Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 115 - Août 2018

Go

DGSN

Interpol s’inspire du professionnalisme de la police algérienne

Lutte contre le crime organisé, la contrebande et le terrorisme

Par Yahia MAOUCHI



La visite du président de l’Organisation internationale de la police criminelle (Interpol), vice-ministre chinois de la Sécurité publique, Meng Hongwei, a été une occasion pour mettre l’accent sur le rôle de l’Algérie dans le domaine de la lutte contre le crime organisé, la contrebande et les narcotrafiquants comme prolongement, voire comme un terreau fertile du terrorisme au niveau régional et international. Une visite s’inscrivant dans le cadre du renforcement des domaines de coopération internationale entre la police algérienne et Interpol, à travers le Mécanisme de coopération policière africaine (Afripol), dans l’objectif de booster la coordination sécuritaire. Une visite rentrant également dans le cadre de la coordination avec l’Algérie dans la perspective d’optimiser la coopération en matière de lutte contre le crime organisé et l’échange de renseignements pour une meilleure efficacité dans la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes d’autant que l’expérience algérienne en la matière n’est plus à présenter aussi bien au plan national, régional, qu’international. Dans ce sens, le président d’Interpol a salué le rôle central de l’Algérie dans « la stabilité de la région et dans la lutte contre le terrorisme » à l’issue de sa rencontre avec Abdelkader Messahel, ministre des Affaires étrangères, en présence du général-major Abdelghani Hamel, directeur général de la Sûreté nationale (DGSN).  «L’Algérie a grandement contribué à la stabilité de la région africaine et j’ai beaucoup apprécié le travail accompli par le ministre algérien de l’Intérieur dans la lutte contre les différentes sortes de crime aux plans national et régional», a affirmé Meng Hongwei à l’issue de sa réunion avec Noureddine Bedoui, ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, ajoutant que « la situation sécuritaire dans la région et dans le monde doit être renforcée en coopérant avec les gouvernements de chaque pays afin de faire face à tous les défis sécuritaires ». Evoquant les défis sécuritaires auxquels fait face le monde en général et la région en particulier, notamment le terrorisme, le crime organisé, la migration clandestine, les trafics en tous genres ainsi que les connexions entre tous ces phénomènes, le président d’Interpol, qui a été reçu par le Premier ministre Ahmed Ouyahia, a insisté sur la nécessité de renforcer la coopération entre Interpol et la police algérienne, en soulignant les « progrès dans la lutte contre le terrorisme » que l’armée et les forces de sécurité algériennes ont réalisés. Il a qualifié l’expérience algérienne de «précieuse» pour la communauté internationale et souligné que «tout le monde doit s’en inspirer». De son côté, le général-major Abdelghani Hamel a affirmé que « l’Etat algérien, et sous le commandement du Président Abdelaziz Bouteflika, poursuivra ses réformes visant à élaborer une approche globale et intégrée pour contribuer à renforcer l’activité de la communauté internationale en vue d’atteindre les objectifs de sécurité communs », soulignant la détermination de la police algérienne à travailler étroitement avec Interpol pour contribuer à une meilleure sécurité mondiale. « La lutte contre le terrorisme constitue l’une des préoccupations majeures de la communauté policière tant sur le plan régional qu’international. Nous devons, donc, mobiliser nos capacités tendant à créer une alliance solide et pérenne entre les chargés de l’application de la loi, les secteurs publics et privés, à même de lutter efficacement contre l’évolution accrue de la criminalité émergente, notamment la cybercriminalité et le terrorisme », a estimé le général-major Abdelghani Hamel. Il a indiqué, par ailleurs, que la visite de M. Hongwei intervient au moment où « le monde fait face à des menaces sécuritaires multiformes, générées par la prolifération des armes, la sanctuarisation des zones géographiques par des groupes terroristes, le retour des combattants terroristes étrangers, la cybercriminalité, les crises migratoires et la criminalité transnationale». Devant cette situation peu reluisante, ajoute le DGSN, la partie algérienne a entrepris beaucoup d’efforts dans ce sens. « Des efforts qui ont permis d’obtenir des résultats appréciables et qui ont permis à l’Algérie de se positionner comme acteur positif et essentiel, disposé à partager son expérience, son expertise et apporter son soutien à la police internationale pour faire face efficacement au terrorisme et à la criminalité organisée transnationale sous toutes ses formes », se félicite le patron de la police algérienne, qui a mis en avant également l’adhésion de l’Algérie aux visions stratégiques d’Interpol, tout en réitérant la détermination et l’engagement de la Police algérienne à « œuvrer en harmonie avec Interpol et les autres instances concernées de coopération policière régionale pour le renforcement de la coopération, la coordination et la collaboration » avant de saluer M. Hongwei pour l’aide apportée à l’intégration de la Palestine au sein d’Interpol. De son côté, M. Hongwei a réitéré le soutien de la Chine à la cause palestinienne, ajoutant que trois pays devraient rejoindre Interpol en 2018, ce qui lui permettra de « dépasser les Nations unies en matière de nombre d’Etats membres », se félicite-t-il.

De la nécessité de renforcer la coopération avec l’Afripol

Visitant le siège d’Afripol, M. Hongwei a estimé qu’il était nécessaire de renforcer la coopération avec les autres organisations régionales, notamment le Mécanisme de coopération policière africaine (Afripol) pour faire face à la criminalité internationale. « Si j’accorde, en tant que président d’Interpol, une importance particulière à cette visite, c’est parce que le nouveau contexte marqué par la recrudescence de la criminalité internationale, nécessite le renforcement de sa coopération avec des organisations de police régionales », a plaidé M. Hongwei, réaffirmant le soutien d’Interpol à l’Afripol à travers le renforcement de la coopération. A cet effet, M. Hongwei s’est dit favorable à une coopération entre son pays, la Chine, et Afripol, tout en louant l’efficacité de cette organisation africaine, qui représente selon lui, une opportunité sans précédent pour une coopération internationale, afin de faire face aux nouveaux défis liés à la criminalité internationale. De son côté, le général-major Abdelghani Hamel, a appelé à une coopération entre les deux organisations (Afripol et Interpol), notamment pour le renforcement des capacités policières. « La coopération bilatérale se traduit sur le terrain par un échange d’informations, d’expériences et d’expertise, mais ce que nous demandons, c’est le renforcement des capacités policières pour élever le niveau des différentes polices qui accusent un petit retard ». M. Hamel a fait également remarquer que l’adhésion d’Afripol en matière de coopération policière s’articule autour d’une approche stipulant, entre autres, la coordination, le soutien, le renforcement des capacités au personnel, le renforcement des centres d’information, l’expérience et l’expertise. Le plan d’Afripol 2017-2019 a inscrit parmi ses priorités, a-t-il précisé, la lutte contre le terrorisme et le crime organisé en prenant en charge les vulnérabilités en termes de consolidation des données, de mise en place de la plateforme d’échange d’informations entre les polices africaines. Enfin, le président d’Interpol a pu suivre, lors de sa visite au siège d’Afripol, une présentation sur le système de communication « Afsecom » qui permet une liaison permanente entre les différents pays membre d’Afripol. 

L’œil optique de la Sûreté nationale

Lors de sa visite au Centre de commandement et de contrôle (CCC) de la Direction générale de la Sûreté nationale, où il a reçu des explications sur les missions assignées au Centre, dont le suivi du déploiement et de l’organisation des effectifs opérationnels, l’exploitation des systèmes intelligents dans la gestion du trafic routier, la prise en charge des appels des citoyens reçus sur le numéro vert 1548, M. Hongwei a été émerveillé par le rendement raffiné des agents de police de la DGSN et épaté par le matériel très sophistiqué dont dispose la police algérienne. Dans une allocution prononcée à l’occasion, M. Hongwei a indiqué que « la nouvelle mission de la police ne consiste plus à combattre la criminalité uniquement mais aussi la gouvernance de la situation sécuritaire ». « C’est le chemin que nous devons parcourir à l’avenir dans notre mission », a-t-il souligné, précisant que la Chine a commencé par cette nouvelle mission durant la dernière décennie. Affirmant qu’il partageait les mêmes idées et les mêmes objectifs que le général-major Abdelghani Hamel, qui consistent en la défense de la société, les intérêts de la police et le maintien et la protection de la sécurité internationale,  Meng Hongwei a loué également les progrès et les efforts consentis par la police algérienne et l’approche pragmatique qu’elle a adoptée ainsi que l’évolution remarquable sur le plan technique et la disponibilité d’agir efficacement sur le plan opérationnel.

Le GOSP, une force coercitive  

Par ailleurs, en se rendant au Centre de commandement du Groupe opérationnel spécial de la police (GOSP) de Boudouaou, le président d’Interpol a été impressionné par les lieux d’entraînements, la logistique mise à la disposition de cette unité spéciale de la police, les véhicules conçus pour le transport et les interventions en hauteur, mais surtout par le professionnalisme de ses éléments. « Ce que j’ai vu renforce mon respect pour la police algérienne dont les missions s’étendent au-delà du combat quotidien contre la criminalité mais aussi garantissent la quiétude du citoyen au point de vu sécuritaire », a confié M. Hongwei à la presse. Et d’ajouter que cette unité de police se veut une force coercitive pour la police algérienne en matière de lutte contre les différentes formes de criminalité, souhaitant qu’elle puisse à l’avenir contribuer au maintien de la stabilité et de la sécurité de l’Algérie. Le vice-ministre de la Sécurité publique chinoise a salué, par ailleurs, le chemin parcouru par la police algérienne qui a fait face, durant plus d’une décennie, à l’action terroriste, trouvant d’ailleurs des similitudes avec le chemin parcouru par la police de son pays. Rappelons que le général-major Hamel et son hôte ont ainsi visité les différentes structures de cette importante unité de police avant d’assister à des exercices de simulation, dont celui d’un assaut contre des terroristes dans un immeuble en zone urbaine, la simulation de la libération d’otages et un exercice de protection de personnalités. Ils ont pris connaissance des armes et équipements utilisés dans les différentes opérations et interventions de cette unité, les matériels de pointe et les moyens de transport (hélicoptères et tous types de véhicules) dont elle dispose. Après avoir assisté à des démonstrations en arts martiaux, ils ont observé une halte au niveau du projet de réalisation d’un champ de tir moderne aux normes internationales qui sera bientôt opérationnel. Ils ont ensuite signé le livre d’or du GOSP. Rappelons enfin que le Groupement des opérations spéciales de la police (GOSP) a été lancé le 22 juillet 2016. Il s’agit d’une unité d’élite de la Police nationale algérienne dont le champ d’intervention couvre l’ensemble du territoire national. Il intervient essentiellement en zones urbaines contre les éléments armés qui constituent un danger, dans les prises d’otages, la protection des personnalités et la fourniture d’aide et d’expertise en matière de lutte antiterroriste.Y. M.



Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Libertés démocratiques
Par Farid HOUALI.

Alger ville intelligente
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF