Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 125 - Dec 2019

Go

Finance

L’avocat des compagnies

Union algérienne des sociétés d’assurance et de réassurance

Par Smail ROUHA



Créée en 1995, l’Union algérienne des sociétés d’assurance et de réassurance est une association professionnelle des assureurs de droit algérien dont les adhérents sont les sociétés d’assurance et de réassurance exerçant en Algérie. Réunissant en son sein les compagnies d’assurance et de réassurance ainsi que les succursales de sociétés étrangères pratiquant l’assurance et la réassurance, tous statuts juridiques confondus, l’Union est constituée et régie conformément aux dispositions de la loi, notamment l’ordonnance n° 95/07 du 25 janvier 1995 relative aux assurances modifiée et complétée par la loi n° 06/04 du 20 Février 2006 et agréée par le ministère des Finances par décision n° 001 du 06 janvier 2014. « Ses principales missions sont de représenter et défendre les intérêts de la profession, d’informer et sensibiliser ses adhérents et le public sur toutes les questions liées à l’activité d’assurance, de promouvoir les activités du secteur, d’œuvrer à l’amélioration de la qualité des prestations de service fournies par les sociétés d’assurance et de réassurance, et de veiller au respect des règles de la déontologie dans l’exercice de la profession », souligne Brahim Djamel Kassali, président de l’Union algérienne des sociétés d’assurance et de réassurance (UAR), qui précise qu’« elle peut également être consultée par le ministère des Finances sur toutes les questions intéressant la profession ». En somme, une interface entre le ministère des Finances et les compagnies d’assurances.  D’ailleurs, conformément à la législation en vigueur, toutes les sociétés d’assurances et/ou de réassurance agréées doivent adhérer à l’UAR, y compris les mutuelles.Au plan organisationnel et fonctionnel, l’UAR comprend un organe délibérant qui est l’Assemblée générale, regroupant l’ensemble des membres de l’association, et un organe de direction qui est le Comité directeur dont les membres sont élus par l’Assemblée générale.Dotée d’une structure d’administration, qui est la Délégation générale chargée de conduire et de suivre toutes les missions statutaires de l’Union, et de quelques structures centrales, d’études et de conception, l’Union comprend également plusieurs commissions permanentes représentées par des cadres des sociétés d’assurance et chargées notamment des affaires techniques, économiques, financières et juridiques. Cadre de concertation, l’Union est aussi une force de proposition, à même de préserver les intérêts des parties impliquées. D’ailleurs, « l’amélioration de la gestion de la branche automobile a constitué un des principaux objectifs du plan d’actions 2015/2018 de l’Union. C’était un enjeu fondamental, et il le reste toujours, car avec plus de 50% du chiffre d’affaires du marché, l’assurance automobile représente la branche la plus demandée par les assurables et reflète l’image des sociétés d’assurance ; c’est aussi le produit d’appel phare pour la vente des autres produits d’assurance », indique Brahim Djamel Kassali. Tandis que les objectifs et priorités du nouveau plan d’actions de l’UAR pour la période 2019/2022 ont été arrêtés sur la base de la capitalisation de l’expérience passée, et en tenant compte des nouveaux défis qui attendent la profession dans les années à venir. « Les nouveaux défis, dont l’essence même est toujours liée à l’amélioration de la qualité de services, portent particulièrement sur l’élargissement de l’offre assurantielle avec son corollaire l’innovation produits et services, et le processus de transformation digitale et d’intégration de nouveaux outils numériques dans les activités des sociétés d’assurance », indique le président de l’UAR qui relève que « les sociétés d’assurance ont pris le virage du numérique, avec la mise en place, depuis plusieurs années, de nouveaux instruments et moyens digitaux pour une communication rapide des assurés et leur faciliter la souscription des produits. »  Un processus de digitalisation à même de complétement changer la conception et le mode de commercialisation du service assurance, ainsi que les business modèles et les stratégies des sociétés d’assurance. L’autre enjeu important mis en exergue dans le plan d’actions 2019/2022 de l’Union a trait au respect de la déontologie concurrentielle d’une manière générale, et de la déontologie tarifaire en particulier. « Parmi les autres priorités de l’Union, nous allons également poursuivre les actions engagées en vue de contribuer à améliorer et à enrichir le cadre législatif et règlementaire régissant les assurances, et à consolider la place du marché algérien des assurances au plan international. A cet effet, il est prévu l’organisation en Algérie de la 33e conférence de l’Union générale arabe d’assurance (UGAA) qui aura lieu en 2020, et de la 49e conférence et assemblée générale annuelle de l’Organisation africaine des Aassurances (OAA) qui se déroulera en 2022 », souligne le président de l’UAR, et néanmoins P-DG de la Compagnie algérienne d’assurances et de réassurance, doyenne des compagnies d’assurances en Algérie.  Plaidant pour un aménagement de la loi pour une meilleure pénétration des assurances dans l’économie nationale et une qualité de services accrue, l’Union algérienne des sociétés d’assurance et de réassurance préconise, au vu des bouleversements socio-économiques importants intervenus durant la dernière décennie et en particulier la révolution numérique ayant engendré l’émergence de nouveaux modèles de développement et de croissance, de compléter l’offre d’assurance par des produits en phase à la culture des consommateurs, à l’instar de l’assurance Takaful qui recèle un fort potentiel dans notre pays. « D’autres propositions ont été formulées à l’effet d’apporter les précisions nécessaires en matière notamment de vente à distance des produits d’assurance, de définition de l’assurance-crédit, des mécanismes de mise en jeu des couvertures des événements naturels, de souscription de l’assurance RC décennale, d’extension des missions des actuaires pour l’analyse et la validation des provisions techniques de sociétés d’assurances, et de respect par les dites société des tarifs communiqués à l’Autorité de contrôle », révèle Brahim Djamel Kassali, qui milite pour « une révision du dispositif de supervision des assurances en insistant sur la création d’une autorité indépendante en conformité avec les standards internationaux. »
S. R.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Smail ROUHA

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Un homme, une destinée
Par Tahar MANSOUR.

Tarik Bouslama, P-DG du groupe Imetal
Entretien réalisé par Smail ROUHA.

Télécharger version PDF

Version PDF