Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 118 - Dec 2018

Go

Energie

Sonatrach s’allie à Transneft

Partenariat stratégiques algéro-russe

Par Yahia MAOUCHI



La Société nationale pour la recherche, la production, le transport, la transformation et la commercialisation des hydrocarbures (Sonatrach) et l’entreprise russe spécialisée dans le transport du pétrole et de ses dérivés Transneft ont procédé à la signature de deux contrats portant sur l’intégrité et la sécurité des installations de transport et de stockage des hydrocarbures liquides de l’Activité transport par canalisations (TRC) de Sonatrach. Le montant total des deux contrats s’élève à près de 1,5 million d’euros. Entrant dans le cadre de sa stratégie de diversification géographique des partenaires potentiels, le premier contrat signé avec la filiale Transneft Diascan, pour un  montant  de 1 158 099 euros pour un délai de 18 mois, porte sur l’inspection des racleurs instrumentés de l’oléoduc Nh 230 d’Ohanet à Haoud El Hamra (Hassi Messaoud) pour le transport de condensat ainsi qu’une section de l’oléoduc de Ghourd Nouss à Gassi Touil et celui du GPL d’Alrar à Hassi R’mel. Concernant ces canalisations, Sonatrach rappelle dans un document remis à la presse que l’oléoduc d’Ohanet long de 518 km a déjà fait l’objet de deux tentatives d’inspection en 2010 et en 2016 avec des sociétés de renom. «Ces deux tentatives ont malheureusement échoué pour cause de présence de restrictions importantes non localisées de la canalisation, de bas débit et de basse pression», a-t-on souligné dans le même document. Celui-ci met l’accent sur l’impact de ce nouveau contrat signé avec Transneft Diascan notamment en termes de réparations qui en découleront, qui sont impératives et s’inscrivent en prévision de l’augmentation progressive des quantités de condensat que ledit oléoduc aura à transporter à la suite de l’entrée en exploitation de plusieurs champs de production entre 2019 et 2022. Quant à l’oléoduc de transport de GPL de Hassi R’mel, celui-ci n’a jamais fait l’objet d’inspection depuis sa mise en service en 1996, indique-t-on de même source. Ce qui fait qu’une telle procédure est aujourd’hui plus que nécessaire, et dans cette optique, il a été retenu, précise-t-on, le lancement d’une opération de nettoyage et d’inspection pilote sur la section Rhourde Nouss -Gassi Touil longue de 73 km. Le second contrat signé avec la filiale de Transneft chargée de la R&D porte sur le diagnostic de l’état du Système de protection contre la foudre du parc de stockage d’hydrocarbures du Terminal arrivée de RTC Bejaia et étude d’ingénierie pour sa mise à niveau. Le montant contractuel est à hauteur de 331.709 euros pour une durée de six mois. A ce sujet, il a été retenu de lancer, à titre d’opération pilote sur le Terminal arrivée de Bejaia, un diagnostic et une étude d’ingénierie pour la mise à niveau de son système de protection contre la foudre par rapport au standard de Transneft. L’objectif visé est de parvenir à une meilleure maîtrise des normes de protection des terminaux marins abritant des parcs de réservoirs de stockage du pétrole brut et de condensat de l’activité transport par canalisation.

Début d’une longue carrière commune
Grâce à ce nouveau partenariat engagé avec l’entreprise russe, Sonatrach aura, sans nul doute, beaucoup à gagner en termes d’acquisition de nouvelle technologie comme l’a fait savoir, à juste titre, son P-DG Abdelmoumen Ould Kaddour, lors de son allocution à l’issue de la signature des deux contrats. « Nous allons profiter de l’expérience de nos amis de Transneft», a-t-il dit. Il fera part en outre de son souhait de voir ce partenariat se traduire par «la création d’une école de formation pour s’occuper de tout ce qui est en rapport avec le pipeline». Il se dit d’ailleurs convaincu que Transneft et Sonatrach viennent d’ouvrir «un nouveau livre pour écrire une nouvelle histoire de coopération. Nous espérons que c’est le début d’une longue carrière ensemble. Sonatrach et Transneft ont de grandes expériences, et nous avons les possibilités de les échanger », ajoutant que « même si d’apparence ce contrat n’est pas très important, c’est pourtant beaucoup de technologies dont nous allons profiter». De leur côté, les responsables de Transneft affirment se réjouir du fait que leur première expérience de partenariat en Afrique s’accomplit avec la Sonatrach. Ils ont salué l’excellence des relations bilatérales tissées entre l’Algérie et la Russie, rappelant que celles-ci «ne datent pas d’hier». A ce propos, Mikhaïl Margelo, le vice-président de Transneft, a indiqué que «Transneft est un leader mondial dans le domaine de transport par canalisations, et le travail que nous allons réaliser ici en Algérie, est une première expérience pour nous. Par la suite, c’est tout à fait logique et correct que cette première expérience soit faite avec l’Algérie à travers le groupe Sonatrach ». Il a estimé que « derrière cette signature, de grands projets devront suivre. On a toutes les possibilités de travailler en commun dans des projets dans différents pays. C’est pour cela qu’on dit qu’aujourd’hui l’histoire ne se termine pas, mais elle commence». «On espère bien voir la participation de la Sonatrach dans divers événements, foires et salons, qui se déroulent plus particulièrement, dans notre domaine, y compris en Russie». Et d’ajouter que «nous attendons à ce que Sonatrach devienne membre de la Société des transporteurs de pétrole. Cette invitation a été déjà faite, et je la réitère». Intervenant lors de la cérémonie de signature, Slimane Arbi Bey, vice-président du transport par canalisation auprès de Sonatrach, a indiqué que ces deux contrats ont fait l’objet de longs échanges, visites sur sites et négociations entre les deux entreprises, et ce, dans le cadre d’un mémorandum de coopération signé en Algérie en octobre 2017. Rappelons enfin que la cérémonie de signature s’est déroulée au siège de la compagnie nationale sous l’égide de Abdelmoumen Ould Kaddour, PDG de Sonatrch, de son staff, et en présence des responsables du nouveau partenaire russe représenté notamment par Sergey Valerievich Ermish et Iyakov Fridlyand.
Y. M.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Yahia MAOUCHI

Les plus lus

GITRAMA
Par Yahia MAOUCHI.

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Yapi Merkezi
Par Yahia MAOUCHI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF