Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 121 - Juin 2019

Go

Finance

Plus d’un demi-siècle au service de l’épargne et du logement

Par Tahar MANSOUR



S’il existe en Algérie une institution financière qui peut être considérée comme la plus proche et la plus connue des familles algériennes, c’est bien la CNEP-Banque (la Caisse  nationale  d’épargne et de prévoyance-Banque) qui les a accompagnées depuis l’indépendance jusqu’à nos jours, leur fournissant le cadre idéal pour une épargne sécurisée au plus haut point, une disponibilité des fonds immédiate en cas de besoin et la possibilité d’acquérir son logement en toute propriété pour les travailleurs au revenu modeste. Présente dans tous les bureaux de poste avant d’ouvrir ses propres agences, la CNEP est de ce fait la banque populaire par excellence et son parcours, des plus édifiants, s’est enrichi au fil des années de nouvelles offres, toujours plus proches de ses clients, toutes catégories confondues.

10 août 1964, naissance de la CNEP
La CNEP – Caisse Nationale d’Epargne et de Prévoyance- a été créée par la Loi n°64/227 du 10 aout 1964 en substitution à la Caisse de solidarité des départements et communes d’Algérie (CSDCA). Le premier directeur général de la CNEP-Banque fut Abderrahmane Ourari, nommé le 4 février 1965 par décret
 
Pour une meilleure gestion
Bien sûr, le réseau de des postes et télécommunications est très étoffé, il a grandement contribué à sensibiliser et à faciliter l’opération d’épargne aux citoyens, mais il fallait à la CNEP son propre réseau de distribution pour une meilleure gestion de ses activités qui étaient d’ailleurs appelées à s’élargir et à conquérir d’autres créneaux. Dans ce cadre, il a été décidé d’ouvrir des agences CNEP au niveau des 15 chefs-lieux des wilayas qui existaient à cette époque, avec pour principaux objectifs : instaurer une complémentarité avec du réseau postal afin d’améliorer la qualité de service offerte aux clients, collecter l’épargne en offrant un meilleur accueil et un meilleur environnement, servir de relai à la politique de la direction générale en matière de communication, information, et, par la suite, l’étude des dossiers de crédits.

De la collecte de l’épargne au financement des programmes immobiliers
Durant ses cinq premières années d’existence, la CNEP n’avait comme activité que la collecte de l’épargne des ménages. Le réseau CNEP n’était constitué alors que de deux agences (Tlemcen et Alger) ouvertes au public en 1967 et de 575 points de collecte implantés dans le réseau des postes et télécommunications. A partir de 1971, la CNEP fut chargée, par l’Etat, de financer des programmes immobiliers et devient, ainsi, l’intermédiaire privilégié de l’Etat en matière d’investissements d’urbanisation. C’est ainsi que l’instruction d’avril 1971 lui a permis d’utiliser soit les fonds qu’elle collectait grâce à l’épargne, soit ceux mis à sa disposition par le Trésor Public. D’ailleurs, la même année, l’institution de la formule d’épargne-logement va imprimer une dynamique nouvelle à la CNEP qui développa son activité de collecte de l’épargne par la sensibilisation des ménages, attirés par la possibilité d’acquérir un logement. Les premiers logements au profit de titulaires de livrets d’épargne furent vendus en 1975. A partir de 1980, de nouvelles tâches sont assignées à la CNEP. Il s’agit des crédits aux particuliers pour la construction de logements et le financement de l’habitat promotionnel au profit exclusif des épargnants. Les Algériens se sont alors rués vers les bureaux de Poste et les agences de la CNEP pour déposer leur épargne et bénéficier d’un crédit pour la construction de leurs logements. Les choses ont évolué de manière importante et, au 31décembre 1988, 11590 logements ont été vendus aux épargnants dans le cadre de l’accession à la propriété.
Nouveaux crédits et nouveaux produits d’épargnes
Une nouvelle politique de diversification des crédits hors habitat a été lancée à partir de 1988 par la CNEP, qui voulait par-là proposer de nouvelles offres réservées jusque-là aux Banques commerciales (Le produit d’épargne à Terme « CPT» institué en 1990 et le compte Epargne Populaire « LEP » en 1992). Concernant les crédits, la CNEP lance toute une panoplie de financement à savoir :
le Financement des promoteurs privés
le Financement des professions libérales du secteur de la santé
le financement pour la transaction de logements entre particuliers
le Financement promoteur aux entreprises dans le cadre des œuvres sociales
le Financement aux transporteurs
 le Financement aux coopératives
le Financement à la promotion immobilière directe.

Les premiers pas bancaires de la CNEP-BANQUE 
Le 6 avril 1997, la CNEP change de statut en obtenant son agrémentent en tant que Banque. Désormais, elle porte le nom de CNEP-Banque. Elle peut effectuer toutes les opérations bancaires à l’exclusion des opérations de commerce extérieur. Aujourd’hui, en plus de son réseau constitué de 218 agences, la CNEP-Banque bénéficie toujours de réseau des postes et télécommunications à travers 3357 bureaux de poste, et le nombre de comptes épargne ouverts au niveau des deux réseaux (agences et bureaux de poste) avoisine les 7 millions de compte.

T. M.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Par Tahar MANSOUR

Les plus lus

Saison estivale
Par Farid HOUALI.

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF