Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 126 - Jan 2020

Go

ELECTION PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE 2019

Test réussi

Autorité nationale indépendante des élections

Par Farid HOUALI



Mission accomplie ! S’il y a des moments qui marquent une vie, il y a aussi des moments qui marquent une Nation. C’est une situation inédite qui servira certainement de cas d’école aux spécialistes de la sociologie politique. En Algérie, l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), composée de 50 membres, et présidée par l’ancien ministre de la Justice, Mohamed Charfi, a été chargée de réceptionner les dossiers de candidatures d’élection du président de la République, d’y statuer, de superviser et d’annoncer les résultats définitifs. L’ANIE avait à sa charge de préparer les élections, de les organiser, de les gérer et de les superviser et ce, dès le début de l’opération d’inscription sur les listes électorales et leurs révisions ainsi que les opérations de préparation de l’opération électorale, des opérations de vote, de dépouillement et se prononcent sur le contentieux électoral jusqu’à l’annonce des résultats provisoires. C’est, en effet, la première fois, non pas seulement en Algérie, mais dans le monde, qu’un scrutin électoral se déroule sans le support de l’Administration. « Une réussite totale », se sont félicités les observateurs. Ses membres, son président ainsi que tous les Algériens peuvent se targuer de la réussite totale de l’ANIE dans sa mission. « Aucune tentative de fraude n’a été enregistrée », s’est félicité son président au lendemain de l’annonce des résultats de la présidentielle du 12 décembre dernier. La mise en place d’une autorité nationale indépendante est une «exigence du Hirak», soulignait Mohamed Charfi dans un entretien à l’agence Sputnik, précisant que « pour y arriver, il a fallu interpréter d’une façon originale et inédite la Constitution, la notion de souveraineté populaire à travers les articles 7 et 8 qui donnent au peuple la source de la souveraineté et qui a permis de mettre en place une loi organique sur la base de cette interprétation populaire de la Constitution, ce qui n’a jamais été fait dans aucun pays du monde. »« L’autorité nationale indépendante des élections a réussi la mission de préserver la voix du peuple lors du scrutin présidentiel », a en effet affirmé Mohamed Charfi lors d’une conférence de presse qualifiant le scrutin de « première élection nationale démocratique et transparente depuis l’indépendance ». « Aujourd’hui je réponds que le scrutin s’est déroulé dans les meilleures conditions de lisibilité, de transparence, de crédibilité, puisque [pas un] des acteurs n’a critiqué l’action de l’Autorité en elle-même » a-t-il dit. Le président de l’ANIE a assuré dans le même contexte que « les PV de dépouillement de tous les bureaux de vote seront disponible sur le site de l’Autorité, ce qui constituera une banque de données accessible à tous et restera dans les annales de l’Histoire ».«L’opération électorale a été à la hauteur des espérances et des attentes en ce sens que le peuple a vécu un moment inédit en s’exprimant en toute transparence, démocratie et liberté», a affirmé le président de l’ANIE saluant «une auto-surveillance exceptionnelle».« L’importance de ce scrutin laisse des souvenirs impérissables dans l’esprit de ceux qui y ont participé. D’abord en raison de l’ampleur du défi qui nous était posé. Organiser en trois mois à partir de rien un scrutin décisif et vital pour le pays, en remplacement de trois ministères de souveraineté, qui sont immenses comme le ministère de l’Intérieur, le ministère des Affaires étrangères, le ministère de la Justice, et le Conseil constitutionnel, l’ancienne instance chargée de la surveillance et de contrôle des élections, il fallait beaucoup de convictions pour accepter une telle responsabilité », relève Mohamed Charfi dans son entretien à El Djazaïr.com (voir ses propos recueillis par notre confrère Yahia Maouchi). Aujourd’hui, et si on devait évaluer et noter le travail fourni durant ces derniers mois par l’ANIE, disons que les efforts déployés par cette instance, sont considérables car l’ANIE n’avait pas seulement « veillé » sur l’opération électorale mais elle a aussi eu l’audace de regrouper les cinq candidats face à des journalistes en un seul endroit au même moment. C’est là également, une premières dans les annales des élections en Algérie. Le premier débat présidentiel télévisé dans l’Histoire de l’Algérie est retransmis en direct par les chaînes de télévisions publiques et privées ainsi que la radio nationale. Il a lieu 48 heures avant la fin d’une campagne électorale. Les candidats ont, durant, pris la parole pour s’exprimer sur des questions ayant trait à plusieurs volets (politique, économique, social, etc.). L’autorité remplace l’ancienne commission chargée d’organiser les élections précédentes. C’est une loi organique signée par le Chef de l’Etat pour répondre aux revendications du Hirak du 22 février, qui demande la transparence des élections. Elle a été installée le 15 septembre, le jour-même de la convocation du corps électoral. L’objectif voulu derrière la création de cette autorité est d’assurer une élection présidentielle transparente. Entièrement indépendante, l’ANIE dispose d’un budget pour son fonctionnement et c’est elle aussi qui détermine la nomenclature des dépenses et les conditions et modalités de leur exécution, conformément à la législation en vigueur. La loi souligne, sur un autre plan, qu’en cas d’une quelconque atteinte ou menace susceptible d’affecter le déroulement normal des opérations électorales, leur crédibilité, la transparence et la probité de ses résultats, le président de l’Autorité nationale est tenu de prendre toutes les mesures en vue d’assurer la conformité des opérations électorales avec les textes législatifs et réglementaires en vigueur. En outre, selon les dispositions de la loi, l’ANIE devrait élaborer et publier un rapport détaillé sur toutes opérations électorales et ce, dans un délai n’excédant pas quarante-cinq (45) jours, à compter de la date de proclamation des résultats définitifs.

 F. H.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Les règles de l’immigration légale
Par maître Serge Pautot, .

Sider El Hadjar
Par Yahia MAOUCHI .

Télécharger version PDF

Version PDF