Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 125 - Dec 2019

Go

Energie

« Nos efforts doivent être focalisés sur la recherche et l’exploration »

Kamel-Eddine Chikhi, nouveau P-DG du groupe Sonatrach

Par Salim FAROUK



«L’aptitude à transformer les ressources énergétiques en produits pétrochimiques permettra à l’Algérie  de limiter ses importations, et par conséquent économiser de la devise forte, et de constituer un tissu industriel développé à travers la création de beaucoup de petites et moyennes entreprises (PME) », a indiqué Kamel-Eddine Chikhi, nouveau président directeur général du Groupe Sonatrach, à l’occasion de son installation dans ses nouvelles fonctions, en présence de Mohamed Arkab, ministre de l’Énergie. Ainsi, d’emblée, Kamel-Eddine Chikhi a dévoilé sa feuille de route tout en mettant en avant l’impératif d’accélérer localement la transformation des ressources énergétiques pour satisfaire la demande nationale et réduire l’importation. Une manière pour le nouveau P-DG de Sonatrach d’afficher ses priorités. Dans son discours d’installation, Kamel-Eddine Chikhi a affirmé qu’il dirigerait ses efforts en priorité vers les opérations de recherche et d’exploration afin d’augmenter le niveau des réserves qui s’amenuisent d’année en année et de garantir la sécurité énergétique du pays sur le long terme. Ajoutant que les efforts seraient également axés « sur l’exploitation optimale de notre potentiel de production afin de mieux répondre aux besoins nationaux qui ne cessent de croître, et de garder nos marchés traditionnels à l’international, notamment ceux que nous alimentons en gaz naturel ». Un constat souligné par Mohamed Arkab, ministre de l’Energie, à l’issue de l’adoption du projet de loi par les membres de l’Assemblée populaire nationale. « Nous sommes appelés à œuvrer à l’exploitation et à la valorisation de nos ressources, en consentant davantage d’efforts d’exploration, en multipliant nos réserves en hydrocarbures et en drainant les revenus nécessaires au développement durable et à la réalisation de la sécurité énergétique dans le cadre du principe gagnant-gagnant, sans pour autant porter atteinte à la souveraineté nationale », a précisé le ministre. Pour ce faire, le nouveau patron du groupe Sonatrach a assuré que des mesures seraient prises en vue de « réduire les coûts de production et d’exploitation qui connaissent actuellement une hausse non adaptée aux normes internationales en vigueur. » D’ailleurs, il n’a pas manqué d’insister sur la nécessité de renforcer la stratégie de la compagnie en matière de diversification de ses activités, notamment en ce qui concerne la transformation des ressources énergétiques en produits pétrochimiques à haute valeur ajoutée.

 

Une ouverture à l’international

L’un des objectifs de Kamel-Eddine Chikhi est d’organiser l’ouverture à l’international de Sonatrach d’autant que la nouvelle loi sur les hydrocarbures prévoit un assouplissement du régime juridique et fiscal du secteur, ainsi que de transformer les ressources énergétiques en produits pétrochimiques à même de permettre à l’Algérie de limiter ses importations, et par conséquent économiser de la devise forte, et de constituer un tissu industriel développé à travers la création de nombreuses petites et moyennes entreprises.  En effet, le texte de la loi sur les hydrocarbures, adoptée par les membres de l’Assemblée populaire nationale, permet l’arrivée d’investisseurs étrangers. Selon le nouveau P-DG du groupe Sonatrach, qui s’exprimait lors de sa prise de fonction officielle, la loi sur les hydrocarbures vient « à point nommé insuffler une nouvelle dynamique en matière de recherche et d’exploration et libère l’initiative en matière de partenariat, et ce afin d’attirer les capitaux nécessaires au développement de notre industrie pétrolière, ainsi que les technologies modernes pour une meilleure exploitation de nos gisements pétroliers et gaziers ». A l’issue de l’adoption du projet de loi par les membres de l’Assemblée populaire nationale, Mohamed Arkab, ministre de l’Energie, a, dans une allocution à l’adresse des investisseurs, estimé nécessaire d’« encourager l’investissement en matière d’hydrocarbures et d’accroître les recettes via Sonatrach, seule ou en partenariat avec des compagnies étrangères dotées de grandes capacités financières et technologiques». En outre, l’adoption de ce projet de loi traduit également la détermination du ministère de l’Energie à doubler d’efforts pour réunir les conditions nécessaires et le climat propice à la relance de ce secteur vital et stratégique, d’autant que l’exploration de nouvelles réserves pétrolières et gazières « est une nécessité impérieuse et une urgence » pour l’Algérie, d’où l’impérative mise en place d’un cadre réglementaire approprié, a-t-il soutenu. Concernant la nouvelle loi régissant les activités des hydrocarbures, le P-DG de Sonatrach a saisi cette occasion pour mettre en avant la nouvelle loi relative aux activités des hydrocarbures, qui vient, selon ses propos, à point nommé insuffler une nouvelle dynamique en matière de recherche et d’exploration et libérer l’initiative en matière de partenariat, et ce afin d’attirer les capitaux nécessaires au développement de notre industrie pétrolière, ainsi que les technologies modernes pour une meilleure exploitation de nos gisements pétroliers et gaziers. Ce nouveau cadre juridique et fiscal « sera incontestablement un élément attractif de capitaux et technologies et consolidera l’attractivité de l’Algérie en termes d’investissements étrangers directs et sa capacité concurrentielle dans un environnement marqué par une rude concurrence », a-t-il estimé.

 

Défis actuels et enjeux futurs

Évoquant justement la compagnie pétrolière nationale, Kamel-Eddine Chikhi a souligné l’impératif d’améliorer la performance en matière de concrétisation des projets, notamment le développement des gisements découverts et la préservation du niveau de production à moyen terme, estimant qu’une meilleure performance passe par le strict respect des délais et coûts de réalisation sans manquement aux normes de qualité et de sécurité. Par ailleurs, Kamel-Eddine Chikhi a rassuré que « les défis actuels et les enjeux futurs auxquels fait face le secteur des hydrocarbures en Algérie ne relèvent ni de l’impossible ni du rédhibitoire, pour peu que les efforts des cadres et des travailleurs versent dans un seul et unique but, à savoir l’intérêt de la compagnie et du pays ». Aussi, Kamel-Eddine Chikhi s’est-il engagé à œuvrer avec l’ensemble des cadres et techniciens à relever le défi de la réalisation et de la concrétisation de tous les projets tracés dans le plan de développement de la compagnie. Dans ce cadre, il a appelé l’ensemble des cadres et travailleurs, pierre angulaire de la compagnie et socle de son développement et de ses objectifs stratégiques, à la mobilisation pour insuffler une nouvelle dynamique visant à réaliser les objectifs tracés dans le cadre de la stratégie SH2030.  A ce sujet, le nouveau P-DG a promis d’accorder « un intérêt particulier à la ressource humaine, en valorisant la compétence et le mérite ». Après avoir rappelé que la principale mission de la Sonatrach est d’assurer les besoins du marché national en produits énergétiques et de contribuer au développement socio-économique du pays à travers l’exportation pour garantir des recettes en devise, il a déclaré que « la grande et sensible responsabilité qui nous incombe repose principalement sur le renouvellement de nos réserves, en pétrole et gaz naturel, en diminution d’année en année depuis plus de dix ans ». Aussi, « les efforts doivent-ils être focalisés sur la recherche et l’exploration ainsi que sur la réévaluation des réserves avérées de la compagnie en vue de compenser les volumes consommés jusque-là, et augmenter ces réserves pour pouvoir garantir la sécurité énergétique de notre pays à long terme », a-t-il indiqué, ajoutant que « les efforts seront axés, également, sur l’exploitation optimale de nos capacités de production actuelles en vue de répondre à la demande nationale croissante et préserver nos marchés internationaux traditionnels, notamment pour le gaz naturel ». Des efforts soutenus, selon Kamel-Eddine Chikhi, par des actions continues visant à réduire les coûts de production et d’exploitation, élevés actuellement et à contre-courant des normes internationales en la matière. Enfin, Kamel-Eddine Chikhi a souligné que pour relever ces défis, il faudrait s’appuyer sur le capital historique en matière de partenariat gagnant-gagnant, qui a permis à la Sonatrach de réaliser des résultats positifs dans les activités amont et aval. Pour Kamel-Eddine Chiki, la Sonatrach « sera, bien sûr, un des acteurs et appuis majeurs de la politique de transition énergétique et de diversification des sources énergétiques en vue de garantir la sécurité énergétique et servir l’intérêt de la collectivité nationale ».

 

Kamel-Eddine Chikhi en bref

Diplômé en géologie de l’Institut algérien du pétrole et en matière premières énergétiques de l’institut de géodynamique de Bordeaux, le nouveau P-DG du groupe Sonatrach débute sa carrière au sien de Sonatrach en 1987 où il rejoint l’IAP en occupant les fonctions de directeur et d’enseignant chercheur, notamment dans les thématiques en rapport avec le réservoir pétrolier. En 1997, il rejoint l’activité amont au sein de la division exploration où il prend en charge le développement du partenariat à travers la promotion du domaine minier et l’encadrement des travaux effectués en association avec les compagnies pétrolières internationales. Durant son parcours, le président-directeur général occupe plusieurs postes de responsabilité en qualité de cadre dirigeant, dont le poste de directeur exécutif association. En 2015, il est conseiller auprès du président-directeur général de Sonatrach avant de devenir directeur conseil auprès de la direction générale à partir de mars 2018. Son parcours professionnel lui a également permis d’acquérir une vision globale sur l’ensemble des activités opérationnelles et fonctionnelles de l’entreprise et un savoir-faire unique sur les enjeux de gestion des activités en partenariat dans les phases d’exploration, de développement et d’exploitation des gisements.

S. F.

 



Du même auteur

Par Salim FAROUK

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Un homme, une destinée
Par Tahar MANSOUR.

Tarik Bouslama, P-DG du groupe Imetal
Entretien réalisé par Smail ROUHA.

Télécharger version PDF

Version PDF