Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 116 - Oct 2018

Go

DGSN

Une question préoccupante

Sécurité routière

Par Farid HOUALI



L’insécurité routière dans notre pays ce sont en effet des chiffres qui ont été maintes fois énoncés mais qu’il convient de rappeler : une moyenne de 4.000 morts par an, des dizaines de milliers de blessés et des pertes économiques avoisinant les cent milliards de dinars.« Ce triste bilan, bien que suffisamment édifiant, ne permet pas de renseigner sur les souffrances et les deuils dans les foyers, car derrière ces chiffres combien de drames, de familles brisées et d’espoirs anéantis », a déploré le 14 mars dernier le commissaire divisionnaire de police Ahmed Naït El Hocine, directeur général du CNPSR, lors d’une rencontre organisée par la Direction de la sécurité publique à la DGSN (DSP) à l’occasion de la Journée nationale des personnes handicapées. Dans son allocution d’ouverture, devant une assistance composée particulièrement d’officiers de police, des représentants de plusieurs départements ministériels, de la société civile et d’autres corps constitués, le contrôleur de police Aïssa Naïli, directeur de la sécurité publique à la DGSN, a noté que la journée, organisée sur orientations du général-major Abdelghani Hamel, directeur général de la Sûreté nationale, « est une opportunité pour évaluer les efforts notamment l’action de prévention des accidents de la circulation, une des priorités majeures du commandement de la DGSN ». «C’est l’occasion également de présenter les politiques adoptées par les différentes institutions, les préoccupations et les solutions », a-t-il ajouté. La sécurité routière, particulièrement la réduction du nombre d’accidents de la circulation sur nos routes, de surcroit celui des décès, a toujours constitué une préoccupation, une priorité pour la DGSN. Et afin de faire face à cette véritable tragédie, le directeur du CNPSR a rappelé que les pouvoirs publics ont déployé d’énormes efforts, à travers une révision des textes régissant le domaine de la circulation et de la sécurité routières, dans le sens d’un durcissement du système de sanctions, et partant d’une modification des comportements ainsi que la refonte des programmes d’enseignement de la conduite, l’institution du brevet professionnel pour les conducteurs de transport de voyageurs et de marchandises et la révision des conditions d’organisation des auto-écoles et leur contrôle. Il a été également modernisé le système de surveillance et de contrôle, projet qui se matérialisera très prochainement par la création du fichier national automatisé des cartes d’immatriculation et la mise en place imminente des fichiers nationaux des permis de conduire et des infractions au code de la route. Toutefois, a regretté le commissaire divisionnaire de police Ahmed Naït El Hocine, il convient de faire remarquer que les réponses apportées par les pouvoirs publics aux dangers de la route ont toujours été parcellaires, dans le sens où les secteurs concernés interviennent individuellement sur certaines causes de la sinistralité, sans jamais faire de la route un sujet global, sans articuler ensemble la totalité des facteurs impliqués. C’est justement sur la base de ce constat, a-t-il enchaîné, qu’une profonde réflexion a été engagée au niveau du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, laquelle a permis de définir et d’adopter une nouvelle architecture institutionnelle de la sécurité routière dans notre pays et ce, dans le cadre de la révision de la loi n° 01-14 du 19 aout 2001, relative à l’organisation, la sécurité et la police de la circulation routière. Il sera également, créé auprès du ministère de l’Intérieur, une délégation nationale à la sécurité routière (DNSR) en charge, notamment, de la traduction technique des décisions de l’instance interministérielle en matière de politique locale de sécurité routière et du pilotage des programmes qui en découlent. « Cette structure,qui constituera un relais opérationnel, sera dotée de larges prérogatives dans le domaine de la formation, de l’éducation routière, de la communication et de la surveillance et contrôle », a ajouté l’intervenant.

Une direction, des missions
Cette même rencontre tenue sous le thème «évaluation et capitalisation », à l’occasion de la Journée nationale des personnes aux besoins spécifiques, a été aussi une occasion de revenir sur les missions de la direction de la sécurité publique. En effet, un film documentaire projeté devant l’assistance a mis en relief les « missions » quasi quotidiennes des hommes et femmes en bleu, chacun dans son service et champ d’intervention. Á ce point, il convient de rappeler que la direction de la sécurité publique (DSP) est issue de restructuration de la DGSN effectuée opérée par le décret 92/72 du 31 octobre 1992. Elle constitue l’une des plus importantes directions centrales de la Sûreté nationale en considération, d’une part, du nombre de policiers relevant de sa tutelle exerçant au sein du corps de la sécurité publique des 48 sûretés de wilaya. Ses missions sont diverses englobant toutes les activités de la police.Au plan opérationnel, la DSP gère les services de wilaya de sécurité publique (SWSP), les brigades de sécurité publique des sûretés de daïras (SD/BSP) ainsi que les antennes de sécurité publique au niveau des sûretés urbaines extra-muros. Conformément à la législation en vigueur particulièrement le décret portant sa création, la DSP est ainsi chargée de veiller au maintien de l’ordre, à la protection des biens et des personnes. Elle a pour mission aussi de veiller au respect des lois et règlements en matière de police administrative. La DSP est également chargée, entre autres, de proposer et de mettre en œuvre toutes les mesures susceptibles d’améliorer les conditions de prévention et de sécurité routières. Autrement dit, la DSP a beaucoup plus de tâches quotidiennes qui convergent vers la prise en charge des préoccupations citoyennes.
F. H.



Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

Tourisme, culture et histoire
Par maître Serge Pautot, .

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF