Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 104 - Avril 2017

Go

Habitat

La bataille du grand Alger continue

OPGI d’Hussein-Dey

Par Leila BOUKLI



Dans le cadre du projet concernant l’éradication de l’habitat précaire et de la mise en œuvre de grands projets structurants décidés par le président de la République Abdelaziz Bouteflika et suivant la stratégie arrêtée par la wilaya d’Alger, l’OPGI d’ Hussein Dey a procédé depuis juin 2014 à 20 opérations, de relogement de familles. La quatrième phase, toute récente, s’est déroulée le 3 février 2016. Les opérations ont porté en priorité sur les sites concernés par la réalisation de la Grande Mosquée d’Alger, du tracé de la ligne de tramway ainsi que pour la construction du siège des Affaires étrangères. En parfait commis de l’Etat, Said Sayoud, récemment encore à la tête de l’OPGI de Dar El Beida, vient de remplacer son collègue de Hussein Dey, parti à la retraite. Il s’attellera à poursuivre le travail de son prédécesseur, nous dit-il : éradiquer les quelques poches restantes de bidonvilles d’Alger et achever complètement le programme du Président de la République, prévu pour fin 2017.
A noter que pour l’OPGI d’Hussein Dey sur les 16.200 familles relogées, 14.000 y habitent. La différence est dans le cadre de la vingt et unième opération qui sera entamé dans un futur très proche à Oued El Hamiz, entre autres

Etat des programmes
Le programme d’éradication des bidonvilles prévoit 35.000 logements dont 15.000 sont confiés à l’OPGI d’Hussein Dey et dispatchés sur neuf sites, à savoir : 3216 logements à Chaibia; 1032 logements à Ouled Mendil ; 656 sur 1194 logements à Si Lakhdar ; 2160 logements à Sidi M’Hamed ; 1432 logements à Beni Abdi ; 1299 logements à Baba Ali; 1040 logements à Douéra ; Ouled Slimane 834 ; Kourifa 1405 et 871 logements à El Kahla , soit 13 942 unités déjà attribuées sur un total de 15.000 logements, sachant que les 1.058 restants sont en cours d’achèvement et seront attribuées incessamment.
L’opération continuera jusqu’à la livraison totale des 15.000 logements à la charge de l’OPGI d’Hussein Dey soit 1.058 logements qui seront attribués prochainement.  Les sites de provenance de ces familles relogées ou en voie de l’être, se situent à Ain Benian, Baraki, Bab El Oued, Birtouta, Bir Mourad Rais, Bouzaréah, Chéraga, Dar El Beida, Draria, El Harrach, Hussein Dey, Rouiba, Sidi M’Hamed, Zéralda.   
Les opérations de relogement ne sont pas chose aisée. Elles nécessitent, soit dit en passant, la présence sur place, pendant au moins une semaine, des responsables et de leur équipe, des services de sécurité, de la protection civile pour faire face à toutes éventualités. Les familles bénéficiaires, qui prennent possession de leurs nouvelles habitations, manifestent leur joie, en découvrant toutes les commodités requises : eau courante, électricité, gaz, chauffage central y compris dans les équipements scolaires, déjà fonctionnels…

Equipements d’accompagnement
Les équipements d’accompagnements ne sont pas en reste : équipements scolaires, locaux commerciaux souvent aménagés (supérette, pharmacie, annexes d’APC, bureaux de poste, petit marché couvert…) ; espaces verts, aires de jeux, mosquées … En somme, tout ce qui suit la vie collective des cités et qui mène au si recherché « vivre ensemble » que notre société à hélas oubliée.
Nous prendrons comme exemple, les équipements scolaires. Ils sont au nombre de 32 pour une enveloppe globale de : 4.014.430.760,00 DA
A ce jour, ce sont 30 équipements (19 groupes scolaires, 8 CEM, et 5 lycées) qui ont été livrés et mis en service sur les 32 prévus, les deux manquants sont en cours de réalisation. Ces projets ont connu un retard pour différentes causes, entre autres parce que les ensembles immobiliers auxquels ils étaient rattachés (El Kahla et Kourifa) n’ont été délocalisés qu’en 2012 ; les contraintes rencontrées sur les sites, passage de l’autoroute Est-ouest ; l’entreprise chinoise CSCEC avait refusé au départ, soit en novembre 2014, d’accepter le taux de transfert de 25%, qu’elle a fini par accepter en avril 2015. Aussi, ces équipements connaissent une insuffisance financière par rapport à l’autorisation de programme actuelle.
A noter que dans l’exécution des programmes, peuvent apparaître des travaux supplémentaires et/ou complémentaires qui nécessitent des rallonges financières. Pour ces programmes de 15.000 logements, l’autorisation de programme (AP) finale est de : 52.663.148.725.02 DA, ce qui nous donne un prix par logement d’environ 3.380.000 DA.
 Il demeure entendu que l’OPGI réalise d’autres formules de logements telles que le logement public locatif (LPL) ; le logement social participatif (LSP) ainsi que le logement promotionnel (LP). Ce sont les trois formules outre la réhabilitation de l’habitat précaire, qui concourent à juguler le phénomène de la crise de logement que connaît notre pays. Les derniers chiffres concernant les formules LSP et promotionnel livrés entre 2010 et janvier 2016, font état de 10 projets totalisant : 4.800 logements; 09 projets pour le LP totalisant 649 logements. Quant aux logements publics locatifs (LPL) attribués entre 2009 et janvier 2016 ce sont 8.988 qui ont été attribués et 10.751 logements, pour la résorption de l’habitat précaire (RHP) uniquement pour l’OPGI d’Hussein Dey.
En plus de la réalisation des programmes, l’OPGI de Hussein Dey est chargé de gérer ce patrimoine immobilier qu’il réalise en tant que gestionnaire pour compte de l’Etat, soit qu’il participe au même titre que les autres copropriétaires à sa préservation dans le cadre du dispositif réglementaire régissant la copropriété, notamment le décret 82-666 et textes subséquents. M. Sayoud nous fera remarquer qu’en matière de recouvrement le taux dépasse les 70% à Hussein Dey. En matière d’entretien, une partie de ces recouvrements (loyers et charges) est réservée à l’entretien des sites (caves, descentes d’eaux fluviales et usées, travaux d’étanchéité, façades, parties communes y compris escaliers et espaces verts). « Notre devoir est d’intervenir rapidement en cas de besoin du citoyen. Une unité de maintenance est sur place, plus un chef de département de la gestion immobilière, ainsi que des unités de maintenance installées au niveau du site afin d’assurer la rapidité d’intervention. »
Toutefois, le citoyen doit prendre conscience qu’il se doit de conserver et de sauvegarder son lieu de vie. En ce qui nous concerne chaque année, nous dit M. Sayoud, l’office dégage des montants importants pour la maintenance des sites. Pour l’exercice 2016, plus d’une dizaine de sites sont programmés. Sur certains les travaux ont démarré. Il s’agira de reprendre l’étanchéité, le ravalement des façades, la reprise des cages d’escaliers ainsi que l’installation de la parabole collective et le démantèlement de la parabole individuelle pour nuisance visuelle, conformément aux instructions du wali. Dans les nouveaux projets, la minuterie est alimentée à l’énergie solaire, il y a la mise en place de la parabole collective et en perspective la réutilisation des eaux usées pour l’arrosage des espaces verts. De plus, les matériaux utilisés sont locaux et de premier choix. L’objectif final, faut-il le rappeler, est de terminer l’ensemble des programmes en livrant des cités intégrées agréables avec toutes les commodités et infrastructures : éducatives, sanitaire, sécuritaire et autres. En somme, une qualité du produit qui réponde aux normes internationales. Des structures antisismiques. Actuellement, les portes d’accès aux immeubles sont réalisées en bois massif, marches et contremarches en granit, des matériaux nobles avec une nouveauté dans la réalisation des logements l’utilisation de l’énergie solaire, sans oublier en matière d’hygiène environnementale, l’expérience lancée par la wilaya d’Alger qui consiste dans le tri des ordures ménagères au niveau de l’ensemble des sites. Les résultats obtenus sont encourageants. Comme est aussi encourageante la baisse de l’agressivité des occupants de ces sites. Comme on le voit, les 54.000 familles recensées vivant dans les bidonvilles et/ou dans des logements menaçant ruines pourront fin 2016 dire un adieu définitif à l’enfer des mauvaises conditions de vie qu’elles ont connu et à l’état d’insalubrité inacceptable pour une vie digne de citoyens responsables qui voit la crise du logement jugulé. Ne restera à l’horizon 2018 qu’à prendre en charge, les demandes du à l’accroissement démographique que connaîtra le pays. Ne jamais oublier que le programme de logements a été financé à concurrence de 65 milliards de dollars.

RECAPITULATIF
13 942 Logements (RHP) : livrés
3 133 logements publics locatifs: livrés
1 720 logements publics locatifs pour la quatrième phase de la 21e opération de relogement
4 équipements scolaires livrés pour la rentrée scolaire 2016-2017 et en service (3 groupes scolaires et 01 CEM)
L. B.

BIO EXPRESS
Said Sayoud est né en 1966 à Skikda. Cet universitaire de formation comptabilise à ce jour, 24 ans dans les OPGI. Il a occupé successivement les postes de chef d’unité puis chef de département technique à Béchar. Il occupera le même poste à Tipasa ou il assumera également la fonction d’assistant du directeur général de cette localité. Il devient à son tour directeur général de l’OPGI de Chlef, directeur général de l’OPGI de Tébessa puis de Blida, Dar El Beida et tout récemment de l’Office de promotion et de gestion immobilière d’Hussein Dey où il remplace Mohammed Rehaïmia, parti pour une retraite bien méritée. Il s’attelle d’ores et déjà à éradiquer les quelques poches restantes de bidonvilles d’Alger et à achever complètement le programme du président de la République, prévu pour fin 2017.



Du même auteur

Par Leila BOUKLI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
Par AMMAR KHELIFA.

Protection civile
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF