Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 107 - Août 2017

Go

Habitat

« En 2016, aucun bidonville ne subsistera à Alger »

Abdelkader Zoukh, wali dÂ’Alger

Entretien réalisé par Smail ROUHA



El-Djazair.com : Monsieur le Wali, vous avez récemment assuré que 2016 sera l’année pendant laquelle toutes les demeures anarchiques et les bidonvilles seront définitivement rayés de la capitale, ce qui fera d’Alger la première ville africaine sans bidonvilles, conformément à l’initiative « Villes sans taudis », adoptée en 2005 lors de la Conférence ministérielle sur le logement et le développement urbain (AMCHUD). Le défi est-il relevé ? 

Abdelkader Zoukh : Inchallah. De notre côté, nous faisons tout ce qui est possible pour relever ce défi, d’autant que Son Excellence le président de la République Abdelaziz Bouteflika a mis à notre disposition tous les moyens qu’il faut, aussi bien financiers que matériels. Pour rappel, cette opération de relogement s’inscrit dans le vaste et double programme de résorption de l’habitat précaire (RHP) et d’évacuation des immeubles menaçant ruine (IMR) et des terrasses et des caves, illicitement transformées en espaces d’habitation, et visant à donner à Alger un visage conforme à son statut de capitale d’un pays qui aspire à faire d’Alger l’une des plus importantes agglomérations du Bassin méditerranéen.Aussi, pour répondre
à votre question, sans verser dans le triomphalisme, je peux vous dire qu‘à la fin de l’année, il ne subsistera aucun bidonville au niveau de la capitale. et que l’année 2017 sera l’année de la mise à niveau des Haouchs, du vieux bâti et de l’habitat précaire dans son ensemble. La plupart des citoyens algériens occupent des bidonvilles et des chalets, je ne peux être indifférent face à leurs souffrances sans essayer d’intervenir en éradiquant toutes les baraques, d’autant plus que la capitale dispose d’un énorme potentiel et d’un budget considérable pour mettre en œuvre tous les plans. 

El-Djazair.com : Depuis juin 2014, les services de la wilaya d’Alger ont procédé à plusieurs opérations de relogement qui ont touché de nombreuses familles des bidonvilles, des habitations précaires et même une dédensification de certaines cités populaires. Voulez-vous nous dresser le bilan des opérations menées jusque-là ?
 
Abdelkader Zoukh : Effectivement. Mais avant je tiens à rappeler à vos lecteurs que le programme de relogement concerne les 72752 familles recensées en 2007, réparties selon le tableau suivant :
Face de cette demande, un programme de 84 766 « unités » de logements a été inscrit à l’indicatif de la wilaya d’Alger dont 25904 logements. Ce qui nous a permis, depuis juin 2014 à mi-janvier 2016, de reloger 29567 familles réparties comme suit :
Ces distributions ont eu lieu lors des 20 opérations de relogements que nous avons initiées.
A cela s’ajoutent les 7000 logements sociaux participatifs distribués lors de quatre phases.

1re opération (mai 2014) : 1040 logements
2e opération (juin 2015) : 2031 logements
3e opération (novembre 2015 : 2031
4e opération (janvier 2016) : 2000 logements

Néanmoins, en ce qui concerne le programme participatif, la wilaya d’Alger a bénéficié de 42000 unités dont 17000 sont achevées et 25000 en cours. Des efforts sont déployés sans relâche pour distribuer des quotas de logements dans différentes formules tout au long de cette année. D’ailleurs, il est prévu la livraison de 8000 autres logements dans le cadre du programme participatif courant de cette année 2016, soit 2000 chaque trimestre

El-Djazair.com : Concrètement combien de logement ont été distribués ? 

Abdelkader Zoukh :r En tout, ce sont 37718 familles qui ont bénéficié d’un logement toutes formules confondues, soit l’équivalent de 190 000 personnes. Si je devais détailler, vous aurez 6010 en logements publics locatifs et 7093 logements sociaux participatifs. Avec la 21e opération de relogement, courant de ce mois de février, le nombre de familles relogées dans le cadre de la prochaine opération atteindra 40.000 familles depuis le lancement de la première opération de relogement à Alger en juin 2014 dans le cadre du programme du président de la République visant l’éradication de l’habitat précaire. La 21e opération de relogement touchera essentiellement les communes de  Gue de Constantine, Réghaia, Oued Smar, Bordj El-Kiffan et Bouzarréah, en attendant le lancement d’un recensement général de la wilaya qui accompagne l’AADL (Agence nationale de l’amélioration et du développement du logement) et l’ENPI (Entreprise nationale de promotion immobilière)

El-Djazair.com : Mais quel est le sort réservé aux assiettes foncières récupérées après la démolition des bidonvilles ? 

Abdelkader Zoukh : Les 20 opérations de relogement effectuées ont permis la récupération d’environ 334 hectares de terrains ayant permis le lancement d’importants projets tels que :
Ces projets étaient à l’arrêt durant deux ans pour certains en raison de la présence des bidonvilles. Ces opérations de relogements nous ont également permis de relancer les projets des stades d’El-Harrach et de Bentalha à Baraki. Il faut savoir que sur instruction du Premier ministre Abdelmalek Sellal, les assiettes foncières seront destinées à la réalisation de nouveaux programmes d’habitat
    
El-Djazair.com : Il y a plus d’une année, un conseil interministériel a été consacré au développement du grand Alger. Qu’en est-il réellement sur le terrain ?

Abdelkader Zoukh : Je peux vous assurer que ce Conseil a eu le mérite de booster les grands projets d’Alger. Je citerai, entre autres, les mesures prises pour améliorer les conditions d’accueil des citoyens et la qualité du service public allant dans le sens de la modernisation de l’administration. Des mesures à même de lutter contre la bureaucratie au niveau de l’administration. En outre, il y a eu la généralisation de l’administration électronique à tous les secteurs, un prélude à la mise en place de la gouvernance électronique. La généralisation de l’utilisation dans les administrations publiques des technologies de l’Information et de la communication permettra d’humaniser les relations entre l’administration et le citoyen, de lutter contre la lourdeur bureaucratique. Par ailleurs, les walis-délégués ont vu leurs prérogatives élargies et peuvent désormais se substituer au wali d’Alger dans certaines décisions qui concernent directement la gestion de la cité, notamment celles ayant trait à la gestion du quotidien et qui alourdissaient le fonctionnement des APC. Comme une enveloppe financière a été consacrée à la réalisation des « projets prioritaires » d’aménagement urbain, c’est-à-dire l’élargissement des routes, la création de nouvelles routes, l’ouverture de nouvelles bretelles afin de fluidifier la circulation, sans omettre le programme d’embellissement des autoroutes et le programme d’aménagement de la plage « Les Sablettes » et l’Oued El-Harrach. 

El-Djazair.com : Monsieur le Wali, le plan stratégique de développement d’Alger a été décomposé, dans un premier temps, à quatre échéances, 2009-2014, 2015-2019,2020-2024 et 2025-2029, mais après réflexion, il a été décidé de le porter à 2035. Pouvez-vous nous en dire plus ? 

Abdelkader Zoukh : D’abord, je me dois de préciser une chose pour que vos lecteurs ne fassent pas un amalgame entre le plan stratégique de développement d’Alger et le plan directeur d’aménagement et d’urbanisme (PDAU), qui est l’instrument légal et obligatoire de planification spatiale et de gestion urbaine.  Certes, il existe une dialectique entre les deux du fait que le PDAU est un master-plan stratégique. D’ailleurs, il n’y aura plus d’intra-muros et d’extra-muros. Alger est composé de 57 communes. Ainsi, les EPIC et les EPE interviendront désormais au niveau de toutes les communes de la wilaya d’Alger. 

El-Djazair.com : L’un des objectifs du plan stratégique de développement d’Alger est de développer l’attractivité économique de la capitale. Néanmoins, la réalité est tout autre. Comment l’expliquez-vous ?

Abdelkader Zoukh : Permettez-moi de vous contredire en soutenant le contraire. J’en veux pour preuve la déclaration de Gérard Collomb, sénateur et maire de Lyon qui a affirmé en octobre 2015, à l’issue de sa visite en Algérie, qu’Alger ressemble à Barcelone d’il ya 20 ans, au vu de la propreté de la capitale. En effet, auparavant, on n’avait aucune organisation adéquate ni moyens à Alger en termes de nettoyage  mais aujourd’hui, nous disposons de deux EPIC, Netcom et Extranet, spécialisée dans le nettoyage Alger Algérie, l’entretien et l’assainissement de différents espaces, ayant permis la création de 8000 emplois. Si Netcom est chargée du balayage, de la collecte et du transport des déchets ménagers et assimilés au niveau des 28 communes dites «intra-muros», Extranet intervient au niveau des 29 communes restantes de la wilaya. Je tiens aussi à rendre hommage au Premier ministre Abdelmalek Sellal qui a mis à notre dispositions des moyens de décrocher des contrats avec des firmes étrangères pour l’acquisition d’équipements. Présentement, en matière d’équipements on est à 80% de nos besoins. En outre, l’opération de réhabilitation du vieux bâti continue. Le travail consiste à démolir et à refaire les balcons, le revêtement et l’assainissement général des balcons, le démontage des assiettes de paraboles installées sur les façades, le déplacement des blocs des climatiseurs, l’étanchéité des terrasses, l’enfouissement des câbles électriques et le ravalement général des façades, sans oublier la réparation des ascenseurs.par ailleurs d’autres opérations d’embellissement ont eu lieu avec la création de plusieurs espaces verts.

El-Djazair.com : Un mot pour les Algérois.

Abdelkader Zoukh : Je tiens à les rassurer que le programme de relogement initié par le Président Abdelaziz Bouteflika sera mené à son terme. Aussi, je lance un appel aux citoyens pour leur demander d’être patients. Nul ne sera lésé dans ses droits. Nous avons besoin d’un climat serein pour mener notre noble mission à bien. Mais il faut qu’ils sachent qu’on ne peut gérer simultanément les problèmes sociaux et les chantiers. Il y a des choix à faire. Autant je suis préoccupé par les gens qui souffrent autant je suis préoccupé par le tarif de l’essence.    
S. R.



Du mĂŞme auteur

Entretien réalisé par Smail ROUHA

Les plus lus

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF