Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 108 - Oct 2017

Go

EDITO

Les « dix commandements » de l’ANP

Ammar KHELIFA



Dans quelques jours, l’Algérie célèbrera le 51e anniversaire de son indépendance dans un contexte inédit marqué par la maladie du président de la République. Cette situation que l’Etat gère sereinement en occupant le terrain dans le cadre de ses prérogatives n’a pas manqué, hélas, de faire monter la fièvre parmi une partie d’un personnel politique qui lorgne déjà avec une énorme « gourmandise » le Palais d’El Mouradia. Ainsi, et aussi paradoxal que cela puisse paraître, des personnalités, qui considéraient jadis que l’armée devait garder le statut de « grande muette », invitent aujourd’hui l’ANP à investir le champ politique et à déclarer publiquement la Présidence algérienne comme un « bien vacant ».
Depuis l’annonce de la maladie de Abdelaziz Bouteflika, on assiste régulièrement à des scènes ubuesques et immorales, animées par une multitude de personnages sans scrupules et sans états d’âme, implorant l’ANP à destituer le président de la République en exercice pour le motif que tout le monde connaît. Jugeant irrecevables tous les appels directs et indirects qui lui sont destinés, le MDN a réagi la première fois, le 16 juin dernier, en publiant une mise au point à travers laquelle le haut commandement militaire a exprimé sa détermination à « assumer sa noble mission dans le respect rigoureux de la Constitution et des textes de loi régissant le fonctionnement des institutions de l’Etat algérien sous la conduite de monsieur le président de la République, chef suprême des forces armées, ministre de la Défense nationale ». Le ton est ferme, la position de l’armée est claire et son message n’a besoin d’aucun décodage. Il n’y a que ceux qui tentent désespérément de dissimuler leur inaptitude multiforme, en faisant beaucoup de bruit, qui ne sont pas arrivés encore à saisir le sens et la portée d’une sérieuse mise en garde adressée à l’ensemble des comploteurs, des maîtres-chanteurs et aux simples d’esprit qu’ils manipulent.
Et pourtant, le coup de semonce martial, que certains hypocrites auraient souhaité se transformer en une assignation à « résidence » envoyée à un chef d’Etat élu et dont le mandat est en cours de validité, a été entendu des Tagarins à In Guezzam et de Kenadsa à Tiguentourine. Traduite sur le terrain, l’injonction militaire ne laisse planer aucun doute sur la loyauté d’une Institution qui refuse qu’on lui dicte ce qu’elle a à faire ou ne pas faire. Elle l’a exprimé à maintes reprises afin de calmer l’ardeur des uns et des autres, et elle le réitère aujourd’hui à l’intention de tous les faiseurs de rumeurs. « En tant que militaires, nous continuerons d’assumer nos responsabilités nationale et constitutionnelle, et de défendre la souveraineté, l’indépendance et la stabilité de l’Algérie en toutes circonstances », a asséné le général de corps d’armée, Ahmed Gaïd Salah, en sa qualité de chef d’état-major de l’ANP. L’armée ne se laissera pas entraîner par de vulgaires charlatans qui n’hésitent pas à tirer sur les ambulances. Ainsi, tout le monde est averti. Spéculateurs, affairistes et « pêcheurs » en eaux troubles reconvertis, pour des raisons « x », en hommes de religion et de piété, sont sommés de se conformer à une réalité qu’ils ne  refusent pas seulement de comprendre, mais qu’ils n’hésitent pas à travestir pour les besoins d’un agenda dont le contenu a été conçu ailleurs.
L’Armée algérienne ne cautionnera aucune félonie et continuera à apporter son soutien à toutes les forces vives de la nation dont le gouvernement dirigé par Abdelmalek Sellal, qui fait lui aussi l’objet d’un tir groupé de la part de certains aigris qui ne savent pas faire la distinction entre l’ambition légitime et la démesure. Un de ces nains, à qui on a fait croire qu’il pouvait devenir un « héros », rien qu’en critiquant les symboles de l’Etat, a cru pouvoir impressionner son monde en déclarant que « M. Sellal se prépare à assurer la survie du régime ». Quelle intelligence de la part d’un personnage qui risque de mourir étouffé par une prétention sans limite ! M. Sellal est en train de poursuivre sereinement sa mission, et si on le considère comme un homme de consensus, et bien tant mieux pour lui et pour l’Algérie ! Pour le moment, il est chargé de mettre en œuvre le programme de Abdelaziz Bouteflika, et en attendant, les professionnels de l’agitation ont intérêt à lire et à relire les « dix commandements » de l’ANP.           
          

Par AMMAR KHELIFA
amar.khelifa@eldjazaircom.dz



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Ammar KHELIFA

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Cybercriminalité
Par Dr. Djalila RAHALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF