Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 104 - Avril 2017

Go

Habitat

Les bidonvilles éradiqués

OPGI de Annaba

Par Ahmed BOUDRAA



Rarement ville dans tout le pays et même à travers le monde n’aura contenu en son sein autant de bidonvilles que Annaba. Pourtant, cette cité balnéaire, l’une des plus importantes que compte l’Algérie (classée quatrième dans l’ordre d’importance) de par les atouts économiques et touristiques qu’elle recèle, jouissait jadis du sobriquet flatteur de « coquette» avant qu’une métastase de zinc et de ferrailles avec son cortège d’insalubrité et de manque d’hygiène ne ceinture la ville. Un phénomène commun à toutes les grandes villes d’Algérie, diriez-vous ? Certes oui, mais à Annaba, il est d’autant plus lancinant qu’il a outrageusement altéré tout le tissu urbain de la ville et défiguré son beau littoral. En effet, pas moins de 12 bidonvilles quadrillent la ville de bout en bout qu’une volonté de fer des autorités locales a fait disparaître à tout jamais du paysage bônois : la Caroube (79 familles),Bouakadia (218),Sidi Salem (1340),la ferme Sidi Sassi (75), Oued Ferchi (89), Sidi Horb(113), Caroubier (17), la place d’Armes(13), Tobacop (40,) mais c’est incontestablement celui de Lemhafer avec ses 602 occupants qui a donné du fil à retordre aux autorités à la tête desquelles se trouvaient le wali Youcef  Cherfa, le directeur de l’OPGI, Abdelkrim Benchadi, le directeur du Logement, M. Boukhalfa et le DUC, M. Koutchoukali, en raison de son ancienneté, de son enracinement dans le paysage de la ville et par voie de conséquence des fléaux  sociaux inhérents qu’il a produits au fil des décennies de son existence. Son démantèlement, qui a duré un mois et trois jours, a constitué une véritable gageure et en même temps un signe éloquent en direction de la population locale signifiant que les choses allaient changer à Annaba. Et, apparemment le message a été reçu au vu des avis récoltés auprès d’un nombre de citoyens qui pensent, effectivement, que les lignes sont en train de bouger après une longue période de dormance. Toutes ces raisons pour dire que le programme du président de la République, Abdelaziz Bouteflika, en matière de logement, énoncé depuis son premier quinquennat et dont devaient bénéficier toutes les wilayas d’Algérie jusqu’au jour d’aujourd’hui, est venu à point nommé remettre les pendules à l’heure et réhabiliter la ville de Annaba avec les canons esthétiquement  touristiques que connaissent les cités catégorisées comme telles ou celles qui le sont potentiellement. Pour ce faire, il fallait agir concomitamment sur deux fronts : éradiquer les bidonvilles, évidemment, et construire de nouveaux pôles urbains en guise de réceptacles pour reloger leurs occupants. C’est ainsi que deux méga-cités ont été conçues durant les années 2000 à cet effet : celle de Kalitoussa dans la commune de Berrahal et celle de Draâ Errich dans la commune de Oued Aneb. La première est réparti sur trois segments d’offres : le logement public locatif (LPL), le logement promotionnel aidé (LPA) et le logement location-vente (LLV). C’est un programme de 6 820 logements dont 6 068 sont achevés et 752 autres en cours de réalisation dans le seul nouveau pôle urbain de Kalitoussa. De manière plus détaillée, c’est le logement public locatif qui tire le gros lot avec 5 620 unités dont 5 480 achevés et 140 en cours avec une prévision de livraison de 140 unités en 2016. Vient ensuite la gamme des logements location-vente (LLV) avec 900 unités dont 508 déjà achevés et 392 en cours avec une prévision de les livrer en 2016. Le troisième segment d’offres, en l’occurrence, le logement promotionnel aidé (LPA) détient, quant à lui, 300 unités dont 80 sont achevés et 220 en voie de l’être. Les prévisions de livraison tous segments confondus à fin 2016 sont de l’ordre de 642 logements, tandis que les prévisions d’attribution pour la même période est de 5 847 logements (392 LV, 5 265 LPL, 190 LPA).
Quant au second pôle urbain de Draa Errich, le programme global contient 12 454 logements dont 1 542 sont achevés et 10 912 en cours de réalisation. Là aussi, c’est le logement public locatif (LPL) qui accapare la part du lion avec 6 817 unités dont 5 275 sont en cours de réalisation et 1 242 déjà achevés. 1 724 logements devront être livrés courant 2016.Les logements promotionnels publics (LPP) sont au nombre de 300 qui sont en cours de réalisation, 138 seront livrés au cours de cette année. Le nombre de logements location-vente (LLV)est lui aussi important puisqu’il s’élève à 5 337 unités qui sont en cours de réalisation dont 800 seront livrés courant 2016. Au total, 2 662 logements tous segments d’offres seront livrés au cours de 2016 et 7 608 au cours de ce dernier trimestre de l’année en cours : logements achevés 4 204 (3 266 LPL, 138 LPP, 800 LLV), les logements pré-affectés sont de l’ordre de 3 404 (2 734 LPL, 670 LLV). Ainsi, la situation physique de l’habitat de la wilaya d’Annaba de 1999 à 2016, toutes gammes confondues (logements sociaux locatifs, sociaux participatifs, location vente, promotionnels aidés, promotionnels publics, logements ruraux) qu’elles soient inscrites, livrées, en cours ou non encore lancées révèle un total impressionnant de 184 435 logements. L’état du parc immobilier du seul logement social locatif depuis 1999 jusqu’à aujourd’hui est de l’ordre de 46 278 (voir tableau d’évolution).  Quant à la résorption de l’habitat précaire(RHP), elle s’est faite en deux phases : de 2010 à 2014, 13 356 logements ont été attribués et de 2014 à 2016 16 342 unités ont été distribuées au bénéfice des citoyens les plus démunis. Selon le directeur de l’OPGI, Abdelkrim Benchadi, chaque habitation précaire libérée sur le site à évacuer sera systématiquement démolie, ce qui permettra de récupérer une assiette d’environ 4 hectares qui accueillera des projets de réalisation de logements publics locatifs. Tous ces programmes font que depuis 1999 la wilaya d’Annaba s’est transformée en un chantier grandeur nature dont l’actuelle équipe en charge du logement, tous segments d’offres confondus, travaillant sous la férule du wali, Youcef Chorfa, est déterminée à en achever le processus et rendre à la « coquette » son lustre d’antan, du moins, en ce qui concerne ce volet, ô combien épineux.

A. B.



Du même auteur

Par Ahmed BOUDRAA

Les plus lus

L’Algérie avant tout
Par AMMAR KHELIFA.

Protection civile
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF