Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 116 - Oct 2018

Go

DGSN

A l’ère des nouvelles technologies

Sous-direction des moyens informatiques

Par Farid HOUALI



La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) s’attelle à moderniser les programmes informatiques utilisés par les services de police à travers le développement et la généralisation de leurs programmes et systèmes électroniques en vue de faciliter le travail sur le terrain des différents services et de leur conférer davantage de précision et d’efficacité.
Dans ce sens, d’importantes actions de modernisation sont lancées dans le cadre notamment du plan directeur informatique 2012/2016 de la DGSN, portant particulièrement sur la généralisation de la couverture réseau, la modernisation du centre des données, l’amélioration du site web officiel de communication, le système informatique intégré (relatif aux infractions et accidents de la  circulation, le système de traitement des  enquêtes administratives, fichier électronique des étrangers résidents, la messagerie électronique, l’intégration des systèmes de gestion des ressources), informatisation des registres utilisés par les services opérationnels.
Dans les faits, le plan directeur informatique de la Sûreté nationale a permis, à travers la Sous-direction des moyens informatiques, selon le contrôleur de police Lounes Malek, le premier responsable de ladite Sous-direction, la conception et le développement de plus de 170 applications informatiques, exploitées par les services centraux et opérationnelles dans le traitement des affaires quotidiennes (police judiciaire, sécurité publique, police des frontières, renseignements généraux, ressources humaines, administration générale, police générale et réglementation, formation, actions sociales, etc.). Parmi ces systèmes d’information, il convient de citer quelques applications phares, entre autres :

* Allo-Chorta
Basée sur l’utilisation du smartphone, « Allô Chorta » est une application mobile, disponible sur Google PlayStore. L’application a connu plus de 10 000 téléchargements depuis son lancement officiel le 18 décembre 2016. Allô-Chorta permet au citoyen de lancer une alerte s’il est en situation de danger, d’envoyer des SMS à des contacts de confiance, de signaler aux services de police un fait saillant sur un lieu public en envoyant une ou plusieurs photos capturées instantanément ou en différé avec éventuellement, la saisie de la description du fait signalé. La même application permet ainsi aux services de police une intervention immédiate et un secours efficace. « Les services ont reçu et traité 2773 alertes et 793 faits saillants signalés par l’application en question », révèle le contrôleur de police Lounes Malek.

* Le logiciel de rédaction de procédure (LRP)
Les officiers de police judiciaire (OPJ) sont tenus de consigner leur acte de police judiciaire sur des PV et les transmettre aux magistrats compétents. Dans ce cadre, la sous-direction des moyens informatiques a conçu et développé au profit de ces derniers un outil d’aide à la rédaction des procédures judiciaires (LRP). L’outil en question permet, selon les explications du même officier, l’unification de la rédaction des procédures judiciaires à travers l’utilisation d’une bibliothèque de modèles de PV les plus usuels et qui sont mis via le logiciel LRP à la disposition des OPJ qui les utilisent pour la rédaction de PV selon le cadre juridique de l’enquête et selon l’acte de police judiciaire, la constitution de la base de données contenant tous les PV et rapports établis, classés par affaire, par type d’infraction, personnes mises en cause, etc., offrant des statistiques automatiques et facilitant la consultation des affaires traitées ainsi que l’identification des personnes déjà citées, la mise à la disposition des OPJ des différents codes et lois sous format numérique accessibles via le LRP lors de traitement des affaires de police judiciaire (code pénal, code de procédure pénale, code de la route, code des marchés publics, etc.). « Une version portable du LRP a été aussi mise à la disposition des OPJ qui leur permettra d’établir des PV hors service de police (cas d’un détenu ou de personne hospitalisée). Les PV établis par cette version du logiciel seront consolidés vers la base de données centrale dès que l’OPJ rejoint le service », note le sous-directeur des moyens informatiques à la DAG/DGSN. 

*Le système d’identification et de recherche criminelle
Baptisé SIRC, le Système d’identification et de recherche criminelle est un outil de lutte contre la criminalité sous différentes formes.  Le SIRC dispose d’une base de données renfermant les signalements morphologiques des personnes qui sont collectés lors du traitement des affaires de police judiciaire. Cette base de données sert à l’identification des personnes mises en cause à travers un ensemble de photos extraites automatiquement de l’album photo (base de données) et présentées à la victime sur la base de son témoignage (signe particulier, couleur des yeux, forme du visage, voix, coiffure, couleur des cheveux, etc.). « Le SIRC a permis aux services de police au fil des années la résolution d’un nombre considérable d’affaires », se félicite le contrôleur de police Lounes Malek.

*Le e-police judiciaire
Ce logiciel regroupe la gestion électronique de l’ensemble des registres tenus par les services opérationnels relevant de la police judiciaire, à savoir le registre des crimes et délits, le registre des pièces à convictions, le registre de la garde à vue, le registre des instructions du parquet, du registre des mandats de justice, du registre des jugements de justice, du registre des contraintes par corps et enfin le registre des commissions rogatoires.

*Le système de prévention et de la sécurité routière
Baptisé SPSR, le Système de prévention et de la sécurité routière est un site web déployé en intranet et mis à la disposition des services de la sécurité publique. Il permet le traitement des infractions au code de la route et des accidents de la circulation routière ainsi que le suivi des mesures prises à l’encontre des contrevenants et l’édition automatique des statistiques et des bilans permettant une meilleure analyse. Une version mobile de l’application est développée permettant une collecte des données d’un accident de la circulation routière sur le terrain.

*Le Fichier électronique des étrangers résidents en Algérie
Le fichier électronique des étrangers résidents en Algérie Feera est un système basé sur la technologie web permettant le partage d’une base de données centrale des étrangers résidents en Algérie afin d’assurer un travail collaboratif entre les services centraux (DPGR) et les services opérationnels (SWPGR, SDPGR). Son but est d’automatiser le traitement automatique des procédures administratives liées à un étranger (demande de la première carte de séjour ou renouvellement de cette carte, changement de résidence, acquisition de la nationalité, mesures administratives, départ définitif, décès), le suivi du fichier des étrangers, l’élaboration automatique des documents suite à des procédures administratives (récépissé de déclaration de changement de résidence, départ définitif, fiche d’identité de l’étranger) et l’élaboration des différentes statistiques, selon des canevas, destinés à tous les niveaux des services concernés, chacun selon le secteur de compétence (DPGR, SWPGR, SDPGR). Quant à la Gestion des déclarations de perte des documents, elle possède une interface graphique bilingue (arabe et français) qui prend en charge l’édition des différents documents relatifs aux déclarations, et permet l’édition des déclarations, la consultation des données relatives aux différentes déclarations, la consultation de l’ensemble des déclarations faites par une personne donnée et l’élaboration de statistiques et l’édition des résultats sous forme graphique ou tableaux.

*Groupe 25
C’est une solution web de gestion électronique des documents appliquée au groupe 25 (circulaires, notes, décisions, textes législatifs, …), permettant une gestion centralisée de ce fonds documentaire, à travers la gestion du plan de classement, l’indexation et l’enregistrement des nouveaux documents sous format PDF, la recherche globale ou avancée des documents par méta données ou recherche en texte intégral et en fin, la visualisation des documents trouvés sous format PDF.

*Le Système de gestion hospitalière
Le SGH est un Système de gestion hospitalière destiné à l’établissement hospitalier de la Sûreté Nationale (les Glycines), il permet de numériser le dossier médical du patient. C’est un système de gestion complet puissant et flexible basé sur les technologies web, qui permet la gestion des modules d’urgence, d’admission, d’imagerie médicale (scanner, radiologie, échographie), du laboratoire d’analyse, d’hospitalisation, de consultation et d’archive.

Tout est pris en compte
Les applications développées par les informaticiens de la DGSN portent également sur le volet sanitaire des effectifs. Á ce propos, il convient de faire mention notamment du           GED expertises médicales et le dossier médical. Ainsi, dans le détail le GED-DEM est une solution web de gestion électronique de documents appliquée aux dossiers des expertises médico-administratifs des fonctionnaires de la Sûreté nationale, elle assure l’acquisition (numérisation), classement (organisation), stockage, et la restitution des dossiers d’accidents de travail et des maladies (congé de maladie longue durée, maladie ordinaire), permettant selon les explications du contrôleur de police Lounes Malek, la dématérialisation des dossiers médico-administratifs afin de faciliter l’accès auxdits dossiers, la constitution d’une base de données centrale alimentée par le bureau des expertises médicales de la DSASS et les quatre comités régionaux des SRSASS, le partage rapide de l’information via le réseau RNTD, la localisation facile des dossiers, à travers des recherches multicritères et l’exploitation de la base de données (dossiers numérisés) par les médecins conseils, au niveau central et régional, pour permettre de revenir sur la genèse du cas traité. Aussi, la solution «Gestion du dossier médical » a été développée afin d’automatiser la gestion, la conservation du dossier médical ainsi que le classement des historiques et des antécédents médicaux des patients. Elle est basée sur une solution informatique hiérarchique qui modélise un processus qui démarre de la réception des patients, la consultation, jusqu’à la prescription du traitement (impression des documents ordonnance et arrêt du travail …).  « Cette solution permet une meilleure prise en charge médicale des fonctionnaires de police et de leurs ayant droit, elle est déployée au sein du CMS Omar-Haraïg et prend en charge le processus de gestion des consultations médicales des vingt-deux différentes spécialités », relève notre interlocuteur.

Les frontières sous la loupe
Les contrôles aux frontières sont d’une importance cruciale pour la sécurité et la souveraineté nationale. A ce titre, et dans le cadre du projet de modernisation du contrôle aux frontières voire même tout le système d’information de la police des frontières, la DGSN s’est dotée depuis novembre 2016 d’une solution de contrôle aux frontières baptisée Albocos « Algerian Border Control System » conforme aux exigences de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) au niveau de tous les sites frontaliers de la Direction de la police des frontières. « Ce système a donné des résultats très satisfaisants quant à l’efficacité de faire face à la tâche délicate de simplifier le passage aux postes de contrôle aux frontières pour les passagers légitimes et respectueux de la loi, tout en protégeant nos frontières de la criminalité transfrontière et des immigrés clandestins sans oublier l’intégration de la biométrie, technologie incontournable, dans le Système d’information de la Direction de la police des frontières (DPF) à l’exemple de la généralisation de la solution AFIS-Criminel, qui permet l’identification de personnes recherchées sur la base de leurs empreintes digitales », se félicite le sous-directeur des moyens informatique à la DAG/DGSN. Quant au nombre des postes frontaliers connectés au système Albocos, il est de 34 alors que le nombre des stations de travail est de 523.

Au moindre mouvement
Le Système d’identification et de recherche de la police algérienne (Sirpal) intègre un moteur de recherche puissant permettant la recherche simultanée et instantanée dans onze bases de données centrales à savoir : Personnes recherchées, Objets et documents recherchés, armes recherchées, Bulletins de condamnations, véhicules recherchées, Casier judiciaire, Mouvements transfrontières, Etrangers résidents en Algérie, Fichier électronique des étrangers résidents en Algérie (Feera), Système d’identification et de recherche criminelle (SIRC), Passeports biométriques à travers une  interface Web conviviale et facile à paramétrer. Aussi, l’utilisation par les policiers sur le terrain lors des contrôles de personnes ou véhicules suspects avec les outils mobiles tels que les tablettes et phablettes android, dotées de logiciels mobiles développés au sein la SDMI est une réalité quotidienne. A titre d’exemple, avec 1700 tablettes déployées, 3 129 426 personnes ont été contrôlées électroniquement, 2 777 133, véhicules contrôlés électroniquement, 27 167personnes appréhendées électroniquement ainsi que 2 962 véhicules appréhendés électroniquement.

La formation spécialisée
Sans la formation des hommes et des femmes rien n’aurait été possible. Dans ce contexte, 10.133 fonctionnaires ont bénéficié des formations sur les différentes applications métier. Aussi il faut marquer l’importance qu’accorde la DGSN à la formation continue des spécialistes en la matière dont 47 cadres se distinguent par l’obtention de 445 certifications reconnues à l’échelle internationale, dans les technologies des systèmes, des réseaux de la sécurité et du développement informatiques.

Une « révolution »
On ne dira jamais assez de l’informatisation des services de la DGSN puisqu’actuellement, selon le contrôleur de police Lounes Malek, 671 services de police sont connectés au RNTD-SN via des lignes spécialisées en fibre optique, à savoir : les Directions et services centraux, les Services régionaux, les Sûretés de wilaya, les Sûretés de daïras, les postes frontaliers et les Ecoles de police. La phase d’extension du RNTD en cours, a-t-il soutenu, prévoit la connexion de plus de 400 services dans les trois prochains mois, et plus 700 services durant les deux prochaines années. Par ailleurs, 248 services de police seront dotés d’un réseau LAN structuré durant l’année en cours et 986 services de police seront dotés de réseaux LAN durant les cinq prochaines années. Quant au datacenter de la DGSN, il constitue de par sa consistance, la fierté de la Sûreté nationale puisqu’il est composé de plus de 80 serveurs de différents systèmes d’exploitation et marques, de 5 systèmes de stockage avec une capacité de stockage de 200 To, d’une bibliothèque de sauvegardes automatiques, de 08 firewalls de différentes technologies et de 8 Routeurs centraux. Un datacenter de secours est en cours de réalisation dans la wilaya d’Ouargla. En conclusion, grâce à sa vision tournée vers l’avenir, la police algérienne a réalisé des progrès dans la mise en place des bases d’une police moderne, développée et professionnelle dans le cadre de l’Etat de droit. Des réalisations qui en ont fait une référence pour les institutions sécuritaires internationales qui s’inspirent de son expérience en matière de lutte contre le crime organisé, de protection des citoyens et de leurs biens et de réalisation de la sécurité et de la stabilité du pays.

F. H.



Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

Tourisme, culture et histoire
Par maître Serge Pautot, .

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF