Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 110 - Dec 2017

Go

DGSN

Quand le général-major Abdelghani Hamel impressionne l’Euromed

Il a présenté sa vision stratégique sécuritaire

Par Salim FAROUK



La lutte contre le terrorisme et le crime organisé est un effort continu et rigoureux qui doit être, obligatoirement, accompagné d’un grand travail de traitement des causes originelles telles que l’ignorance et la non-satisfaction des besoins sociaux. Invité d’honneur en sa qualité de président du Mécanisme africain de coopération policière (Afripol) aux travaux de la deuxième réunion « Euromed-police IV » sur le projet de coopération policière entre l’UE et les pays partenaires de la Rive sud de la Méditerranée, intitulée « Afripol : une plus-value du nouveau système sécuritaire global », le général-major Abdelghani Hamel, directeur général de la Sûreté nationale, a révélé, à partir de La Haye (Hollande) qu’«Afripol s’attelle à la mise en œuvre d’un plan d’action pour évaluer les menaces sécuritaires dans la région, le développement d’une plate-forme de contacts et le renforcement de la coopération entre les organes africains et européens chargés de l’application de la loi pour davantage d’efficacité afin de faire face à ces menaces », d’autant, que pour les experts, l’Afripol est l’outil qui permettra la mise en place de la stratégie continentale pour la lutte contre le crime organisée et le terrorisme. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre d’une initiative visant à trouver une stratégie de coopération régionale pour les années à venir à l’effet de renforcer les voies de coopération entre les juridictions en charge de l’application des lois des pays de la Méditerranée à la faveur d’une approche globale à même de faire face aux défis qu’imposent les menaces actuelles sur les pays de la région.Dans son intervention, le général-major Abdelghani Hamel a mis l’accent sur « l’importance d’Afripol » et sur « sur l’impératif d’unifier les efforts et les vues avec l’organisation Europol afin de faire face aux menaces sécuritaires et de lutter contre le crime transfrontalier », tout en insistant sur « l’impératif d’assurer à cette organisation un rôle central au sein de la feuille de route de l’Union africaine (UA) pour la prévention et la lutte contre les différents crimes transfrontaliers, en coordination avec les organes de police similaires et les organisations internationales et régionales ».
Étayant son argumentaire, le directeur général de la Sûreté nationale a affirmé que « le plan d’action d’Afripol a donné la priorité aux différents points inscrits dans le projet Euromed-police IV à travers la lutte contre les différentes formes de criminalité, la coopération et la coordination, et la mobilisation des capacités des différents corps sécuritaires des pays africains ». En effet, le caractère unifié de l’Afripol garantit une coopération plus efficace et à moindre coût. Pour la mise en œuvre de ses missions, cet organisme a déjà tracé les grandes lignes de son plan d’action pour le court et le moyen terme. La priorité dans cette feuille de route est de situer les menaces, les lacunes, de planifier d’une façon coordonnée et d’aboutir enfin à une stratégie globale de lutte et de prévention susceptibles de relever les défis sécuritaires de l’heure. Il s’agira de prendre en charge les préoccupations du continent, de faire entendre la voix de l’Afrique et de s’imposer sur la carte de sécurité mondiale. Parmi ces grandes lignes que la partie algérienne a participé activement à tracer, la mise en place d’une base de données reliées et dotée de toutes les technologies nécessaires. D’ailleurs, l’Algérie insiste sur l’importance de la recherche scientifique et technologique dans la communication et dans la lutte contre les crimes.
Du fait que les enjeux sécuritaires sont devenus prioritaires, aussi bien pour l’Afrique que pour les autres continents, le général-major Abdelghani Hamel a estimé qu’« Afripol est une plus-value pour la coopération policière internationale en vue de faire face aux nouveaux défis sécuritaires qui menacent la paix et la sécurité dans le continent africain et partout dans le monde ». En effet, l’apport d’Afripol, à coup sûr, constituera une « valeur ajoutée certaine » à la nouvelle architecture mondiale de sécurité. Et c’est dans ce contexte que le président d’Afripol a appelé l’assistance « à promouvoir la coopération internationale à une coopération opérationnelle de manière à permettre aux personnes chargées de l’application de la loi au niveau régional et international de s’adapter aux mutations que connaît la néo-criminalité et d’acquérir les expériences et les compétences techniques modernes, outre les potentialités nécessaires pour faire face de manière efficace aux différentes formes de criminalité ». Nul n’ignore que les défis majeurs engendrés par les nouvelles formes de terrorisme, de radicalisation, de combattants terroristes étrangers, de cybercriminalité, de trafic illicite de drogues et d’armes à feu, en sus des crises migratoires et humanitaires, et autres fléaux criminels, constituent des facteurs de menace à la paix et à la sécurité au niveau national, régional et international. Une situation qui requiert une réponse concertée et intégrée grâce à une coopération concrète, dont l’apport d’Afripol constituera une valeur ajoutée certaine à la nouvelle architecture mondiale de sécurité. Pour ce faire, le président d’Afripol a réitéré « l’importance du soutien technique et de l’échange d’expériences et d’expertises susceptibles de permettre aux organes africains chargés de l’application de la loi de maîtriser efficacement les techniques sécuritaires modernes à même de faire face aux différentes menaces sécuritaires communes et de renforcer la coopération policière entre les mécanismes concernant le projet Euromed-police et Afripol.» A ce sujet, le général-major a affirmé que la réunion de La Haye « pouvait enrichir les différents programmes qui ont été élaborés dans ce cadre, à compter du processus de Barcelone en 1995 au programme Euromed-police, ce qui a permis de soutenir les domaines de coopération policière entre les pays de l’UE et les pays de la rive sud du bassin méditerranéen ».

Des échanges fructueux
Mettant à profit les travaux de la deuxième réunion Euromed-Police IV, le président de l’Afripol le général-major Abdelghani Hamel a eu une série d’entretiens avec ses homologues des instances policières régionales et internationales comme le président de l’Europol Rob Wainwright. Abordant la coopération et la coordination entre leurs instances respectives et la nécessité d’unir leurs positions et efforts pour la lutte contre tous types de criminalité en Afrique et en Europe, le général-major Abdelghani Hamel a insisté sur l’importance d’un échange d’informations et d’expériences et le soutien à la formation au niveau de la police africaine. Le général-major Hamel a indiqué que cette union «doit être faite à travers l’échange d’informations et d’expériences et le renforcement de la formation et la qualification au profit de ceux qui sont chargés de l’application de la loi notamment les organes de polices africaines».
En sa qualité de président d’Afripol, le général-major Abdelghani Hamel a saisi l’occasion pour passer en revue «les principaux axes du programme d’action du mécanisme depuis sa création et la tenue de son Assemblée générale en Algérie en mai dernier, consacrée essentiellement au soutien des organes de police des pays africains en termes de renforcement des domaines de la formation, de la communication et de soutien logistique nécessaire pour accomplir leur tâche ». En outre, la rencontre entre les deux responsables a été une opportunité pour examiner «les voies de la coopération et de la coordination entre les institutions policières régionales à savoir l’Europol et l’Afripol, à l’effet d’unifier les vues et les efforts en vue de lutter contre toutes formes de crimes qui menacent la sécurité des personnes et des communautés en Europe et en Afrique» à même de faire face aux menaces sécuritaires et de lutter contre le crime universel. De son côté, le président de l’organisation d’Europol s’est félicité de la nouvelle organisation de la police régionale, en l’occurrence le mécanisme d’Afripol, qui est «un soutien qualitatif pour l’alliance internationale et régionale contre la criminalités sous toutes ses formes», saluant également «le rôle efficace et particulier de l’Algérie dans la concrétisation de ce mécanisme de police africaine, eu égard à son expérience pionnière en matière de lutte contre le crime transfrontalier dont le crime organisé, le terrorisme, la cybercriminalité et le trafic de drogue et de psychotropes». Par ailleurs, le général-majors’est également entretenu avec le responsable de l’instance Asiapol, Tan Sri Khalid Aboubakar, le président d’Interpol, Meng Hongwei, le secrétaire général d’Interpol, Jurgen Stock.

L’Euromed-Police IV
C’est en septembre 2016 qu’a eu lieu le lancement du projet Euromed-Police IV au siège d’Europol à la Haye, aux Pays-Bas. Euromed-Police IV se veut un projet à même d’améliorer la sécurité des citoyens dans l’Union européenne et ses pays partenaires du Sud, à savoir l’Algérie, l’Égypte, Israël, la Jordanie, le Liban, la Libye, le Maroc, la Palestine et la Tunisie (la Syrie étant temporairement suspendue). Doté d’une enveloppe de 5 millions d’euros et s’étalant sur quatre ans, ce projet a pour objectif le renforcement de la coopération stratégique et opérationnelle tout en mettant l’accent sur les besoins des pays pour lutter contre les principales menaces associées au terrorisme et à la criminalité organisée. Le projet sera exécuté par un consortium dirigé par Civipol en étroite coopération avec Europol, le Cepol (Collège européen de police) et Interpol grâce à l’utilisation d’outils durables comme la plate-forme européenne d’experts, e-Net, le Programme d’échange européen de policiers et le système mondial de communication policière I-24/7 d’Interpol. L’utilisation de ces outils doit être étendue à l’ensemble de la zone euro-méditerranéenne pour permettre le partage d’informations, la coopération et le renforcement des capacités.
 S. F.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Salim FAROUK

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Après l’automobile
Par Yahia MAOUCHI.

La transformation numérique
Par Dr Ali Kahlane,.

Sécurité alimentaire
Par Yahia MAOUCHI.

Saison estivale 2017
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF