Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 110 - Dec 2017

Go

DGSN

Tout sur le qualitatif

Sortie de la première promotion de lieutenants de police sur la base du diplôme

Par Yahia MAOUCHI



Ainsi, la cérémonie de sortie de cette première promotion présidée, rappelons-le, par le général-major Abdelghani Hamel, directeur général de la Sûreté nationale, en présence de membres du gouvernement, de cadres de la sûreté nationale et des différents corps constitués, a été entamée par l’inspection de la promotion qui porte le nom du martyr du devoir national, le lieutenant de police Aisou Tami décédé en 1993. Comme le veut la tradition, la demande de baptême de cette promotion du nom du martyr du devoir national a été formulée par un élève et acceptée par le DGSN. En outre, au cours de la cérémonie, des grades ont été remis aux lauréats outre la passation de l’emblème national entre la promotion sortante et celle débutante.
Dans son allocution de bienvenue, le directeur de l’établissement, le commissaire divisionnaire Abdelkader Cheraitia, a notamment souligné les efforts « considérables » consentis sans cesse par la police algérienne dans l’optique de l’amélioration du niveau et de la qualité de la formation pour davantage de professionnalisme dans l’action de la police. « C’est par cette voie qu’on atteint le professionnalisme », a estimé le commissaire divisionnaire de police, Abdelkader Cheraitia qui n’a pas manqué cette occasion pour évoquer le dernier événement organisé par la DGSN, en l’occurrence les travaux de la première Assemblée générale d’Afripol, le nouveau mécanisme de coopération policière africaine, dont le général-major Abdelghani Hamel a été récemment élu président. « Nous saluons ce genre d’initiatives qui sont en faveur de la coopération sécuritaire dans le continent africain », a-t-il lâché en insistant sur la qualité de la formation. A cette occasion, le même responsable a appelé les diplômés à faire preuve de professionnalisme dans l’accomplissement de leurs missions de lutte contre la criminalité sous toutes ses formes, tout en assurant la sécurité des citoyens et de leurs biens. Mettant en valeur l’importance de la mission qu’ils auront la charge d’assumer, le même responsable a mis l’accent sur la nécessité de gagner d’abord la confiance des citoyens, car, a-t-il ajouté, « sans cette confiance partagée, on ne pourra assurer la sécurité des citoyens et des biens ».

La qualité de la formation avant tout
Abondant dans le même ordre d’idées, le directeur de l’établissement, a souligné « l’importance primordiale » dévolue par la DGSN à la formation des éléments de la police, afin de les rendre aptes à remplir les missions qui leur sont assignées, dans « le respect des principes des droits de l’homme et de sa dignité ». Il s’est par ailleurs félicité du niveau et de la qualité de la formation d’une durée de 24 mois, dont a bénéficié cette première promotion de lieutenants de police suite à une promotion spéciale sur la base du diplôme. Il a précisé à cet effet que cette promotion avait bénéficié d’une formation théorique et appliquée de qualité dans les différentes spécialités de la police afin de lui permettre d’accomplir sa mission avec abnégation et professionnalisme, en particulier dans le domaine de la protection des personnes et des biens. « La formation est scindée en deux volets, théorique et pratique, avec différentes spécialités de police qui ont été enseignées pour permettre aux stagiaires d’accomplir leur mission avec abnégation et professionnalisme, en  particulier dans le domaine de la protection des personnes et des biens », a ajouté le directeur de l’école de police qui a mis en valeur le soutien accordé à l’école par les différents partenaires dont des experts, des enseignants universitaires, des spécialistes et autres médecins. Après la prestation de serment et la remise des diplômes et des grades aux majors de promo, la cérémonie s’est poursuivie avec une exhibition des techniques de self défense, une simulation de maintien de l’ordre appelée aussi gestion démocratique des foules, ainsi qu’une démonstration des techniques de gestion de la circulation routière. Le défunt Aisou Tami est né le 29 septembre 1943 à Hadjout (Tipasa). Père de quatre enfants il a rallié les rangs de la sûreté nationale le 20 avril 1965 en qualité d’agent de sécurité avant de suivre des études à l’école de police de Sidi Bel Abbes et d’être affecté le 20 novembre de la même année au service de la sûreté publique de la wilaya d’Alger. Le 31 décembre 1968, il a rejoint les agents de l’ordre public où il a bénéficié de plusieurs promotions en reconnaissance de son abnégation dans le travail. Le 21 novembre 1993, alors qu’il se rendait à son lieu de travail, il a été surpris par des tirs nourris de deux terroristes qui lui ont tendu une embuscade devant son domicile à Bainem (Alger).
Y. M.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Après l’automobile
Par Yahia MAOUCHI.

La transformation numérique
Par Dr Ali Kahlane,.

Sécurité alimentaire
Par Yahia MAOUCHI.

Saison estivale 2017
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF