Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 105 - Mai 2017

Go

Tourisme

L’ organe de promotion

Office national du tourisme

Par Leila BOUKLI



Créé par décret le 31 octobre 1988, l’Office national du tourisme, par abréviation ONT, est un établissement public à caractère administratif doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière.
L’Office constitue l’instrument du ministre chargé du Tourisme pour la conception et la mise en œuvre de la promotion touristique du pays. Il a pour missions de participer aux manifestations touristiques et d’en assurer la mise en œuvre.
 A ce titre, il est chargé notamment :
de réaliser ou de faire réaliser toute étude générale ou spécifique liée à son objet.
de réunir, d’analyser et d’exploiter les informations et statistiques relatives à la promotion du tourisme interne particulier, d’évaluer les performances et résultats des opérations initiées,
d’engager toute recherche ou étude, d’appréhender les mécanismes et mouvement du marché touristique interne et externe,
de participer à la promotion du tourisme, et de suivre les actions en la matière,
de participer aux manifestations internationales relatives au tourisme – saharien, balnéaire, culturel, cultuel, climatique et au thermalisme,
d’animer et de développer les échanges avec les institutions et organismes extérieurs dans le domaine de la promotion touristique.
Dans ce cadre, l’activité promotionnelle de l’Office national du tourisme, tant sur le plan interne (afin de booster le tourisme domestique) qu’à l’échelle internationale, se décline en plusieurs actions dont les plus importantes sont :
afin d’appréhender les marchés potentiels émetteurs de touristes, et cibler les marchés dynamiques, mesurer le degré de développement de ces marchés, et dans le souci de mieux positionner nos produits touristiques et donner une image positive de la destination, les services techniques de l’Office se chargent de la collecte et de l’analyse de l’information ayant trait à la demande touristique ;
la participation à des manifestations et évènements nationaux afin de faire connaitre les potentialités des régions à travers la diffusion de la documentation promotionnelle et l’organisation de voyages de presse pour les médias et des éductours au profit des Tours Opérateurs (TO) étrangers pour promouvoir les produits de la région.
L’ONT se charge d’autre part de :
l’organisation d’un événement touristique annuel majeur qu’est le Salon international du tourisme et des voyages(Sitev). Ce dernier pour rappel rassemble tous les acteurs de la chaine touristique nationale et des opérateurs touristiques étrangers.
Aussi depuis la création de l’Office, ce dernier participe aux grands salons internationaux spécialisés dans le tourisme à l’instar des marchés traditionnels (Fitur Madrid, BIT Milan, ITB Berlin …) pour faire connaître la destination Algérie et les ressources touristiques culturelles et artisanales de notre pays.
C’est aussi l’opportunité de promouvoir les investissements dans le secteur du tourisme.
Parmi les autres actions qui incombent à l’Office, citons :
la réalisation d’une documentation promotionnelle touristique touchant à tous les types de formes de tourisme (en plusieurs langues), et supports audio-visuels et leur renouvellement en continu tout en tenant compte du changement perpétuel des marchés ;
le relookage et l’actualisation des informations du site web de l’Office pour mettre en valeur notre patrimoine touristique et permettre une accessibilité facile à toutes informations.
L’Office compte un personnel de 106 personnes, entre postes polyvalents et postes spécialisés (une dizaine arrivée à l’âge de la retraite a demandé à partir), décomposé comme suit :
Cadre supérieur : le directeur général
 Personnel d’encadrement : 18 ; de maitrise : 23 ; d’exécution : 35 ; contractuels : 20.
A noter, que pour la promotion des régions, chacune des 48 wilayas que compte le pays, possède des offices locaux dépendant directement de la wilaya.

Le plan d’action
La  première priorité de Nour-Eddine Belmihoub, directeur général de l’ONT, a été de suivre la stratégie du gouvernement qui compte faire de ce secteur un des leviers de l’économie algérienne.
Il préconise de,
- définir une ADN de la destination et une signature visuelle ;
- développer une image qualitative en harmonie avec le positionnement retenu.
- enrichir un contenu web : photos de qualité pour donner envie de rêver, découvrir, blog affinitaire par territoire (gastronomie, culture ; histoire, découverte, évènements culturels, sportifs…)
- Intégrer le web marketing : d’abord des vidéos en ligne, puis de l’e-marketing pour faire en sorte d’assurer de la visibilité notamment auprès des marchés ciblés.
- relations publiques et relations presse : travail d’influence et de réseaux sur les grands marchés ciblés pour attirer l’attention des médias sur la destination (importance du positionnement et de ses preuves)
Dans un environnement où le changement permanent devient la règle première, il est devenu aujourd’hui impératif, dit-il, de mieux appréhender les nouveaux marchés à conquérir par un positionnement réfléchi, étudié et parfaitement maitrisé. Il s’agit d’un processus de construction de l’image de la destination. « C’est chercher à affirmer plus clairement l’identité et les caractéristiques de la destination afin d’assurer un meilleur rayonnement et une perception positive de l’image que l’on veut véhiculer, et ce, autant auprès des étrangers qu’auprès de la population locale », souligne Nour-Eddine Belmihoub, qui précise qu’« aujourd’hui, il n’existe pas de modèle absolu pour intégrer la scène touristique internationale, il convient de s’y préparer, et mieux vaut bien le faire, surtout quand la concurrence est vive sur ce segment de marché par les nouveaux entrants dans l’espace méditerranéen (Monténégro, Croatie, Albanie…).»
La compétition ne se gagne plus essentiellement par le prix, le curseur, ajoute-il, s’est déplacé vers d’autres champs que sont le savoir-faire, savoir-être, la formation, l’innovation, les nouveaux outils technologiques et un sens de l’ouverture vers l’autre par une culture universelle.
Aussi, insiste-t-il, ce secteur exige plus que jamais des ressources humaines engagées, formées, motivées pour assurer un développement harmonieux pour se positionner parmi les plus importantes destinations de la Méditerranée. Le facteur humain constitue la véritable valeur ajoutée dans la création, l’innovation et la réalisation de l’avantage concurrentiel. La fonction ressources humaines devient stratégique au même titre que la finance, le marketing, le commercial.
Au niveau des structures d’accueil, 1560 projets sont enregistrés, certains réalisés d’autres en cours, pour une enveloppe financière de 747 milliards de dinars
Il y a un programme d’investissement qui est déjà lancé, avec 77.993 lits pour une enveloppe financière de 248 milliards de dinars. De plus, un programme de rénovation de l’infrastructure existante est en cours et sera à rajouter au parc hôtelier sur l’ensemble du territoire national.
Il faut oser en cette nouvelle ère que nous vivons à changer de mentalité pour arriver à court et moyen terme, soit 2020 et 2025 à conclure ces trois étapes :
-vision et destination.
- ressources humaines et marketing.
-passer au digital qui a révolutionné le monde.
L. B.

Belmihoub Nour-Eddine
« Le sport et le tourisme sont intimement liés »
Dernier des quatre garçons que compte la fratrie Belmihoub forte de 6 enfants, il est le seul à naître dans le quartier mythique de Bab El Oued, en 1963. Les autres ont tous vus le jour à la Casbah, quartier historique, inscrite au patrimoine de l’Unesco, où vivaient ses parents à l’instar de nombreux Algérois.
Nour-Eddine y fera ses études primaires et secondaires, mais sa terminale il la fera au lycée Amara Rachid de Ben Aknoun.
 L’enfant qui grandit dans un milieu de grands sportifs, de surcroit amoureux de cette mer Méditerranée qui nous entoure, fait très jeune partie de l’équipe nationale d’aviron, sport olympique, qui utilise la force motrice des corps des rameurs pour avancer. Ce sportif invétéré ira fatalement vers l’Institut national en sciences et technologie du sport pour ses études supérieures. Il en ressort titulaire d’un DES. Il est tout de suite injecté par le ministère de la Jeunesse et des Sports auquel le lie un contrat de 5 ans, à la Fédération d’aviron en tant que conseiller. On le retrouve ensuite directeur de l’organisation sportive, toujours d’aviron, puis directeur du développement sportif des équipes nationales. Il devient par la suite directeur de la jeunesse et des sports à la wilaya de Tipasa entre 2004-2009 et directeur général de l’Office du complexe olympique (OCO) de 2009 à 2012. Entre 2013-2014, il sera chargé d’études et de synthèses (CES), auprès du secrétariat d’Etat à la jeunesse et à partir de 2015 à l’Office national du tourisme en tant que directeur général à ce jour.
Pour lui le sport et le tourisme sont intimement liés ; c’est pourquoi il s’y retrouve comme un poisson dans l’eau. « Tant dans le sport que le tourisme, c’est une rencontre avec d’autres cultures, qu’il faut côtoyer l’esprit ouvert, de plus, dans les deux cas, c’est l’excellence qui prime pour réussir. » Pour lui, la formation est un axe majeur pour la compétitivité.
La relance du tourisme qui a beaucoup perdu durant la décennie noire, est possible, dans un si beau pays comme le nôtre. « Ma modeste expérience depuis une année et demie à la tête de l’ONT, mes différentes participations aux grands salons internationaux de tourisme me font affirmer qu’il existe un engouement, une nouvelle approche, une nouvelle vision sur la destination Algérie. Elle reste une destination un peu surprise, quelque peu mystère, de par les richesses du patrimoine, des produits qui existent dans le pays qui rivalisent avec le reste du bassin méditerranéen quelque peu saturé, où le touriste n’a plus rien à découvrir.
Reste que chez nous, nous devons être agressifs au niveau de la promotion et de la commercialisation du produit algérien.»
En peu de mots, M. Belmihoub, conclura cet entretien accordé dans son bureau sis au 4e étage d’une belle construction, avec un joli dôme en vitrail au centre,
« Je reste optimiste quant à la relance de la destination Algérie, un pays continent qui à l’avantage d’être vierge, innovant avec une grande variété de produits. On peut skier et nager dans la même journée », fait-il remarquer.
Pour cet homme à la poignée de main ferme, nul doute, l’Algérie, terre de contrastes, aux mille visages, est une destination de rêve !



Du même auteur

Par Leila BOUKLI

Les plus lus

HB Technologies
Par Farid HOUALI.

Abdelkader Zoukh, wali d’Alger
Nouredine Yazid Zerhouni.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF