Le magazine promotionnel de l'Algérie

N° 116 - Oct 2018

Go

Finance

« La CNEP-Banque est une banque en plein essor »

Rachid Metref, président directeur général de la CNEP-Banque

Propos recueillis par Tahar MANSOUR



El-Djazair.com : Lors de sa création en 1964, la CNEP était une caisse d’épargne qui s’occupait exclusivement de la collecte de l’épargne des ménages avant de passer au statut d’une Banque classique au cours de l’année 1997. Pourquoi ce changement et quelles sont les nouvelles missions de la CNEP-Banque ?

Rachid METREF : L’histoire des caisses d’épargne, à travers le monde, est marquée par le sentiment de confiance et de sécurité qu’elles ont su forger auprès de leur clientèle à travers le mythique et populaire livret d’épargne, d’une part et leur longue et progressive accession au monde bancaire, d’autre part. Les différentes reformes bancaires adoptées par nombre de pays n’ont pas manqué d’affecter profondément l’organisation des caisses d’épargne, leur réseau de distribution ainsi que leur champs d’intervention. C’est ainsi que la CNEP à l’instar des autres institutions financières similaires a été amenée à faire ses premiers pas bancaires et ce, dès 1997, date à laquelle ses statuts de caisse d’épargne fixés par la loi N° 64-227 du 10 aout 1964, ont été abrogés et remplacés par de nouveaux statuts établis par devant notaire et consacrant sa nouvelle vocation de Banque.  Depuis le changement de ses statuts, la CNEP-Banque est soumise à la règlementation bancaire en général et aux règles prudentielles en particulier. Ainsi, la transformation de la CNEP en Banque a permis à cette dernière, tout en continuant à assumer ses missions originelles à savoir la collecte de l’épargne des ménages et le financement de l’immobilier, d’intervenir dans le financement des autres activités économiques : industrie, services, énergie, BTPH, etc…Aujourd’hui la CNEP-Banque compte un réseau de distribution composé de 218 agences réparties à travers le territoire national (2eme réseau bancaire en Algérie) et emploie près de 4 100 collaborateurs. Les ressources d’épargne collectées à ce jour s’élèvent à plus de 1 200 Milliards de DA. Le nombre de comptes d’épargne ouverts au niveau de son réseau d’agences et des bureaux de poste avoisine 7 millions.

El-Djazair.com : Afin d’améliorer le service public et en particulier dans le secteur financier, le gouvernement a lancé diverses actions pour la digitalisation de toutes les opérations, qu’en est-il pour la CNEP-Banque ?

Rachid METREF : S’inscrivant en droite ligne dans la politique de modernisation du secteur bancaire et financier, prônée par les pouvoirs publics, la CNEP-Banque a accordé une grande importance à la digitalisation et au développement des nouveaux instruments de paiement. Cette démarche a été entamée par l’acquisition et l’implémentation d’un nouveau système d’information. Ce dernier est un global Banking caractérisé par une architecture centralisée. Ses apports dans le développement de la fonction commerciale sont multiples. Il consacre l’approche « CLIENT » prônée par notre institution et la met en avant et au centre de ses préoccupations, permettant ainsi la convergence des efforts de nos agences vers de l’activité commerciale. A travers l’enrichissement de la signalétique des données de la clientèle, le nouveau système d’information permet de mieux connaitre le client et de l’accompagner en lui offrant des services de qualité et au moindre coût. Celui-ci devient grâce à cette nouvelle vision « le client de la Banque et non plus le client de l’agence ». Le développement de la monétique est l’un des axes stratégiques de modernisation de la Banque. De multiples réalisations sont enregistrées, parmi lesquelles figure la mise en place d’une solution monétique centralisée permettant la gestion des cartes inter bancaires (CIB) et des cartes épargne (CE). Cette solution a permis de réduire les délais d’attente de livraison des cartes et le remplacement des livrets d’épargne par des cartes à puce répondant aux normes internationales. La Banque a installé 150 distributeurs automatiques de billets (DAB) et 300 terminaux de Paiement Electronique (TPE) à travers tout le territoire national. Comme elle a mis en place une solution e-paiement, répondant aux exigences de rapidité, de sécurité et d’efficacité via le WEB.  Dans le cadre de la digitalisation de la Banque, nous avons prévu de lancer, durant l’année en cours, diverses solutions digitales en l’occurrence la solution serveur GAB qui permet la gestion et l’administration des distributeurs et des guichets automatiques de Banque ainsi que la multiplication des espaces automatisés à l’image de l’agence Abdel krim El khattabi, située à Alger Centre et inaugurée en 2016. Nous prévoyons prochainement la mise en place de « l’alerte système » pour l’envoi des SMS aux clients pour chaque transaction et évènement sur carte ou compte ainsi que l’envoi des rappels d’échéances crédit. Des solutions M.Banking et E.Banking actualisées seront fonctionnelles dès le quatrième trimestre 2018. La CNEP-Banque prévoit également la mise en place d’un centre d’appels pour l’assistance de la clientèle, la prise en charge de ses réclamations.

El-Djazair.com: La nouvelle formule de location-vente « Idjara Tamlikia » de logement a été introduite par votre Banque à la fin de l’année écoulée. Où en est-on de cette opération qui devait connaitre un engouement de la part des citoyens puisqu’elle s’adresse aux revenus à partir de 30 000 DA ? Pouvez –vous nous donner le nombre de logements financés par le biais de cette formule ?

Rachid METREF : Il est peut-être prématuré de dresser un bilan de ce produit dont le lancement faut -il le rappeler, a eu lieu fin de l’année 2017 et qui fait présentement l’objet d’aménagements et d’adaptations.Ceci étant, il est indéniable que ce produit a suscité, dès son lancement, un réel intérêt auprès de notre clientèle sachant que cette formule repose sur l’achat par la Banque d’un logement, désigné par le client, et sa location pour une durée déterminée. Après constatation du paiement intégral des loyers, la Banque procède à la cession du bien au profit du client.Ce produit fait partie d’une gamme de produits à marge que la CNEP-Banque envisage de lancer après leur autorisation par les autorités compétentes et la promulgation des textes spécifiques à ces produits.

El-Djazair.com: Les autres Banques considèrent que la CNEP-Banque fait plus dans le social que dans le commercial à cause de ses offres destinées à toutes les catégories sociales et refusent de se comparer à votre Banque, qu’en pensez-vous ?

Rachid METREF : Il bien évident que la CNEP-Banque, depuis sa création, a joué un rôle social important du fait qu’elle a contribué pleinement dans le financement et la réalisation de milliers de projets immobiliers pour toutes les catégories sociales. Mais elle est une banque commerciale à part entière appelée à intervenir comme toute autre banque au financement de tous les segments d’activité notamment dans le secteur économique.   En effet, l’image de la CNEP-Banque est historiquement associée au livret d’épargne et au logement.  Ceci découle du fait que la CNEP-Banque a longtemps exercé un quasi-monopole en matière de collecte de l’épargne défiscalisée et de financement de logement à taux bonifié. En ce qui concerne les crédits aux particuliers, les montants accordés depuis sa création s’élèvent à plus de 645 Milliards de DA dont 603 Milliards de DA de crédits hypothécaires. Ce qui lui confère une position de leader sur ce marché.  Le nombre total des crédits accordés dans ce cadre dépasse 640 000 dont près de 535 000 de crédits hypothécaires. De même qu’elle a financé plus de 7 000 projets de promotion immobilière publique et privée. Parallèlement la CNEP-Banque s’est vue confier par les pouvoirs publics la mission de réaliser, financer et commercialiser au profit des souscripteurs AADL un programme immobilier de 65 000 logements sous la formule de Location-vente.   25 000 Logements ont été lancés dont environ 12 000 unités achevées et livrées. Egalement, elle a lancé de nombreux programmes immobiliers au profit de ses épargnants et ce, en déléguant la maitrise d’ouvrage à divers promoteurs immobiliers (filiale Gepim, Assure Immo etc.…). Dans ce cadre, plus de 40 000 épargnants ont pu accéder à la propriété d’un logement tout en bénéficiant, pour ceux qui l’ont sollicité, d’un crédit de la CNEP-Banque à un taux préférentiel. Néanmoins il convient de noter que l’intervention de la Banque ne s’est pas limitée au secteur de l’immobilier puisque ses activités de financement se sont étendues, au fil des années, à d’autres secteurs économiques et ce, à la faveur notamment, de sa transformation en Banque en 1997, comme rappelé précédemment.   

El-Djazair.com: La masse monétaire en circulation à travers le circuit informel est vraiment colossale et le gouvernement a décidé d’en récupérer une grande partie en y faisant participer le circuit bancaire, qu’a fait la CNEP-Banque dans ce sens ?   

Rachid METREF : En application des orientations dictées par les autorités en matière de bancarisation et consciente des enjeux que représente l’inclusion financière pour l’économie nationale, nous avons pris les mesures nécessaires à l’effet de faciliter aux clients l’ouverture des comptes et d’alléger les procédures d’accès aux différents services de la Banque. Les moyens nécessaires sont mis à la disposition de nos agences pour offrir aux clients une bonne qualité de service et une meilleure prise en charge de leurs besoins en produits de placement et en financements.  La CNEP Banque est sur le point de lancer de nouveaux produits d’épargne et de nouvelles mesures pour rendre plus attractives ses offres de produits et de service. Cette démarche repose sur le développement de la Bancarisation et la généralisation des instruments de paiement. 

El-Djazair.com: La CNEP-Banque possède une grande expérience dans les mouvements de fonds et la collecte de l’épargne via son réseau et le réseau postal, qu’en sera-t-il maintenant avec l’introduction du « e-paiement » dans toutes les institutions financières ? Et où en est la sécurité dans ce cas ?

Rachid METREF : L’implémentation en cours du global Banking ouvre la voie à l’utilisation des nouvelles technologies financières indispensables au renforcement de la démarche d’inclusion financière.  L’offre de services digitaux sécurisés permettra à la Banque de drainer davantage les flux financiers et les liquidités circulant en dehors du circuit bancaire.  L’avènement du e-paiement au sein des institutions financières permet l’accélération des différentes opérations bancaires effectuées par notre clientèle. De même qu’il constitue un canal pour le règlement des factures et le remboursement des crédits. En matière de sécurité, de multiples mesures prévues dans le cadre de la lutte antifraude monétique notamment pour le « e-paiement », ont été mises en place.

El-Djazair.com: Quel est le volume des crédits alloués par la CNEP-Banque, comme soutien à l’économie nationale ?

Rachid METREF : L’encours des crédits accordés par notre Banque s’élève, au 31 décembre 2017, à près de 900 Milliards de DA dont plus de 418 Milliards de DA de crédits d’investissement. Durant le premier semestre 2018, la Banque a répondu favorablement à 35 demandes de crédit aux entreprises pour un montant global de près de 37 milliards de DA soit une évolution de plus de 121% par rapport à la même période de l’exercice précédent. Cette importante évolution du niveau des engagements s’explique par la nouvelle dynamique instaurée au niveau de notre Banque et s’inscrit en droite ligne dans les objectifs fixés dans le plan stratégique de développement de la CNEP- Banque pour la période « 2017-2021 ». Les chiffres précités dénotent la volonté affichée de la Banque de conforter sa position de leader sur le marché de l’immobilier et de diversifier progressivement son portefeuille en privilégiant le soutien financier aux PME, vecteur de croissance économique et objet d’une attention particulière et d’un accompagnement soutenu de la part des pouvoirs publics.

El-Djazair.com: Pouvez-vous M. Le Président, nous parler des contraintes que rencontre votre Banque dans ses transactions, les crédits accordés, leur récupération et la mise en œuvre des différentes offres ?

Rachid METREF :  La CNEP-Banque a mis en place une politique de recouvrement basée sur un suivi rigoureux des remboursements des crédits et à accompagner, à travers un dispositif particulier, les clients et les entreprises qui rencontrent des difficultés pour honorer leurs engagements en la matière. Ce dispositif est accompagné par des mesures visant à automatiser le remboursement des échéances et ce, à travers la domiciliation des salaires, les prélèvements d’office sur comptes et les ordres de virement permanents. Enfin le système d’information en cours de déploiement offre à la Banque la possibilité de relancer automatiquement les clients en retard de paiement.  Des rappels pourront également être faits par le biais d’un call center dont le projet est en cours definalisation, du mailing, des SMS etc.,

El-Djazair.com: En plus du financement de la promotion immobilière et de l’épargne, quelle est votre vision de la CNEP-Banque de demain ? Pouvez-vous nous faire part d’un premier bilan de cette stratégie ?  

Rachid METREF : Diversification et modernisation : deux défis à relever Le plan stratégique adopté par la Banque pour la période « 2017-2021 » s’articule autour de deux axes de développement principaux, à savoir le renforcement du rôle et de la position de la Banque dans la collecte de l’épargne et le financement du logement d’une part, et la diversification de ses financements en vue d’accompagner les entreprises en général et les PME en particulier dans leurs projets d’investissement. Cette démarche s’inscrit dans la dynamique impulsée par les pouvoirs publics visant à promouvoir la production nationale à travers l’amélioration de la compétitivité, l’innovation, la saine émulation entre les opérateurs économiques et enfin l’introduction des nouvelles technologies.Les résultats obtenus à l’issue de la première année de mise en œuvre du plan stratégique confortent la pertinence des choix opérés et marquent une amorce dans la concrétisation de la diversification progressive des crédits à l’économie. Il est unanimement admis que l’amélioration de l’efficacité de l’intermédiation financière permet une croissance économique plus soutenue. Aussi et conformément aux orientations des autorités supérieures du pays visant à relever le défi du développement et de la diversification de l’économie nationale en vue de son insertion dans l’économie mondiale, la CNEP-Banque s’attèle à renforcer ses capacités financières et à mobiliser son capital humain pour contribuer activement à la concrétisation des réformes engagées par les pouvoirs publics dans le secteur bancaire.
T. M.



Articles de la même rubrique

Du même auteur

Propos recueillis par Tahar MANSOUR

Les plus lus

Tourisme, culture et histoire
Par maître Serge Pautot, .

Télécharger version PDF

Version PDF

Special Wilaya D'Alger

Version PDF

Special Wilaya De Annaba

Version PDF

Special Habitat version PDF

Version PDF

Special Habitat (english version)

Version PDF