Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 107 - Août 2017

Go

L'ANP

Neuf à douze mille dossiers traités par an

Centre du service national de Ouargla

Par Farid HOUALI



Les structures chargées de la gestion du Service national sont : A l’échelon central, la Direction du Service national et à l’échelon régional, les Centres du Service national ainsi que les Bureaux du Service national. Afin de rapprocher l’administration du citoyen, la Direction du Service National continue toujours dans le cadre de la mise en place des nouveaux Bureaux du Service national (BSN). Actuellement 39 BSN sont opérationnels. A caractère régional, le Centre du Service national de Ouargla (4e Région militaire) chapeaute, selon les explications de son premier responsable le lieutenant-colonel Hachemi Bestani que nous avons rencontré en mai dernier dans le cadre des reportages d’El Djazaïr.com consacrés au service national dans notre pays, les wilayas de Ghardaïa, Illizi, El Oued, Laghouat, Biskra et bien entendu Ouargla. En compagnie de notre officier supérieur et de ses collaborateurs (tous de jeunes officiers de l’ANP), nous vivons de près les dernières étapes de la « présélection » des jeunes citoyens concernés par le Service national. Dans les faits, comme le stipule la réglementation algérienne en vigueur portant sur le Service national, tout débute au niveau de toutes les APC réparties à l’échelle nationale. En effet, le recensement est une démarche administrative à caractère obligatoire, il concerne tous les citoyens résidant en Algérie ou à l’étranger atteignant l’âge de 17 ans pendant l’année en cours. En cas d’absence, l’inscription sur les tableaux de recensement doit être demandée par le tuteur légal. A défaut d’inscription, sur les tableaux de recensement, le citoyen sera recensé d’office par l’Assemblé populaire communale de naissance. Il s’effectue au niveau de la commune de résidence ou des représentations diplomatiques ou consulaires à l’étranger sur présentation de la carte d’identité nationale, de l’extrait de naissance et de deux photos d’identité. Une attestation de recensement lui sera délivrée à l’issue de cette opération. Le recensement se déroule du 2 janvier au 30 septembre de chaque année. Le lancement de l’opération du recensement sera porté à la connaissance des citoyens, par voie de presse (écrite et mass médias), et d’affichage au niveau des édifices publics (communes, postes, lieux publics). Ainsi, tout citoyen recensé est convoqué pour la sélection médicale à l’âge de 18 ans révolus, à l’issue de laquelle il sera déclaré apte ou inapte à passer son Service national, actuellement d’une année. Le citoyen qui ne se présente pas pour la visite médicale de sélection sera déclaré apte d’office, et perdra ses droits à la demande de dispense. Après le recensement, le citoyen recevra une convocation pour se présenter obligatoirement au Centre du Service national ou au Bureau du Service national de rattachement, afin de subir une visite médicale de sélection, celui qui n’a pas reçu une convocation, doit s’adresser directement à l’APC de naissance ou de résidence, à défaut, à la structure du Service national de rattachement. Lors de la visite de sélection, le citoyen déclaré apte au Service national peut selon le cas, demander un sursis, un report d’incorporation ou une dispense. En cas de maladie ou d’affection nouvellement contractée, pouvant entrainer son exemption du service national, il peut demander à subir une visite médicale confirmative avant son incorporation. Pour bénéficier d’une visite médicale confirmative, le citoyen devra en faire la demande, accompagnée de pièces médicales justificatives au niveau du Bureau du Service national (BSN) ou au niveau du Centre du Service national de rattachement. Celui de Ouargla que nous visitons en cette journée caniculaire du 15 mai, ne chômait pas. C’est la première impression que nous avons une fois le portail principal de l’établissement franchi.

Un bon accueil et une meilleure orientation
Nous sommes impressionnés par le nombre de citoyens qui attendent chacun « son tour », qui pour une visite médicale, qui pour récupérer son ordre d’appel, qui pour récupérer sa carte de dispense du Service national. Au fait, les missions des Centres du Service national ne se résument pas uniquement en l’application des procédures en relation avec le Service national. C’est à ce niveau que sont traités et archivés tous les dossiers des incorporés de l’Armée nationale populaire. Une véritable banque des données. Pour revenir au Service national, il constitue une école nationale par « excellence » ayant formé et orienté des milliers de jeunes algériens, à travers leur mobilisation pour d’importants projets et acquis ayant marqué le développement de l’Algérie. C’est une des raisons pour lesquelles des centaines de jeunes comme Abdelatif, rencontré ce jour au Centre du Service national de Ouargla, qui sont venus, non pas pour chercher « une dispense » mais un ordre d’appel. « Je ne vois pas pour quelle raison je n’irais pas accomplir mon service national. C’est un devoir pour tout citoyen en bonne santé », affirme Abdelatif, étudiant natif de Touggourt. Interrogé quant aux conditions d’accueil et d’orientation, il assure qu’elles sont bonnes. Un avis d’ailleurs partagé par tous ceux apostrophés dans ce sens. Pour ce faire, selon les explications du lieutenant-colonel Hachemi Bestani, tout une chaîne est mise en place. « Nos portes sont ouvertes dés 7h du matin et elles ne sont fermées jusqu’à ce qu’il ne reste aucun citoyen dans l’enceinte du Centre », explique-t-il. Autrement dit : quel que soit le nombre des citoyens qui se présentent au Centre du Service national de Ouargla, ils sont tous écoutés, pris en charge et orientés chacun selon la nature de son cas. Dans ce cadre, faudrait-il le souligner, une organisation exemplaire est constatée de visu s’agissant justement de l’orientation de ces jeunes. Le tout débute par le dépôt de sa carte d’identité nationale au niveau d’un premier bureau mis en place pour la circonstance. Aussi, les téléphones portables ainsi que les sacs à dos et autre cabas sont déposés à l’entrée. Le tout est supervisé par les personnels militaires du Centre du Service national. « Nos personnels maîtrisent, tous, chacun sa tâche », assure encore le chef du Centre du Service national de Ouargla. La rencontre avec le lieutenant-colonel Hachemi Bestani est également une occasion pour aborder le Service national d’une manière globale mais et surtout les portes ouvertes « pratiquement chaque année » dans les Centres du Service national répartis à travers le territoire national. « L’organisation de ces portes ouvertes s’inscrit dans le cadre des efforts constants du commandement de l’Armée nationale populaire (ANP) et son plan de communication pour renforcer le lien Armée-Nation, se rapprocher davantage du citoyen et prendre en charge ses préoccupations », résume notre officier supérieur. En effet, ces manifestations représentent « une occasion » aux citoyens pour se rapprocher des centres du Service national et prendre connaissance du contenu de la nouvelle loi sur le Service national avec ce qu’elle renferme comme droits et devoirs. En chiffres, au niveau du Centre du Service national de Ouargla (comme c’est le cas à travers les autres Centres du Service national) on ne peut parler d’un nombre exact de citoyens qui y viennent. « Le nombre varie d’une année à une autre », nous explique le lieutenant-colonel Hachemi Bestani qui révèle tout de même que quelque 28 000 citoyens ont été régularisés (au niveau du Centre du Service national de Ouargla) durant l’année écoulée. Selon lui, également, 30 000 sursis (pour études) ont été délivrés par ses services. En fin, le Centre du Service national de Ouargla selon son premier responsable, traite une moyenne de 9 000 à 12 000 dossiers par an.
F. H.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF