Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 110 - Dec 2017

Go

Habitat

Le premier promoteur public en Méditerranée

Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement

Par Smail ROUHA



Les programmes de location-vente relancés en 2013 entrent dans leur phase terminale, notamment pour l’AADL1. L’Agence d’amélioration et de développement du logement (AADL) a procédé le 25 septembre dernier à la remise d’un nouveau quota de logements location-vente à des souscripteurs des programmes 2001 et 2002 ainsi que ceux de 2013. Cette opération, qui s’inscrit dans le cadre du programme de distribution de logements AADL lancé en début d’année, concernera, entre le 25 septembre et le 10 octobre, la distribution de 4.390 unités dans cinq wilayas. Dans ce contexte, la wilaya d’Alger a vu, le 25 septembre, la remise de 720 logements à Djenane Sfari, 450 logements à Ouled Fayet le 27 septembre, et 500 autres logements à Kerouch (Reghaïa), le 10 octobre. Dans la wilaya d’Annaba, ce sont 320 acquéreurs qui se sont vus remettre les clés de leurs logements le 25 septembre, au site de Kalitoussa. À Sidi Bel Abbes l’AADL a livré 350 logements le 7 septembre pour les souscripteurs du programme de 2001/2002. S’agissant des souscripteurs de 2013, qui ont fait leur enregistrement électronique, l’AADL compte distribuer 1 350 logements dans la wilaya de Khenchela et 700 à Ain Témouchent. Auparavant, ce sont pas moins de 6000 logements qui ont été distribués au niveau national. Néanmoins l’opération de livraison se poursuivra au fur et à mesure que les logements seront achevés. D’ailleurs la plus grande opération de distribution aura lieu en décembre avec un quota de plus de 32000 logements dont 10.000 unités au niveau de la ville nouvelle de Sidi Abdellah avec tous les équipements d’accompagnement, et ceci jusqu’à la distribution totale du programme AADL1. Avec ces distributions, c’est le gros du programme de l’AADL 1 qui sera finalisé. Il restera l’autre gros morceau du gigantesque chantier ouvert par Abdelmaldjid Tebboune, ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, en 2013, à savoir le programme AADL 2. En effet, un nombre considérable de souscripteurs au programme AADL-2 dans les wilayas qui n’ont jamais bénéficié de programmes AADL se verront remettre leurs clés avant la fin de l’année, souligne Mohamed-Tarek Belaribi, directeur général de l’AADL.
 
200.000 logements en cours de réalisation
L’année 2016 se distingue par une nouvelle impulsion donnée au programme de logements en location-vente, une formule à succès prise en charge par l’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement (AADL). Par son envergure et son positionnement unique, l’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement joue un rôle clé dans l’avenir du logement en Algérie, comme en atteste son plan de charge de 230.000 logements répartis à travers le territoire national. Sur ce global, 200.000 logements sont en cours de réalisation. Tandis que 11.458 unités sont en cours d’études. « Sur ce chiffre, une grande partie a été livrée avec pour certains sites les équipements d’accompagnements conformément aux instructions du ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville qui a insisté pour ne plus livrer de cités-dortoir. C’est dans cette démarche que nous œuvrons », précise Mohamed-Tarek Belaribi, ajoutant : « A titre d’exemple, je citerai le site d’Ouled Fayet où on a livré une partie alors que les écoles primaires sont en cours de réalisation. » Concernant les commodités, le premier responsable de l’AADL a affirmé que l’Etat veut livrer des cités intégrées avec toutes les infrastructures d’accompagnement nécessaires et non plus des cités-dortoirs. Des établissements scolaires, des sièges de sûreté, des centres de santé, des antennes d’APC, ainsi que des bureaux de poste et des agences d’Algérie Télécom entre autres seront réalisés au niveau des cités et seront réceptionnés dès la livraison des logements.

La totalité des programmes AADL 1 livrés
Selon Mohamed-Tarek Belaribi, la totalité du programme AADL 2001/2002 sera livrée entre fin 2016 et le premier trimestre 2017. Le programme prévoit en général la distribution de plus de 30.000 logements d’ici à la fin de l’année, à travers plusieurs wilayas, à savoir Khenchela, El Bayadh, Tipasa, Batna, Mostaganem, Ain Temouchent, Bechar et Oran, outre la capitale où il est prévu la distribution de plus de 16.000 unités dont 10.000 au niveau de la ville nouvelle de Sidi Abdellah. « A la fin du premier trimestre 2017, plus question de parler du programme 2001 et 2002 et l’exemple concret reste Tipasa où on s’est fixé l’objectif d’absorber les souscripteurs de 2001. Dans cette wilaya plus aucun souscripteur de 2001 n’est en attente. Ils ont eu tous leurs logements. Maintenant place aux souscripteurs de 2013 dont les premiers inscrits ont eu leur logement le mois de septembre passé », indique le directeur général de l’AADL. Ainsi, le dossier concernant les projets AADL1 sera définitivement bouclé.
Concernant les souscripteurs AADL2 inscrits au niveau de certaines wilayas n’ayant pas bénéficié du programme AADL1, la distribution est déjà entamée à l’instar de la wilaya de Khenchela où 1350 souscripteurs recevront les clés le 1er octobre et 700 autres dans la wilaya d’Aïn Témouchent, soit la totalité des programmes affectés à ces wilayas. « Il en est de même pour le projet de Batna de 350 logements entamé en 2013 et clôturé en 2016, ainsi que celui de Oued Fayet de 1500 logement démarré en 2013 et dont une partie vient d’être réceptionnée.et sera clôturé fin 2016. De même pour le projet de Kalitoussa dans la wilaya de Annaba de 568 logements entamé en octobre 2015 et dont la première réception a eu lieu en juillet 2016», révèle Mohamed-Tarek Belaribi qui précise qu’«à la fin de l’année, nous atteindrons plus de 30.000 logements livrés dont 10.000 unités au niveau de la ville nouvelle de Sidi Abdellah avec tous les équipements d’accompagnement, et ceci jusqu’à la distribution totale du programme AADL1. L’ambition de l’AADL est d’atteindre 53.000 logements livrés depuis le redémarrage de l’AADL avec le retour de Abdelmadjid Tebboune, en 2013, à la tête du département ministériel, et qui avait lancé au début 50.000 logements en 2013, ensuite 10.000 pour arriver à 210.000 logements ».

Du respect des délais
Devenu en un laps de temps, l’incontournable promoteur public, l’AADL a su développer un marché de l’immobilier qui satisfait les intérêts de toutes les parties prenantes. Mais la force de l’Agence réside également dans son investissement socialement responsable. Le groupe s’efforce de concilier les divers intérêts de tous les acteurs impliqués de près ou de loin dans ses programmes immobiliers : l’État, les collectivités locales, les acteurs environnementaux et sociétaux… Entreprise socialement responsable, l’AADL construit du logement en respectant les normes d’urbanisme, les préoccupations de desserte des logements neufs, de transport etc. En outre, l’AADL s’est engagée sur le long terme dans le développement durable ainsi que dans la responsabilité sociétale et environnementale. La responsabilité, l’innovation et la performance sont ainsi les valeurs défendues par l’Agence. Si pour certains construire des logements en 36 mois est un exploit, pour les responsables de l’AADL c’est devenu le crédo. Pour preuve, le projet de Reghaia de 5.000 logements qui a démarré le 25 juillet 2015 et dont 500 unités ont été livrées le mois de mai 2016 et 500 autres le 25 septembre en cours avec toutes les commodités (électricité, gaz, ...). « Tous les logements dont les travaux ont été lancés, en 2013, à l’instar des sites de Ouled Fayet et Ain-Taya seront réceptionnés fin 2016 et permettront de répondre aux demandes formulées par les souscripteurs de la formule AADL1 », souligne Mohamed-Tarek Belaribi, directeur général de l’AADL qui ajoute que « l’agence a débuté la distribution de logements de certains projets entamés en 2014 ».

Un nouveau programme de 120.000 logements
Ce programme inscrit à l’actif de l’AADL permettra à l’Agence d’avoir un plan de charge de 350.000 logements. Ce qui fera de l’AADL le premier promoteur public en Méditerranée. « Pour les nouveaux 120.000 logements, nous sommes en cours de négociations avec les entreprises de réalisation. Il y a lieu de souligner que la typologie reste la même, F3 (75m2), F4 (85m2) même si le gabarit des logements de l’AADL diffère d’une zone à une autre. Si dans les grands pôles urbains tels que Alger, Annaba, Oran, Constantine, ce sont des R+5, R+9 et R+14, où les gabarits sont définis comme suit : 50% R+5, 20% R+9 et 20% en R+14, dans les hauts-plateaux ce sont des R+5. C’est le cas à Saida, dont la pose de la première pierre du lancement du projet de 1900 logements a été faite récemment par le Premier ministre Abdelmalek Sellal, et Tébessa  où le projet comporte 3.000 logements, alors qu’au Sud ce sont des constructions individuelles avec la même superficie, tout en respectant le mode de vie local et en utilisant les matériaux locaux, comme c’est le cas à Ouargla où le projet comporte 2000 logements », indique Mohamed-Tarek Belaribi.

Répartition par wilaya en cours de réalisation
Alger : 120 000 logements dont le plus grand nombre est réparti entre les deux nouvelles villes de Bouinan et Sidi Abdellah
Oran : 9000 logements en cours et 6000 en cours de négociation avec les entreprises de réalisation.
Constantine : 8150 logements
Sétif : 8000 en cours de réalisation et 1700 logements en cours d’étude, notamment à Eulma et à Tinane. Tandis que 1500 seront distribués fin d’année,    
Tizi Ouzou : 4500
Blida : 7000 logements en cours de réalisation
Annaba : 7810 logements en cours de réalisation.
Béjaia : 3900 en cours de réalisation et 1000 en cours d’étude
Ouargla : 2000 logements en individuel en cours d’études

Le site de Sidi Abdellah
Cœur de la ville nouvelle de Sidi Abdellah, le projet AADL revêt un cachet urbain particulier. « 2500 logements étaient prêts à être livrés le 25 septembre mais dans la stratégie globale du ministère, il a été décidé de faire une grande livraison d’ici la fin de l’année. C’est pourquoi il est programmé la livraison de pas moins de 10.000 logements d’un seul coup sur les 45000 logements en cours de réalisation avec des boulevards de 70 m de largeur, éclairage public en solaire ainsi que les parties communes des bâtiments équipées de paraboles collectives », indique Mohamed-Tarek Belaribi. En outre, des espaces sont réservés à toutes les institutions et organismes publics (postes, banques, Algérie Telecom, Sonelgaz, Seaal…) qui sont invités à les aménager selon leurs spécificités afin d’être opérationnels dès la livraison des logements. Ces aménagements s’inscrivent dans une charte de ville futuriste. Concernant les commerce de proximité, un groupe de réflexion a été installé afin d’arrêter un cahier des charges par métiers selon les besoins de la cité afin d’éviter le changement d’activité dans le cas où il y aura changement de propriétaire. Par ailleurs, une commission mixte ministère de l’Habitat-Moudjahidine a été installée afin de baptiser les routes et immeubles au nom des chouhada.

Quid de l’AADL
Depuis sa création en 1991, l’Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement, connue sous le sigle d’AADL, est devenue un opérateur national capable d’apporter des réponses globales et innovantes en matière de gestion locative, de construction, de rénovation et de valorisation du patrimoine public. Relevant du ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, l’AADL est un établissement public à caractère industriel et commercial. Assurant une mission de service public, l’AADL, créée par décret n°91/148 du 12/05/1991, a pour missions : la promotion et le développement du marché foncier et immobilier, la résorption de l’habitat précaire, la rénovation et la restauration des tissus anciens, la réalisation de logements dans le cadre de la location-vente. L’Agence développe également des travaux confiés par le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, tels que le dossier relatif aux projets de villes nouvelles de Boughezoul et de Sidi Abdellah dans la wilaya de Tipasa, de même qu’au niveau de la nouvelle ville d’Ali Mendjeli dans la wilaya de Constantine. En plus d’être promoteur, l’AADL a assuré durant une quinzaine d’années la gestion des ensembles immobiliers qu’elle a construits. « Dans le cadre des missions qui lui sont confiées, l’AADL agit sur l’ensemble du territoire national à la fois en qualité de promoteur, d’animateur de projets et d’aménageur foncier. Comme promoteur immobilier, elle réalise des logements de type LSP, elle intervient dans des opérations de promotion immobilière et elle est également un instrument pour la résorption de l’habitat précaire», souligne Mohamed-Tarek Belaribi, directeur général de l’AADL.

La décentralisation de l’acte de gestion
C’est en 2015 que l’AADL a entamé une restructuration de son organisation, venue consacrer le principe de la déconcentration par l’octroi de la liberté d’initiative aux responsables au niveau local. En effet, le nouvel organigramme a permis la décentralisation de l’acte de gestion des dossiers grâce à la création de huit directions régionales pour améliorer ses services. Il s’agit de la direction Alger Est (Centre-est), Alger Ouest (Centre-ouest), Oran, Mascara, Constantine, Annaba, Sétif et Ouargla (Sud). Ces directions sont chargées respectivement de la maîtrise d’ouvrage, de la souscription et de la commercialisation, de la gestion immobilière et des finances et de l’administration générale.

Un logiciel spécialement dédié à la pré-affectation
Pour mener à bien l’opération de pré-affectation, une application a été élaborée par les informaticiens de l’Agence. Pour ce faire, l’Agence a établi une liste des souscripteurs au programme de 2001-2002 concernés, classés par ordre chronologique de souscription, en présence d’un huissier de justice pour garantir la transparence de l’opération. Outre le site d’implantation du logement, les décisions de préaffectation comportent les données relatives au logement (nombre de chambres, étage...). « Il fallait combiner entre les deux dates pour ne léser aucun souscripteur. Cette opération a été menée en présence d’huissiers de justice par deux commissions. Une première pour un promoteur public national qui laissait le choix au souscripteur de choisir le site. L’application se chargeait d’affecter le souscripteur tout en vérifiant s’il a à sa charge un membre de sa famille handicapé. Automatiquement, il est affecté au rez-de-chaussée. Une répartition horizontale. En outre, les familles ayant plusieurs enfants sont affectées aux étages inférieurs pour leur sécurité. En l’absence du facteur humain, aucune subjectivité n’est permise ni encore moins constatée », soulignait le premier responsable de l’AADL

Le concept écocité
Dans le but d’être au diapason de la stratégie gouvernementale axée sur la mise en valeur des ressources inépuisables comme le solaire et leur utilisation pour diversifier les sources d’énergie et de préparer l’Algérie de demain, l’AADL a décidé d’introduire le solaire dans les nouvelles cités d’habitation. En effet, il est prévu l’installation de panneaux photovoltaïques pour l’alimentation en électricité des parties communes et des cages d’escalier. Le concept d’écocité, mis en place au niveau de la Ville nouvelle de Sidi Abdellah par l’AADL, a l’avantage non seulement de favoriser l’utilisation des énergies renouvelables, mais aussi d’indiquer le chemin aux nombreux opérateurs du bâtiment qui se montrent encore réticents à l’idée de se mettre au solaire. D’ailleurs, Mohamed-Tarek Belaribi indique que « le matériel utilisé dans la réalisation est algérien à 90% ». Concernant la gestion des cités, M. Belaribi affirmera que « l’idée est de confier la gestion des parties communes de chaque cité AADL à une entreprise de gestion qui sera créée avec le soutien de l’Ansej avec laquelle l’AADL a signé une convention. »

Au service du développement urbain
Au-delà de ses missions de promoteur, l’AADL, au vu de son plan de charge, a su instaurer un style architectural qui lui est propre, en préservant l’environnement et en prenant en considération le cadre de vie à instaurer. En outre, l’Agence a permis de redonner vie à des métiers tombés dans l’oubli, à créer un nombre considérable d’emplois. En qualité d’animateur de projets immobiliers, le souci de l’Agence est de garantir toutes les conditions avant la cession du logement. C’est ainsi que le souscripteur de 2013 ne vivra pas le même calvaire que celui de 2001. En effet, les bénéficiaires auront leurs actes, le terrain étant la propriété de l’AADL.
S. R.



Du même auteur

Par Smail ROUHA

Les plus lus

L'Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Après l’automobile
Par Yahia MAOUCHI.

La transformation numérique
Par Dr Ali Kahlane,.

Sécurité alimentaire
Par Yahia MAOUCHI.

Saison estivale 2017
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF