Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 124 - Nov 2019

Go

Industrie

La ncessaire restructuration

Groupe Imetal

Par Tahar MANSOUR



IMETAL, un opérateur public leader
Le groupe IMETAL est positionné sur les secteurs de la sidérurgie et de la construction métallique. Aujourd’hui, la sidérurgie dépend en quasi-totalité de l’importation qui a atteint, en 2014, près de 7 milliards de dollars US. La stratégie mise en place par le Groupe aura des effets à moyen terme dans la mesure où à l’horizon 2019, il est prévu la substitution du volume d’importation par une production nationale.  Pour rappel, le Groupe IMETAL représente le plus important groupe du secteur Public Industriel et occupe le premier rang, devançant les groupes GICA et Mécanique. Il réalisé à fin 2015, une production en valeur de plus de 100 milliards de dinars (près de 30% du SP Industriel). La valeur ajoutée atteinte pour le même exercice est de 30 milliards de dinars et emploie près de 25 000 agents.

Des domaines d’activité variés :
Le Groupe IMETAL, par le biais des sociétés qui le composent, a des activités variées dans les domaines de la sidérurgie et de la construction métallique :
transformation du minerai de fer (Complexe El-Hadjar Ex-AMA),
produits plats de première transformation (bobines et tôles d’acier), produits longs de première transformation (fils machine et rond à béton),
ferrailles traitées (ERC, ERE et ERO)
Zinc en lingots (Alzinc),
produits plats de seconde transformation (tubes et divers profilés par Anabib et Alfapipe et emballage métallique par EMB-FBF) ainsi que produits longs de deuxième transformation (treillis soudés et poutrelles métalliques légères par ENTPL, pièces moulées en fonte et en acier par Fondal et tubes souples et boîtiers aérosols en aluminium par EMB STAA),
bâtiments industriels (Batimétal et ENCC),
ouvrages en charpente métallique, équipements publics, stades… (Batimétal et ENCC),
bacs pour stockage d’hydrocarbures, silos, pylônes électriques (Batimétal et ENCC).

Production excédentaire dès 2019
Dans le contexte économique mondial actuel, deux impératifs majeurs s’imposent à l’Algérie : la recherche d’autres sources de revenus autres que les hydrocarbures et la satisfaction de la demande interne pour les projets dits stratégiques (défense, infrastructures de base et énergie). La demande, dominée actuellement par l’importation a été de 6,7 millions de tonnes en 2014 et arrivera, selon les estimations, à 12 millions de tonnes en 2025, avec une prédominance des aciers pour la construction (ronds à béton et fils machines). Mais l’augmentation des capacités de production, qui sont en cours d’installation, porteront cette dernière à 6,6 millions de tonnes d’aciers à partir de 2018 pour une consommation prévisionnelle de 6,5 millions de tonnes, ce qui amènera l’Algérie à un équilibre production/demande. Dès 2019, la production sera excédentaire de 1 million de tonnes environ quand le complexe d’El Hadjar, qui bénéficie d’un investissement conséquent, aura atteint ses pleines capacités en sus du lancement de la seconde phase du complexe de Bellara. Devant cette situation d’excédent en produits longs (Rond à béton et fils machine), le groupe Imetal compte orienter l’ensemble des nouveaux investissements vers les mix non produits en Algérie, à titre d’exemple : production de produits plats, les tubes sans soudure, les profilés lourds, les rails.… Ces investissements seront réalisés avec le concours de partenaires étrangers. Des opérations de partenariats sont en cours de finalisation. Le volet organisation et le rajeunissement de l’encadrement est un élément important dans la stratégie du groupe. En effet, depuis janvier 2016, la restructuration organique des entités existantes a consisté à réduire le nombre de sociétés de 74 à 25 filiales dont 7 en partenariat. Cette action a permis le départ de près de 12 PDG arrivant à l’âge de la retraite et leur remplacement par un encadrement jeune et expérimenté.

Les filiales du groupe Imetal
17 filiales détenues à 100% 
(Complexe El-Hadjar Ex-ARCELORMITTAL ANNABA) et Tuberie Sans Soudure EPE METANOF/Alzinc, REFRACTAL, RECUPERATION, FONDAL, ANABIB, ALFAPIPE, TPL, EMB, ENCC, BATIMETAL, CTMC, BATIMETAL IMMOBILIERE, SGS Annaba, ISGA, SIDEM et SERSID.

7 filiales en partenariat
Constretal (52%), Silo Métal (60%), Frame Métal (51%), AV Métal (51%), Batimétal Galva (51%), Marti Métal (51%) et Cober Métal (51%).

8 participations minoritaires
Feraal (35%), A.M.T (21%), A.Q. Steel Sider (46%), GREIF Algérie EMB STAA (34%), Baticim (45%), Batenco Ouest (45%), FERBAT (7%) et SGS Alger (9,62%).

Des missions stratégiques
Grâce à cette restructuration réduisant le nombre de filiales et à la réorientation de ses activités, le groupe Imetal pourra mener à bien ses missions, stratégiques à plus d’un titre, pour une économie nationale plus en adéquation avec les besoins et se tournant résolument vers le secteur hors-hydrocarbures, en réduisant considérablement la dépendance de l’Algérie en termes d’importations de produits sidérurgiques. Cet objectif sera atteint grâce au développement de l’outil de production sidérurgique du groupe, à l’amélioration du potentiel industriel de fabrication de charpente métallique et à sa capacité à prendre en charge les projets clés en mains. Afin de répondre aux objectifs qui lui sont astreints, le groupe Imetal mettra en place au sein de son organisation les fonctions de :
développement et pilotage stratégique,
recherche et développement,
veille technologique
marketing
Gestion financière, audit et contrôle de gestion
Partenariat.

 T.M.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Tahar MANSOUR

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Salama Assurances
Par Tahar MANSOUR.

Loi de finances 2020
Par Rafik BITOUT.

SIPSA-FILAHA 2019
Par Yahia MAOUCHI.

Télécharger version PDF

Version PDF