Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 107 - Août 2017

Go

EDITO

L’Homme de l’année

Par AMMAR KHELIFA



Ahmed Gaïd Salah n’est plus à présenter. Son passé et son présent sont tissés des mêmes liens qui attachent l’Armée nationale populaire à la glorieuse Armée de libération nationale. Son engagement dans l’ALN ainsi que sa carrière au sein de l’ANP sont connus. Et ses états de service ne souffrent aucune contestation. S’il est aujourd’hui au sommet de la hiérarchie militaire, ce n’est certainement pas le fruit d’un hasard ou le résultat d’une alliance conjoncturelle. A ce niveau de la responsabilité, le choix des hommes est accrédité sur des bases stratégiques qui ne laissent aucune place à la subjectivité. Et le général de corps d’armée n’a pas échappé à cette règle qui régit les nations modernes. En le nommant aux fonctions de chef d’état-major de l’armée, le président de la république n’a fait qu’appliquer la loi du mérite qui fait d’ailleurs partie de la tradition militaire, et rien d’autre. En sa qualité de chef suprême des forces armées et garant institutionnel de la souveraineté nationale, Abdelaziz Bouteflika n’a fait que perpétuer un état d’esprit novembriste qui a trouvé son répondant dans un choix qui s’est avéré judicieux et précieux. Entre ces deux hommes, il est absolument nécessaire de le répéter, surtout à une époque où presque toutes les valeurs morales et politiques sont devenues une marchandise, toute connivence non conforme aux usages constitutionnels est nulle et non avenue dans des rapports renforcés par l’esprit de Novembre. Entre ces deux hommes, il a toujours été question de l’Algérie et de l’inviolabilité de son intégrité : une charge qu’Ahmed Gaïd Salah assume pleinement et en toute connaissance du sens d’une telle confiance. Maintenant avec le recul, il est moins pénible de saisir les tenants et les aboutissants des attaques qui ont visé le chef d’état-major de l’ANP. Elles ont eu lieu au moment où l’armée algérienne était en train de procéder au plus grand redéploiement militaire de l’Algérie indépendante, pour faire face aux défis sécuritaires majeurs, mais Ahmed Gaïd Salah est resté maître de lui-même et de la situation ; avant, pendant et après Tiguentourine, c’est-à-dire confiant et déterminé. Aucun de ses prédécesseurs n’a eu à affronter une menace aussi réelle que celle engendrée par le chaos installé en Libye et au Sahel. Si on ajoute l’instabilité de la Tunisie, ce sont bien plus de 4000 kilomètres de frontières terrestres à sécuriser, sans compter celles qui séparent l’Algérie du Maroc. Ce qu’il faut signaler aujourd’hui, et avec force, c’est que parallèlement aux missions sécuritaires stratégiques et au cycle de modernisation de l’armée, il est aussi à la tête d’une véritable révolution technologique visant à inscrire l’ANP dans une logique industrielle de base et spécialisée, et à faire d’elle l’un des plus, si ce n’est le plus grand employeur du pays. C’est aussi sous son commandement que l’armée s’est définitivement débarrassée d’un des clichés les plus hypocrites qu’on essayait coûte que coûte de lui coller: « la grande muette ». Sous l’ère d’Ahmed Gaïd Salah, l’ANP a parlé ; et elle a parlé juste, traduisant par là une des spécificités héritées de la glorieuse ALN, cette véritable matrice au sein de laquelle est né l’Etat algérien. Non, ce n’est pas un simple détail de communication, mais un fait marquant qui répond à toutes les questions de l’heure ; et une déclaration solennelle émanant d’une Institution souveraine par excellence, dirigée par un Homme authentique, fidèle à son terroir, reconnaissant envers ses ainés martyrs et très fier de sa filiation historique, de l’ALN à l’ANP.
                  
                          

Par AMMAR KHELIFA
amar.khelifa@eldjazaircom.dz 



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par AMMAR KHELIFA

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF