indispensables aux communications fixes et mobiles. Concernant les priorités d’Ericsson Algérie, Said Cherfi, responsable des services numériques, dira que « dans le domaine des infrastructures réseaux (Networks), en Algérie comme ailleurs dans le monde, la priorité était de faciliter la migration des opérateurs de leurs réseaux 2G / 3G existants vers LTE grâce à nos solutions avancées en mode mixte (2G / 3G / LTE) », avant de préciser que « notre technologie de réseau d’accès radio (ERS : Ericsson Radio System) permet également aux opérateurs de passer sans trop de peine de la 4G à la 5G et de minimiser les délais de commercialisation de cette dernière. En effet, notre portfolio ERS commercialisé aujourd’hui est déjà préconçu avec le support de la 5G NR et aucun remplacement des matériels radios n’est nécessaire pour la migration vers la 5G. » S’agissant des services Digitaux (Digital Services), Said Cherfi soulignera que « nous collaborons de près avec les opérateurs pour leur permettre de prospérer dans l’économie digitale. Cela va de l’amélioration de la manière dont ils interagissent avec leurs clients à l’automatisation de leurs opérations, dans le but d’atteindre des niveaux d’interaction, de «programmabilité» et d’agilité dont un opérateur digital a besoin aujourd’hui. » En outre, Ericsson Algérie construit avec et pour ses partenaires et opérateurs les infrastructures Cloud et NFV (Network Function Virtualuzation) qui leur sont nécessaires pour offrir de nouveaux services de manière rapide, agile et efficace. « Nous préparons leur cœur de réseau (Core Network) pour la 5G et les cas d’usage de l’IoT (Internet Des Objets) pour offrir un tout autre niveau de flexibilité à explorer de nouvelles sources de revenus via des technologies de Network slicing et des architectures cloud natives. Nous faisons évoluer également les services voix, en déployant la technologie VoLTE (Voice Over LTE) sur des plateformes IMS (Internet Multimedia Subsystem) virtualisées », révèlera le responsable des services numériques d’Ericsson Algérie.

De plus, Ericsson Algérie automatise les opérations réseau grâce à ses solutions d’orchestration en temps réel pour atteindre une évolution réseau vers une architecture légère, programmable et adaptable.

 Le Business Emergent

Fort d’une solution Digital BSS orientée vers l’innovation dans les modèles de business pour les offres actuelles et futures, Ericsson permet la création d’engagement dits digitaux (digital engagement), permettant une monétisation des services basée sur l’expérience utilisateur. « Dans les Services Managés (Managed Services), nous continuons à mettre l’accent sur l’intelligence artificielle, l’automatisation et l’analyse pour améliorer l’expérience utilisateur, l’efficacité et mieux gérer la complexité des réseaux de demain », indique Said Cherfi. Dans le domaine de Business Emergent (Emerging Business), Ericsson investit grandement dans les secteurs de croissance comme l’IoT (Internet of Things) et l’UDN (Unified Delivery Network). « Notre position de leader sur le marché mobile IoT, de cœur cloudifié 4G/5G, de la connectivité, associée à notre plate-forme as a service IoT (IoT Accelerator), offre une évolutivité et une ouverture à l’écosystème externe de partenaires et de plateformes qui permet de libérer ainsi tout le potentiel commercial IoT des fournisseurs de services et des opérateurs »

 Cap sur la 5G

Visant plus que jamais à se différencier par la qualité de ses réseaux et par l’expérience client qu’il propose, Ericsson Algérie, tout en exploitant le potentiel total de la technologie 4G, prépare activement la transformation 5G. « Nous tablons sur un partenariat renforcé qui vise à proposer aux opérateurs une solution complète, pour le déploiement de nouveaux services, dans un contexte où la complexité tend à augmenter déjà depuis l’introduction de la technologie 4G et des nouveaux cas d’usage de cette même technologie », indique Said Cherfi. L’arrivée de la 5G va changer la donne pour la nouvelle génération de services aux entreprises et aux consommateurs, mais l’augmentation de la connectivité, du trafic réseau et des attentes des clients créera probablement de nouveaux défis dans la gestion des réseaux de bout en bout de façon rentable.

 Les perspectives d’Ericsson en Algérie 

 Aujourd’hui, au-delà d’être un marché important dans la région, Ericsson en Algérie est associé à plusieurs partenaires « avec lesquels nous nous inscrivons non seulement dans le long terme mais aussi de plus en plus dans des projets innovants. Nos projets vont de la transformation digitale à la démonstration du très haut débit en passant par la virtualisation mobile », admet Lamine Ouerdi, Key Account Manager à Ericsson Algérie. Le déploiement de la 3G suivi de l’avènement de la 4G, a transformé le marché et les habitudes des utilisateurs algériens. Les hauts débits des offres de data gagnent chaque année en facteur multiplicateur, les temps de latence réduisent constamment et les solutions de voix sur LTE (VoLTE) commencent à être déployées pour apporter aux consommateurs une offre de communication avec une qualité de service supérieure. La 4G aujourd’hui, demain la 5G représente non seulement un complément à la fibre mais elle peut apporter le très haut débit plus vite et plus facilement dans les zones recluses du pays. « Notre ambition dans ce domaine est de continuer à accompagner nos clients dans le développement de leurs réseaux et de faire évoluer les architectures à même de gérer un trafic mobile en croissance exponentielle, pour emboiter le pas à la tendance mondiale. L’augmentation des investissements consentis par le groupe Ericsson en R&D nous permet aujourd’hui de renforcer notre leadership technologique dans les segments d’accès mobile mais aussi de bien se positionner sur certains marchés précoces pour la 5G notamment en Amérique du nord » affirme Lamine Ouerdi. Par ailleurs, les enjeux de la digitalisation sont de plus en plus évidents en Algérie. Celle-ci s’inscrit dans une logique de simplification des process internes et des opérations consommatrices de temps et d’énergie mais surtout l’amélioration de l’expérience client. C’est ce qui rend la digitalisation encore plus pertinente pour les opérateurs télécom compte tenu du nombre d’utilisateurs finaux et des nombreux canaux d’interaction. « Pour répondre à leur attentes, Ericsson propose ses services de bout en bout, tant dans les domaines de l’OSS (gestion du réseau), du BSS (facturation, relation client) et, bien entendu, des infrastructures réseaux, tout en s’appuyant sur des expertises étrangères mais essentiellement locales car nous comptons bien continuer à développer nos services pour mieux servir nos clients », indique Lamine Ouerdi avant de rappeler qu’« en termes d’innovation, Ericsson a toujours été un précurseur. Cette culture, nous la cultivons aussi en Algérie. A cet effet, chaque année, nous lançons avec nos clients des projets pilotes sur des technologies ou des concepts avancés (IoT, Virtualisation, Très haut débit), ce qui nous permet de valider la technologie dans l’écosystème du client, de tester des solutions par anticipation et de le maintenir aux devants des évolutions dans notre métier. »      

El-Djazair.com

 

 



Articles de la même rubrique

Du même auteur

El-Djazair.com

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Energie renouvelables
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF