Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 108 - Oct 2017

Go

Douanes

L’empreinte des grands hommes

Portraits de trois anciens directeurs généraux aujourd’hui décédés

Par Tahar MANSOUR



Mohamed SI MOUSSA, alias Hocine
L’initiateur des registres comptables.

Né le 22 mars 1918 à El Kseur (Bejaia), Mohamed Si Moussa a été directeur général des Douanes algériennes en 1978 après avoir occupé divers postes de responsabilité juste après l’indépendance. Il a ainsi été Inspecteur principal des Impôts puis directeur des Impôts d’avril 1964 à la mi-1968, année au cours de laquelle il a été désigné Conseiller à la présidence de la République, poste qu’il occupa jusqu’en 1971. Mohamed Si Moussa a ensuite été nommé directeur général des Douanes jusqu’au 1978 et participa activement à l’essor de cette institution en organisant les Recettes des Douanes et en étant l’initiateur des registres comptables. Sa participation à l’élaboration du 1er Code des Douanes Algériennes en 1979 a aussi été notoire. Il a ensuite été désigné conseiller auprès de l’Ambassade d’Algérie à Paris puis ministre chargé des Ambassades et des Emigrés jusqu’en 1983. Mais le parcours de Mohamed Si Moussa a commencé bien avant l’indépendance puisqu’il a rejoint glorieuse ALN le 7 juillet 1956, laissant derrière lui le poste de receveur des impôts auquel il a été promu par l’administration fiscale coloniale. Après un bref séjour en France puis au Caire où il transmet une lettre à son administration expliquant qu’il ne pouvait plus revenir en Algérie dans les circonstances actuelles de colonisation, il rejoignit la Tunisie où il est désigné responsable des Finances auprès du Front de Libération Nationale. Il décéda le 31 mars 2008 en léguant aux générations qui l’ont suivi l’exemple d’un patriote au cœur d’or et un homme de courage qui a marqué les Douanes algériennes de son empreinte.

Mohamed OUARTSI
Tout pour le Douanier

Mohamed Ouartsi est né le 1er février 1932 à Frenda dans la wilaya de Tiaret et y poursuivit ses études primaires et secondaires avant d’intégrer l’école des sous-officiers de Saint-Maxent. L’appel de la patrie ne tarda pas à se faire entendre et il déserta l’école en compagnie de plusieurs de ses compatriotes pour rejoindre les rangs de la révolution et mettre son expérience militaire acquise au sein de l’école au service de la guerre de libération nationale. Après avoir intégré l’état-major général de l’ALN, il prit la direction d’un centre de formation de l’ALN. Promu au grade de commandant, il servit la révolution avec abnégation jusqu’à l’indépendance. Après 1962, Mohamed Ouartsi continua son travail au sein de l’ANP et fut chargé de missions secrètes et sensibles comme l’acheminement d’armes aux mouvements de libération en Afrique et en Amérique Latine. Le 1er juillet 1978, il a été nommé directeur général des Douanes algériennes où il employa toute son énergie à améliorer les conditions de vie et de travail des agents douaniers, particulièrement les anciens moudjahidine. Mettant tous les atouts de son côté et de celui des douaniers, il fait projeter un film documentaire sur les difficiles conditions de travail des agents de douanes lors de l’exercice de leurs missions de surveillance. Il a de ce fait défendu le nouveau code des douanes jusqu’à son approbation le 21 juillet 1979.
Mohamed Ouartsi est décédé le 16 décembre 2015 à l’âge de 85 ans.

Mohamed KENIFED
Un homme modeste et honnête

Militant modèle, Mohamed Kenifed est né en 1938 à El Harrach (Alger). Il a fait ses études de cycle normal brillamment, et a fait partie également des SMA (Scouts musulmans algériens) où il a été initié au nationalisme et au militantisme. Après le déclenchement de la glorieuse Révolution du 1er Novembre 1954, il rejoindra les rangs de l’ALN pour exécuter nombre d’opérations de Fidaiyn à travers la capitale, ce qui lui a valu d’être condamné à mort par contumace par le colonisateur français et il rejoignit le maquis de la wilaya IV historique. Vu son niveau d’instruction, il a été envoyé à l’étranger pour perfectionner sa formation militaire, notamment en Irak. Il en est sorti officier et a rejoint l’état- major général, présidé par le colonel Houari Boumediene, à partir de 1960.
Après l’indépendance, il a exercé dans les rangs de la Sûreté nationale où il a gravi les échelons et est passé d’officier de police à commissaire principal. Il a occupé, par la suite, plusieurs postes de responsabilité dans les rangs de la police nationale, Après avoir occupé le poste de directeur général de la Police des frontières à la DGSN, Mohamed Guenifed est nommé directeur général de la Douane, poste qu’il occupa de 1987 à 1990. Cette année-là, il est nommé ministre de l’Equipement dans le gouvernement Hamrouche. A l’issu du 4e congrès du Front de libération nationale, Mohamed Kenifed a été désigné membre du comité central. Après avoir tant donné à son pays et à ses institutions, Mohamed Kenifed est décédé le lundi 24 avril 2017. Tous ceux qui l’avaient connu et qui ont eu à le côtoyer garderont de lui le souvenir d’un homme d’une grande bonté et d’une extrême rectitude.
T. M. 



Du même auteur

Par Tahar MANSOUR

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Cybercriminalité
Par Dr. Djalila RAHALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF