Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 123 - Oct 2019

Go

Finance

Une banque ouverte sur le monde

Crédit Populaire d’Algérie – CPA

Par Tahar MANSOUR



 

Saviez-vous que fidéliser un client coûte 5 à 10 fois moins cher que recruter un nouveau client ? » Savoir fidéliser ses clients devrait représenter un des objectifs majeurs de l’entreprise. Car un client satisfait est à la base du développement d’un marché. Un concept adopté par le Crédit populaire d’Algérie dont le challenge est d’offrir des produits adaptés à cette demande avec une offre plus personnalisée, notamment à travers des services plus performants certes, mais aussi au profit d’une clientèle mieux segmentée. Devant l’évolution rapide de la clientèle, le Crédit populaire d’Algérie a entrepris des approches adaptées sur des segments spécifiques, qu’il s’agisse des particuliers ou des entreprises. En effet, longtemps, réservée aux acteurs étatiques de la scène internationale, la géostratégie appliquée aux entreprises s’impose plus dans une logique de progression prédictive, inventive et sécuritaire pour les entreprises en quête de stratégies puissantes garantissant des résultats sur le long terme. « Dans l’avenir, l’approche de la clientèle sera différente de celle que nous avons aujourd’hui. Nous devrons bâtir des relations très personnalisées avec nos clients. Aussi nous sommes contraints de repenser notre façon de faire et certainement de privilégier davantage la proximité avec le client » est-il souligné dans l’Edito du site web du Crédit populaire d’Algérie. Grâce à un réseau dense comptant 149 agences encadrées par 15 groupes d’exploitation réparties à travers le territoire nationale, le CPA répond présent pour accompagner la PME/PMI grâce à la mise en place d’une politique commerciale dynamique contribuant activement au développement de l’économie nationale et à sa diversification. En effet, le CPA développe son action en direction de divers secteurs dont le BTPH, le commerce et la distribution, la santé et le médicament, le tourisme, l’hôtellerie, l’artisanat et les médias et a su atteindre son ambition d’être un partenaire de premier rang pour le développement du pays et une banque accessible à tous avec des offres multiples alliant qualité, disponibilité et fiabilité.

Adaptation à l’environnement et performance

Alliant efforts et volonté de réussite, rigueur et fiabilité, le CPA a pu s’adapter à l’environnement financier en perpétuelle mutation et à se forger une réputation digne des plus grandes banques grâce à une solidité financière acquise au fil des ans par une gestion moderne de ses ressources et des risques inhérents à son activité.

Avec la mise en œuvre de diverses actions entrant dans le cadre de son organisation, de sa mise à niveau et de sa modernisation, le CPA a axé sa stratégie de développement vers la consolidation de ses performances financières et commerciales et ceci, malgré les conjonctures financières contraignantes de ces dernières années. Les résultats enregistrés confirment la bonne santé financière de la banque qui a enregistré une augmentation remarquable du PNB (Produit Net Bancaire) de 6% à la fin de l’année 2017, résultats provenant essentiellement des opérations avec la clientèle, un accroissement généralisé du total bilan de la banque à hauteur de 215 967 millions DA, soit 13% d’augmentation par rapport à l’exercice précédent. Le CPA a aussi enregistré une clôture des comptes sociaux 2017 avec un bénéfice net après impôt excédent de 25% les comptes de l’année précédente, soit un montant de plus de 32 938 millions DA, une amélioration du coefficient des fonds propres et des ressources permanentes à un taux de 73,9% au 31 décembre 2017 contre 36,16% à la fin de l’année 2016, une consolidation des fonds propres de la banque à un taux de  +16,9 % et une augmentation de 1,6% de la rentabilité financière.

Les autres indicateurs du Crédit Populaire d’Algérie concernent la conservation d’un rythme de croissance régulière des commissions tirées des principaux métiers de la Banque avec un taux de +13%, la reprise du ratio de liquidité à court terme de l’ordre de 1,62% à fin 2017 contre seulement 0,74% pour 2016, une progression du volume des dépôts clientèle en dinars de +10% et une progression du volume de financement des échanges extérieurs de +4%.

L’économie nationale, point d’honneur du CPA

Le développement et la croissance de l’économie nationale ont toujours été considérés comme un point d’honneur au sein du Crédit Populaire d’Algérie à travers des investissements conséquents et un niveau élevé dans le financement accordé aux différents secteurs économiques nationaux. Ce financement s’est traduit par un soutien sans faille à l’investissement productif, le financement des grands projets structurants et d’envergure, l’accompagnement du programme d’habitat lancé par le gouvernement dans ses différents segments ainsi que le financement du secteur particulier. Cette stratégie a permis à la banque de maintenir une progression satisfaisante et régulière sur l’ensemble des segments liés à l’économie nationale, ce qui s’est traduit par le fait que le CPA a conservé sa part de marché en matière de crédits à l’économie à un taux de 13,9 % à la fin de l’année 2017 en plus d’une diversification de son portefeuille qui touche désormais des secteurs stratégiques comme la pétrochimie, l’industrie automobile, la pharmacie, les matériaux de construction, l’hôtellerie et le tourisme.

Les crédits consentis aux particuliers ont connu eux aussi une nette augmentation, passant de 15% en 2016 à 68% à la fin de l’année 2017, de même que les crédits destinés aux entreprises privés qui ont pris le même chemin, passant de 10,5% en 2016 à 11,3% pour l’année suivante.    

Proximité  et  diversifications des offres

La place financière algérienne ayant connu une évolution rapide en terme de qualité et de quantité, le CPA se devait d’engager une dynamique d’anticipation et de réactivité pour faire face à la concurrence qui ne laisse aucune place au relâchement ni au manque de clairvoyance. Les atouts que possède le crédit populaire d’Algérie en termes d’expérience et de savoir-faire lui ont permis de lancer une politique de diversification de ses offres de services en se basant sur un travail de proximité en direction de sa clientèle, tous segments confondus. Le lancement et la promotion de nouveaux produits, appuyés à une qualité de service toujours plus performante, répondant aux désirs de la clientèle, font partie de la politique engagée par le CPA pour fidéliser ses clients et gagner d’autres parts du marché.

Modernisation des moyens de paiement

Parmi les moyens mis en œuvre afin de fidéliser sa clientèle, d’en attirer d’autre et de faire face à la concurrence serrée sur la place bancaire algérienne, le CPA a entrepris une modernisation de ses moyens de paiement par la mise en place d’un système de paiement qui réponde aux exigences des clients en ce qui concerne la rapidité, la fiabilité des opérations et la sécurité des transactions effectuées par le développement et l’amélioration des opérations de paiement en intra-bancaire ou en système de télé compensation.

Parmi les actions entreprises par le CPA dans ce sens, nous trouvons :

L’optimisation du e-banking: ce service est très sollicité par la clientèle et enregistre une progression constante du nombre d’abonnés (+9,7% en 2017).

La mise en place d’un nouveau canal de moyens de paiement via l’application sur Smart Phone ‘Mobile Banking’.

La mise en œuvre du nouveau service de prélèvement automatique (phase aller) par échange de données informatiques (EDI).

La poursuite des travaux relatifs à la mise en place du nouveau service de traitement des ordres de virement unitaire à distance (lancement des tests de qualification, mise en place de la nouvelle solution de gestion de l’outil de gestion des abonnements (OGA) et la préparation du volet procédural et règlementaire.

Le lancement du nouveau livret d’épargne électronique.

Développement et généralisation de la monétique

Dans le cadre de la modernisation des prestations et de la généralisation de l’utilisation de la carte comme moyen de paiement électronique et afin de poursuivre les efforts engagés ces dernières années dans le but d’un meilleur service offert à la clientèle par la sécurisation de leurs transactions bancaires, la diversification et la densification de la distribution multicanaux de nouveaux produits et services, le CPA a engagé diverses actions :

Densification du réseau DAB/GAB

Renforcement du réseau d’acceptation TPE

Emission systématique de cartes de toute nature pour chaque ouverture de compte

Amélioration de l’offre de cartes à l’international (programme Mastercard –notamment la carte Platinium-, déploiement de la carte CIB Corporate)

Intégration de nouveau Web marchands

Prise en charge des plateformes e-commerce.

Dynamisation de l’inclusion financière

Engagé depuis toujours pour atteindre les objectifs assignés par les pouvoirs publics au secteur bancaire, le CPA a inscrit dans ses objectifs stratégiques globale la bancarisation et développe, dans ce sens, ses capacités d’intervention dans ce domaine en n’ayant de cesse de les moderniser.

Parmi les mesures mise en œuvre pour atteindre cet objectif, le Crédit Populaire d’Algérie a procédé à l’extension de son réseau d’agences qui a atteint le nombre de 149 réparties à travers le territoire national tout en procédant à la mise à niveau de son système d’information, particulièrement dans les segments des équipements et des canaux diversifiés de communication avec la clientèle. Ceci a permis à la banque d’offrir à ses clients une gamme de services bancaires et produits diversifiés et modernes. Toujours dans le but de poursuivre la bancarisation souhaitée par les pouvoirs publics, le CPA s’est démarqué sur le marché par rapport à ses concurrents en lançant plusieurs projets, comme la modernisation du livret d’épargne Banque, la proposition d’offres packagées avec une tarification adaptée, la consolidation de la Banque multicanal, etc…

Grâce à ces efforts exceptionnels sur le marché et aux mesures d’allègements introduites dans les procédures d’ouverture de comptes et d’accès aux crédits et services, le CPA a pu attirer un nombre important de clients se traduisant par l’ouverture de 106 817 nouveaux comptes dont 78 000 comptes clients.

La Bancassurance, un autre créneau  de  développement

Le Crédit Populaire d’Algérie, toujours dans le cadre de la diversification de ses offres et produits, a pris les devants et s’est investi dans la bancassurance, activité qui s’est sensiblement renforcée par le développement de cette activité sur l’ensemble du réseau d’agences CPA. Actuellement, ce sont 103 agences à travers le territoire national qui proposent la commercialisation des produits de bancassurance CAAR/CAARAMA. Même cette activité a été diversifiée par l’introduction et la généralisation de l’assurance de personnes, notamment par l’assurance/assistance sur carte CI en plus de l’assurance voyage sur carte Visa et Mastercard.

Une banque ouverte sur le monde

L’activité internationale intense du CPA en fait l’une des banques les plus ouvertes sur le monde et les responsables, avec à leur tête, Dr. Mohammed Dahmani, président directeur général de la Banque, ont mis en œuvre une dynamique d’ouverture dans le cadre légal qui leur a permis d’attirer un grand nombre de clients.

Dans ce cadre, le CPA intervient dans nombre d’échanges extérieurs, notamment dans le secteur des biens et services qui a renoué avec une tendance à la hausse qui augure de beaux jours pour ce segment, alors que les rubriques et pièces de rechanges continuent aussi une hausse entamée en 2016. Pour les exportations, il va de soi que c’est une rubrique qui ne peut être que marginale vu le volume trop bas des exportations de produits algériens vers l’extérieur. Elle a même connu une baisse en passant de 7,9% du volume d’affaires global en 2016 à 7,3% en 2017. Malgré cela, les recettes d’exportation se maintiennent à un niveau plutôt acceptable contrairement aux années précédentes où elles avaient tendance de baisser.

Des filiales et des participations dans des sociétés

Le portefeuille ‘filiales et participations’ du CPA est assez important, aussi bien sur le plan participation que sur celui de sa structure. Ainsi, la banque a participé à :

L’augmentation du capital social de la SPA Finalep

La création d’une filiale monétique interbancaire (Société des Services Bancaires)

La libération (sans incidence bilancielle) de la troisième tranche de l’investissement hôtelier.

Quant aux filiales, elles sont au nombre de trente (contre 29 à fin 2016), dont 25 en Algérie :

Neuf sociétés interbancaires de prestation de service

Huit fonds de caution mutuelle et sociétés de garantie

Une filiale (CPA Print) détenue à 100% par le CPA

Six sociétés (SIH, Alpap, Iahef, SRH, Finalep et El Djazair Idjar)

Une société (SALEM) dissoute et en cours de liquidation.

Et cinq à l’étranger :

Trois participations dans le secteur bancaire et financier (ARESBANK, BAMIC et PFCA/FMA)

Une participation dans le domaine de la monétique (Visa Inc.)

Une participation dans le secteur du négoce (Méditrade, société dissoute et en cours de liquidation).

Sécurité financière et contrôle

La sécurité financière et le contrôle sont devenus l’épine dorsale de toute institution financière, particulièrement celles ayant un volume d’activité intense comme le CPA et ce dernier n’a de cesse de renforcer ses capacités dans ce domaine et de les moderniser pour être dans les normes en contrôle permanent et en contrôle de conformité. Dans ce cadre, le système de contrôle a été déployé et élargi à d’autres entités et de nouvelles lois et réglementations ont été intégrées aux process. Il en va de même pour l’intensification de la lutte contre le blanchiment d’argent qui a connu une réelle prise en charge avec l’échange d’informations, la coopération avec les organismes nationaux et internationaux et le déploiement – en cours- de la solution informatique de filtrage et profilage ‘Suite Siron’. Le degré de maitrise des processus de management des risques et des opérations bancaires vient d’être mis en exergue par les activités indépendantes et ciblées de la Division de l’Audit qui a engagé des travaux de contrôle en interne. Enfin, il y a lieu de noter que l’inspection générale vient de relancer l’activité concernant le contrôle des structures centrales.

Un  système  d’information modernisé

Dans tous les secteurs et grâce à l’avancée des nouvelles technologies, le système d’information subit des transformations radicales qui le rendent performant, facilitant les relations institutions/clients et institutions/institutions. Pour le CPA, il a été question d’efforts soutenus pour le lancement d’un projet de centralisation du système d’information avec remontée en version Amplitude 11.

Dans le même registre, le CPA a clôturé la mission du cabinet conseil Devoteam qui a réalisé une étude sur la sécurité informatique et une prise en charge des besoins d’intégration des nouvelles solutions applicables, avec extension de la suite Siron Lab au module FATCA. Cela en plus de l’implémentation de solutions technologiques innovantes, de la mise en œuvre du projet de la solution de gestion du livret d’épargne à piste magnétique et le renforcement de l’infrastructure informatique et télécom. Valorisation de la ressource humaine. Il va sans dire que rien ne peut se faire sans une ressource humaine ayant reçu une formation optimale, animée d’une volonté d’aller toujours de l’avant et sérieusement motivée pour cela. Dans cette optique et pour mener à bien tous les projets mis en œuvre, la banque s’est investie dans une politique des ressources humaines ayant pour objectifs :

D’assurer le remplacement des personnels ayant fait valoir leurs droits à la retraite

D’intégrer des ressources et des compétences nouvelles nécessaires à l’encadrement de certains métiers de la banque

De promouvoir les compétences disponibles.

Toujours dans le souci de répondre aux besoins nouveaux et soutenir le développement de ses activités, le Crédit Populaire d’Algérie a pris en compte la fonction gestion des carrières et le renforcement des effectifs tout en veillant au rajeunissement des compétences.

Cette politique de la ressource humaine s’est traduite en 2017 par l’augmentation du nombre de collaborateurs qui ont rejoint la banque et qui s’est élevé à 526 contre 112 au cours de l’année 2016, ce qui dénote de l’effort consenti, d’autant plus que 95,6% des effectifs recrutés en 2017 ont un profil universitaire.

En complément à une gestion rationnelle de la ressource humaine sous tous ses aspects, la formation occupe au sein du CPA une place prépondérante qui fait qu’elle a bénéficié d’une stratégie volontaire qui met en exergue les talents et les compétences des futurs cadres devant assurer la succession du management.

Pour ce faire, la banque a entamé, durant l’année 2017, la 1ère phase de la migration du SIRH (Système d’Information de la Ressource Humaine) vers la nouvelle version HR Access (suite 9) par l’acquisition de la solution informatique qui lui est dédiée.

Une banque citoyenne

Même si le CPA, comme toute entreprise, est soucieux de la rentabilité de ses structures, il n’oublie pas non plus sa mission sociétale qui en fait une banque citoyenne par excellence grâce à ses nombreuses actions en direction de la société civile en sponsorisant diverses activités et manifestations culturelles, sportives, scientifiques et économiques de grandes envergures.     

 T. M.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Tahar MANSOUR

Les plus lus

L’Algérie avant tout
AMMAR KHELIFA.

La parole au peuple
Par Rafik BITOUT.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF