Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 107 - Août 2017

Go

Habitat

40 ans au service du logement

OPGI de Blida

Par Tahar MANSOUR



Cette année est le quarantième anniversaire de la création des Offices de promotion et de gestion immobilière (OPGI) en octobre 1976. Au début, ces offices avaient pour vocation essentielle de gérer les biens immobiliers publics et avaient comme dénomination juridique « Entreprise publique à caractère administratif ». En 1991 et dans le but de leur donner une nouvelle dynamique capable de prendre en charge les différents programmes de logements lancés par l’Etat algérien et répondre aux attentes des citoyens, les OPGI ont vu le changement de leur statut pour devenir « Etablissement public à caractère industriel et commercial » (EPIC). Ce changement de statut a permis aux OPGI de bénéficier d’une autonomie de gestion et de financement et les a propulsés au rang de promoteur immobilier dans le domaine du logement public, qu’il soit locatif ou autre. L’Etat a aussi chargé les OPGI du lancement et du suivi des différents programmes tout en continuant dans sa fonction initiale qui est la gestion du parc immobilier étatique.

Des milliers de logements sociaux programmés
Dans le cadre de ses nouvelles missions, l’Office de promotion et de gestion immobilière de Blida a mis tous les moyens humains et matériels en sa possession pour la réussite des différents programmes de logements qui lui ont été confiés, afin de répondre à la demande des citoyens et de permettre à chaque famille dans le besoin de bénéficier d’un logement décent à un prix de location assez bas. L’OPGI a aussi été un instrument très performant dans l’exécution du programme présidentiel de réalisation de logements sociaux. Durant les deux quinquennats 2005-2009 et 2010-2014, l’office a été chargé de réaliser 25215  logements (LPL et RHP) dont 8168 ont déjà été achevés et réceptionnés, 8682 sont en cours de réalisation à un taux d’avancement satisfaisant et 3720 devant être lancés au mois d’octobre 2016.
Pour les livraisons de logements, l’année 2015 a été celle où le plus grand nombre a été enregistré avec 2565 unités dont 888 à Oued Djer et 556 à Meftah, les autres logements ayant été réceptionnés dans une grande partie des communes de la wilaya. Pour l’année 2016, ce sont 1211 unités qui ont été réceptionnés pour les huit premiers mois, la palme revenant cette fois à la commune de Bouarfa avec 418 unités.

Un parc immobilier conséquent
Logements publics locatifs :
Le parc immobilier de l’OPGI de la wilaya de Blida s’élève à 39771 dont 15821 ont été cédés aux locataires. Quant aux attributions, elles ont été de 21591 unités avant 1999, 7124 entre les années 1999 et 2004, 2544 entre 2005 et 2009, 7001 pour la période allant de 2010 à 2014 alors que l’année 2015 a vu l’attribution de 280 logement publics locatifs et l’année 2016 un total de 1225.
Pour le LSP, 1336 unités ont été attribués entre 1999 et 2014, en plus de 654 de type promotionnel, dont 438 durant le quinquennat 2005/2009.

Locaux commerciaux :
L’OPGI s’occupe aussi de la gestion de 5039 locaux dont 1796 ont été cédés aux locataires et 3243 toujours en location. Entre 2012 et 2016, l’OPGI a procédé à la vente du droit au bail de 303 locaux commerciaux et à la vente des fonds et murs de 102 locaux.
Opération de cession introduite par le décret 15-211 du 11 août 2015
Cette opération, bien accueillie par les citoyens, concerne la cession des logements construits avant l’année 2004 et qui, pour faciliter le traitement des dossiers et éviter le dédale bureaucratique aux citoyens, a instruit les OPGI afin de recevoir et de liquider tous les dossiers déposés. Dans ce cadre, et afin d’assainir la situation, l’OPGI de Blida a procédé au transfert de 872 dossiers de logements et 145 de locaux qui avaient été déposés au niveau des daïras, pour les ajouter à ceux qu’elle a réceptionnés directement et qui s’élèvent à 663 pour les logements et 110 pour les locaux commerciaux. Au 31 août de l’année en cours, 635 dossiers de demande de cession de logements et 79 de cession de locaux ont été traités par la commission OPGI, présidée par la directrice générale. Les travaux de cette commission ont donné lieu à la cession aux locataires de 518 logements et 67 locaux commerciaux.

L’entretien du patrimoine immobilier
L’entretien, la rénovation, l’embellissement du patrimoine immobilier de l’OPGI demeurent la pierre angulaire de sa pérennité et le moyen le plus sûr de présenter au locataire les services qu’il est en droit d’attendre de l’Office. Dans ce cadre, la directrice de l’OPGI de Blida estime qu’il est du devoir de son institution de veiller à l’entretien régulier du patrimoine immobilier géré et de tout mettre en œuvre pour cela. L’un des problèmes les plus récurrents demeure l’étanchéité des bâtiments et l’Office a engagé des moyens conséquents pour y remédier en commençant par recruter et former des agents spécialisés dans l’étanchéité des terrasses. Cette manière de faire lui a permis de réaliser un travail très satisfaisant, en évitant aussi bien les dépenses inutiles que la perte de temps induite par les passations de marchés et autres tracasseries administratives. Ainsi, sur les 286 terrasses programmées pour recevoir des travaux d’étanchéité, 117 ont été réalisés cette année et le reste est en cours. Ne pouvant donc pas réaliser tous ces travaux par lui-même, l’OPGI a mis à contribution les services de la DUC qui ont pris en charge la rénovation de l’étanchéité pour 28 cités réparties à travers le territoire de la wilaya de Blida et ce, dans le cadre de la taxe d’habitation. La lutte contre les MTH constitue un autre cheval de bataille de la direction de l’OPGI qui a eu à cœur la réfection et la vidange de tous les vide-sanitaires inondés qui constituaient un danger permanent pour les locataires. Outre le matériel déjà existant, l’office vient d’acquérir un camion cureur performant qui permettra de continuer la lutte sans merci contre les maladies à transmission hydrique.

Le recouvrement
De tout temps, le recouvrement des loyers a été l’une des difficultés majeures rencontrées par les OPGI à travers tout le territoire national. Pour Blida, Mme Aoudia, la directrice de l’Office, s’est attelée à mettre en place diverses actions qui lui ont permis de parvenir à un taux de recouvrement de 78% durant les 8 premiers mois de l’année en cours alors que la moyenne nationale ne dépasse guère les 32 %, ce qui démontre on ne peut mieux la justesse des actions menées. Ces dernières ont consisté dans un premier temps à sensibiliser les fonctionnaires chargés du recouvrement et les chefs d’unités de la nécessité de procéder au recouvrement régulier des loyers, puis de les intéresser par des promotions et des primes de rendement collectif qui leur sont versées annuellement sur la base des résultats enregistrés. Dans un deuxième temps, les locataires ont été sensibilisés et des avis leur ont été remis pour les inciter à payer leurs loyers. Des mesures allant jusqu’à la résiliation du contrat de location ont été prises contre ceux qui ont cumulé de fortes sommes non payées. Cette manière de faire a créé une dynamique nouvelle et une concurrence entre les fonctionnaires exerçant au niveau des unités et au niveau de la direction générale pour obtenir les meilleurs résultats. Les responsables centraux comptent donc approcher les 100 % de recouvrement d’ici la fin de l’année 2016.

Des moyens humains et matériels conséquents
Pour arriver à ces résultats tangibles et mener à bien ses différentes missions, l’OPGI de Blida s’est doté de tous les moyens humains et matériels, à travers l’ensemble du territoire de la wilaya. Outre le siège de la Direction générale situé au chef-lieu, l’office dispose de cinq départements centraux et de sept unités décentralisées pour la gestion du parc immobilier, ainsi que 25 agences (une dans chaque commune) afin d’arriver à une gestion de proximité proche du citoyen-locataire.
664 fonctionnaires : l’OPGI de Blida dispose d’une ressource humaine qui a atteint, au mois de septembre 2016, 664 employés en plus de 20 stagiaires, dont 5 cadres dirigeants, 96 cadres (dont la plupart sont des ingénieurs et des architectes), 95 agents de maitrise et468 agents d’exécution. Afin de stabiliser son personnel et de l’inciter à plus de performance, la directrice générale, Mme Fariza Aoudia, s’est attelée à instaurer un climat de confiance et de respect, chose qui a permis d’arriver à une paix sociale nécessaire à la bonne marche de l’Office. Parmi les mesures prises par la directrice, la confirmation de nombreux employés à leurs postes et leur encouragement grâce à la prime de rendement collectif ont été très bien accueillies par le collectif des travailleurs.
Toujours dans le cadre d’une politique d’amélioration des capacités et des connaissances de ses employés, l’OPGI n’a lésiné sur aucun moyen pour leur assurer une formation qui a touché et qui touchera la totalité d’entre eux. L’objectif de cette formation étant d’améliorer leur rendement, chacun dans son domaine, de leur faire acquérir les connaissances nécessaires pour une augmentation de la qualité et de la consistance de leurs tâches.

Qualité et nombre de logements en hausse
« Durant les deux dernières années, l’Office à connu un saut qualitatif et quantitatif dans la réalisation de logements, arrivant à plus de 2400 unités en 2015 et 2016 », rappelle Mme Fariza Aoudia. La livraison de logements a aussi connu un taux considérable grâce à l’assainissement de la situation interne de l’OPGI et de ses différents partenaires après avoir assaini tous les contentieux existants et le lancement de divers projets qui étaient en souffrance, faute de foncier et de problèmes techniques. L’attribution de logements a aussi connu une hausse considérable puisque, pour la seule année 2016, plus de 4000 logements ont été attribués dans les différents types (plus de la moitié sont déjà habités et le reste le sera avant la fin de l’année en cours). En outre, la réalisation de 4440 logements regroupés sera lancée au mois d’octobre 1016 à Meftah, ce qui répondra à la demande grandissante des citoyens. Une première à Blida puisqu’auparavant les projets ne dépassaient guère les 1500 logements sur un même site.

Paix sociale au sein de l’Office
C’est aussi en instaurant une paix sociale au sein de l’Office par le biais de rencontres, de sensibilisations, d’écoutes et de règlements de tous les problèmes des travailleurs que les résultats rapportés ci-haut ont pu être atteints. La directrice de l’OPGI de Blida précise aussi que ces dernières années, l’institution qu’elle dirige s’est investie non seulement dans le nombre mais dans la qualité des logements attribués, chose qui a été remarquée dans les dernières livraisons à travers le territoire de la wilaya de Blida (bâches à eau de 2000 m3 et des tours munies d’ascenseurs).
Des surveillants de cités ont aussi été installés dans les différentes cités pour veiller à la propreté et à l’entretien des espaces communs surtout.

Informatisation du fichier patrimoine et loyer
L’Office de promotion et de gestion immobilière a été choisi comme office pilote dans le lancement d’une opération d’informatisation du fichier patrimoine qui fera ressortir la situation réelle de chaque unité de logement ou de local commercial, afin de faciliter sa gestion et son entretien. Un fichier loyer sera aussi mis en place afin de gérer de manière efficace et rapide tous paiements de loyer effectués par les locataires, les retards dans les paiements et les mesures prises.

Dr Fariza Aoudia, directrice générale de l’OPGI de Blida
Sens de commandement aiguisé, communication aisée dans tous les sens, amour du travail, volonté affichée de mener à bien toutes les missions dont elle est chargée, Mme Fariza Aoudia a su ramener la paix sociale et la confiance chez tous les employés de l’Office qu’elle dirige depuis près de deux ans. Née en 1966 à Tizi Ouzou, Mme Aoudia est mariée et mère d’un garçon de 14 ans qui poursuit ses études au collège. Elle a su allier travail et foyer et affirme qu’elle s’en sort très bien même si sa fonction lui prend une grande partie de son temps. Elle confectionne les plats les plus succulents pour sa petite famille tout en n’arrêtant pas de chercher, dans sa tête, les solutions aux divers problèmes quotidiens de l’OPGI. Ayant fait ses études primaires à Boumerdès, ses études moyennes à Draria (Alger), elle rejoint ensuite le lycée El Mokrani de Ben Aknoun pour ses études secondaires. Après avoir obtenu son bac, elle opte pour des études de droit pour obtenir sa licence en sciences juridiques en 1990. Elle poursuit ses études pour l’obtention du magister en droit et relations internationales avec, en parallèle, la préparation du certificat d’études d’avocat (CAPA). Puis ce sera le doctorat en droit et relations internationales qu’elle prépare et qu’elle obtient sans grande difficulté. Elle est sollicité ensuite pour donner des cours en droit de la guerre dans diverses écoles de l’ANP ainsi que des séminaires au niveau de l’école de guerre de Tamentfoust. Après deux ans de séjour en Grande-Bretagne, elle rentre en Algérie en 1993 pour rejoindre l’OPGI de Tipasa, une année plus tard, en qualité de juriste où elle passe près d’une vingtaine d’année, grimpant les échelons grâce à son sérieux dans le travail et à ses aptitudes professionnelles jusqu’à ce qu’elle soit désignée en qualité de directrice de l’OPGI de Blida où elle démontre encore une fois ses capacités managériales de manière éclatante.
    T. M.



Du même auteur

Par Tahar MANSOUR

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF