Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 107 - Août 2017

Go

Douanes

Promouvoir l’image de marque de l’institution

Direction des relations publiques et de l’information

Par Tahar MANSOUR



Les douanes, de par leurs missions multiples tendant à la sauvegarde de l’économie nationale et de son intégrité territoriale ont besoin, peut-être bien plus que d’autres institutions, d’être plus proches des citoyens, particuliers et opérateurs économiques, afin de les sensibiliser sur l’importance des différents contrôles effectués tout en mettant en avant une connaissance totale des lois et règlements qui régissent ce secteur. C’est dans ce sens que la Direction des relations publiques et de l’information a été créée au sein de la Direction générale des douanes, sous la direction de Djamel Brika.

Missions stratégiques
Cette direction a pour principales missions de gérer tout ce qui est relations publiques de l’administration des douanes, comme les doléances, l’événementiel (évènements, rencontres, séminaires) et de « promouvoir le relationnel de l’administration des douanes avec les institutions, les usagers, les opérateurs économiques et tous ceux qui ont une relation quelconque avec elle », précise Djamel Brika. C’est à partir de 2016 que les douanes algériennes ont commencé à mettre en place de nouvelles structures dans le cadre du Plan stratégique 2016/2019 afin d’asseoir une nouvelle dynamique et une nouvelle stratégie dans le domaine de la communication qui se veut ouverture vers son environnement à travers l’organisation de rencontres et de visites chez les opérateurs économiques afin de leur inculquer une nouvelle culture douanière. « Grâce à ces rencontres et à ces visites sur site, le douanier peut comprendre le processus de fabrication utilisé par tel ou tel opérateur économique et saisir du doigt les besoins réels de cet opérateur, ce qui lui permet donc d’accélérer les formalités en étant sûr qu’il n’y a pas eu fraude ni surestimation », affirme le directeur des relations publiques. Par ceci, les agents de douanes pourront comprendre qu’ils doivent accompagner l’opérateur économique afin que les douanes ne soient plus un frein aux investissements en simplifiant les procédures. « Les douanes sont plutôt un partenaire qui aide et qui facilite les opérations de dédouanement soit pour l’importation ou pour l’exportation », rappelle-t-il aussi. Dans ce cadre, plus de 450 visites sur sites ont été réalisées par la Direction des relations publiques et de l’information à travers le territoire national, visites qui ont visé tous les secteurs d’activité (pharmaceutique, automobile, agroalimentaire, automobile, etc.). Dans ce cadre, M. Brika estime que c’est là une occasion pour le douanier de faire de la communication tout en se formant. 

Les médias comme support privilégié
Une ouverture plus grande envers les médias (presse écrite, parlée et audiovisuelle) est engagée afin de leur donner tous les éléments nécessaires pour informer le citoyen, quelle que soit sa situation, de tout ce qui a trait aux opérations de dédouanements, des nouvelles mesures incitatives prises au bénéfice des investisseurs. M. Brika déclare que la Direction générale des douanes a remarqué que l’information était disponible au niveau de ses structures mais qu’elle ne parvenait pas au bon moment, ce qui a nécessité la mise en place de canaux qui devaient se charger de la transmettre au moment opportun et pour tous ceux qui sont intéressés. « Après avoir établi ce diagnostic, nous avons décidé de ne pas attendre que les gens viennent vers nous mais c’est nous qui nous nous déplaçons vers eux », précise M. Brika. Pour cela, les technologies de l’information et de la communication ont été utilisées :
un site web (www.douanes.gov.dz): il a été enrichi et contient toutes les informations concernant l’activité douanière, les règlementations en vigueur nécessaires pour l’opérateur économique ou le voyageur. Dans le but d’améliorer les services que peut rendre le site web, une réflexion est déjà ouverte pour améliorer, enrichir et moderniser ce site et le serveur est déjà acquis. « C’est d’ailleurs notre priorité dans le domaine de la communication », précise M. Brika. Une ébauche a déjà été réalisée et qui a bien réussi.
Les réseaux sociaux : le compte facebook de la Direction générale des douanes a été redynamisé par la création de rubriques permettant à ceux qui recherchent une information à la retrouver plus facilement. Il y a même une rubrique concernant l’histoire de la douane qui peut être consultée par tous les internautes. Ce compte comporte aussi d’anciennes vidéos, des reportages, des photos, des rapports d’activités, des comptes-rendus de séminaires, de rencontres, etc. La rubrique retraçant l’histoire de la douane servira aussi à apprendre aux agents de la douane comment leurs anciens collègues travaillaient et cela confortera leur formation.
Les dépliants et les flyers : Sur ce point, la direction des relations publiques et de l’information a fourni un excellent travail d’approche et de proximité avec l’utilisateur en confectionnant divers dépliants et flyers qui expliquent de manière ludique et simple les différentes législations des douanes et les règlements à observer pour le dédouanement, les opérations de change et toute autre déclaration pour l’import ou l’export, en plus d’une revue appelée Info Douanes qui donne toutes sortes d’informations concernant les activités des diverses directions et services.
La Direction des relations publiques et de l’information dépend de la DG des douanes et est composée de :
La sous-direction des relations publiques : composée de 3 bureaux, elle est chargée de la gestion du centre d’accueil, de l’orientation des visiteurs de la DG des douanes, d’élaborer un rapport annuel sur l’activité de l’accueil et de l’orientation (Bureau de l’accueil), de constituer un fichier central informatisé des doléances, de suivre l’état d’avancement des suites réservées aux doléances, d’élaborer des rapports de synthèse sur la qualité de service rendu aux différents usagers de l’administration des douanes, de suivre l’indice de satisfaction des usagers des douanes (Bureau de gestion des doléances), de gérer le musée des Douanes, d’organiser et d’animer tout l’évènementiel de la Direction des douanes (sorties, visites, séminaires, foires, etc.), de développer les relations avec les différents partenaires des douanes algériennes et d’organiser des campagnes de sensibilisation et de prévention contre les infractions économiques et celles touchant à la sécurité et à l’ordre public.
La sous-direction de l’information: composée de trois bureaux, ses mission sont : la vulgarisation des nouvelles dispositions législatives, réglementaires et procédurales pour les différents usagers, la diffusion de l’information douanière au public, la gestion du centre d’appels téléphoniques (Bureau de l’information des usagers), la recherche de gisements d’information, la définition et la mise en œuvre des plans d’actions en matière de communication institutionnelles, l’alimentation du site Internet de la DG des Douanes (Bureau du système d’information), l’administration et la gestion du site intranet des douanes, l’établissement des plans de charge pour le comité permanent de suivi technique de l’intra-douane, l’administration et l’encadrement des administrations secondaires de l’intra-douane et l’élaboration des rapports périodiques (Bureau de gestion de l’intranet).
La sous-direction de la documentation et des archives, avec ses quatre bureaux chargés de suivre et d’adapter les documents administratifs pour les simplifier et faciliter leur emploi informatisé, d’assurer le secrétariat de la commission nationale de normalisation des documents administratifs, de veiller à la bonne conservation des stocks des impressions et d’assurer la dotation régulière des services utilisateurs, de gérer l’imprimerie des douanes et de veiller à son entretien, d’assurer la conception technique des ouvrages, documents, registres, de contrôler les normes de la correspondance administrative, d’élaborer et de concevoir toutes les publications douanières (Bureau de la normalisation des documents douaniers), de veiller à la diffusion de l’instrumentation de gestion, de fournir la matière première de base pour les publications douanières, de gérer les fonds documentaires, de prospecter et de collecter les gisements documentaires des douanes, de constituer les fichiers de documentation, de mettre à la disposition des utilisations la documentation existante (Bureau de gestion du fonds documentaire), de recenser les besoins des structures extérieures en matières d’imprimés officiels et de documents, d’assurer leur dotation, de diffuser le bulletin officiel des douanes, la revue, les recueils, les guides, de tenir l’inventaire de la documentation (Bureau de la diffusion de la documentation techniques), de gérer la gestion des archives douanières, de suivre et d’adapter la règlementation de gestion des archives, de veiller à la bonne conservation des documents d’archives, d’assurer l’archivage par des techniques modernes, d’exploiter les archives douanières à des fins scientifiques et d’organiser et de superviser les opérations de versements des archives (Bureau des archives). 
T. M.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Tahar MANSOUR

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF