Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 119 - Fev 2019

Go

Tourisme

Des contrats de performance dans la gestion des hôtels et structures touristiques

Groupe Hôtellerie, Tourisme et Thermalisme

Par Farid HOUALI



Le Groupe public Hôtellerie, Tourisme et Thermalisme (HTT) et les différents hôtels publics, ont signé, le 17 janvier 2019 à Alger, des contrats de performance portant sur l’amélioration de la gestion de ces structures afin « qu’elles contribuent au développement touristique à travers l’amélioration du niveau des prestations et de performance ainsi que le soutien de la formation et la diversification du produit touristique conformément aux normes internationales en vigueur ».
Ces contrats visent à pallier les lacunes enregistrées en matière de gestion par la généralisation de l’utilisation des TIC, outre la consécration de l’esprit d’initiative et d’innovation pour faire face à la concurrence touristique sur les plans national, régional et international.
 « L’évaluation des réalisations du secteur touristique public n’est pas une finalité mais plutôt un point de départ d’une nouvelle dynamique pour faire face aux enjeux actuels », a relevé à ce propos Abdelkader Benmessaoud ? ministre du Tourisme et de l’artisanat qui présidait la cérémonie de signature des contrats. « Ces établissements hôteliers  sont une réelle locomotive et un miroir qui reflète les efforts et les moyens fournis par les pouvoirs publics pour la promotion du développement du tourisme d’ou la nécessité de mobiliser tout un chacun afin d’atteindre les objectifs tracés dans ce sens », a poursuivi le ministre soulignant d’autre part « l’importance de mobiliser tous les moyens humains et financiers pour le parachèvement de la modernisation des structures touristiques publiques dans les délais impartis tout en améliorant la qualité de prestation ». Dans le même contexte, le ministre a exprimé son rejet de « toute justification concernant les retards accusés dans la réalisation des travaux d’aménagement ». « Des mesures fermes seront prises en cas de dépassements », a averti Abdelkader Benmessaoud. Le ministre a appelé à faire de 2019 l’année de la réalisation de l’objectif de la qualité et des services excellents au profit du consommateur, mettant l’accent sur l’impératif de mettre en œuvre le schéma de qualité pour concrétiser ces objectifs au niveau des établissements hôteliers publics. Il a également insisté sur la nécessité d’« influer sur le marché à travers des programmes de communication et l’utilisation des réseaux sociaux pour faire connaitre le produit touristique et les services proposés tout en faisant preuve d’innovation et d’initiative conformément aux attentes des clients».
Il s’agit également, selon le ministre du Tourisme, « d’intensifier les échanges avec les tours opérateurs pour proposer des produits intégrés et compétitifs et maîtriser la gestion à travers le recours aux technologies de pointe ». Pour sa part, le directeur général du groupe Hôtellerie, Tourisme et Thermalisme (HTT), Lazhar Bounafaa, a mis en avant « l’importance de la signature des contrats de performance afin d’améliorer le niveau de gestion hôtelière et de permettre à ces établissements de réaliser des bénéfices et le développement économique et commercial ainsi que de renforcer la viabilité du groupe ». Par ailleurs, le même responsable a mis l’accent sur l’importance « des opérations de qualification auxquelles sont soumises ces établissements à l’effet d’adapter le produit touristique aux exigences des clients ».

Un substitut aux hydrocarbures
Véritable moteur de tout développement durable, le tourisme a pris une place considérable dans le programme du gouvernement qui table sur la promotion de la destination Algérie. Une volonté qui s‘est traduite à travers le Schéma national de l’aménagement du tourisme (SDAT) à l’horizon 2030, ce qui constitue une référence de la politique touristique en Algérie. « L’Etat a inscrit le tourisme comme secteur prioritaire dans la stratégie visant à diversifier ses ressources hors hydrocarbures », a assuré à ce propos Abdelkader Benmessaoud, ministre du Tourisme et de l’artisanat dans son allocution prononcée à l’ouverture des travaux de cette rencontre d’orientation, de positionnement stratégique, opérationnel et de contractualisation des objectifs de 2019 avec toutes les filiales du Groupe HTT abritée par l’hôtel El Aurassi (Alger).
« De grands efforts ont été déployés pour attirer les investisseurs nationaux et étrangers afin de participer à la relance du secteur qui contribuera d’une façon directe au développement de l’économie nationale, à travers la création de postes d’emploi mais aussi attirer de nouveaux investissements privés », a ajouté le ministre assurant dans ce contexte que « tous les moyens nécessaires ont été mobilisés pour la relance du tourisme algérien.
Aujourd’hui, l’Algérie, s’est félicité Abdelkader Benmessaoud, est une destination touristique par excellence qui propose, à ses dires, de nombreux types de tourisme. Par la même, le ministre du Tourisme a noté que le tourisme algérien est devenu « plus dynamique » et connaît une situation qui a « redoré » le blason du tourisme local où le citoyen algérien découvre à présent « de plus en plus » la diversité de son pays. S’exprimant devant les journalistes, le ministre a par ailleurs relevé que 48 établissements hôteliers seront prêts pour renforcer le parc hôtelier en 2022, et ce, « dans le cadre du programme de réhabilitation des structures hôtelières», non sans, rappeler l’importance de cette modernisation, laquelle contribue au développement du tourisme, notamment local. Il est également nécessaire aux dires du ministre, de l’adaptation du système de formation et l’introduction de la numérisation dans les établissements hôteliers et les adapter aux normes internationales en vigueur et de garantir des prestations de qualité. Un objectif qui ne pourrait être atteint sans l’utilisation des nouvelles technologies de la communication dans le secteur, en « mettant le numérique au cœur du défi ». Partant toujours d’un constat, Abdelkader Benmessaoud, a appelé, à l’encouragement de l’investissement dans le domaine touristique pour promouvoir le tourisme interne.

Performance, réussite et une vision d’avenir
« Évaluer, c’est créer : écoutez donc, vous qui êtes créateurs ! C’est l’évaluation qui fait des trésors et des joyaux de toutes choses évaluées ». Dixit Friedrich Nietzsche. Une citation qui nous rappelle combien est important voire indispensable de regarder dans le rétroviseur afin de bien se situer par rapport au chemin à suivre. C’est le cas du P-DG du Groupe HTT qui a affirmé dans son intervention à cette même rencontre d’orientation que « le secteur du tourisme est contraint de se mettre à niveau sur le plan des infrastructures et des équipements d’accueil, notamment sur le plan managérial orienté vers la performance commerciale et économique », et estimé que « le secret de la réussite réside dans le renouveau de notre style de concevoir le métier, le management, la stratégie de développement et le projet qui devrait être axé sur la performance et la réussite » relevant sur sa lancée que « le contrat de performance exigé par le CPE s’inscrit parfaitement dans les exigences managériales, un outil de management et une voie vers le succès, un guide qui incite à la prise de décision idoine dans la gestion des équipements et des ressources humaines et financières».
Dans son bilan, le P-DG du Groupe HTT a noté que seules 8 filiales sur 17 affichent un bilan positif, alors que les filiales déficitaires sont passées de 4 à 10, soit une régression de 150%. La baisse du chiffre d’affaires a été tout de même amortie par trois filiales à hauteur de 63%, en l’occurrence EGH El Aurassi, EGH El Djazair et EGT Centre. Ces contre-performances sont dues en premier lieu, a-t-il dit, aux travaux de rénovation des hôtels, aux retards accusés dans la réception d’autres et beaucoup plus le manque d’ingénierie hôtelière et les entreprises capables de réaliser de tels projets.
Afin de redynamiser ses filiales, le Groupe HTT a mis en place, selon le même responsable, une batterie de mesures : le développement des pôles d’excellence, la réhabilitation des infrastructures pour les rendre « plus accueillantes », la modernisation de leur gestion pour les rendre « plus performantes » et un plan de communication pour « accroître » leur visibilité et « améliorer » leur image,
«Il faut un changement radical dans nos modes de penser et dans la conduite des affaires, c’est un impératif de survie de toutes les filiales. Le secteur touristique est dans l’obligation de faire un saut qualitatif dans les modes de gestion dictée par le contexte touristique qui évolue rapidement, du développement croissant du secteur privé et l’arrivée de chaînes internationales aguerries en management », a recommandé le P-DG du Groupe HTT mettant ainsi tous les cadres du groupe, chacun face à ses responsabilités. «Nous sommes contraints à nous mettre à niveau surtout sur le plan managérial avec un business plan orienté vers la performance commerciale, économique et financière », a-t-il insisté. Il est de ce fait question d’un « management rénové avec une démarche communicationnelle agressive et intelligente des ressources humaines, formées et mobilisées, engagées et fédérées autour d’objectifs précis.»
« Le secret de notre réussite réside dans notre manière de concevoir notre management, notre organisation et notre stratégie », a-t-il préconisé.
Il est vite joint dans « ses recommandations par l’expert, cadre du groupe, Nacer-Eddine Saâdi, qui a affirmé dans sa prise de parole que les établissements ont fonctionné par un management bureaucratique fondé sur un formalisme excessif et pas sur l’efficacité opérationnelle.
« Le cloisonnement domine au lieu de l’implication/complémentarité surtout du manager principal de l’hôtel dans toutes les phases de processus de la prestation hôtelière », a-t-il déploré. Pour y remédier, l’expert a préconisé de « passer à un manager baladeur pour créer et maintenir des liens solides avec l’équipe ». « Il faut innover et s’adapter aux exigences des clients, innover dans le service, le culinaire et la gestion des chambres », a-t-il insisté. Aussi, il est primordial selon lui de « vendre aussi le cachet et l’identité d’un hôtel » notant dans ce sens que l’accueil et la réception sont la vitrine de la structure, c’est ce qui façonne l’opinion du touriste.
« Le marketing communicationnel reste insuffisant : on doit aller chercher le client là où il se trouve. Il a été constaté aussi une faible sensibilisation à l’usage des réseaux sociaux dans le développement de la clientèle », a insisté Nacer-Eddine Saâdi.
   
  F. H.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Farid HOUALI

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Laboratoire ADE Tizi-Ouzou
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF