Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 117 - Nov 2018

Go

Hydraulique

« 390 milliards DA pour l’alimentation des wilayas frontalières en eau potable »

Hocine Necib, ministre des Ressources en eau

Par Rafik BITOUT



Les régions frontalières font l’objet d’une attention particulière de la part des pouvoirs publics et particulièrement du président de la République Abdelaziz Bouteflika qui a décidé d’octroyer « un programme spécial de développement aux wilayas frontalières.» A cet effet, le gouvernement vient de mettre en place une nouvelle stratégie de développement des régions frontalières, en vue d’insuffler une nouvelle dynamique à ces régions conformément aux instructions du chef de l’Etat. Ce programme concernera tous les domaines de développement local, avant d’ajouter que tous les moyens matériels et humains seront mobilisés à cet effet pour cette région qui recèle réellement d’énormes richesses en hydrocarbures, en minerais et même en eau. Justement, en matière de ressources en eau, une enveloppe de plus de 390 milliards de dinars a été allouée, depuis 2000, aux wilayas frontalières pour la réalisation de projets d’alimentation en eau potable, a indiqué Hocine Necib, ministre des Ressources en eau. Une enveloppe affectée à la réalisation de « 254 opérations centralisées et locales ayant permis d’améliorer l’alimentation en eau potable et de résoudre des problèmes chroniques dans ces régions, notamment la qualité des eaux », a précisé Hocine Necib, lors d’une allocution prononcée en son nom par Elhadj Belkateb, secrétaire général du ministère, à l’occasion de la rencontre nationale sur l’aménagement et le développement des zones frontalières. En détail, Hocine Necib citera la réalisation, depuis 2000 de 16 barrages implantés sur la bande frontalière avec une capacité de 1,5 milliard m3, de 71 retenues collinaires, de 23 stations de déminéralisation, de 46 stations d’épuration, outre 320.000 hectares de terres irriguées. En outre, le premier responsable du secteur a fait état des grands transferts notamment celui d’Ain Salah- Tamanrasset sur une distance de 750 km, assurant, à ce titre, que son secteur s’employait à la modernisation des équipements de pompage afin d’en garantir la durabilité. Dans le même registre, Hocine Necib indiquera l’entrée en exploitation du transfert du Chott ouest permettant l’alimentation des wilayas de Nâama, Tlemcen et Sidi Bel Abbès grâce à un réseau de 650 km. A Béchar, les travaux ont été lancés pour alimenter la wilaya en eau potable à travers le forage de puits à Béni Ouenif. S’agissant du volume des eaux partagées avec les pays voisins, Hocine Necib a affirmé qu’elles ne dépassaient pas les 3% des capacités hydriques, ajoutant que cela se faisait par l’exploitation des oueds et des nappes phréatiques du Sahara de l’est (1 million m3), et ce en application du mécanisme conjoint signé par l’Algérie, la Tunisie et la Libye en 2005. «Les stratégies et la politique gouvernementale adoptées ont fait qu’aujourd’hui l’Algérie profite des investissements réfléchis, réalisés depuis l’année 2000», a souligné le ministre des Ressources en eauAussi Hocine Necib a-t-il instruit les responsables du secteur de respecter les délais des programmes sectoriels dans le sud du pays. Lors d’une réunion consacrée à l’examen de l’état de mise en œuvre des programmes de développement de son secteur dans ces wilayas, le ministre a également exhorté les responsables du secteur à doubler d’effort pour l’amélioration du service public de l’eau et à intégrer les communes qui ne sont pas encore prises en charges par l’ADE (l’Algérienne des Eaux), indique un communiqué du ministère. Il a rappelé que cette grande partie du pays regorgeait de ressources en eau souterraines importantes et que l’Etat a consenti, ces deux dernières décennies et sous l’impulsion du président de la République, des investissements colossaux pour accompagner le développement économique de la région. Il a, d’autre part, instruit ses cadres à lutter contre le gaspillage des ressources en faisant remarquer que la production d’eau dans les wilayas du Sud « dépassait largement les besoins de la population ».La réunion, qui a regroupé les directeurs centraux du ministère, les directeurs des wilayas concernées et les directeurs généraux des organismes de gestion (ADE et ONA), s’est également intéressée aux nouvelles wilayas déléguées dans le Grand Sud et aux voies et moyens d’accompagner leur développement en matière de services publics de l’eau potable et de l’assainissement, indique le communiqué. Plus de 390 milliards de dinars ont été octroyés à ces 10 wilayas à travers les différents programmes de développement inscrits dans le secteur des ressources en eau depuis le début des années 2000.En matière d’alimentation en eau potable (AEP), ces 10 wilayas ont bénéficié d’importants projets dont notamment l’alimentation en eau potable de la ville de Tamanrasset à partir de la nappe albienne d’Ain Salah sur 750 km en double canalisation, la réalisation du Transfert d’eau à partir du champ de captage de Tagarawt vers Timiaouine sur 80 km, la réalisation de l’AEP de Charouine à partir du champ de captage de Bouguemma (Adrar) et le lancement, récemment, de l’important projet de sécurisation de l’AEP de la ville de Bechar à partir du nouveau champ captant de Béni Ouanif.La qualité de l’eau est également prise en charge à travers ces wilayas, souligne le département de Hocine Necib, tout en rappelant la réalisation par l’Etat de 16 stations de déminéralisation utilisant des technologies de pointe dont 9 se trouvent dans la seule ville de de Ouargla et ce, pour améliorer la qualité de l’eau potable dans le Sud du pays, caractérisée par la présence d’un taux élevé de sel et/ou de fer altérant son goût.S’agissant de l’assainissement et de la protection contre les inondations, les wilayas du Sud ont bénéficié de 214 milliards de dinars depuis 2000 pour développer les infrastructures et améliorer le service public de l’assainissement.Cet important programme d’investissement a touché aussi bien les réseaux d’assainissement (7500 km linéaires et un taux de raccordement de 85%), les installations épuratoires (42 stations d’épuration et de lagunage), les ouvrages de lutte contre les inondations des villes et des plaines agricoles (Vallée du M’zab, 14 milliards de dinars) et de lutte contre les remontées de nappes phréatiques (El Oued et Ouargla, 60 milliards de dinars). Tout en insistant sur la nécessité de consolider ces acquis, Hocine Necib a mis l’accent sur le parachèvement des programmes en cours (16 systèmes épuratoires, 26 opérations de protection contre les inondations). Il a, par ailleurs, appelé les services de l’Office national de l’assainissement à adapter leur organisation au contexte du Sud, d’exploiter, de développer et d’assurer l’amélioration continue du service public d’assainissement.Dans le volet relatif à l’hydraulique agricole, le ministre, tout en rappelant que le Sud du pays constituait un potentiel important pour l’économie nationale, a noté qu’une trentaine de forages profonds (albiens) a été octroyée aux wilayas de Biskra, El-Oued et Ouargla. « La dynamique économique dans ces régions a ouvert la voie des investissements aux opérateurs privés et à l’établissement d’un partenariat public-privé permettant à ces wilayas frontalières de produire 587 milliards de dinars de produits agricoles, soit 18 % de la valeur globale de la production nationale », a indiqué Abdelkader Bouazghi, ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, dans une allocution prononcée lors de la rencontre nationale sur l’aménagement et le développement des zones frontalières. Afin de garantir la stabilité de ces régions, poursuit le ministre, il est impératif de procéder à l’élaboration d’une politique de développement intégrée et multisectorielle, dans laquelle l’activité agricole sera un facteur essentiel pour la réalisation d’un développement agricole et rural global, complémentaire et en adéquation avec les recommandations issues des assises nationales de l’agriculture, tenues en avril dernier.R. B.



Du même auteur

Par Rafik BITOUT

Les plus lus

Energie renouvelables
Par Farid HOUALI.

SITEV 2018
Par Yahia MAOUCHI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF