Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 125 - Dec 2019

Go

Finance

Au cœur de la dynamique de transformation du marché

Conseil national des assurances

Par Smail ROUHA



Créé en 1997, le Conseil national des assurances représente un espace de concertation où tous les acteurs du marché peuvent se réunir et se concerter sur toutes les questions liées au marché des assurances. Rassemble aussi bien les assureurs que les assurés et l’administration de contrôle, il a pour rôle d’émettre un avis à la demande des pouvoirs publics ou à la demande des assureurs ou à la demande des autres parties de ce marché, sur toute question qui a un lien direct ou indirect sur le secteur des assurances. Il peut également, à son initiative, proposer aux  pouvoirs publics, que ce soit sur le plan législatif (proposition de texte) ou proprement technique, c’est-à-dire lié à l’activité des assureurs. Cadre de concertation, entre les différents acteurs du marché des assurances, le Conseil national des assurances (CNA) est au cœur de la dynamique de transformation, juridique et organisationnelle du secteur.

« Le Conseil national des assurances (CNA) est un organe consultatif pour tout ce qui a trait au marché des assurances. Ainsi, diverses parties y sont représentées : pouvoirs publics, assureurs et intermédiaires d’assurance, assurés, personnel exerçant dans le secteur et différents experts. Il se prononce sur tout ce qui se rapporte à l’organisation et au développement de l’activité d’assurance et de réassurance. Son avis est requis pour l’étude des demandes d’agrément des sociétés d’assurance et des courtiers », affirme Abdelhakim Benbouabdellah, Secrétaire du Conseil national des assurances (CNA) tout en précisant qu’« en sus de son rôle dans les études menées, il fait de la concertation l’un de ses crédos et l’une de ses forces au bénéfice de l’ensemble du marché national. » Cadre de concertation, le CNA est aussi une force de réflexion et de proposition, à même de préserver les intérêts des parties impliquées dans la concertation. Conscients de la réalité du terrain, les pouvoirs publics ont décidé d’engager une nouvelle ère de réforme du marché par une réflexion, en concertation avec l’ensemble des acteurs, pour donner un nouvel élan et un coup d’accélérateur au secteur, d’autant plus que le potentiel assurable, de l’avis même de ces acteurs, est énorme. C’est dans ce cadre que le Conseil national des assurances a notamment initié avec l’Union algérienne des Sociétés d’assurance et de réassurance (UAR) un débat portant sur la réforme de la loi encadrant l’activité d’assurance en Algérie. L’amélioration des services, l’accélération de la transition numérique et la création d’une autorité de régulation et de contrôle indépendante figurent parmi les principales recommandations proposées lors de cette rencontre, et la nécessité de diversifier les canaux de distribution de l’assurance. Une réforme attendue par les acteurs du secteur, tant elle est censée opérer la modernisation d’un marché en quête de redéploiement dans un contexte difficile. Cette réforme structurelle, engagée par l’Autorité de régulation, consiste en la révision de l’Ordonnance 95-07 du 25 janvier 1995 relative aux assurances modifiée et complétée par la Loi 06-04 du 20 février 2006. relative aux assurances. Une initiative qui devrait permettre d’apporter les améliorations nécessaires en matière, notamment, d’élargissement de l’offre assurantielle, de diversification des canaux de distribution et d’organisation de la supervision des assurances. Un cadre devant permettre de cerner les insuffisances actuelles, de consolider les textes législatifs en vigueur pour les adapter aux évolutions du marché.

Un instrument de la politique assurantielle

Présidé par le ministre des Finances, le Conseil national des assurances représente l’organe consultatif des pouvoirs publics sur tout ce qui se rapporte « à la situation, l’organisation et au développement de l’activité d’assurance et de réassurance. » Constituant le centre de conception et de réalisation des études techniques à la disposition du secteur à même de répondre à ses besoins consensuels en matière d’études de régulation du marché, de conception de dispositifs de prévention, de coordination des actions de normalisation et de développement, de tarification des garanties obligatoires, le CNA, à, travers les travaux scientifiques qu’il entreprend et les recommandations qu’il présente aux décideurs, est l’instrument de première importance dans la détermination de la politique assurantielle de l’Etat. En effet, c’est au CNA que revient la mission de délibérer sur tous les aspects de l’activité d’assurance et de réassurance de même que ceux concernant les acteurs du secteur. Pour une meilleure intégration du secteur dans le processus économique et social du pays, le CNA assure la promotion et le développement du marché des assurances tout en participant à l’effort d’informatisation de l’activité d’assurance. Présidé par le ministre des Finances, le Conseil est une assemblée constituée des représentants des diverses parties impliquées dans l’activité des assurances. Pour soutenir son activité sur le plan administratif, logistique et technique, le CNA dispose d’un Secrétariat permanent.

Enjeux et portée de la communication

Associée, dans l’opinion publique, à des images de complexité, d’austérité et d’opacité, l’assurance est perçue sous une  charge négative du fait qu’elle se réfère aux aléas de la vie. De plus, l’aspect obligatoire de l’assurance n’en favorise pas une perception positive. La rigidité de certaines offres, le manque de lisibilité des contrats, et l’inadaptation du système aux nouveaux modes de consommation constituent d’autres motifs d’insatisfaction de la clientèle et nourrissent sa méfiance. Pour améliorer la visibilité de la profession et réduire le décalage entre sa connaissance par le public et sa compréhension, le Secrétariat permanent a pris en charge aussi, pour le compte du conseil, la mission d’information et d’animation permanente doublement orientée vers les assurés et vers les professionnels de l’assurance.

C’est ainsi que le secteur des assurances et réassurances s’est doté d’un portail web Assural qui se veut un maillon fort dans le processus de modernisation du secteur à même de contribuer à la culture d’assurance. Une démarche prenant appui notamment sur les publications (bulletin, revue, site web Assural portant données chiffrées du marché -Base de données centralisée des statistiques du secteur). A destination des professionnels, le Secrétariat permanent développe une politique de concertation systématique entre les divers corps de métiers du secteur pour organiser une instrumentation de gestion de référence adaptée. En plus d’un programme de rencontres assez dense, le Secrétariat permanent offre un ensemble de services de documentation, d’information et de communication en continuelle amélioration pour être toujours à la hauteur des défis que le secteur doit relever. En plus des rencontres professionnelles sectorielles diverses, le Secrétariat permanent du CNA organise des actions de formation et de vulgarisation et promeut l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication…

Par ailleurs, le CNA met à disposition du secteur ainsi que de la frange estudiantine un Centre de documentation et d’information des assurances (CDIA). Ouvert aux professionnels, aux grands assurés, aux chercheurs et étudiants, ce centre se veut une action d’information continue et de capitalisation du savoir du secteur des assurances.

S. R.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Smail ROUHA

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

Un homme, une destinée
Par Tahar MANSOUR.

Tarik Bouslama, P-DG du groupe Imetal
Entretien réalisé par Smail ROUHA.

Télécharger version PDF

Version PDF