Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 123 - Oct 2019

Go

Energie

Sonatrach renforce sa position à l’international

A l’issue de la signature du contrat de réalisation d’un complexe pétrochimique en Turquie

Par Salim FAROUK



Intervenant dans le cadre de la stratégie SH2030 du groupe axée, notamment, sur l’internationalisation et le renforcement de la dimension internationale du groupe qui passeront par des investissements dans des pays à fort potentiel, ainsi que par l’acquisition de capacités de raffinage à l’étranger et la réalisation de nouveaux partenariats dans le but de booster ses capacités de trading du fait que cette transformation aura un impact considérable à l’horizon 2030 puisqu’elle aura généré, selon les chiffres communiqués par Sonatrach, plus de 68 milliards de dollars de revenus supplémentaires, dont 50% contribueront à la richesse nationale et 50% seront investis dans les réserves, les capacités de production et le personnel (formation, développement d’expertise…), le groupe Sonatrach, via sa filiale SPIC (Sonatrach Petrolium Investment Corp), a signé l’ensemble des contrats nécessaires au lancement des études d’engineering du complexe pétrochimique pour la production de propylène et de polypropylène (PDH-PP) à Ceyhan en Turquie, avec la compagnie turque CPEY, filiale de Ronesans. Le polypropylène est une matière plastique utilisée par de nombreuses industries, notamment le textile, l’automobile et la pharmacie.Pour le groupe Sontrach, qui compte renforcer sa position à l’international, ce projet « représente un intérêt stratégique pour la Turquie comme pour l’Algérie. » Pour la Turquie, du fait que ce projet permettra d’y réaliser la première unité pétrochimique de taille mondiale et il est considéré comme précurseur pour le développement de la pétrochimie dans ce pays. Aussi, le projet permettra de répondre à une demande importante en produits pétrochimiques dans la région et de saisir l’opportunité d’un marché potentiel de polypropylène de plus de deux millions de tonnes par an, situé à une centaine de kilomètre du site du projet. Concernant l’Algérie, ce projet « vient renforcer les investissements de Sonatrach dans le domaine de la transformation, option stratégique adoptée dans sa vision SH2030, après celui de Arzew, et traduit également la volonté de son déploiement à l’international avec une importance particulière puisqu’il s’agit du premier projet hors de l’Algérie avec une telle capacité, ce qui placera la compagnie nationale parmi les acteurs de l’industrie de production du polypropylène » et permettra également à Sonatrach « de sécuriser un débouché, à long terme, pour le propane algérien jusqu’à 2040 pour une quantité de 540 mille tonnes par an, et de bénéficier des dividendes en qualité d’actionnaire à hauteur de 34% dans le projet ». Par ailleurs, ce projet renforcera ainsi les investissements de Sonatrach dans le domaine de la transformation, après celui d’Arzew, et traduira également la volonté de son déploiement à l’international avec une importance particulière, puisqu’il s’agit du premier projet hors de l’Algérie d’une telle capacité, ce qui placera Sonatrach parmi les acteurs de l’industrie de production du polypropylène. Pour ce faire, Sonatrach fournira annuellement, à partir de ses installations de gaz de pétrole liquéfié (GPL) en Algérie, un volume de 550.000 tonnes de propane nécessaires à ce projet.La cérémonie de signature s’est déroulée en présence de Mohamed Arkab, ministre de l’Energie, du ministre turc de l’Industrie et des Technologies, du ministre turc de l’Energie et des Ressources naturelles, ainsi que de Rachid Hachichi, P-DG de Sonatrach, et d’Erman Ilicak, P-DG de Ronesans. Etaient également présents des administrateurs de la société du projet, du contractant FEED GS (Sud-coréen), du conseil PMC ISS (Italie), du bailleur de Licences UOPL (UK), du bailleur de Licences Lyondel Basell (Italie), ainsi que les autorités locales turques.« Cet évènement représente l’aboutissement des efforts de deux années de travail continu des équipes des deux parties», a souligné Sonatrach dans un communiqué, ajoutant que Sonatrach et Ronesans avaient procédé, le 19 août 2019, à la création de la société de projet, une société mixte de droit turc dénommée, « Ceyhan Polipropilen Uretim Anonim Şirket » avec une structure d’actionnariat de 34% pour la SPIC et 66% pour CPEY. Cette société de projet a pour objet, selon la même source, la conception, l’ingénierie, l’approvisionnement, la construction et l’exploitation d’un complexe de production de 450 mille tonnes par an de polypropylène au niveau de la zone industrielle de Ceyhan, dédiée au développement de la pétrochimie. D’un coût d’investissement estimé à 1,4 milliard de dollars américains, ce projet sera financé en mode « Project Finance », sans recours aux garanties des actionnaires, pour près de 70% par les banques et 30 % par les actionnaires.Lors de cette cérémonie, Mohamed Arkab a mis l’accent sur l’importance, pour les deux pays, de réaliser ce « projet stratégique » qui viendra conforter « les relations de coopération qui ont connu ces dernières années une évolution notable », a indiqué le ministère de l’Energie dans un communiqué.Pour le ministre, « les échanges économiques et commerciaux entre l’Algérie et la Turquie ont connu un véritable saut qualitatif », en atteignant 3,5 milliards de dollars.Ce projet d’une capacité de production de 450 mille tonnes/an de polypropylène vient renforcer la position de Sonatrach au plan international et placera la compagnie nationale parmi les acteurs de l’industrie de production du polypropylène, précise M. Arkab.De surcroît, ce complexe, approvisionné par « le propane » algérien, permettra à la Turquie de réduire ses importations en cette matière vitale, a-t-il ajouté.« Ce nouveau partenariat est une occasion pour les deux pays de consolider, voire de hisser leurs capacités énergétiques » ; il traduit également la volonté commune de renforcer les relations de coopération et de partenariat existant entre les deux pays, a souligné le ministre qui a mis en évidence « l’importante coopération, entre les deux pays, basée sur un socle économique solide dans le cadre d’un partenariat au mieux des intérêts économiques communs ».A travers son plan de transformation adoptée dans sa vision à l’horizon 2030, Sonatrach accorde un intérêt particulier au développement de l’industrie pétrochimique, visant essentiellement la revalorisation des ressources en hydrocarbures liquides et gazeux dans le but d’apporter une valeur ajoutée au secteur et à l’économie nationale.
S. F.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Salim FAROUK

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

La parole au peuple
Par Rafik BITOUT.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF