Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 125 - Dec 2019

Go

ELECTION PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE 2019

« Mon programme cadre avec le vécu et les revendications du Hirak »

Le candidat indépendant Abdelmadjid Tebboune

Par Yahia MAOUCHI



Placé sous le thème « Engagés pour le changement, capables de le réaliser », le candidat indépendant Abdelmadjid Tebboune explique, lors de la conférence de présentation, qu’il a bâti son programme de campagne, suite à un diagnostic précis de la situation, au niveau politique, économique et social. Il comporte une large révision de la Constitution, une reformulation du cadre juridique des élections, un renforcement de la bonne gouvernance à travers la séparation du monde des affaires de la politique, et une mise en place de mécanismes garantissant la probité des fonctionnaires publics. Autres axes du programme : réforme globale de la justice, organisation territoriale et gestion de l’administration locale, raffermissement de la démocratie participative, édification d’une société civile libre et active en mesure d’assumer sa responsabilité en tant que contre-pouvoir, mise en application d’un plan d’action au profit des jeunes régi par un cadre réglementaire incluant des mesures permettant de « transmettre le flambeau à la jeunesse », et consolidation des composantes de l’identité nationale : islam, arabité et amazighité. Au chapitre économique, Abdelmadjid Tebboune projette l’application « d’une nouvelle politique de développement hors-hydrocarbures, la substitution des produits importés par d’autres locaux en vue de préserver les réserves de change, la promotion des start-ups, le renforcement du rôle économique des collectivités locales dans le développement et la diversification de l’économie nationale, l’amélioration du climat des affaires et l’encouragement de l’investissement notamment extérieur direct ».

Dans ce contexte, le candidat Tebboune promet de supprimer l’impôt pour tous ceux dont le salaire est inférieur à 30.000 DA, à récupérer l’argent détourné. Il s’engage également à régler le problème des retraites. « Ce n’est pas du populisme, mais c’est une méthode étudiée. Je m’engage à améliorer le pouvoir d’achat de la classe ouvrière et de la classe moyenne », promet-il. Toutefois, le candidat indépendant fait un constat dramatique, en pointant nombre de dysfonctionnements, mais dans le même temps il estime que les potentialités du pays sont énormes pour trouver des solutions à cette crise.  « Il y a de l’argent, je sais où le trouver et où l’investir », indique-t-il, assurant que l’opération de lutte contre la corruption engagée par le ministre de la Justice se poursuivra, s’il est élu président de la République. Et l’argent détourné sera bien rapatrié. Pour ce qui est des secteurs de la Défense et de la Politique étrangères, Tebboune promet de « mettre l’industrie militaire au service de la sécurité et de la défense nationale, et en faveur du développement économique, et s’employer à la révision des objectifs et des missions classiques de la diplomatie algérienne », tout en veillant à la promotion de la participation de la communauté nationale à l’étranger dans le renouveau national. En outre, Tebboune révèle que son programme contient des réformes pour des catégories précises de la société à l’image des pêcheurs. « Nous sommes les enfants d’aujourd’hui et de demain » martèle l’ancien Premier ministre. Il affirme que son programme est apte à être appliqué à la lettre. « Si le peuple me choisit, vous aurez le droit de me juger sur mon programme dans le futur » déclare l’ancien ministre de l’Habitat. « Je m’engage devant Dieu et devant le peuple à tout entreprendre, si je suis élu à la magistrature suprême, pour réaliser les attentes et les aspirations légitimes portées par le Hirak du 22 février pour un changement global et véritable à même de permettre à notre pays de se redresser et de prendre un nouveau départ », assure-t-il. M. Tebboune s’engage à réviser en profondeur la Constitution pour, entre autres, établir une séparation stricte des pouvoirs, protéger les droits et libertés des citoyens et consacrer l’inviolabilité et l’immuabilité de la limitation du mandat présidentiel à un seul renouvelable une fois. Une révision de la loi électorale est proposée consacrant notamment le bannissement définitif de la collusion entre argent sale et politique par des dispositions pénales et l’émergence d’une nouvelle génération d’élus compétents et intègres.

 

Séparer l’argent de la politique

« Eriger la compétence comme critère fondamental dans la sélection et la nomination aux différentes fonctions de l’Etat, séparer l’argent de la politique, mettre en place des mécanismes de contrôle et de veille pour garantir l’intégrité des responsables publics et une gestion saine des deniers de l’Etat », est-il prévu dans un projet de réforme globale de l’Etat et de ses démembrements. Une réforme globale de la justice pour garantir son indépendance et sa modernisation est prévue dans le programme électoral. Il est question aussi d’encourager une presse libre, plurielle et indépendante, respectueuse des règles de professionnalisme, de l’éthique et de la déontologie, érigée en vecteur de l’exercice démocratique et protégée contre toute forme de dérive. Le programme comprend la promotion de la démocratie participative, d’une société civile libre, dynamique et capable d’assumer pleinement son rôle de contrepouvoir, une refonte totale de l’organisation territoriale et le fonctionnement de l’administration locale. Un plan d’action jeunesse est retenu pour, entre autres, favoriser l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs. Le candidat promet également d’engager une nouvelle politique de développement indépendante de la rente pétrolière avec notamment des incitations fiscales pour encourager la production agricole et industrielle et la promotion des PME et des start-ups. Il est question aussi de réviser totalement la politique de CKD et SKD pour garantir une intégration élevée dans les secteurs concernés (notamment l’automobile et l’électro-ménagers ), de renforcer le rôle économique des collectivités locales, de lancer des grands projets structurants et d’infrastructures (rail, autoroutes) et d’améliorer le climat des affaires ainsi que d’encourager l’investissement direct étranger (IDE) avec une réforme du système bancaire et du système de financement des investissements. Il est prévu dans le programme la récupération des terres agricoles non exploitées, la relance de l’élevage halieutique et la création d’une flotte pêche de grand large. Une réforme financière et fiscale est détaillée dans le programme ainsi que la promotion des énergies renouvelables et la révision de la politique des subventions généralisée (pour la consommation du gaz et de l’électricité) dans le cadre d’une approche ciblée. Le candidat promet de réviser le SNMG (Salaire national minimum garanti), de défiscaliser les bas revenus et de préserver le système de sécurité sociale.  L’accès au logement sera érigé en priorité absolue et les bidonvilles seront totalement éradiquées. Abdelmadjid Tebboune s’engage aussi à promouvoir l’industrie de défense, à développer une diplomatie économique offensive et une diplomatie culturelle et cultuelle au service du rayonnement national et à impliquer la diaspora dans le renouveau national. Enfin, un « plan destination Algérie » est retenu pour relancer le secteur du tourisme avec l’ouverture de nouvelles lignes de compagnies low-cost, le développement du partenariat public-privé et l’assouplissement des procédures d’obtention de visas touristiques. Dans le volet culturel, le candidat propose de développer l’industrie cinématographique, d’encourager l’expertise nationale dans le domaine de l’industrie culturelle et artistique pour limiter la prestation de services importée, de promouvoir le livre et la lecture notamment dans les milieux scolaires et de soutenir les actions artistiques des jeunes. Enfin M. Tebboune rappelle qu’il se présente en candidat libre et que « toutes les voix qui me soutiennent sont les bienvenues à l’exception de celles qui gravitent autour du courant étranger ou attentant aux constantes nationales ».

 

Y. M.

 



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Un homme, une destinée
Par Tahar MANSOUR.

Tarik Bouslama, P-DG du groupe Imetal
Entretien réalisé par Smail ROUHA.

Télécharger version PDF

Version PDF